Conduite à tenir devant une glycémie « limite supérieure »

  • Published on
    19-Oct-2016

  • View
    215

  • Download
    4

Embed Size (px)

Transcript

  • STRATGIE DEXPLORATIO

    Conduite ten limite supri

    Management o

    rea

    abtence

    accepril 200

    MOTS CLSHyperglycmie modre

    s anomalies de la tolrance glucose vont progressivement sinstaller. En dehors du diabtedfini par une glycmie jeun veineuse suprieure ou gale 7 mmol/l (1,26 g/l), lAmerican

    Immuno-analyse et biologie spcialise 22 (2007) 156159

    ava i lab le at www.sc ienced i rect .com

    journa l homepage: ht tp://f rance.e l sev ier.com/di rect/ IMMBIO/ jeun ;Diabte type 2 ;Intolrance glucose ;Hyperglycmieprovoque par voieorale

    Diabetes Association a identifi deux anomalies de la tolrance glucose : lintolrance au glu-cose dfinie par une glycmie la deuxime heure de lhyperglycmie provoque par voieorale (HGPO) comprise entre 7,8 et 11 mmol/l (1,4 et 1,9 g/l) et lhyperglycmie modre jeun (HMJ) o la glycmie veineuse jeun est comprise entre 6,1 et 6,9 mmol/l (1,1 et1,25 g/l). La prvalence de lHMJ est de 2 10 % chez les adultes non diabtiques. Elleconcerne principalement les sujets de 40 50 ans, est 1,5 3 fois plus frquente chezlhomme. La plupart des facteurs de risque connus pour favoriser le dveloppement dun dia-bte de type 2 sont prsents chez les sujets ayant une HMJ : surcharge pondrale, obsitabdominale, histoire familiale de diabte, consommation excessive de graisses et dalcool.Plus de 50 % des sujets ayant une HMJ ont une hypertension artrielle. La moiti des sujetsayant une HMJ jeun ont galement une intolrance glucose. LHMJ est associe un risquelev de dvelopper un diabte de type 2 puisque 10 33 % des sujets ayant une HMJ dve-lopperont un diabte dans les cinq ans. LHMJ et lintolrance glucose sont associes uneaugmentation du risque de mortalit cardiovasculaire mais la glycmie la deuxime heurede lHGPO est plus prdictive que lhyperglycmie modre jeun. Les facteurs de risquemacrovasculaire que sont la microalbuminurie et lpaisseur intimale carotidienne sont signifi-cativement augments chez les sujets ayant la fois une HMJ et une intolrance glucosecompars aux sujets nayant quune intolrance glucose. Devant une HMJ associe ou non des facteurs de risque de diabte, il convient de raliser une HGPO afin de rechercher uneL. Kessler*, F. Mo

    Service dendocrinologie, di67091 Strasbourg cedex, Fra

    Reu le 14 dcembre 2006 ;Disponible sur internet le 16 av* Auteur correspondant.Adresse e-mail : laurence.

    0923-2532/$ - see front mattedoi:10.1016/j.immbio.2007.03Rlekessler@

    r 200.004N FONCTIONELLE ET DE SUIVI THRAPEUTIQUE

    ir devant une glycmieeure

    f impaired fasting glycaemia

    u

    et maladies mtaboliques, hpitaux universitaires, 1, place de lHpital,

    t le 5 mars 20077

    sum Le diabte de type 2 se caractrise par une longue phase de latence prclinique ointolrance glucose ou un diabte.

    2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.

    chru-strasbourg.fr (L. Kessler).

    7 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.

  • KEYWORDSImpaired fastingglycaemia;Impaired glucose

    Abstract Type 2 diabetes is preceded by a long preclinical period with progressively glucosetolerance abnormalities. Beside diabetes defined by a venous fasting glucose superior to7 mmol/l (1.26 g/l), American Diabetes Association identified two others abnormalities of glu-cose tolerance: the impaired glucose tolerance (IGT) defined by a two hours glycaemia

    l (1miace oeds foovesenan i0%e aiaar

    onlyrdio

    S. T

    lAmerican Diabetes Association ade la tolrance glucose : lintolpar une glycmie la deuximeprovoque par voie orale (HGPO11 mmol/l (1,4 et 1,9 g/l) et lhjeun o la glycmie veineuse 6,1 et 6,9 mmol/l (1,1 et 1,25 g/

