BUKU 2015 Barrierefrei FR

  • View
    221

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of BUKU 2015 Barrierefrei FR

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    1/84

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    2/84

    Couverture

    Pendant des annes, une photo du Palais fd-

    ral a orn la couverture de La Confdration

    en bref . Nous vous proposons dsormais de

    jeter un regard particulier sur la Suisse. Cette

    anne, nous vous prsentons le spectaculaire

    Tschingelsee, dans lOberland bernois, qui fait

    partie des 283 zones alluviales dimportance

    nationale. Or, la dcision de protger ces zones

    a t prise au Palais fdral. La politique nest

    pas abstraite, elle rgle les questions les plus

    diverses, qui nous touchent tous directement.

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    3/841

    Chre lectrice, cher lecteur,

    En octobre auront lieu llection du Conseil national et, dans laplupart des cantons, llection du Conseil des tats, chacun dentrenous ayant ainsi la possibilit dlire le nouveau Parlement. Sidans nombre de pays, les lections parlementaires constituentlunique occasion pour les citoyens dexprimer leur volont, cheznous, la situation est tout autre. La Suisse est en effet la cham-pionne du monde des rfrendums. Depuis le XVIIIesicle, plus de30 % dentre eux ont t organiss sur notre sol.

    Dans aucun autre pays, le dbat politique nest aussi anim quenSuisse. Trois quatre fois par an, nous votons sur des questions qui

    ont une incidence directe sur notre vie. Nous nous prononons parexemple sur la sant, la formation, les relations avec ltranger oulavenir nergtique. Aucun sujet nest tabou : labolition de larmeou lacquisition par la Suisse de nouveaux avions de combat sontgalement des questions sur lesquelles nous nous exprimons.

    La politique suisse nest pas une promenade de sant mais bienune course dendurance, longue et difficile. Elle se caractrisepar une recherche permanente du compromis. En effet, toutes lesrgions, cultures, majorits et minorits doivent avoir le senti-ment dtre dment prises en considration lorsque les autoritspolitiques prennent des dcisions, si bien que les procdures sont

    complexes et chronophages. Mais cest aussi ce qui fait le sel dela politique et qui permet presque toujours dobtenir dexcellentsrsultats.

    Les sujets sont souvent compliqus et doivent donc tre expliqus.Cest l quintervient la brochure La Confdration en bref , quirappelle lorganisation et le fonctionnement de ltat parlement,gouvernement, administration. Le texte et les illustrations qui com-posent la brochure sont mis jour chaque anne pour vous donnerune image la plus actuelle de cette dmocratie si fascinante.

    Bonne lecture !

    La chancelire de la Confdration Corina Casanova

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    4/842

    Table des matires

    Interview / Faits sur la Suisse 4

    Interview avec la prsidente de laConfdration Simonetta Sommaruga 4

    Population 8

    Finances 9

    Les grandes datesde lhistoire suisse 10

    La dmocratie suisse 12

    La structure fdrale de la Suisse 14

    La dmocratie directe

    au niveau fdral 16

    Les quatre plus grands partis 18

    et les sept autres partisreprsents au Parlement 20

    www.admin.ch : votre source dinformation sur lactivit gouvernementale

    actuelle, le Conseil fdral et ladministration fdrale.

    www.ch.ch :pour tout savoir en un clic sur les serv ices de la Confdration,

    des cantons et des communes.

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    5/84

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    6/844

    RENCONTRE AVEC LA PRSIDENTE DE LA CONFDRATION SIMONETTA SOMMARUGA

    Sandra Siegenthaler, 1993, employe de commerce/tudiante de Herzogenbuchsee (BE)

    Andri Silberschmidt, 1994, employ de commerce/tudiant dOttikon (ZH)

    Fiona Stiefel, 1989, institutrice de Dietikon (ZH)

    Barbara Vock, 1990, employe de commerce/tudiante de Bzen (AG)

    Huit jeunes citoyens intresss par la politique sentretiennent avec la prsidente de la Confdration :

    Nina Ackermann, 1995, gymnasienne de Lenzburg (AG)

    Joshua Auf der Maur, 1996, gymnasien de Wallbach (AG)

    Arianna Lanfranchi, 1997, gymnasienne de Haldenstein (GR)

    Simon Lengacher, 1993, tudiant de Coire (GR)

    Fiona Stiefel : Madame la Prsidente de laConfdration, quelle a t votre motivationpour vous lancer en politique ?Au gymnase, je l isais la presse avec avidit.Je mintressais surtout la politique, beau-coup moins au sport. Aujourdhui, je suisaussi lactivit sportive, principalement siFederer et Wawrinka gagnent (rires). Mavocation politique est vritablement nependant mon engagement comme bn-vole de nuit dans un foyer pour femmesbattues. Presque cinq ans durant, jy ai

    rencontr des femmes et des enfants dansdes situations extrmement difficiles. Jaialors pris conscience quil sagissait aussidun problme de socit. Un dsir de jus-tice et la volont de faire bouger les choses,voil ce qui ma pouss me lancer enpolitique.

