Bisérite hémorragique récidivante chez une jeune femme révélant une endométriose

  • Published on
    27-Dec-2016

  • View
    228

  • Download
    14

Embed Size (px)

Transcript

  • A186 66e Congrs de la Socit nationale francaise de mdecine interne12au 14dcembre 2012, Nice / La Revue de mdecine interne 33S (2012) A90A198

    CA206Apport et limites de lcho-doppler cardiaquetransthoracique dans lexploration des massesintracardinterneM. Ibrir a, DB. Mansoura Mdecine iBab El Ouedb Imagerie mBab El Oued

    Introduction(ETT) et pade routine ddu recrutemle plan card(SAPL, Behcde masses iaffections svoire une IRtation, paiPatients et mmdecine ibncientTDMet/ouaclinique et lbophilie, stude les vRsultats.moyen est dvre prolodents emboun tableau(deux) et uassocies soanti phosptmique (u(neuf), duncompltemettent aindun myxotum inter-aSacks (deuxdroite du sidroit avec emasses intr(deux), unthrombosesune nphroune cardiople contextesynthse. . .terme, nouAPL, la ruptdiovasculaiConclusion.de lETT dade la coupleles conditiotachycarde.de routine,nable pouraux affectiovgtationamylose, m

    http://dx.do

    CA207Syndrome de Sweet au cours de la grossesse : propos dune observation et revue de la littratureO. Berrichea, W. Chebbib, J. Swissib, H. Sfarb

    cinecine

    ctionphilimensse ede c

    s etma littathosesseationemaes, hteuses et. Le

    matoau niynovtessee C-

    mras neuait unLa prapite dion.duns. Laau cho

    tionrogesse, ptiblent lesion.sse pgnosquest le d

    dx.do

    ite he r

    hor-Asounaha,cineOuedco-ob

    rie mOued

    olo, Algmieb Eliaques dans un service de mdecine

    . Hakema, N. Ouadahia, A. Berraha, S. Ayatb,i b

    nterne, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine, CHU, Alger, Algriedicale, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine, CHU, Alger, Algrie

    . Lcho doppler cardiaque par voie transthoraciquer voie sophagienne (ETO) fait partie de lexplorationes patients admis dans un service de mdecine du faitent des affections systmiques souvent bruyantes sur

    iovasculaire et des affections hautement thrombognes et, Lupus rythmateux systmique). La visualisationntracardiaques, particulirement au cours du suivi desystmiques, imposent souvent le recours une ETOM an didentier ltiologie causale (thrombus, vg-ssissement valvulaire, processus inammatoire.).thodes. tude rtrospective sur dossiers colligs en

    nterne sur cinq annes successives. Tous les patientsdun bilan morphologique (cho doppler cardiaque,ngio-IRM)etdunbilantiologiquedictpar le contextees donnes de lexploration cardiaque (bilan de throm-rologie hydatique, hmocultures). Sont exclues de cettegtations lies une endocardite infectieuse.Douze patients sont tudis ; sex-ratio est de 2 ; lgee 37,9 ans [1565] ; Les motifs dexplorations sont unenge (quatre), des troubles du rythme (deux), des acci-liques (deux), des anomalies stthacoustiques (deux),de cur pulmonaire aigu (trois) ou HTAP chroniquen tableau de dmence vasculaire (deux). Les affectionsnt une maladie de Behcet (quatre), un syndrome des

    holipides (trois), un LES (un), une sclrodermie sys-n). LETT est en faveur dun thrombus intracardiquemyxome (un) et ne prononce pas (deux). Elle est

    par ETO (sept) et dune IRM cardiaque (cinq) qui per-si le diagnostic dun thrombus intracardiaque (six),

    me de loreillette droite (un), dun lipome du sep-uriculaire SIA (un), dune endocardite de Libmann), de bandes breuses en faveur de vestige de valvulenus venosus (un) et de kystes hydatiques du ventriculenvahissement du septum inter-ventriculaire (un). Lesacardiaques sont associes une dmence vasculairelivdo (trois), des anvrismes pulmonaires (trois), desveineuses crbrales (deux), des AVC rcurrent (un),

    pathie lupique (un), une embolie pulmonaire (quatre)athie ischmique (deux). Le traitement est dict par(anti coagulation, corticothrapie, antipaludens de

    ) et la chirurgie est requise deux fois. court et moyens dplorons 3dcs par syndrome catastrophique desure dun anvrisme pulmonaire et une dfaillance car-re.Ces observations rsument bien lapport et les limites

    ns lanalyse dune image intra cavitaire et la ncessitr une ETO, voire une IRM, particulirement lorsquens dexamen sont difciles (patients peu cho gnes,. .). Nanmoins les indications de cet examen, devenusont larges et incontestablement un outil incontour-linterniste du fait de latteinte cardiaque spciquens systmiques qui lui sont cones (Libmans Sacks,marastique, thrombus intracardiaque, Meadows, HTAP,yocardite lupique. . .).

