De battre le Ray s'est arrêté

  • View
    31

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

IL ÉTAIT UNE FOIS LE 1 SEPTEMBRE 2013. De battre le Ray s'est arrêté. Un match nul sauf dans les tribunes. L'OGC Nice a installé son village place Masséna. Le président Rivère a mouillé la chemise en se mesurant, ce matin, aux supporters de la populaire sud dans - PowerPoint PPT Presentation

Text of De battre le Ray s'est arrêté

De battre le Ray s'est arrtUn match nul sauf dans les tribunes...IL TAIT UNE FOIS LE 1 SEPTEMBRE 2013

1

Jusqu' ce soir 19 heures, le village de l'OGC Nice est ouvert tous place Massna.Concours de tirs aux buts, jeux de prcision, baby-foot humain, atelier de maquillage... Tout est gratuit et accessible tous. Mme des ducateurs du club sont l pour faire passer des stages de drible aux futurs stars du ballon rond.A quelques foules de l, la toute nouvelle boutique de l'OGCN, situe derrire la fontaine de l'Apollon, vient d'ouvrir ses portes au public. L'occasion de parcourir les 180 m2rement ddis aux "Rouge et Noir". Pour l'occasion, une nocturne est prvue jusqu' 22 heures.La bonne occaz' aussi pour acheter les 1.000 dernires places en vente pour le match de demain, le dernier au Ray, face Montpellier. Pour s'y rendre, une grande marche collective partira 14 heures de la place Massna.Qui pourra dire : Li eri*?*"J'y tais", en nioisJusqu' ce soir 19 heures, le village de l'OGC Nice est ouvert tous place Massna.

Concours de tirs aux buts, jeux de prcision, baby-foot humain, atelier de maquillage... Tout est gratuit et accessible tous. Mme des ducateurs du club sont l pour faire passer des stages de drible aux futurs stars du ballon rond.A quelques foules de l, la toute nouvelle boutique de l'OGCN, situe derrire la fontaine de l'Apollon, vient d'ouvrir ses portes au public. L'occasion de parcourir les 180 m2entirement ddis aux "Rouge et Noir". Pour l'occasion, une nocturne est prvue jusqu' 22 heures.La bonne occaz' aussi pour acheter les 1.000 dernires places en vente pour le match de demain, le dernier au Ray, face Montpellier. Pour s'y rendre, une grande marche collective partira 14 heures de la place Massna.Qui pourra dire : Li eri*?*"J'y tais", en nioisL'OGC Nice a install son village place MassnaLe prsident Rivre a mouill la chemise en se mesurant, ce matin, aux supporters de la populaire sud dans un babyfoot gant !Richard Ray 2

La der du Ray comme si vous y tiez. 5.600 au dpart de la place Massna, 7.000 l'arrive au Ray selon la DCRI. C'est le nombre de supporters de l'OGC Nice qui ont dit au revoir au Ray ce dimanche, selon les chiffres de la DCRI. 7.000 personnes sont montes au stade du Ray pour la dernire fois3La Der du Ray comme si vous y tiezTout Nice - et plus encore - dit adieu au stade du Ray ce dimanche.Cortge depuis la place Massna, abords du stade, ambiance du match

viva nissa @tiffouille06

viva nissa @tiffouille06

viva nissa @tiffouille06 4

viva nissa @tiffouille06

J-Sbastien Martinez @js_martinez

J-Sbastien Martinez @js_martinez

Mathieu Faure @matfaure5

J-Sbastien Martinez @js_martinez

J-Sbastien Martinez @js_martinez

J-Sbastien Martinez @js_martinez6Le premier (septembre) sera la dernire Du Ray. Ainsi s'achve l'histoire du Lo-Lagrange. 1927-2013.

Avec pour pitaphe, au choix, Ray e basta ou Petit est ce tombeau, mais au ciel va sa gloire . Pour paraphraser Thals, Grec lui aussi Comme Cet aprs-midi, 17 heures, face au Montpellier de Loulou Nicollin, les Aiglons fouleront une dernire fois la pelouse de Nice nord. Au son de Nissa la Bella, acclams par les fidles de la Populaire sud et des secondes de l'ARN, ils traverseront le vieux couloir. Entours des esprits et de ceux qui ont port la tunique rouge et noir : Gonzales, Huck, Katalinsky, Langers, Bocand, Van Dick Face eux, une ultime fois, la lumire rasante et les cyprs du parc Chambrun. Dans les tribunes - ou dans l'arbre pour certains ! - on devrait faire le plein pour dire Chau viva lou Ray ! Que de bons souvenirs nous avons partag. Que de temptes nous avons essuy. Ici, on y a grandi. On s'y est aim. On y a travaill, aussi. On a beaucoup rl, scand, rigol. On s'est battu parfois. On a trembl, souffert. Souffrir. C'est sans doute le lot du supporter niois. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si LE souvenir que les Niois aiment plus que tout voquer concerne un match de barrage. Synonyme de survie en 1re division. Alors qu'en d'autres temps, le Real de Madrid et le FC Barcelone ont mordu la poussire sur cette satane pelouse. Nikaa. Aprs, c'est maintenant