    Comme le diabte de type 2, lassocie une augmentation du rvasculaires [6]. Il a bien t dmrisque de survenue du diabte et d

    sit ales alinsuont

    intoldans

    Prvalence de lhyperglycmie modre

    ques dun et

    Conduite tenir devant une glycmie limite suprieure 157taient superposables : lobliale de diabte de type 2,diabte gestationnel, lge,sieurs tudes dinterventiondes patients prsentant uneperont un diabte de type 2

    Tableau 1 Critres diagnostide glycmies veineuses jeDiabteIntolrance glucoseHyperglycmie modre jeunidentifi deux anomaliesrance au glucose dfinieheure de lhyperglycmie) comprise entre 7,8 etyperglycmie modre jeun est comprise entrel), Tableau 1 [2,12,14].intolrance au glucose estisque de maladies cardio-ontr que les facteurs dee lintolrance au glucosebdominale, lhistoire fami-ntcdents personnels delinorsistance [1,7]. Plu-dmontr que 23 42 %rance au glucose dvelop-les trois cinq ans et que

    jeun et caractristiques cliniques

    Diffrentes tudes pidmiologiques ont rapport une pr-valence de lhyperglycmie modre jeun de 2 10 % ausein dadultes non diabtiques alors que celle de lintol-rance au glucose varie de 6 20 % [12].

    Lhyperglycmie modre jeun concerne principale-ment les sujets de 40 50 ans lexception des femmeseuropennes chez qui on observe un pic de prvalenceaprs 70 ans. Elle est classiquement pour tous groupesdge confondus 1,5 3 fois plus frquente chez lhomme,sa prvalence tend vers un plateau dans la tranche dge4050 ans puis chute dans les populations plus ges surtouten Europe. La plupart des facteurs de risque connus pourfavoriser le dveloppement dun diabte de type 2 sont

    u diabte, de lintolrance glucose et de lhyperglycmie modre jeun selon les valeursau cours de lHGPO ralise aprs prise orale de 75 g de glucose

    Glycmie jeun en g/l (mmol/l) HGPO glycmie 2 h en g/l (mmol/l) 1,26 (7,0) 2,0 (11,1)tolerance;Type 2 diabetes;Oral glucose tolerancetest

    between 7.8 and 11 mmol/the impaired fasting glycae(1.1 and 1.25 g/l). Prevalenconcerns mainly subjects agthe well-known risk factorfamilial history of diabetes,ing IFG. Hypertension is presubjects with IFG are alsobetes risk because 10 to 3years. Both IFG and IGT arwhile the two hours glycaemotid intima media-thicknesscompared to subjects withdeveloping diabetes and casearch IGT or diabetes.

    2007 Elsevier Masson SA

    Le Diabte de type 2 en affectant 3 6 % de la populationest devenu un authentique problme de sant publiquemondial touchant les pays industrialiss et les pays en voiede dveloppement [16]. Il est associ une augmentationde deux trois fois des complications cardiovasculaires et une rduction de lesprance de vie des patients atteintspar la maladie [4]. Le diabte de type 2 est une maladiepolygnique sous linfluence de facteurs environnementauxque sont lobsit, la sdentarit et le stress. Il se caract-rise par une longue phase de latence prclinique o les ano-malies de la tolrance glucose vont progressivementsinstaller. En dehors du diabte dfini par une glycmie jeun veineuse suprieure ou gale 7 mmol/l (1,26 g/l),< 1,26 (6,1)1,11,25 (6,16,9)la mise en place de mesures visant rquilibrer les apportsalimentaires et stimuler lactivit physique permettait dediminuer de 50 % lapparition de diabte de type 2 au stadede lintolrance glucose [8,11]. Dans ce contexte de dpis-tage prcoce des anomalies de la tolrance glucose, quelleest la prvalence et la signification de lhyperglycmiemodre jeun ? Quelles sont les caractristiques cliniquesde ces sujets ? Lhyperglycmie modre jeun reprsente-t-elle un facteur de risque de diabte et/ou un facteur derisque cardiovasculaire ? Require-t-elle une prise en chargespcifique ?ous droits rservs..4 and 1.9 g/l) at the oral glucose tolerance test (OGTT) and(IFG) with a fasting glycaemia between 6.1 and 6.9 mmol/Lf IGF is between 2 and 10% in non diabetic adult subjects. IFG4050 years and is 1.5 to 3 fold more frequent in man. Most ofr developing type 2 such us overweight, abdominal obesity,r consumption of fat and alcohol are present in subjects hav-t in more than 50% of the subjects with IFG. Fifty percents ofmpaired glucose tolerance. IFG is associated with a high dia-of subjects with IFG will develop type 2 diabetes after fivessociated with an increase of risk of cardiovascular mortalityof OGTT is more predictive than IFG. Microalbuminuria and car-e significantly increased in subjects having both IGT and IFGIGT. Subjects with IFG are associated with an increase risk ofvascular disease. IFG requires the realization of an OGTT to1,41,99 (7,811,0)< 1,4 (7,8)