    i.org/10.1016/j.revmed.2012.10.334

    a Medeb Mde

    IntroduneutronotamgrossedizainePatientdans lthiopla grosObservde 25 snotablthmadiffusegenouxrythgeantni de sune viprotin la nuclairemontrSweet.ticothcomplDiscussvenueconnuSweetceptionassociaet la pgrossesuscepralisaConclugrossedes diasiologirenden

    http://

    CA208BisrfemmK. DagN. BenA. Berra MdeBab Elb GynAlgriec ImageBab Eld PneumEl Ouede AnatoCHU Bainterne, hpital Tahar Sfar, Mahdia, Tunisieinterne, Mahdia, Tunisie

    . Le syndrome de Sweet (SS) est une dermatoseque qui peut sassocier des diverses pathologies,t noplasiques ou inammatoires. Son association unest rarement dcrite et notre connaissance, seule uneas a t rapporte dans la littrature.thodes. travers une observation et les cas rapports

    rature, nous analysons les particularits cliniques etgnique du syndrome de Sweet survenant au cours de.. Il sagissait dune patiente ge de 24ans, enceinteines damnorrhe et sans antcdents pathologiquesospitalise pour exploration de lsions cutanes ry-s subaigus associes une asthnie, des myalgiesdes polyarthralgies inammatoires des chevilles et desxamen physique trouvait une vre 38 C, des plaques-papuleuses bords nets et inltrs douloureuses si-veau des membres infrieurs. Il ny avait pas darthriteite. la biologie, les examens biologiques montraientde sdimentation 90mm la premire heure, une

    ractive 60mg/L, un taux de brinogne 4,8 g/L avection formule sanguine, une hyperleucocytose polynu-trophiles 12200lments/mm3. Une biopsie cutaneaspect histologique compatible avec un syndrome de

    atiente tait traite par la colchicine associe une cor-e locale. Lvolution tait favorable avec une rgressiones symptmes.Les mcanismes pathogniques impliqus dans la sur-syndrome de Sweet au cours de la grossesse sont malprdominance fminine, la survenue de syndrome deours de la grossesse et chez les femmes sous contra-rmonale voquent le caractre non fortuit de cetteet suggrent un mcanisme hormonal. Les estrognesstrone, dont les taux sont augments au cours deourraient se comporter comme des antignes distinctssdinterfrer avec la rgulationdu systme immunitairesyndrome de Sweet. La survenue dun syndrome de Sweet au cours de laose un problme dordre diagnostique li la multitudetics diffrentiels lis au terrain. Les modications phy-des paramtres biologiques au cours de la grossesseiagnostic positif encore plus difcile.

    i.org/10.1016/j.revmed.2012.10.335

    morragique rcidivante chez une jeunevlant une endomtriosebbaci a, D. Hakema, D. Bensalaha, A. Mouzali b,aa, H. Kerrouchea, L. Stof c, R. Yahyaouid, A. Chekiri e,B. Mansouri c, R. Baba-Ahmede

    interne, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine, CHU, Alger, Algriesttrique, clinique Gharafa, CHU Bab-El-Oued, Alger,

    dicale, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine, CHU, Alger, Algriegie, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine, CHU Baber, Algriepathologique, hpital Dr Mohammad-Lamine Debaghine,Oued, Alger, Algrie

  • 66e Congrs de la Socit nationale francaise de mdecine interne12au 14dcembre 2012, Nice / La Revue de mdecine interne 33S (2012) A90A198 A187

    Introduction. Lendomtriose se manifeste habituellement par deshmorragies cycliques en priode menstruelle. Elle est exception-nellement lorigine dune ascite hmorragique rcidivante et nousavons collig dix cas publis dans la littrature depuis le premiercas rapport en 1954.Patients et mthodes. Rapporter une observation pour illustrer cesujet.Observationnorrhe, depleuropulmdevant la surcidivanterexie) depumdicaux elabsence detif) justienaucune amment marqdes signessique, psych37 C, des dune dysmrapport avbleutre rtlogique mo 7g/dl, untique, cortisLes marqueron sont nrtractile usans image(pleuropulmminopelvieaugmentsun aspect dsonne. Lesun liquide fen hmatieou non spmilieux sp(remaniemkystes ovarconrmenttransfusionrecul de qupas not dtomie bilatdsir de prdliminer ucer de lovamsothlio(rcurrencelimagerie, lpathologiecloisonn den rapportcellules endangiogensliquide. Lasrale ?) et lecette obsernostiques.Conclusion.logies rarerecherchercaractres csurvenue ch

