Baratte1974_Recherches arch©ologiques   Ha¯dra

  • View
    23

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Baratte1974_Recherches arch©ologiques   Ha¯dra

  • Franois Baratte

    Recherches archologiques Hadra. Miscellanea 1.Rome : cole Franaise de Rome, 1974, 68 p. (Publications de l'cole franaise de Rome, 17)

    Citer ce document / Cite this document :

    Baratte Franois. Recherches archologiques Hadra. Miscellanea 1. Les mosaques trouves sous la basilique I. Mosaqued'Ulysse - Mosaque fleurie. Rome : cole Franaise de Rome, 1974, 68 p. (Publications de l'cole franaise de Rome, 17)

    http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/monographie/efr_0000-0000_1974_arc_17_1

  • COLLECTION DE L'ECOLE FRANAISE DE ROME

    17

    BEOHERCHES D'ARCHOLOGIE AFRICAINE PUBLIES PAR L'INSTITUT NATIONAL D'ARCHOLOGIE ET D'ARTS DE TUNIS

    ET L'COLE FRANAISE DE ROME

    RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES

    HADRA

    MISCELLANEA

    1

    LES MOSAQUES TROUVES SOUS LA BASILIQUE I Mosaque d'Ulysse - Mosaque fleurie

    par

    FRANOIS BARATTE Conservateur au Muse du Louvre

    (Avant - propos de Nol Dtjval)

    Ouvrage publi avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique et du Ministre Franais des Affaires Etrangres

  • Dpositaire en France: Editions E. de Boccard

    11 Eue de Mdicis 75006 PARIS

    Dpositaire en Italie: L'Erma di Bretschneider

    Via Cassiodoro, 19 00193 ROMA

    TIPOGRAFIA S. - VIA ETRUSCHI 7-9 ROMA 1974

  • AVANT -PROPOS

    Une srie parallle aux grandes monographies des Becherches archologiques Hadra dites en commun avec l'Institut d'archologie de Tunis, comportera, sous le titre Miscellanea, des brochures consacres des tudes de dtail qui auraient alourdi les volumes de la srie principale. C'est le cas en particulier des publications de trouvailles varies faites l'occasion des travaux entrepris sur les glises d'Hadra mais qui n'ont pas de rapport direct avec l'archologie chrtienne.

    Le premier fascicule des Miscellanea est consacr des mosaques dcouvertes en 1967-1969 dans les sondages ouverts pour prciser la chronologie de la basilique I (x). Le principal de ces pavements avait t entrevu en 1967; il a t dgag presque compltement en 1969 sous la direction personnelle de Franois Baratte qui a pu l'tudier attentivement aprs sa dpose en 1970 et effectuer un sondage de contrle dans son soubassement en 1971. C'est lui que revenait tout naturellement la publication de cette mosaque intressante plus d'un titre par sa technique et son iconographie. Il y a joint une courte note sur un autre pavement dcor floral dcouvert dans un sondage assez loign du prcdent et qui rappelle, par une trange concidence, une mosaque d'Utique que nous conservons au Louvre et que Franois Baratte avait donc tudie dans le cadre de son Catalogue des mosaques du Louvre. Mais cette seconde mosaque recouverte par des tombes chrtiennes n'a pu tre compltement dgage.

    (1) Voir sur cette glise: N. Duval, Bapport prliminaire sur les travaux effectus Hadra en septembre-octobre 1967, Africa, (Tunis) III-IV, 1968-1969, [1972], p. 193-223; L'glise de Vvque Mel- leus Hadra: la campagne franco -tunisienne de 1967, Comptes rendus de V Acadmie des Inscriptions, 1968, p. 221-244; Les glises d'Hadra, II: recherches franco-tunisiennes de 1969, ibid., 1969, p. 410-418. - La publication architecturale (vol. II des Becherches archologiques Hadra) est en prparation.

  • AVANT-PROPOS

    Je remercie Franois Baratte d'avoir rdig ces descriptions dans un dlai rapide qui nous permet de les offrir aux lecteurs presque immdiatement aprs la dcouverte. Cette publication apporte une contribution notable notre connaissance, encore bien embryonnaire, d'un quartier central de V Ammaedara romaine. Mais surtout elle montrera au public que ce grand site, qui a dj fourni une srie de beaux pavements au Muse du Bardo, (et mme au sige de l'O.N.U. New York), est aussi un centre important et de caractre original pour la mosaque.

    Je voudrais, en terminant cette courte prface du premier fascicule des Miscellanea, exprimer notre gratitude la Direction et au personnel de l'Institut National d'archologie, qui ont permis et aid ces recherches Hadra, en particulier Monsieur le Directeur Gnral H. Seba, MM. A. Mahjoubi, H. Slim et A. Ennabli qui les ont organises, MM. Boulouednine et Allgue qui ont eu la responsabilit de la partie technique et enfin M. Mabrouk Hamrouni qui, non content de diriger le chantier, a effectu lui-mme, dans des conditions difficiles, toutes les oprations de nettoyage et d'enlvement de la mosaque principale qui nous devons donc de l'avoir sauve. Il m'est agrable aussi de souligner la contribution importante que l'Ecole Franaise de Eome, grce son Directeur M. Georges Vallet, au responsable de la section antique M. Pierre Gros et Yvon Thbert, membre de l'Ecole, prend nos recherches en assumant la part franaise de la co-dition.

