Courants commerce et tourisme

  • View
    215

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

journal économique professionnel de la région brestoise, CCI de Brest

Text of Courants commerce et tourisme

  • Mis

    e

    jou

    r : o

    cto

    bre

    200

    8

    Brest mtropole ocane

    Secteur 1 Secteur 1 Secteur 2 Secteur 2

    Secteur 3 Secteur 3

    Secteur 4 Secteur 4

    Secteur 5 Secteur 5

    Secteur 6 Secteur 6

    Secteur 8 Secteur 8

    Secteur 7 Secteur 7

    Limites des secteurs

    PRATIQUE

    LA CCI MACCOMPAGNE Reso propose un contrat gagnant-gagnant p. 7

    3 QUESTIONS

    FOCUS. LA PREMIRE PHASE DES TRAVAUX DU TRAMWAY A COM-MENC. DEVANT LINQUITUDE TOUJOURS VIVACE DES COMMERANTS, LA CCI VA SUR LE TERRAIN.

    Bernard Boutboulconsultant, fait tat des bouleversements dans la restauration.

    p. 3

    MAL

    O L

    OU

    ARN

    S

    IMON

    COH

    EN

    S

    emTr

    am

    Tram : tre informpour anticiper

    Courantscommerce&tourisme2e trimestre 200N 31

    J O U R N A L D I N F O R M A T I O N D E L A C H A M B R E D E C O M M E R C E E T D I N D U S T R I E D E B R E S T

    Une permanence tramway se tient la CCI, au service commerce.

    02 98 00 38 17

    Vous pouvez retrouver des informations utiles sur le site de la CCI, rubrique Tramway : www.cci-brest.fr

    * La CCI a dcid de fai-re partie de la SemTram pour mieux suivre le droulement du projet.

    Simplanter oui mais o ?Quelques conseils pour ne pas se planter .

    p. 4-5

    FORMATION

    Les techniques de vente au programme des forma-tions courtes de la CCI. p. 6

    Le chantier tramway se d-coupe en deux phases , expose Yvon Puill, direc-teur de la SemTram*. Nous dbutons par les travaux de rseaux dans le futur corridor, lesquels dureront plus dun an. Puis nous construirons la pla-teforme et la voirie du tramway proprement dit, jusqu n sep-tembre 2011. Le directeur, qui en est son 3e projet tramway, se veut rassurant : Il faut sa-voir que pendant les interven-tions sur les rseaux deau, de gaz et dlectricit, les accs aux commerces seront maintenus. Et la dernire phase se concen-trera au milieu de la voirie. Les vhicules ainsi que les pitons pourront circuler normalement de part et dautre.

    SINFORMER, UNE PRIORITDurant ce mois de mai, la SemTram va organiser des runions secteur par secteur an dexpliquer le droul exact, la semaine, des travaux de rseaux (pour savoir dans quelle zone vous tes, il faut tlcharger le calendrier sur : www.letram-brest.fr, actualits). Puis, lors de la seconde phase, chaque entreprise sera informe des tra-vaux venir sur son primtre un mois avant leur commencement. Dores et dj, Annie Le Deunff, char-ge de mission la CCI, arpente le terrain la rencontre des 1 900 com-merants qui seront directement et indirectement touchs. Dans cette phase davant travaux, nous leur apportons une premire information en termes de calendrier et dorga-nisation ainsi que des conseils pra-

  • ACTUALIT

    (Suite de la page 1)

    3 QUESTIONS BERNARD BOUTBOUL, DIRECTEUR GNRAL DE GIRA SIC CONSEIL*

    La restauration en plein bouleversement

    Aujourdhui, la crise contraint les Franais rduire leur bud-get de sortie, y compris dans les restaurants. Comment le march de la restauration su-bit-il cette conjoncture ?

    Bernard Boutboul : En 2008, le secteur de la restauration a subi un recul historique : de -2 % en dbut danne, les chiffres ont plong au deuxime semestre avec la crise, reculant de 12 %. Cest la premire fois dune part que ce march se rtracte et de lautre, de faon aussi brutale ! On constate une modication du comportement des consommateurs. Celui qui prenait un djeuner 15 ` est pass un menu 7,5 ` et ainsi de suite. Pour certains, cest le retour de la gamelle , celle que lon prpare la veille. Il sera trs compliqu de rcuprer cette clientle. Je pense que cette crise modiera en profondeur nos comportements alimentaires.

    On a vu certaines enseignes proposer un menu crise . Est-ce une piste pour redonner aux consommateurs le got de la restauration hors domicile ?B. B. : mon avis, cest suicidaire ! Que dit le

    consommateur en voyant cela ? Avant, je me faisais avoir puisque je payais plus cher ou alors, il doute de la qualit du repas. Et quand on sortira de la crise, il sera trs mal vu daugmenter nouveau les prix. La restauration low-cost est contre-productive.