    Pour en savoir plusEkoukou D, Guilherme R, Desligneres S, Rotten D. Endomtrioseet ascite hmorragique massive rcidivante. J Gynecol Obstet BiolReprod 2005;34:3519.Grimes J.D.Gynecol 19

    lil Tasci9:33

    dx.do

    oseiglieryb

    e des, Frae de

    ctionmatmalctionr-rcastranodias etO p200

    ons pcompursyco

    pourol/Le aamenfecs. Fibre 2c inun bori, des mts.que,sableodialsion.e lacentdispequesemeune

    compet dsav

    annnd o56:2

    dx.do

    iffrcan. Jeune femme de 36ans, aux antcdents de dysm-dyspareunie, de strilit primaire et de tuberculose

    onaire 29ans (correctement traite) est explorervenue dune pleursie et dune ascite hmorragiques

    s voluant dans un contexte de perte pondrale (ano-is un an. Le contexte pidmiologique, les antcdentst le contexte clinique (strilit, perte pondrale) etsignes en faveur dun processus malin (ovarien, diges-t un traitement antituberculeux dpreuve mais sanslioration. Le tableau clinique note un amaigrisse-u avec un IMC 18, un syndrome anmique avecdintolrance clinique (rduction de lactivit phy-asthnie. . .), une pression artrielle 100/60, une T ouleurs pelviennes avec des pisodes dexacerbation,norrhe et une distension modre de labdomen enec lascite. Lexamen au spculum visualise nodulerocervical vocateur dune endomtriose. Le bilan bio-ntre une anmie microcytaire hypochrome ferriprivee VS 60mm. Par ailleurs, le bilan (rnal, hpa-olmie, ionogramme sanguin, cholestrol) est correct.urs tumoraux (CA 125, ACE, AFP. . .) et le quantif-gatifs. Le bilan radiologique montre sur un poumonn panchement liquidien droit de faible abondancesuspecte de greffe aspergillaire ou de processus malinonaire, mdiastinal) la TDM thoracique. LIRM abdo-

    nne retrouve un utrus bromyomateux, des ovairesde volume daspect kystique et hmorragique et noteendomtriose ovarienne, pritonale et une ascite cloi-ponctions pleurales et du liquide dascite ramnent

    ranchement hmorragique exsudative cytologie riches sans cellules malignes, sans bactries spciquesciques lexamen direct et en cultures enrichies deciques (Lovenstein. . .). La biopsie pleurale est rcuseent breux, liquide de faible abondance). Lablation desiens et des bromes utrins et les biopsies pritonalesle diagnostic dendomtriose. La patiente bncie des et dun traitement hormonal. Lvolution avec unatre mois est favorable sur le plan gnral et il neste rcidive de lascite. Lhystrectomie avec annexec-rale (seul traitement radical) est rcuse du fait deocration. Discussion : Lascite hmorragique imposene carcinose pritonale (un syndrome de Meigs can-ire, digestif.), une malacoplakie, une tuberculose, unme ou une cirrhose dcompense. Le contexte cliniquemenstruelles de lascite hmorragique), les donnes deaspect macroscopique chirurgical et ltude anatomo-nous ont permis de poser le diagnostic. Le caractree lascite est expliqu par limportance de la broseavec la scrtion de facteurs de croissance par lesomtriosiques. Le kyste hmorragique associ une

    e accrue est lorigine de laspect hmorragique desociation une pleursie hmorragique (ascite pleu-s antcdents de tuberculose pulmonaire avre rendvation plus complexe et explique les difcults diag-

    Lendomtriose des sreuses restent lune des tio-s des polysrites hmorragiques. Linterniste doitcette tiologie et lvoquer particulirement devant lesycliques menstruels de lascite hmorragique et leurez une femme jeune strile.

    El Kharhagic1999;2

    http://

    CA209AmylE. MerF. Leroa ServicPoitierb Servic

    Introdulinampar lesles infeestunptons lecorps lhmPatientde BPCdepuisinfectisur leune pleactinomsation380mest dosDes exfoyer ingatifdcemdu tronsagit da, a prifaisaitRsultachronirespondhmConclunique dsous-jasont inchronile traitsion oucas, acrnalePour enLachmtory a2007;3

    http://

    CA210Les dTEP/sAscites and pleural effusion with endometriosis. Obstet91;78:553., Mourad FH, Barada K, Uthman S. Massive hemor-tes secondary to endometriosis. J Clin Gastroenterol45.

    i.org/10.1016/j.revmed.2012.10.336

    AA : faut pas pousser le bouchon !a, O. Fritzb, G. Le Maob, C. Bachelet-Rousseaub,

    mdecine interne, centre hospitalier universitaire,ncenphrologie, centre hospitalier, La Rochelle, France

    . Lamylose de type AA est une complication deion chronique. Les principales causes sont reprsentesadies inammatoires chroniques, et plus rarement pars chroniques et tumeurs. Une inammation prolongeequis audveloppementdecetteamylose.Nous rappor-dun patient ayant prsent une amylose AA suite unger inhal, avec atteinte rnale majeure ayant conduitlyse.mthodes. Un homme n en 1943, aux antcdentsost tabagique, est suivi pour une insufsance rnale9dcouverte fortuitement. Il prsente de nombreusesulmonaires depuis quelques annes mis initialementte de surinfections de BPCO. Il a t hospitalis pourie purulente Fusobacterium ncroforum, puis pour unese pulmonaire. loccasion dune nouvelle hospitali-une pneumopathie, il est dcouvert une cratinine . Il estmis en vidence une amylose AA. La protine SAAvec un taux plasmatique lev 75mg/L (N

Recommended

View more >