    Nol Duval

  • LA MOSAQUE D'ULYSSE

  • LE CONTEXTE AECHOLOGIQUE

    En 1967 un sondage excut le long du mur est de la salle IV de l'glise (fig. 1) 1) pour tudier les fondations de ce mur rvlait l'existence au niveau -80 (2) d'une mosaque (fig. 2).

    Le dgagement de ce pavement, entrepris lors de la campagne suivante en 1969, n'a pu tre entirement ralis: on a dblay un rectangle de 10 m sur 6 m environ, mais la prsence de structures complexes, qu'on ne pouvait dtruire ou dmonter sans une tude pralable attentive, a empch d'atteindre partout les limites de la salle (fig. 3) (3).

    La mosaque dblaye en 1969 a t enleve au printemps 1970 par une quipe de mosastes dirige par M. Mabrouk Hamrouni et remonte sur des dalles de bton. Cette opration, qui assure d'autre part sa conservation, a permis une tude minutieuse du statumen et, aprs coup, des substructions. Elle a clarifi aussi certains problmes d'interprtation iconographique que l'tat de la mosaque en place ne permettait pas de rsoudre.

    La salle.

    La mosaque tait certainement beaucoup plus vaste que l'espace dgag. Les murs qui la limitaient n'ont t mis au jour que partiellement au Sud et l'Ouest. Au Sud, le mur est aras 30 cm au-dessus du sol et les fondations de l'glise reposent sur lui; l'Ouest, on n'a pu le dblayer compltement, mais on

    0) N. Duval, op. cit., Africa, III-IV, p. 198 et fig. 14; CRAI, 1968, p. 243; CRAI, 1969, p. 414, fig. 4.

    (2) Le niveau correspond au sol des nefs de l'glise. (3) N. Duval, op. cit., CRAI, 1969, p. 413-414.

  • 10 RECHERCHES ARCHOLOGIQUES HADRA

    a constat que sur ces deux cts, la paroi, construite en petit appareil, mesure plus d'un mtre d'paisseur. Le parement intrieur tait enduit; sur le mur ouest en particulier, on distingue nettement trois couches d'enduit superposes: une premire couche blanche de 6 7 m, puis deux couches peintes de mme paisseur. Les motifs de la couche externe ne sont gure distincts: on constate seulement l'emploi des couleurs rouge, noire, verte et jaune.

    Le plan de la pice (flg. 3) peut tre complt grce l'examen de la bordure qui a t atteinte en plusieurs autres endroits: au Nord de l'espace dgag et dans deux sondages raliss l'un dans l'angle nord-est de la salle IV, l'autre dans l'espace VI (*). Un mur nord-sud, garni l'extrieur d'une paisse couche d'enduit hydraulique, qui a t repr au cours d'un dernier sondage dans l'espace VI, pourrait constituer la limite est de la pice. Le plan formerait schmatiquement un rectangle de 15 m sur 7 environ, prolong sur un ct par un petit couloir large d'lm20, dans l'axe de la pice: ce couloir constitue pour l'instant le seul accs repr. L'orientation de la salle est la mme que celle de la basilique, qui s'est inscrite dans le rseau de rues existantes (2).

    Contrairement ce que nous avions pens en 1967, les dimensions de la salle et l'paisseur des murs semblent exclure une habitation prive. Le dcor conviendrait videmment une salle thermale. La prsence de bton hydraulique dans un des sondages constitue aussi un argument en faveur de cette hypothse. Mais il faudra largir la fouille pour pouvoir trancher.

    Caractristiques techniques de la mosaque.

    La mosaque a t trouve dans un tat dplorable. Plusieurs murs, dont la chronologie relative est difficile tablir, avaient t btis immdiatement dessus.

    (L) Ce sondage a t entrepris paralllement au mur de la basilique (voir fig. 1). La mosaque a t repre au niveau 80, dans un tat de conservation trs mdiocre; au-dessus de la couche de terre jaune trs dure, de 2 cm d'paisseur environ, qui la recouvrait, reposait une strate de 5 cm d'paisseur de terre noire grasse, riche en dbris organiques, mle de cendres et de bois dcompos. Les lacunes du pavement sont importantes. L o il subsiste, les cubes n'adhrent plus au statum-en. Le mur de la pice a aussi beaucoup souffert: l'enduit est trs abm; aucune trace de peinture n'est plus visible. Sur ce mur, conserv sur une hauteur de 80 cm environ, repose un autre mur plus grossier. C'est le sommet de ce mur qui affleure en surface.

    (2) Sur le quartier central d'Ammaedara on pourra se reporter aux remarques faites dans F. Baratte, N. Duval et .T. Cl. Golvin, Recherches Hadra V: le Capitole (?), la basilique V, CRAI, 1973, p. 167-168, et au plan d'ensemble (fig. 1) illustrant ce rapport.

  • LA MOSAQUE D'ULYSSE 11

    En outre la partie centrale, au-dessus de laquelle on a trouv une couche de cendres compacte, a t dtruite totalement, peut-tre par un incendie. Par contre, la bordure, au moins dans la partie dgage, et les secteurs est et ouest du pavement sont bien conservs.

    Aprs la dpose du pavement, un sondage excut au centre de la pice a permis d'examiner les substructions. On a trouv le roc 55 cm seulement sous la mosaque. Sur ce socle naturel, qui a t aplani soigneusement, a t tale un mince couche de terre marneuse blanchtre; au-dessus on rencontre par endroits un remplissage rgulier constitu de deux couches de blocs calcaires bien quarris, d'une hauteur