  • une intolrance glucose et que seulement 20 30 % des

    har

    L. Kessler, F. Moreau158sujets ayant une intolrance au glucose ont aussi unehyperglycmie modre jeun [9]. Cette concordancelimite entre les deux populations est probablementlexpression de diffrentes anomalies de la tolrance glu-cose avec comme dterminant principal un dfaut pr-Les tudes de prvalence montrent quen moyenne 50 %des sujets ayant une hyperglycmie modre jeun ontprsents chez les sujets ayant une hyperglycmie modre jeun : surcharge pondrale, obsit abdominale, histoirefamiliale de diabte, consommation excessive de graisseset dalcool. Plus de 50 % des sujets ayant une hyperglyc-mie modre jeun ont une hypertension artrielle [13].

    Hyperglycmie modre jeun et intolranceau glucose

    Figure 1 Arbre dcisionnel de prise en ccoce de linsulinoscrtion pour lintolrance au glucoseet une insulinorsistance priphrique pour lhyperglyc-mie modre jeun.

    Hyperglycmie modre jeun et diabte

    Au moment du diagnostic de lhyperglycmie modre jeun, 5 % des patients ont dj un diabte confirm par laglycmie de la deuxime heure de lHGPO suprieure 2 g/l [6]. Lhyperglycmie modre jeun est associe un risque lev de dvelopper un diabte de type 2.Selon une mta-analyse de plusieurs tudes de cohortes,10 33 % des sujets ayant une hyperglycmie modre jeun dvelopperont un diabte dans les cinq ans. Lorsquecette hyperglycmie modre jeun est associe uneintolrance glucose cette prvalence atteint 44 64 %[3]. Mme si la plupart des facteurs de risque connuspour favoriser le dveloppement dun diabte de type 2sont prsents chez les sujets ayant une hyperglycmiemodre jeun, il na pas t ralis jusqu prsentdtude dintervention de modification du mode de viedans cette population.Hyperglycmie modre jeun et maladiescardiovasculaires

    Ltude DECODE montre que lhyperglycmie modre jeun et lintolrance glucose sont associes une augmen-tation du risque de mortalit cardiovasculaire mais que laglycmie la deuxime heure de lHGPO est plus prdictiveque lhyperglycmie modre jeun [5]. La prvalence de lamicroalbuminurie comme lpaisseur intimale carotidiennesont comparables chez les sujets ayant une hyperglycmiemodre jeun et une tolrance glucose normale. Enrevanche, ces deux paramtres sont significativement aug-ments chez les sujets ayant la fois une hyperglycmiemodre jeun et une intolrance glucose compars auxsujets nayant quune intolrance glucose [10,15].

    Proposition de prise en charge dunehyperglycmie modre jeun

    ge dune hyperglycmie modre jeun.Lhyperglycmie modre jeun doit tre considrecomme un facteur de risque de diabte de type 2. Son asso-ciation une intolrance glucose majore la fois le risquede diabte et de maladies cardiovasculaires (Fig. 1).

    Rfrences

    [1] Anaes. Principes de dpistage du diabte de type 2. 2003.[2] Borch-Johnsen K, Colagiuri S, Balkau B, Glmer C, Carstensen

    B, Ramachandra A, et al. Creating a pandemic of prediabetes:the proposed new diagnostic criteria for impaired fasting gly-caemia. Diabetologia 2004;47:1396402.

