of 36 /36
Anne Sophie Kesseler Masseur kinésithérapeute IR Strasbourg 12 Mai 2012. Plongée ,enfant et dos.

Anne Sophie Kesseler Masseur kinésithérapeute IR Strasbourg 12 Mai 2012. Plongée,enfant et dos

Embed Size (px)

Text of Anne Sophie Kesseler Masseur kinésithérapeute IR Strasbourg 12 Mai 2012. Plongée,enfant et dos

  • Page 1
  • Anne Sophie Kesseler Masseur kinsithrapeute IR Strasbourg 12 Mai 2012. Plonge,enfant et dos.
  • Page 2
  • introduction 2 Les activits physiques et sportives sont avant tout considres comme un facteur de sant par les mdecins,les encadrants sportifs et les sportifs eux mmes. Elles constituent en effet un moyen dpanouissement physique, mais aussi psychologique et intellectuel. Mais tout cela sous certaines conditions
  • Page 3
  • ENFANT,DOS,ET PLONGEE. 3 I Quest ce quun dos? II Quest ce quun enfant? III Quest ce quun enfant plongeur? IV Consquences de la plonge sur le dos de lenfant.
  • Page 4
  • I.QU EST CE QUUN DOS? 4 Le tronc est la partie centrale du corps. Il sagit un empilement de vertbres ( colonne vertbrale ou rachis) Il remplit un double rle: -effectuer des mouvements courbes, grce la colonne vertbrale, -et protger laxe nerveux: la moelle pinire et ses racines nerveuses qui en sortent. Pice matresse la colonne vertbrale est un mt haubann de quatre colonnes musculaires attaches autour.
  • Page 5
  • Colonne vertbrale=mt haubann 5
  • Page 6
  • 6 Mais un dos nest rien sans abdominaux, sans une bonne sangle abdominale.
  • Page 7
  • Courbures physiologiques 7
  • Page 8
  • Apparition des courbures rachidiennes. 8 -Lors de lontognse, cest--dire le dveloppement de lindividu on voit se dessiner la mme volution au rachis lombaire: a- un jour rachis lombaire concave en avant b- lge de 5 mois courbure lgrement concave en avant c- lge de 13 mois le rachis devient rectiligne d- partir de 3 ans, lgre lordose lombaire e-lordose lombaire qui saffirme 8 ans f-et prend sa courbure dfinitive vers lge de 10 ans. -Lors de la phylognse, volution de la race, on est pass de la position quadrupde la station bipde, cela a induit le redressement puis linversion de la courbure lombaire initialement concave en avant.
  • Page 9
  • La croissance osseuse 9 A la naissance, le squelette est essentiellement mou , cest dire cartilagineux : il va progressivement se transformer en os dur au cours de la croissance pour tre maturation aux alentours de 20 ans chez la fille, 25 ans chez le garon. La croissance en longueur des os longs ( os des membres ) se fait au niveau des cartilages de croissance : toute lsion ce niveau pourra avoir une rpercussion sur la croissance normale.
  • Page 10
  • 10
  • Page 11
  • La croissance osseuse 11 La minralisation de los (fixation de calcium et phosphore) est responsable de sa transformation en os dur. Ainsi va se constituer, de lenfance ladolescence, un capital osseux , acquis pour la vie : celui-ci dterminera la rsistance aux fractures dans lenfance, puis lge adulte, et au cours de la vieillesse. Une alimentation quilibre, le sport, une courbe de poids harmonieuse jouent un rle capital dans une croissance osseuse quilibre.
  • Page 12
  • 12
  • Page 13
  • Croissance du tronc 13 La taille assise reflte de la croissance du tronc Elle est de 35 cm la naissance pour atteindre 85 cm 1m en fin de croissance. Mais cette croissance a un rythme: -rapide durant les 5 premires annes de vie (+ 25 cm) -plus lent entre 5 et 10 ans -puis acclration vers lge de 10 ans (pubert) Le gain de taille atteint 20 cm entre 10 et 20 ans.
