COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES ?· usage des antibiotiques, en particulier en regard de l'écologie…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUESDANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    RECOMMANDATIONS

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    2

    INTRODUCTION

    Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des gels. Laprescription d'un antibiotique local en ophtalmologie correspond des indications prcises et relve du bonusage des antibiotiques, en particulier en regard de l'cologie microbienne, avec le risque de slection desmutants rsistants au mme titre que la prescription d'antibiotiques par voie gnrale. Lantibiothrapie favorisesur le lieu de linfection la slection de mutants et/ou limplantation de souches rsistantes. Lantibiothrapie doitdonc tre courte, sauf cas particuliers.

    Dans les infections oculaires superficielles, l'antibiothrapie topique offre une biodisponibilit gale ou suprieure celle de l'antibiothrapie gnrale et permet de traiter la plupart des infections graves de la surface oculaire.

    Ces recommandations ont pour but de : rappeler le diagnostic clinique et bactriologique des diffrentes infections de la surface oculaire ; prciser les indications des antibiotiques topiques (traiter ou ne pas traiter) ; situer la place des diffrentes molcules et formes pharmaceutiques.

    Ont t exclues de cette rflexion : les dacryocystites et les endophtalmies bactriennes, dont le traitement nerelve pas d'un traitement par collyre.

    LES SPECIFICITES DE LANTIBIOTHERAPIE OCULAIRE SUPERFICIELLE

    SPECIFICITE MICROBIOLOGIQUELa rsistance aux antibiotiques des bactries responsables d'infections de la surface oculaire a augmentrgulirement au moins jusquen 1999, mme si depuis des chiffres non publis paraissent plus encourageants(Grade B).La slection est favorise par des concentrations insuffisantes d'antibiotiques. Aussi le respect dun schmathrapeutique correct lors du traitement est important.

    SPECIFICITE PHARMACOCINETIQUE DES ANTIBIOTIQUES DE SURFACELe principe dune antibiothrapie superficielle est dobtenir des concentrations efficaces suprieures auxconcentrations minimales inhibitrices (CMI) et infrieures aux concentrations toxiques pendant un temps decontact maximal, qui dpend de la viscosit, du pH, de losmolalit, du type de molcule et des excipientscontenus dans le collyre.Mme si la documentation napporte pas un bon niveau de preuve dans ce domaine, les formes gel et pommadesont reconnues pour leur rmanence. Il sy associe une protection mcanique.

    TOLERANCE DES ANTIBIOTIQUES LOCAUX UTILISES EN OPHTALMOLOGIE

    TOXICITE DU CHLORAMPHENICOL

    En raison de sa toxicit hmatologique potentielle, il faut rserver lusage du chloramphnicol aux infections oles autres antibiotiques sont inefficaces (Accord professionnel)..ALLERGIEAfin de prvenir une raction allergique, il est recommand de ne pas prescrire un traitement par voie locale encas d'intolrance au produit lors d'une administration systmique pralable (Accord professionnel).Parmi les aminosides, la nomycine parat tre la molcule la plus allergisante (Grade C).

    ASSOCIATION ANTIBIOTIQUES ET VASOCONSTRICTEURSDu fait de leur toxicit, les vasoconstricteurs ne doivent pas tre prescrits pour plusieurs jours. Les associationsfixes antibiotiques/vasoconstricteurs ne sont donc pas recommandes pour traiter les infections oculaires desurface (Accord professionnel).

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    3

    CAS DE LA FEMME ENCEINTE OU ALLAITANTELes recommandations de prescription chez la femme enceinte ou allaitante tiennent compte des donnes detoxicit disponibles pour les antibiotiques administrs par voie gnrale mais aussi des quantits modiquesutilises en traitement local. Cest ainsi que certains antibiotiques dconseills voire contre-indiqus par voiegnrale peuvent tre utiliss par voie locale. En cas daugmentation des doses ou de la frquence d'instillationdes antibiotiques topiques, le passage systmique augmente et peut avoir des effets toxiques que l'on nerencontre pas en cas dutilisation aux doses prconises par l'AMM.

    Au cours de la grossesse,: sont dconseills : kanamycine, chloramphnicol ; sont viter par prudence : trimthoprime, aminosides (sauf kanamycine), colistine, acide fusidique,

    ttracyclines partir du 2me trimestre de grossesse ; peuvent tre prescrits : ttracyclines au cours du 1er trimestre de grossesse, rifamycine, fluoroquinolones

    (ciprofloxacine, norfloxacine, ofloxacine).

    Au cours de lallaitement, les recommandations sont les suivantes : est contre-indiqu : chloramphnicol ; sont viter par prudence : ttracyclines au-del de 10 jours de traitement, colistine, acide fusidique,

    fluoroquinolones (ciprofloxacine, norfloxacine, ofloxacine) ; peuvent tre prescrits : ttracyclines si traitement de moins de 10 jours, trimthoprime, aminosides,

    rifampicine.

