Click here to load reader

Bilan Campagne de Suivi 2015 - gaia-isere. · PDF file Bilan Campagne de Suivi 2015 143 entreprises en suivi en portefeuille 31 entreprises entrées dans le portefeuille 2014 dont

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Bilan Campagne de Suivi 2015 - gaia-isere. · PDF file Bilan Campagne de Suivi 2015 143...

  • 1

    La nature des données contenues dans ce document impose la stricte confidentialité – A ne diffuser sous aucun prétexte

    Bilan Campagne de Suivi 2015

    143 entreprises en suivi en portefeuille

    31 entreprises entrées dans le portefeuille 2014 dont 4 refinancements

    123 suivis réalisés

    70 rendez-vous de suivi effectués

    42% d’entreprises fiables (notées A ou B)

    27% d’entreprises présentant un risque modéré (notées C)

    17% d’entreprises en difficulté (notées D ou E)

    13% d’entreprises non notées

    1882 ETP concernés

    295.5 ETP crées entre l’année de financement et 2014

    113 Associations 24 Coopératives 6 SARL/SAS

    2 846 352 € d’en-cours total au 20 septembre 2015, dont :

    − 2 244 252 € d’en-cours en fonds propres − 602 100 € d’en-cours en en garantie

  • 2

    I. Note méthodologique

    La campagne de suivi 2015 a été réalisée selon le cadre de suivi de France Active.

    Celle-ci s’est étendue au cours de la période menant de début avril à fin septembre 2015 et portait sur l’exercice 2014. Le portefeuille de suivi 2015 de MCAE Isère Active se compose de 143 entreprises (pour rappel, en 2013, le portefeuille de suivi était composé de 117 structures). A noter également que le nombre de structures en portefeuille a été multiplié par 2,8 depuis 2009 (50 structures en 2009 /143 en 2014) sous l’effet d’un rythme d’entrée en portefeuille de nouvelles structures plus soutenu que la sortie des structures anciennes, accentué par notre stratégie de développement qui porte ses fruits en termes quantitatif. 70 rendez-vous de suivi ont été réalisés (dans le cadre du suivi des comptes), les autres structures ont été contactées soit par courriel, soit par téléphone pour des précisions complémentaires. Les rendez-vous de suivi ont été réalisés par Marion Blaise, Emilie Bres, Marie-Anne Grisal et Chloé Lagabrielle chargées de mission FinES, et Wilfried Merle et Defne Guvenc, chargés de mission - stagiaires.

    Pour chaque structure ayant fait parvenir ses comptes, une fiche de suivi a été rédigée (soit 123 fiches de suivi) et une note lui a été attribuée. Elle porte sur la notation de 5 critères : environnement/relations partenaires, qualité du plan d’affaires, marché et clients, gouvernance et direction, situation économique et financière de l’entreprise.

    A noter que 19 entreprises n’ont pu être suivies, faute de réception des comptes, à cause d’une clôture d’exercice en dehors du temps alloué à la campagne de suivi pour les structures financées récemment (notamment les SCOP en création), en raison d’assemblées générales tardives et donc de comptes non validés au moment du suivi, ou encore à cause d’un manque de coopération de leur part.

    L’échelle de notation est la suivante :

    A : L'entreprise notée est d'une qualité très fiable. B : Le risque est présent mais paraît maîtrisé. C : La solidité de l’entreprise est jugée de qualité moyenne. D : Le risque de non remboursement est important E : La probabilité de remboursement est très incertaine, le risque est fort.

    Remarque : un gros travail d’affectation des bon motifs d’éligibilité à chaque structure ainsi que des secteurs d’activité afférents selon la base financière France Active a été effectué pour la campagne de suivi 2014.

  • 3

    A. Les motifs d’éligibilité

    Il existe deux catégories de motifs d’éligibilité selon France Active caractérisant chacune des structures financées par MCAE Isère Active :

    • Le motif d’éligibilité 1 englobe les coopératives, les structures employant les personnes handicapées, les structures de l’insertion par l’activité économique et enfin celles qui exercent une activité d’utilité sociale.

    • Le motif d’éligibilité 2 vise à compléter le motif 1 en apportant des précisions sur le type de structure (SCIC, SCOP, ACI, EI, ETTI etc.) ou sur le domaine d’action (culture, formation, tourisme social, environnement, logement très social etc.)

    • Sur les 143 entreprises en suivi en 2014, l’utilité sociale est toujours le premier motif d’éligibilité représentant 61% du portefeuille (stable par rapport à 2013, 61.3%). A noter qu’une structure a pour motif d’éligibilité 1 l’utilité sociale mais est aujourd’hui sous forme coopérative (association transformée en coopérative entre le moment du financement et le suivi 2014).

