CAUE 30 URBANISATION DES COTEAUX ET ?· Urbanisation des coteaux et paysage CAUE 30 URBANISATION DES…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 1CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    URBANISATION DES COTEAUX ET PAYSAGERecommandations paysagres

    Myriam Bouhaddane-Raynaud. Paysagiste Conseil

    Dans le Gard, les inondations rptitives et catastrophiques ont rvl la sensibilit de certains territoires, impos des questionnements et remis en cause certaines pratiques damnagement.

    La construction dhabitations ou autres difices sur le lit dun cours deau ou mme dans des secteurs potentiellement inondables est dsormais une pratique damnage-ment abandonne et dsuette. La recherche de terrains hors deau au travers des PLU a conduit un dplacement du dveloppement urbain qui gagne peu peu les collines.

    Une menace pse sur ces hauteurs ou reliefs. En effet, si les pratiques damnagement nvoluent pas, si les mmes modles de constructions et doccupation qui ont prvalu depuis les annes 70 se poursuivent, lurbanisation peu dense qui participe de ltale-ment urbain est simplement dplace sur ces pentes exposes au regard. Un mitage important, fort impact visuel, caractrise alors les coteaux. Des tendues de garrigue se dlitent. Il en rsulte des paysages qui se ressemblent tous, dpourvus de lisibilit et de points de repres. Lobservation des collines dj urbanises confirme dj cette perte didentit et de banalisation.

    Devant ce constat, chacun tente, avec les moyens disponibles, de valoriser ou de mini-miser cet impact paysager que produisent sur les pentes les maisons individuelles avec jardins et cltures, sans remettre en cause la forme urbaine de cet habitat.

    Le recours au paysagiste vise alors gnralement rechercher des mesures compensa-toires, lesquelles sappuient sur divers lments tels que le bti, la voirie, la vgtation, les cltures, les cheminements de leau, les bassins de rtention, limpact visuel ou encore la forme urbaine. Elments qui font ici lobjet de quelques recommandations paysagres.

  • Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    2CAUE 30 - Janvier 2007

    Le bati

    En matire dimplantation

    En matire de hauteur des constructions

    Les gros terrasssements bouleversent le terrain naturel. Il convient de les minimiser.

    Les implantations en ligne de crte sont les plus visibles dans le paysage. Il est conseill de les viter.

    En gnral, en rgion mditerranenne, les fata-ges sont parallles aux courbes de niveau.

    Les faades pignons ne doivent pas tre juxtapo-ses avec dautres faades. Une telle disposition exprime une certaine anarchie architecturale, un manque de cohrence.

    Eviter les btiments de grande hauteur sur les crtes

    Prfrer des constructions sans tage sur les hauteurs des coteaux

  • 3CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    En matire de densit

    Choisir les piemonts pour les cons-tructions tages.

    Des maisons au milieu dun jardin ou des mai-sons en bande ?

    Lhabitat dense a pour incidence de moins ten-dre le primtre urbanis, de minimiser leffet de mitage et de donner plus de cohrence au projet.

  • Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    4CAUE 30 - Janvier 2007

    La voirieEn matire de revtement

    En matire de trac

    En matire dimplantation

    La sinuosit du trac viaire est parfois recom-mande. Elle permet dviter des coupures fran-ches et linaires dans la vgtation

    La sinuosit nest pas incompatible avec les ali-gnements de faades. Elle permet de diversifier la vgtation en faade de rue et de donner de la profondeur au paysage de la rue. Elle permet danimer le site.

    Limplantation de la voie a aussi son importan-ce.Lorsque elle est dans le sens de la pente, le ruis-sellement et limpact visuel sont aggravs. A lin-verse, les voies parrallles aux courbes de niveau (ici en second plan) ralentissent la course de leau et sintgrent davantage dans le paysage.

    Les revtements poreux comme certains btons ou enrobs rduisent limpermabilisation.

    Le concass peut tre adapt lorsque la pente nest pas trop forte.

  • 5CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    La vgtation

    Prservation du couvert vgtal existant

    La vgtation retient les sols et freine lroqion.Elle ralentit la course de leau. Elle accompagne les btiments et permet de mieux les intgrer dans le paysage.Lorsquon dboise de faon intempestive, lim-pact est plus fort et le ruissellement aggrav.

    Parfois, certaines constructions sans tage, se trouvent compltement sous le couvert vgtal prserv. On ne les voit pas.