    PATHOLOGIES INFECTIEUSES EN OPHTALMOLOGIE

    Sont abordes ici les infections oculaires accessibles un traitement local, donc de surface : conjonctivites,kratites, blpharites.Certains facteurs de risque favorisent la survenue dinfections graves :

    immunodpression, diabte mal quilibr, pathologie locale sous-jacente: syndrome sec, dystrophie cornenne, greffe de corne, chirurgie oculaire rcente, corticothrapie locale, port de lentilles de contact, obstruction des voies lacrymales, trouble de la statique palpbrale.

    Dautres sont lis des situations particulires : monophtalmie, nouveau-n.

    CONJONCTIVITE BACTERIENNE

    Rappel clinique

    La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive, sans atteinte cornenne. Sa prsentation la plusfrquente est un il rouge, larmoyant, sans baisse dacuit visuelle, peu ou pas douloureux, avec sensation degrains de sable dans les yeux. Les tiologies les plus frquentes sont virales, allergiques ou lies un syndromesec. Le diagnostic de conjonctivite bactrienne est port sur la prsence de scrtions purulentes.

    Les critres de gravit dune conjonctivite bactrienne sont : scrtions purulentes importantes, chmosis (dme de la conjonctive), dme palpbral, larmoiement important, baisse de lacuit visuelle, mme modre,

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    4

    photophobie.

    En prsence de critre(s) de gravit et / ou de facteurs de risque, une consultation dophtalmologie estrecommande et un traitement antibiotique local est ncessaire.

    Indication de lantibiothrapie

    Les antibiotiques abrgent la dure des symptmes dans les conjonctivites bactriennes, mais leur effet 8 joursn'est pas significativement suprieur celui du placebo (Grade A).

    Ce gain de confort individuel doit tre mis en balance avec le risque de slectionner des souches rsistantes certains antibiotiques si ceux ci sont utiliss grande chelle. Le rapport bnfice/risque sinverserait alors lchelon collectif, avec un risque accru dinfections ventuellement svres germes rsistants en raison detraitements antibiotiques abusifs des conjonctivites, pathologie bnigne dans la grande majorit des cas.

    Aussi, en labsence de critre de gravit ou de facteur de risque, le recours un antibiotique ne doit pas tresystmatique. Le traitement des conjonctivites bactriennes doit comprendre avant tout un lavage oculaire ausrum physiologique associ un antiseptique, le traitement antibiotique tant rserv aux formes graves.

    Cependant, dans certains contextes particuliers, comme les pays en voie de dveloppement, lantibiothrapielocale vite les graves complications cornennes gnratrices de ccit.

    Chez ladulteLes conjonctivites bactriennes non graves (cf critres de gravit dans rappel clinique ), en l'absence defacteur(s) de risque, doivent tre traites par lavage au srum physiologique associ un antiseptique (Accordprofessionnel).Les conjonctivites bactriennes doivent tre traites par un antibiotique local si elles sont graves et/ou sil existedes facteurs de risque. Lantibiothrapie est alors probabiliste ou guide par une analyse microbiologique (Accordprofessionnel). Tout antibiotique adapt au germe suppos en cause peut tre prescrit. Tous les antibiotiquescommercialiss ont globalement la mme efficacit.Cependant, pour des raisons dcologie microbienne, les fluoroquinolones ainsi que les associationsdantibiotiques sont rserver aux conjonctivites bactriennes dites svres ou en deuxime intention(Accord professionnel). Le chloramphnicol doit tre rserv aux cas o les autres antibiotiques ne peuvent treutiliss (Accord professionnel).

    Chez lenfantLes streptocoques et Haemophilus influenzae sont les bactries les plus frquemment en cause. Enconsquence, la rifamycine, active sur lensemble de ces bactries, et la bacitracine, active sur la plupart dessouches de Streptococcus pyogenes, peuvent tre privilgies.

    Chez le nourrisson, la conjonctivite aigu doit tre traite par un antibiotique local. En cas de conjonctivitercidivante, il faut rechercher une imperforation des voies lacrymales et demander un avis ophtalmologique(Accord professionnel).

    Cas particuliersLe trachome est la premire cause de ccit dans le monde. C'est une maladie infectieuse limite lil, due Chlamydia trachomatis (srovars A C). La prvalence du trachome diminue aprs traitement antibiotique oralou topique (Grade B).Le traitement minute par azithromycine orale en dose unique (20 mg/kg) est le traitement de rfrence. Larifamycine peut tre donne en deuxime intention (Grade C).Les autres conjonctivites Chlamydia trachomatis (srovars D K) seront traites prfrentiellement par untraitement oral qui a l'avantage de traiter une infection gnitale associe. Il doit tre prfr ou associ autraitement topique (Grade B). Les ttracyclines constituent lantibiothrapie de premire intention, suivies par larifamycine (Grade C)

