Bernard of Clairvaux - Oeuvres complètes

  • View
    252

  • Download
    138

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Bernard of Clairvaux - Oeuvres complètes

Text of Bernard of Clairvaux - Oeuvres complètes

*>>

Digitized by the Internet Archivein

2011 with funding fromUniversity of Toronto

http://www.archive.org/details/oeuvrescomplte04bern

v-

f,

(EUVRES COMPLETES

BI

SAINT BERNARD

PftMGUEUX, IMPRIMERIE BOUCHARIE ET C.

(EDVRES COMPLETES

SAINT BERNARDTIIADTICTION

NOUYELLE

PAP. M. L'ABBE

CHARPENTIER

TOME QUATRIEME ME

PARISUBRAIRIE DE LOUIS VIVES, EDITEURRUE DELAMBRE, 9

1807

1 HE INSTITUTE 0?

IOl

-

2 8 1S31

(EUVRES COMPLETES

DE SAINT BERNARDPREMIER ABBE DE CLAIRVAUX.QUARANTE-CINQlilEME'

SERMON

.

glement et l'impurete. En effet, sa memoire est devenue impuissante et infirme, sa raison imprudenteet tenebreuse, et sa

De1.

la trinite

en Dieu

et

dans I'homme.Trinite b , Pere,Fils etet

volonte impure. Or,etait debout,

si la

me-

moire qui, tant qu'elle

rappelait la

La bienheureuse etsainteDieu unique,

Saint-Esprit,

puissance, sagesse

puissance de la divinite dans sa simplicity, en tombant de es mains, vint se rompre sur les rochers,s'il

bonte supremes, a cree une sorte de trinite a son image et a sa ressemblanee, quand clle a fait l'ame

est

permis de parlerles

ainsi, et se brisa

en trois

morceaux qui sontj'entends cellestelles

on trouve quelques vestiges dela supreme Trinite en ce qu'elle est en meme temps meraisonnable,oil

reuses et les oiseuses.

ou

la

les onePar pensees auectueusrs, metnoire se trouve affectee;

pensees aftectueuses,

Trois chllte do '.

moire, raisonsorte que,

et volonte. Or,

Dieu

l'a

creee de telle

sont

les

preoccupations des choses necessaires

demeurant en

lui, elle fut

heureuse dese

a

la vie,

du

boire et

du mangerles

et

le

reste; par

son union aveclui, et qu'elle ne putde luisans etrequ'elle aille. Mais, cette trinite creee

detourner

onereuses,

j'entends

soucis

des choses exte.

malheureuse de quelque cote aima mieux, par un mouvement de sa propre volonte, toraber, que se tenir debout par un acte de son libre arbitreavec la grace de son auteur. Elle est done tombee

rieures, et des occupations penibles; et par pensees oiseuses, je veux dire celles qui ne l'affectent ni nela chargent,

maisqui pourtant

la

detournent de la

contemplation

des choses eternelles; telle est, par

par

la suggestion,

par

la delectation et

par

le

contri-

exemple, la penseed'un cheval qui court, d'un oiseau qui vole.2.fet, elle etait

sentement, du rang aussi eleve que beau de sanite, je

veux dire de la puissance, de la sagesse et de la purete, dans une sorte de trinite contraire et souillee, e'est-a-dire dans la faiblesse, dans l'aveusermons suivants sont appeles les Petits sermons. Horstius les a coraptes au nombre des Sermons divers, apres en avoir reporte plusieurs au rang des Pemees. Peut-etre sont-ce cea sermons que Jean de Salisbury demandait ix Pierre dc Celles de lui envoyer et qu'il appelait dans ses lettres xevi, ei xcvn, lesa Les

le

fait aussi une triple chute. En efcapable de discerner entre le bien et mal, entre levraiet le faux, entre ce qui est

La raison a

^

^"J"

avantageux

et ce

quine

l'est

point. Or,

quand

il

lui

Fleurs des paroles de saint Bernard. Ce sermon se trouve reproduit en grande partie dans le livre VIII des Fleurs de saint Bernard, chapitres I et XXV, oii ilti

est parle de la cbarite

dans

les

termes

oil il

en estparle plus bas

au

n. 5.

SERMO XLV.De varia1.

Trinitate,et

Dei

scilicet

et

Hominis.Pater et

quamdam contrariam et fcedam trinitatem, scilice t infinnilatem, ca?citatem, immtmditiam. Memoria cnim facta est impotens et infirma, ratio imprudens et fcenebrosa, voluntas impura. Porro memoria, qua? simplicisin

Beata

ilia

sempiterna

Trinitas,scilicet,

Films

et Spiritus-sanctus, units

Deus

summa benignitas, trinitatem ad imagiiiem et similitudinem suam, animam videlicet rationalem qua? in eo prfert vestigiumstimma sapientia,:

summa potentia creavit quamdum

potentiam stans cogitabat, ab ilia cadens et velut supra saxa corruens, in tres partes confracta dissiliit, scilicet in cogitationes affectuosas, onerosas, otiosas.divinilatis

quoddammodo,ut

illiiis

summa?