    Lunion europenne semble aller vers un accord sur la baisse de la TVA 5,5 % dans la restauration. Est-ce une piste positive pour relancer le march ?B. B. : Oui tout fait. quoi va servir cette baisse de

    la TVA ? Tout dabord remonter les salaires qui ne sont pas rputs pour tre trs hauts. Ensuite, investir pour moderniser des locaux et baisser un peu les prix. Enn, si possible, reconstruire un peu sa marge car les restaurateurs ont subi la hausse des matires premires sans pouvoir la rpercuter sur leurs prix. Une autre piste pour attirer nouveau une clientle et la dliser, cest daller dans le sens de la gnrosit, cest--dire den donner un peu plus pour le mme prix : au menu entre-plat-dessert , vous offrez le caf ou une boisson. a cote moins cher que de baisser de 70 % le prix de son menu.

    tiques. Je souligne par exemple limportance de tenir un chier clients pour les inviter revenir pendant les travaux. Maintenant que le chantier tram arrive devant chez eux, linformation est capi-tale pour poursuivre une activit peu prs normale. Notre mission en tant que chambre de commerce est dtre lcoute des proccu-pations des entreprises. Nous re-layons donc leurs souhaits auprs de la SemTram et leur prsentons le dispositif CCI. La tension dans les commerces est tout fait palpable lapproche des travaux dans lhyper-centre ville. La crise conomique sajoute leur anxit de voir le chiffre daffai-res baisser de 30 40 % pendant les deux annes de travaux, voire lanne de dmarrage du tram. Va-t-on pouvoir maintenir lemploi ? , telle est la question numro un des chefs dentreprise situs sur la ligne.

    PROCCUPATIONS PRCISESDenis Marrec, dirigeant de sept commerces textiles en centre-ville, tmoigne de ses proccupa-tions : Il est trs dommage que les travaux rue de Siam dbutent le 22 juin alors que les soldes com-mencent le 24 ! Cette priode re-prsente 70 80 % du chiffre daf-faires dun commerce. Pourquoi ne pas commencer le 15 juillet ? Et que devient la Foire St-Michel ? Le commerce brestois reprsente plus

    de 10 000 emplois, il faut en tenir compte. Il me semble judicieux de proposer la gratuit du sta-tionnement pour viter la dser-tion du centre-ville Nous allons perdre du chiffre daffaires alors faisons tous en sorte que cela ne se traduise pas par des coupes sur la masse salariale ! En haut de la rue Jean-Jaurs, Lclat de Verre, Isabelle Fiat ap-prhende fortement les travaux. La crise loblige rduire les heu-res de ses 4 salaris. Jai des craintes pour mes employs, dit-elle, car un confrre qui a subi un chantier Tram Reims a connu une situation dramatique. Ma clientle, compose de personnes ges, va viter mon commerce sil est encombr. Ct livraison, avec 6 tonnes de matriel d-barquer par camion, comment vais-je faire ? Est-ce que je vais tenir trois ans ? . Pour minimiser les consquences ngatives du chantier, un arse-nal doutils se met en place la SemTram : commission dindem-nisation amiable, facilits avec les banques et document uni-que pour le report des charges. La CCI me suit , ajoute Isabelle Fiat. Elle fera un bilan de mon activit tous les trois mois et elle connat les procdures suivre pour monter les dossiers din-demnisation. Cela me rassure un peu et jai envie de lui faire conance.

    D

    R

    2 t Courants Commerce & Tourisme - 2e trimestre 2009

    *cabinet conseil spcialis en htellerie-restauration.

  • ACTUALIT

    EN BREF surlenetwww.mediateurducredit.fr

    Les entreprises qui connaissent des dif-cults ne doivent pas hsiter appeler rapidement la CCI, qui a t dsigne tiers de conance dans le cadre de la cellule de

    vigilance mise en place par la prfecture. Selon la si-tuation, elle dirigera lentreprise vers le mdiateur du crdit (en passant obligatoirement par la saisie dun dossier en ligne sur www.mediateurducredit.fr) ou toute autre voie de rsolution de difcults. La mdiation du crdit est ouverte tout chef den-treprise, artisan, commerant, profession librale, crateur ou repreneur dentreprise, entrepreneur individuel qui rencontre avec sa ou ses banques des difcults pour rsoudre ses problmes de nance-ment ou de trsorerie.

    Dpartement commerce, tourisme et services (CCI). 02 98 00 38 17

    www.reprendre-bretagne.frLe site des CCI bretonnes de reprise et cession dentreprise est dsormais plus convivial. Il vous permet daccder au millier doffres de cession mais aussi de consulter la liste de repreneurs inscrits. Les + du site : il respecte la condentialit des annonceurs et linscription est gratuite.

    La franchise au cur dun forum le 8 juinLe Service Commerce de la CCI et la fdration franaise de la franchise organisent le Forum de la franchise, le 8 juin, an dinformer les commerants et porteurs de projets des avantages et exigences dappartenir un rseau. Ce forum se droulera en quatre temps forts, assortis de tmoignages : les facteurs de succs, les aspects juridiques, le nancement et le choix du rseau de franchise. Lieu : salle des assembles de la CCI, ds 14h.

    Service Commerce (CCI) 02 98 00 38 17

    maryvonne.calvez@cci-brest.fr

    Une vie associative pour le bas de SiamUne nouvelle union commerciale a vu le jour dbut fvrier : lassociation des professionnels du

    bas de Siam/Chteau. Elle compte une soixantaine dadhrents rpartis sur plusieurs secteurs dactivits : htels- cafs-restaurants (majoritaires), services (auto-cole) et commerces. Nous voulons mieux vivre les travaux du tramway et collecter le maximum dinformations, cest pourquoi nous nous regroupons. Notre zone, qui deviendrait pitonne, et la problmatique du pont, nous posent question , expl