  • Page 14
  • 14 La priode de pubert survient plus tt chez la jeune fille: 11 13 ans, que chez le garon 13 15 ans. La loi de Delpech (1850) dit quun cartilage de conjugaison soumis des contraintes de pression ou des efforts de traction permanentes et intenses limitent la croissance. En 1993,les donnes de type traumatologie dans le milieu du sport permettent de dire que le jeune est plus particulirement expos aux risques de lsions par des charges dentrainement antiphysiologiques, que ne lest adulte. Cet tat de fait est plus marqu lors de la croissance pubertaire.
  • Page 15
  • 15 Mark et Jansen ont tabli une loi qui prcise que la sensibilit des tissus est proportionnelle la vitesse de croissance. Si un entranement est trop important en raison de charges antiphysiologiques on va encourir des risques de lsions plus importantes.
  • Page 16
  • 16 Ces lsions se retrouvent par des : dsquilibres des masses musculaires, dsquilibres orthopdiques (accentuation dune scoliose par exemple,..).
  • Page 17
  • 17 La scoliose est une dformation de la colonne dans les 3 plans de lespace
  • Page 18
  • conclusion 18 La capacit de tolrer une charge individuelle par l'appareil osseux, cartilagineux, tendineux et ligamentaire, est un facteur limitatif de l'entrainement de l'enfant et de l'adolescent.
  • Page 19
  • II. QUEST CE QU UN ENFANT? 19 Etymologiquement: du latin: infant , in privatif et fari parler, donc ce qui signifiait chez les Romains celui qui ne parle pas . Dictionnaire: Un enfant est un tre humain dans sa priode de dveloppement situe entre sa naissance et la pubert.
  • Page 20
  • 20 Un enfant est loin dtre un adulte en miniature, cest une entit spciale, en phase de maturation, de croissance, et donc encore plus fragile. Par contre, lenfant est plus rceptif la prvention, lapprentissage des bons gestes, de la bonne utilisation de son corps.(Il existe bien entendu des enfants casse cou,distraits, voire dsobissants)
  • Page 21
  • III. ET UN ENFANT PLONGEUR? 21 Daprs le MFT, la plonge scaphandre des jeunes se pratique sous certaines conditions, de 8 14 ans. Il sagit donc dun enfant qui va devoir manipuler des charges et qui sera soumis la pression de leau.
  • Page 22
  • 22
  • Page 23
  • IV. Implications en plonge 23 A. PORT DE CHARGE. Il va de soi, que le port de charge en plonge enfant va surtout tre drangeante au sec, pour tout ce qui est manutention des blocs, et bien entendu du lestage!! Do la primordialit dadapter le matriel la morphologie de lenfant.
  • Page 24
  • 24 Le risque osto-articulaire de l'enfant plongeur est surtout li au port de charges lourdes (bloc, plombs) pouvant lser les noyaux d'ossification. D'o la ncessit d'utiliser des bouteilles de faible capacit, dont le poids reste modr, bien sangles sur le dos par l'intermdiaire d'un "back-pack". Le transport du matriel avant la plonge, hors de leau sera effectu par les adultes.