Trinitatis,

ratione, et voluntate consistat.

quod ex memoria, Creavit autem earn lioc:

AlTectuosas voco Mas, in quibus ipsaafficitur, ut in earls rerum necessariarum , edendi bibendi , caeterarumque * similium onerosas, ut in exterioribus adminiatrationibus et occupationibus duris : otiosas, quibus nee, :

al.

innume-

manens in illo, participatione ejus esset beata aversa ab illo, quocunque se conferret, remaneret misera. Sed haec trinitas creata elegit potius per motum* at.

afficitur

neconeratur, ettamenab a3ternorum contemplatione per ilia distenditur ut si cogitet, verbi gratia, equum currentem, aut avem volantem.:

rabilium.

Crea-

tioniB.

propria? voluntatis caderc, quam ex p er liberum arbitrium stare. Cecidit

gratia

*

conditoris

2.

Rationis quoque triplex casusel

est.

Siquidem

ejus

ergo perilia

suggeset

erat discernere inter

tionem, pulchra

delectationem,trinitate, scilicet

consensum, abpotentia,

summa

commodumtanla

bonum et malum, verum et falsttm, incommodum in quibus discernendis;

sapientia,

pnritate,

modo

caligine ca>catur, ut saepe in contrariam du-

T.

IV.

:

.4.1

VRES

Hi:

SAINT HEHNAHD.bienheureuse Trinite quiriconleet

faut discemer entre ces choses maintenant, elle estsi

s'est

souvenueest

le sa

mise- La supremeTrini'riri[iln;i

aveugle qu'ille

lui arrive

bii-n

souvent

de jugeile

qui

a oublie nos

fautes. Ainsi,

le Filsil

mal pour le bien, le faux pour le yrai, le riuisible pour Futile, et reciproquement. Or, elle ne so trompetout

contraire de ce qui es', de prendre

de Dieu, envoye par son Pere,

venu,

et

nous

a don ue la foi ; apres le Fils, le Saint-Esprit fut envoye a son tour el nous a appris et cIoiiik- lacharite. Avec cesfoi et la charite,

repare la chute de la nature.

rait

jamais ainsi dans cesMais,

mat. civs

si

elle

n'etait

point priv^e de la lumiere aveccrvce.

laquelle elle a 6teaussi,ili

deux biens, je veux dire avec la nous est venne l'esperance de repar cetle sorte dela laF.l

commeles

elle

est

dechueplussou

si

tourner verstrinite,

le

Pore. Or, c'est

ri-la

par

le

moyen defoi,

hors de doute qu'elle ne trouve

autre

chose

par

la Foi,

l'Esperance et

Charite, que,

la

de

mainteuant que

tenebres de

aveuglement.lui etait

commeet

par une sorte de trident,Trinite a raniene

bienheureusel'abime,

t'esperauceet

de la

De

la vieut qu'elle a

perdu l'iustruuient quila

immuableelle etait

du fond de

charite.

necessaire pour

administrer ces choses, jesagesse,

veuxde

ouet

tombee, notrela

trinite

muable, dechuela

parler du

trivium de

c'est-a-dire

malheureuse. Aiusi,

Foi a eclaire sa raison,

l'ethique, de la logique et

ment

elites,

science de la

de la physique, autremorale, science de l'obrepousseret

l'Esperance a rcleve sa memoire, etpurilie saest

Charite a

volonte. Lors done que le Fils de Dieu

servation

et

science de la nature, car l'ethique nousle

venu

et s'est failil

homnie,

apprend a choisirque, a reconuaitrec'est-a-dire ce

bien

el a

le

mal; laphysi-

qui

etait Dieu,

a fait

comme je l'ai dit, hq comme un bon medecin, des

logique, a discerner le vraice

du faux,

la

qui est utile ou

nuisible,t'tre

ordonnances dont l'execution devait nous rendre le salut que nous avions perdu. Pour nous les faireaccepter

qui, dans la pratique, doit

pris

avec

confiance,

il

fit

des miracles,il

et,

oula'

laisse.

pour nous convaincre deleurdoDt lalieu

utilite,

nous promit

Tolonie a

3.

Vient ensuite la volontetriple.

mine

est

la beatitude.

egalement "chute" triple eh

En

effet,

au

de demeurer

attachee a la bonte et a la purete souveraines et de

foi

n'aimer qu'elles, par un etfet de sa propre iniquite, elle est tomb6e de ces