    Rien ninterdit, dans le rglement du PLU, dune ZAC ou dun lotissement, dimposer une conser-vation minimale du couvert vgtal existant.

    Quand la garrigue est transforme ltat de re-lique, la qualit paysagre du site sen voit affai-blie. Et lambiance vgtale diffrente.

  • Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    6CAUE 30 - Janvier 2007

    La palette vgtale

    Les fonctions paysagres

    Le couvert vgtal prexistant ou plant a une valeur cologique et paysagre quil convient de ne pas sous-estimer.

    Dun point de vue paysager, le vgtal assure trois grandes fonctions :

    - une fonction utilitaire : crer un cran visuel, une protection contre le vent ou le soleil, clore un espace, retenir et couvrir les sols...

    - une fonction daccompagnement : le vgtal est alors li un lment construit (btiment, circulation, muret, escalier, pergola...) dans une volont de minimiser, raliser une transition, complter, renforcer, appuyer, souligner...

    - une fonction esthtique : le vgtal peut crer, pour valoriser et rvler un territoire : des vo-lumes, des plans, des fonds, des couleurs, des contrastes, des usrfaces, des rythmes.

    Les essences mditerranennes prsentent de nombreux avantages :- elles renforcent lidentit vgale du site et son appartenance aux rgions mridionales, - elles offrent une reprise plus rapide aprs plan-tation et une meilleure croissance- elles sont mieux adaptes au sol, au climat et ncessitent un moindre entretien- elles permettent dviter luniformit et la ba-nalit.

  • 7CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    Les cltures

    La question des cltures est importante.Elles sont ou ne sont pas un obstacle lcoule-ment de leau.Elles participent la faade de rue, lambiance du site.

    Autrefois, les murs de clture en pierres sches sur les pentes participaient la lutte contre les nondations en aval. Ils avaient un rle filtrant et taient trs efficaces contre le ruissellement.Ils taient construits avec un mlange de petites et grosses pierres empiles, entre lesquelles les cavits permettaient leau stocke derrire les murs de circuler.Ces murs taient construits sans joint vif.

    Aujourdhui, on construit des murs en parpaing sur lesquels on pose un placage en pierre. Pour rsister la pression de leau, on y ralise des barbacanes.

    Les grillages ne sont pas un obstacle lcou-lement, mais ils nont pas un rle filtrant non plus.Ils prsentent lavantage dtre relativement transparents.

  • Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    8CAUE 30 - Janvier 2007

    Les cheminements de leau

    Sans clture, il ny a pas dobstacle lcoulement de leau. On obtient une plue value paysagre in-dniable. On est dans une cit-jardin.

    Il convient de prserver au maximum les chemi-nements naturels de leau et viter de construire dans les talwegs.

    Le choix de supprimer le mur de clture en faa-de de rue est difficile faire admettre en rgion mditerranenne.

    Pourtant on commence voir quelques nou-veaux secteurs o les cltures sont interdites.

    Les petits ruisseaux mditerranens, mme sec une grande partie de lanne, ont un intrt pay-sager. Ils participent lidentit du site. Ils crent une ambiance.

  • 9CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    Les bassins de rtention

    Moins on dtourne le parcours de leau, mieux on lutte contre les inon-dations.

    Les baassins de rtention, imposs par la loi sur leau, marquent les paysages urbains rcents. Souvent ces espaces ne sont conus que pour recueillir les eaux de pluie et se trouvent rduits la plupart du temps des fosss plus ou moins enherbs. Ces trous, obstacles rarement agrments, ne sont pas conus pour embellir la ville et la ren-dre plus agrable. Ils rpondent la loi.

  • Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C

    AU

    E 30

    10CAUE 30 - Janvier 2007

    Tous les bassins ne peuvent pas tre amnags en espaces verts accessibles au public et devenir un support de liens sociaux.Mais mme grillags, ils peuvent faire lobjet dun amnagement esthtique.

    Certains sont de vritables nuisances visuelles qui nont pas fait lobjet de rflexion pluridisciplinaire et vont lencontre du dveloppement durable. Lenvironnement quotidien des riverains nest ici pas considr comme une priorit.

    Un exemple de bassin de rtention- jardin public avec une volont pay-sagre.

  • 11CAUE 30 - Janvier 2007

    Urb

    anis

    atio

    n de

    s co

    teau

    x et

    pay

    sage

    C