    Barbara Vock : tant moi-mme conseillrecommunale, je me demande commentfonctionnent les circuits dinformation auConseil fdral. Avec un si grand nombre

    dobjets traiter, vous arrive-t-ildaccepter ou de refuser un projet sanslavoir vraiment tudi ?Non, tout est parfaitement rod, nous pou-vons tudier tous les dossiers qui mritentde ltre. Nous recevons lordre du jour dela sance presque une semaine lavance.Avant chaque sance, nous voyons aussiquelles sont les oppositions aux diffrentsdossiers. Nous pouvons ainsi nous forgerune opinion. Mais nous sommes tous ou-verts la discussion : de bons arguments

    peuvent aussi nous faire changer davis.Chacun de nous parvient rgulirement convaincre les autres daccepter sa pro-position. Les dbats sont parfois vifs, maistoujours factuels. Cette recherche de solu-tions, par-del les appartenances parti-sanes, est essentielle.

    Arianna Lanfranchi : Vous avez aussi lalourde tche, en tant que ministre de lajust ice, de mettre en uvre linitiativecontre limmigration de masse, dont lesdispositions vont lencontre de vosconvictions.Le Conseil fdral et le Parlement avaienttous deux recommand de rejeter cette ini-tiative. Mais au final, cest la populationqui a le dernier mot. La tche du Conseilfdral, prsent, est de soumettre au Par-

    lement un projet de loi qui mette en uvrela volont populaire et, paralllement, dengocier avec lUE. Nous savons que ce nesera pas facile, mais nous ne devons pasoublier quil est primordial de maintenirde bonnes relations avec nos voisins et lUEdans son ensemble.

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    7/845

    La culture politique,cest quune majorit aussi

    respecte les minorits.

    Andri Si lberschmidt : La population aaccept linitiative contre limmigration demasse alors que le Conseil fdral etlconomie avaient prvenu des risquesdun oui. Quelles sont selon vous les

    causes de ce qui ressemble une perte deconfiance de la part des citoyens ?Vous abordez l un point important. Ence qui concerne lconomie, les salaires etles bonus exorbitants des annes passesont sans doute cr une certaine distance.Sagissant de la politique, les choses sontun peu diffrentes. Jentends aussi dire par-fois qu Berne nous sommes trs loignsdes proccupations des gens. Je ne pensepas que cela soit vrai dans notre dmocra-tie directe. Berne, les habitants peuvent

    croiser les conseillers fdraux dans la rue.Avant chaque votation, mes collgues etmoi nous nous dplaons partout en Suisse,dans les villages, nous discutons avec lapopulation dans les arrire-salles de cafset nous faisons des selfies (rires). Notresystme politique permet aux citoyens de

    sexprimer directement, de voter quatrefois par an sur des questions concrtes et

    dlire, tous les quatre ans, leurs reprsen-tants au Parlement. Il y a donc forcmentune proximit avec la population. Le rsul-tat des urnes ne correspond pas toujours ce que voudrait le Conseil fdral, ce nestpas nouveau. Il faut cependant veiller nepas crer, force den parler, un foss quinexiste pas en ralit.

    Barbara Vock : Aprs les sances du conseilcommunal, nous allons boire un verre. Cestimportant pour la cohsion. Et vous, au

    Conseil fdral ?Nous allons manger ensemble. L, nouspassons au tutoiement. Pendant la sance,le vouvoiement est de rigueur, pour signi-fier que nous agissons dans nos rles res-pectifs et que nos dsaccords nont rien depersonnel.

    Sandra Siegenthaler : Je peux voter depuis

    trois ans. Mme en lisant les explicationsdu Conseil fdral, jai parfois du mal mefaire une opinion. Et comme je ne connaispas les objets en dtail, je narrive pastoujours distinguer le vrai du faux.Notre systme est trs exigeant, il fautprendre le temps dtudier les objets sou-mis au vote. Je suis heureuse dentendreque vous lisez la brochure du Conseilfdral. Les informations donnes par lespartis politiques peuvent aussi tre utiles.Mme sans tre membre, nous avons

    chacun des sympathies. Les mdias aussijouent un rle fondamental pour aider lescitoyens se faire une opinion. Cest pour-quoi la pluralit est importante dans ce do-maine galement. Dfendre des positionsdiffrentes, changer des arguments estessentiel.

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    8/84

  • 7/24/2019 BUKU 2015 Barrierefrei FR

    9/847

    Les connaissances juridiques seulesne suffisent pas. Il faut aussi trecapable de se mettre la place

    des autres.

    Joshua Auf der Maur : Vous tes pianistede formation. Comment faites-vous pouraccorder cette veine artistique avec lecadre strict du Conseil fdral ?La cration artistique obit aussi desrgles strictes (rires). Oui, lorsque jai tlue, beaucoup se sont demand si unepianiste pouvait vraiment tre ministrede la justice. Mon travail, en dfinitive,est duvrer la dfinition commune de

    rgles qui sappliquent tous, qui garantis-sent lquit et protgent les plus faibles.Cest donc lhumain, lindividu, qui