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    5

    KERATITE BACTERIENNE

    Rappel clinique

    La kratite bactrienne est une infection cornenne diffuse ou localise. Elle doit tre immdiatement traite carelle met directement en jeu le pronostic visuel, surtout si elle est dans laxe optique. Tout patient dont lil estrouge, douloureux, photophobe, larmoyant avec une vision abaisse doit bnficier dun examenophtalmologique en urgence. Trois formes cliniques peuvent tre dfinies : kratite simple, en prsence dun simple dme cornen ou dune kratite ponctue ; ulcre de corne, lorsquil existe un dfect pithlial visible aprs instillation de fluorescine ; abcs de corne, lorsquil existe une infiltration blanchtre du stroma cornen. Labcs de corne

    correspond la forme suppurative de la kratite.

    La kratite simple et lulcre de corne correspondent : soit une infection bactrienne dbutante pr-suppurative, soit une situation (toxique, traumatique ou inflammatoire) pour laquelle une antibiothrapie prviendra la

    surinfection.

    Les critres de gravit dune kratite bactrienne sont les suivants : abcs de taille suprieure 3 mm de diamtre, abcs situ moins de 3 mm de l'axe optique, infiltration stromale, raction inflammatoire en chambre antrieure, aggravation malgr un traitement antibiotique topique adapt de 24 heures.

    Indication de lantibiothrapie

    Tout patient suspect de kratite bactrienne doit avoir un examen ophtalmologique (Accord professionnel).

    En labsence de critre(s) de gravit ou de facteur(s) de risque, la kratite bactrienne peut tre traite enambulatoire avec un traitement antibiotique en mono- ou bithrapie (Accord professionnel).

    En prsence de critres de gravit ou en cas d'chec aprs 24 h de traitement, un prlvement pour analysemicrobiologique doit tre effectu. Il convient de suivre attentivement et, si besoin, d'hospitaliser le patient pourun traitement fortes doses sous surveillance, impliquant - ou non - des collyres fortifis (collyres antibiotiquesfabriqus dans certaines pharmacies dhpital) (Accord professionnel).

    Lattitude thrapeutique diffre selon que le patient est porteur de lentilles de contact (infections plus souventlies des bacilles Gram ngatif) ou non (infections plus souvent lies des cocci Gram positif). Il convientd'adapter le traitement aux germes prsums et, sil sagit dun enfant, de prendre en compte Haemophilusinfluenzae. Si une bactrie a t isole, l'antibiothrapie sera rajuste selon les rsultats de lantibiogramme. Letraitement peut comporter une double antibiothrapie, associant par exemple : fluoroquinolone et aminoside. Lesttracyclines, la rifamycine, la polymyxine B, ou la bacitracine peuvent galement tre utilises (Accordprofessionnel).Dans ltat actuel des connaissances:

    - la ciprofloxacine convient pour traiter la plupart des kratites simples, des ulcres et des abcs (AMM);- les aminosides, les fluoroquinolones, la bacitracine, la polymyxine B, lacide fusidique et la rifamycine

    conviennent pour traiter les kratites simples et les ulcres. Ils peuvent tre efficaces sur les abcs dus des bactries sensibles (Accord professionnel) ;

    - les ttracyclines conviennent pour traiter les kratites simples (Accord professionnel).

  • COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES

    Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de SantJuillet 2004

    6

    BLEPHARITE BACTERIENNE

    BlphariteLa blpharite est une inflammation chronique lie un dysfonctionnement du meibum et peut tre traite par dessoins de paupires sans antibiotique.L'antibiothrapie locale permet de rduire la flore bactrienne, mais son efficacit 8 jours n'est pas suprieure celle des anti-inflammatoires locaux ou des soins de paupires (Grade B). Elle est utile en cas de surinfectionassocie (Accord professionnel). Dans ce cas, lacide fusidique, les ttracyclines, les aminosides et la rifamycinesous forme de gel ou de pommade, sont recommands (Accord professionnel). Il faut viter de prescrire larifamycine au long cours en raison du risque de slection de mutants rsistants.En cas de blpharite persistante lantibiothrapie locale, un traitement oral par ttracycline peut tre justifi(Grade C).

    ChalazionLe chalazion est une inflammation secondaire l'occlusion d'une glande de Meibomius. Il se traite par soins depaupires initialement expliqus aux patients par lophtalmologiste et, dans les cas graves, par pommadecorticode (Accord professionnel). Lintrt dune antibiothrapie nest pas dmontr.

    OrgeletL'orgelet est une infection d'une glande sbace, le plus souvent par des staphylocoques. Dans les formesrcidivantes ou chez des sujets risque, il peut tre envisag dappliquer un antibiotique antistaphylococciquelocal, comme lacide fusidique, les ttracyclines, les aminosides ou la rifamycine sous forme gel ou pommadependant 8 jours (Accord professionnel).

Recommended

View more >