    • L’insertion par l’activité économique et le statut coopératif sont toujours des motifs

    d’éligibilité 1 très présents et représentent respectivement 18.8% et 14.6 % du portefeuille (19.3% et 13.4 % en 2013).

    • Le motif d’éligibilité Emploi de personnes handicapées reste le moins représenté dans

    le portefeuille, il concerne seulement 5.6% des structures (stable par rapport à 2013, 5.9%). A noter que 2 structures dont le motif d’éligibilité 1 est l’emploi de personnes handicapées sont sous formes coopératives.

    � L’utilité sociale est un motif d’éligibilité large qui rassemble différents types de

    structures répondant à des besoins sociaux. Le graphique ci-dessous nous permet de faire un zoom sur les domaines d’action de ces structures d’utilité sociale.

    Répartition du portefeuille 2014 selon le motif d'éligibilité 1

    Utilité sociale 61 %

  • 4

    • Sur les 87 structures correspondant au motif d’éligibilité 1 « utilité sociale », 41% sont des structures exerçant leur activité dans le domaine de la culture, 21% des structures sont dans la formation et 14% sont dans le domaine de l’éducation populaire (lequel inclut le domaine du sport).

    • La catégorie « autres » représente 20 % des structures d’utilité sociale et regroupe les activités relevant de l’agriculture, de l’action sociale, de l’accompagnement ou de l’environnement.

    • Les motifs d’éligibilité 2 tels que le logement très social (2%), l’hébergement de personnes âgées (1%) et le tourisme social (1%) sont les moins présents parmi les structures d’utilité sociale.

    En résumé : Le portefeuille se diversifie, en lien avec l’élargissement des cibles de France Active mais aussi en lien avec la stratégie de développement de MCAE Isère Active. Les principaux motifs d’éligibilité des structures composant le portefeuille FinES sont l’utilité sociale (et en son sein la culture, la formation et l’éducation populaire), l’insertion par l’activité économique et les coopératives.

  • 5

    B. Notation

    Rappel : L’échelle de notation est la suivante :

    A : L'entreprise notée est d'une qualité très fiable. B : Le risque est présent mais paraît maîtrisé. C : La solidité de l’entreprise est jugée de qualité moyenne. D : Le risque de non remboursement est important E : La probabilité de remboursement est très incertaine, le risque est fort.

    AVERTISSEMENT : En 2014, la part des structures non notée augmente de nouveau et atteint 13,3% (19 structures) contre 12% (14 structures) en 2013.

    42%, soit un peu moins de la moitié des entreprises du portefeuille de suivi FinES 2014 sont fiables ou présentent un risque maîtrisé (notation A et B). Leur part dans le portefeuille baisse de 3 points par rapport à 2013.

    � Sur les 45 structures notées B en 2013 (soit 38.5% du portefeuille 2013): � 4 % s’améliorent, passant de B à A (soit 2 structures) � 64 % se maintiennent (soit 29 structures) � 22 % se dégradent, passant de B à C (soit 10 structures) � 4 % se dégradent, passant de B à E (soit 2 structures) � 4 % sont non notées (non réception des documents pour 2 structures)

    26,5% des entreprises du portefeuille de suivi 2014 présentent une solidité jugée de qualité moyenne (notation C), soit une baisse de 2 points par rapport à 2013.

    � Sur les 37 structures notées C en 2013 (soit 31,6% du portefeuille 2013) : � 16 % s’améliorent passant de C à B (soit 6 structures) � 51 % se maintiennent (soit 19 structures) � 13,5% (soit 5 structures) se dégradent passant de C à D ou de C à E � 19 % sont non notées (soit 7 structures)

    9% du portefeuille de suivi 2014 (soit 13 entreprises) est dans une situation jugée préoccupante (D) avec un risque de non remboursement réel.

  • 6

    Si l’on compare à 2013, la part des entreprises risquées diminue de 2 points pour atteindre 9% contre 11 % en 2013. Ceci peut s’expliquer en partie par :

    � un suivi renforcé des structures en difficultés, o un accompagnement DLA ou un suivi post-accompagnement mis en place

    suite à la détection de difficultés lors du suivi FINES. A noter que 22% des structures en portefeuille en 2014 ont bénéficié d’un DLA individuel ou collectif, voire les 2, post-financement (contre 23% en 2013)

    � La mobilisation de tour de table financier permettant à la structure de mettre en place une phase de repositionnement de l’activité

    8,3% des structures du portefeuille (soit 12 entreprises) présentent un risque très important avec une probabilité de rem

Search related