Co-infection VIH-VHC et fibrose hépatique accélérée chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC

  • Published on
    30-Dec-2016

  • View
    216

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

  • REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - NOVEMBRE 2013 - N456 // 29

    Les sujets infects par le VIH dve-loppent plus rapidement que des sujets srongatifs des pathologies lies lge, notamment des atteintes cardio-vasculaires. Cette susceptibilit persiste en dpit dun traitement antirtroviral (ARV) efficace, mme si lon sait que le VIH peut par lui-mme acclrer les pro-cessus pathologiques inflammatoires.La co-infection par le VIH et le virus de lhpatite C (VHC) est frquente chez les usagers de drogues en intraveineuse (UDIV). Un travail a t men afin de prciser si la fibrose hpatique post-hpatite C se dveloppait plus prcoce-ment en cas de co-infection VIH-VHC, comparativement la mono-infection VHC.Ltude sest intgre dans la cohorte ALIVE (AIDS linked to the intravenous experience), qui recrute dans la rgion de Baltimore (USA) des sujets adultes UDIV (actuels ou passs). Pour tre inclus, les patients devaient tre por-teurs danticorps anti-VHC et avoir eu au minimum une dtermination du niveau de leur fibrose hpatique par lasto-mtrie (mthode non invasive de type Fibroscan), exprime en kilopascals (kPa). Un suivi semestriel tait ensuite assur, comportant chaque visite le contrle de la srologie VIH chez les sujets srongatifs et un bilan immuno-virologique (quantification du nombre de CD4 et de la charge virale VIH) chez les sropositifs.La charge virale VHC tait galement quantifie et lon rptait lvaluation non invasive de la fibrose hpatique. Tous les facteurs confondants pouvant modu-ler latteinte hpatique (consommation dalcool, ge, ethnie, sexe, statut face au virus de lhpatite B, tabagisme, indice de masse corporelle) taient pris en compte, afin de pouvoir comparer le degr de fibrose des patients VIH+ celui de sujets prsentant des cofacteurs comparables mais non infects par le VIH.

    Entre 2006 et 2011, prs de 1 500 patients VHC+ de la cohorte ont t inclus parmi lesquels 1 176 prsentaient une fibrose significative selon le Fibroscan. Lge moyen des sujets tudis tait de 49 ans, dont 85 % sont Noirs et 32 % de femmes. Parmi ces sujets, 34 % pr-sentaient une co-infection VHC-VIH. La dure dvolution de lhpatite tait similaire pour les deux sous populations (28,6 vs 28,9 ans).

    Si la fibrose sest rvle modre pour les trois quarts des sujets tests (n = 888), 13,9 % des participants (n = 163) pr-sentaient ds la premire mesure une valeur suprieure ou gale 12,3 kPa, compatible avec une cirrhose. Il est demble not une plus grande prva-lence de cirrhose (19,5 % vs 11 %) et de fibrose avance (12,9 % vs 9,5 %) chez les sujets co-infects compars aux sujets mono-infects VHC+ (p < 0,001). Le degr de fibrose tait corrl ainsi, et de faon indpendante, lge du patient (p < 0,001) et son statut VIH (p = 0,005).En cas de co-infection, la fibrose tait plus marque dans le cas dimmunosup-pression profonde (CD4 < 350/mm3) et la CV du VIH leve (> 4 log 10 copies/mL). Une corrlation positive tait ga-lement constate chez les sujets Noirs, en surpoids ou obses (IMC > 25 kg/m2), prsentant une consommation excessive dalcool et/ou une srologie B positive,

    ainsi que chez ceux prsentant un taux dARN du VHC lev. Une analyse multi-varie a confirm ces donnes initiales, retrouvant un lien troit entre la fibrose hpatique, lge et le statut VIH.Ainsi, chez les co-infects, lintensit de la fibrose est en moyenne sup-rieure de 1,17 2,02 kPa par rapport celle des sujets infects par le VHC seul. Ces valeurs correspondent celles de patients mono-infects plus gs en moyenne de 9,2 ans (5,2-14,3 ans). Lvolution de la fibrose des patients VIH + parat donc acclre de 10 ans par rapport celle de sujets VIH- dge identique.Lanalyse de cette cohorte montre ainsi que linfection par le VIH est un fac-teur majeur de progression de la fibrose hpatique post-hpatite C. Cette patho-logie rejoint ainsi dautres maladies chro-niques lies lge (maladies cardiovas-culaires et cancers notamment), dont on sait que leur prvalence est plus leve dans les populations VIH+. Les mcanismes par lesquels le VIH acclre ces processus restent mal compris. Malgr ltroite corrlation entre la fibrose et les paramtres immu-no-virologiques de linfection, un effet bnfique des ARV na pu, dans ce travail, tre mis en vidence. On peut toujours, en attendant dy voir plus clair, incriminer les usuals suspects, savoir linflammation persistante et/ou lactivation immune chronique chez les sujets VIH+. Ce travail souligne surtout limportance du dpistage et de la prise en charge rapide de la maladie hpa-tique VHC chez les sujets VIH+, afin dviter cette volution acclre vers la fibrose et la cirrhose.

    Kirk GD, Mehta SH, Astemborski J, et al. Ann Intern Med 2013;158(9):658-66.

    Co-infection VIH -VHC et brose hpatique acclre chez les patients co-infects par le VIH et le VHC

    En cas de co-infection VHC-VIH, la brose des sujets VIH + est acclre de 10 ans par rapport aux sujets VIH- du mme ge.

    Co-infection VIH -VHC et fibrosehpatique acclre chez les patientsco-infects par le VIH et le VHC

Recommended

View more >