  • Page 25
  • Blocs de plonge 25
  • Page 26
  • EXTRAITS DU CODE DU TRAVAIL 26 Les articles R. 4541-1 R. 4541-9 du code du travail, la norme AFNOR X35-109 et le dcret n 92-958 du 3 septembre 1992 dfinissent la limite acceptable de port de charge en fonction de lge, du sexe du salari, de la distance parcourir et des caractristiques de la tche. Limites acceptables du port de charge Limites du port de charge, en fonction de lge et du sexe Port de charges pour les garons De 14 ou 15 ans: 15 kg. De 16 ou 17 ans: 20 kg. Port de charges pour les filles De 14 ou 15 ans: 8 kg. De 16 ou 17 ans: 10 kg
  • Page 27
  • Facteurs pouvant aggraver la pnibilit de la manutention manuelle 27 Facteurs lis la charge : Poids, taille et forme de la charge. Charge situe en hauteur ou dposer en hauteur. Facteurs lis aux locaux de travail Espace de travail exigu. Sol encombr. Sol en mauvais tat. Sol glissant. Facteurs dambiance Ambiance froide (entrept frigorifique). Ambiance chaude (fonderie). Intempries. Facteurs organisationnels Cadence rapide. Gestes rptitifs. Travail dans lurgence. Travail post. Travail de nuit
  • Page 28
  • 28 Le squelette de l'enfant est en croissance, et ce jusqu' l'ge de 20 ans. Il est donc important de s'intresser aux effets de la plonge sur le systme locomoteur de l'enfant plongeur. Tout d'abord le poids de l'quipement. une poque o l'on constate que l'on doit surveiller le poids des sacs scolaires des enfants, la surcharge reprsente par l'quipement de plonge est considrer avec attention. Le problme peut cependant tre rsolu par le choix d'un matriel adapt l'enfant (l'industrie s'est rapidement lanc dans ce crneau) ou par l'utilisation d'un dtendeur de type narguilh branch la bouteille de l'enseignant lors du baptme par exemple.
  • Page 29
  • 29
  • Page 30
  • B. En plonge 30 Entre 8 et 14 ans,la croissance physiologique n'est bien entendu pas termine (fin 20 ans pour les filles, 25 ans pour les garons environ). Chez l'enfant, il existerait un risque thorique de trouble de la croissance par mauvaise dsaturation au niveau des cartilages de conjugaison. Qu'en est-il exactement ?
  • Page 31
  • 31 La croissance est assure par les cartilages de croissance, situs aux extrmits des os ou leur pourtour. Certains spcialistes se sont inquits de l'effet que pourraient avoir sur ces cartilages les micro-bulles circulantes lies la dcompression. Cependant, si l'on pousse le raisonnement plus loin, il est important de considrer que ces cartilages de croissance sont richement vasculariss, et se comporteront comme des tissus priode courte.
  • Page 32
  • 32 Depuis 1983, l'quipe de Carrier et Duvallet tudie deux groupes d'enfants de 7 13 ans : l'un constitu de nageurs, l'autre de plongeurs. Diffrents paramtres morphomtriques et radiologiques (points d'ossification) sont utiliss. Il n'a pas t tabli actuellement de diffrence significative entre ces groupes.
  • Page 33
  • 33 Sfytestad et Boelkins ont effectu des expriences chez des rats mles plusieurs plonges successives, Ils n'ont pas mis en vidence de changements significatifs au niveau des fmurs ni d'anomalie osseuse. Les mmes auteurs, en utilisant des rats en croissance comprims 21 ATA, puis dcomprims aprs 2, 3, 5, 8, 10 semaines ont montr une rduction significative de l'augmentation du poids corporel et des noyaux piphysaires plus petits par rapport au groupe tmoin. Tous ces phnomnes ont t compenss par un rgime alimentaire adapt apportant une supplmentation calorique. Ceci est mettre en relation avec l'augmentation de dperdition calorique en ambiance Hliox.
  • Page 34
  • 34 Donc, mme si la transposition l'enfant est difficile, on peut noter que des conditions extrmes de plonge n'ont eu aucun retentissement sur la croissance. Il semble que le problme des troubles de la croissance lis la pratique de la plonge chez l'enfant, si l'on doit toujours s'en mfier, a t largement surestim. Quant au risque de dcompression au niveau du cartilage de conjugaison, il semble illogique. En effet, cette zone aurait une priode tissulaire plus courte que l'os adulte car elle est le sige d'un dbit circulatoire important (apport des nutriments et cellules ncessaires la croissance).
  • Page 35
  • EN CONCLUSION 35 Comme en tout, il ne faut pas exagrer - ni dans lge des premires immersions - ni dans la frquence des plonges. Lencadrement doit donc tre plus que vigilant : - en sassurant de la cohrence du matriel par rapport au gabarit de lenfant - en montrant les gestes justes et en les pratiquant - en aidant ou faisant aider les plus petits, notion dentre aide et de binme.
  • Page 36
  • BONNES BULLES 36