    [3] Combe H, Vol S, Thvenot A, Lasfargues G, Cacs E, Tichet J,et al. Comparison of men with impaired fasting glycaemia tocontrols and to diabetic subjects with fasting glycaemia from7.0 to 7.7 mmol/l: clinical, nutritional and biological status.Diabetes Metab 2004;30:16774.

    [4] Coutinho M, Gerstein HC, Wang Y, Yusuf S. The relationshipbetween glucose and incident cardiovascular events. A meta-regression analysis of published data from 20 studies of 95,783 individuals followed for 12.4 years. Diabetes Care 1999;22(2):23340.

  • Conduite tenir devant une glycmie limite suprieure 159[5] DECODE study group on behalf on the European Diabetes Epi-demiology Group. Is fasting glucose sufficient to define diabe-tes? Epidemiological data from 20 European studies. Diabeto-logia 1999;42:64754.

    [6] Drivsholm T, de Fine Olivarius N, Nielsen ABS, Siersma V.Symptoms, signs and complications in newly diagnosed type2 diabetic patients, and their relationship to glycaemia,blood pressure and weight. Diabetologia 2005;48:2104.

    [7] Engelgau MM, Narayan KMV, Herman WH. Screening for type 2diabetes. Diabetes Care 2000;23(10):156380.

    [8] Franciosi M, De Berardis G, Rossi MCE, Sacco M, Belfiglio M,Pellegrini F, et al. Use of the diabetes risk score for opportu-nistic screening of undiagnosed diabetes and impaired glucosetolerance. The IGLOO (Impaired Glucose Tolerance and Long-Term Outcomes Observational) study. Diabetes Care 2005;28(5):118794.

    [9] Hsieh CH, Kuo SW, Hung YJ, Shen DC, Ho CT, Lian WC, et al.Metabolic characteristics in individuals with impaired glucosehomeostatis. Int J Clin Pract 2005;59(6):63944.

    [10] Nvoa FJ, Boronat M, Saavedra P, Diaz-Cremades JM, Varil-las VF, La Roche F, et al. Differences in cardiovascular risk fac-tors, insulin resistance, and insulin secretion in individualswith normal glucose tolerance and in subjects with impaired

    glucose regulation. The Telde Study. Diabetes Care 2005;28(10):238893.

    [11] Perry RC, Shankar RR, Fineberg N, McGill J, Baron AD. HbA1Cmeasurement improves the detection of type 2 diabetes inhigh-risk individuals with nondiagnostic levels of fastingplasma glucose. The Early Diabetes Intervention Program(EDIP). Diabetes Care 2001;24(3):46571.

    [12] Petersen JL, McGuire DK. Impaired glucose tolerance andimpaired fasting glucose- a review of diagnosis, clinical impli-cations and management. Diab Vasc Dis Res 2005;2(1):915.

    [13] Pich ME, Desprs JP, Pascott A, Nadeau A, Tremblay A, Weis-nagel SJ, et al. Impaired fasting glucose and glucose intole-rance in pre-menopausal women : distinct metabolic entitiesand cardiovascular disease risk? Diabet Med 2004;21:7307.

    [14] Unwin N, Shaw J, Zimmet P, Alberti KGMM. Impaired glucosetolerance and impaired fasting glycaemia : the current statuson definition and intervention. Diabet Med 2002;19:70823.

    [15] Wang XL, Lu JM, Pan CY, Tian H, Li CL. A comparison of urinaryalbumin excretion rate and microalbuminuria in various glu-cose tolerance subjects. Diabet Med 2004;22:3325.

    [16] Wild S, Roglic G, Green A, Sicree R, King H. Global prevalenceof diabetes. Estimates for the year 2000 and projections for2030. Diabetes Care 2004;27(5):104753.

    Conduite tenir devant une glycmie limite suprieurePrvalence de l'hyperglycmie modre jeun et caractristiques cliniquesHyperglycmie modre jeun et intolrance au glucoseHyperglycmie modre jeun et diabteHyperglycmie modre jeun et maladies cardiovasculairesProposition de prise en charge d'une hyperglycmie modre jeunRfrences

Recommended

View more >