Depuis hier, c'est tout Nice qui commmore son stade. Depuis la place Massna, o le club et la Ville ont rig un village aux couleurs de l'quipe de Claude Puel ( lire dans notre dition de Nice). Jusqu'au caf et au petit march de la place Fontaine-du-Temple. O va se poser, de plus en plus, la question de l'avenir du Ray. Hier, quelques lments ont filtr des souvenirs du dput-maire, Christian Estrosi. Il souhaite apporter une rponse rapide. Mais intelligente et rflchie : Je ne veux pas le Ray devienne une friche. Les Niois sont et seront associs aux diffrents projets. Projets qui ne dpasseront pas des limites de l'emprise actuelle. Aprs ? Eh bien, c'est dj maintenant. Dans la plaine du Var. C'est l que les amoureux du foot auront rendez-vous. A l'Allianz Riviera. Une enceinte ultra-moderne de 35 000 places, prvue pour les trente prochaines annes, dixit Michel Platini. On ne va pas remuer le couteau dans la plaie, le premier match l'Allianz aurait pu avoir lieu le 19 septembre. Synonyme de qualification en Ligue Europa. La dception est encore l. Les Niois l'attendaient depuis 17 ans. Mais elle n'entachera en rien la dernire monte au stade prvue partir de 14 heures, place Massna. Ni la grande fte qui commencera la fin du match en prsence de ceux qui ont fait l'histoire du Gym et du Ray. Eux aussi pourront dire : Li ri (1) !1. J'y tais , en niois.A Dieu, le Ray2013. Voil, le Ray nest plus. Il a t rendu Dieu. Pour la dernire fois, ses plus fidles serviteurs ont fait le plerinage. Celui de la foi. La foi en un club, une Ville, un blason, une histoire et une tribune. La populaire Sud. Les 90 dernires minutes dune histoire dAmour commence en 1985.

Difficile de trouver du rationnel dans une tribune dun stade de football. Encore plus lorsquil sagit dun adieu. Implant au Ray depuis 1927, lOGC Nice a donc quitt son thtre. Derrire les buts, la Populaire Sud ne chantera plus. Plus comme a. Ses 1900 gueules iront porter les couleurs nioises quelque part dans lAllianz Riviera. Un stade flambant neuf. Beau. Moderne. Mais sans me. Pour le moment. Parce que lme, elle est encore sur les marches en bton du Ray. Un stade dun autre temps. On nen reverra plus des stades comme a, taye Tchoa, le capo de la Brigade Sud Nice. Ce matin encore (lire dimanche), jai pu rentrer au Ray et me balader sur la pelouse avec mon fils. Cest impensable aujourdhui.Tchoa lavoue, il na pas encore la boule au ventre avant de quitter son stade et sa tribune. Je ne ralise pas encore conclut-il. L o le commun des mortels ny voit que des marches et un grillage, les ultras y voient un paradis. 28 ans dans une mme tribune, a en laisse, des souvenirs. Un groupe se dessine souvent selon une sainte trinit: une bche, un noyau et une tribune. Depuis dimanche, la Brigade - dissoute officiellement en avril 2010 - na plus de tribune. Elle na plus grand chose part sa fiert et un noyau dur. De lhumain et de la foi. Parfait. Peu importe, les Niois nont jamais fait comme tout le monde. Tchoa va dailleurs le hurler plusieurs fois dans le micro pour la dernire du Ray. Ce qui compte, cest nous.Avant de poser ses gutres au deuxime anneau du bijou du quartier Saint-Isidore, les frres de tribunes sont donc partis en beaut. Il y avait un peu dArgentine, hier, entre la Place Massna et le Stade du Ray. Des torches, des pots de fum, des bombes agricoles, des calicots. Tout l'attirail tait sorti. A limage des Barras Bravas de River Plate, le cortge tait festif, bruyant et massif. Ouais, cette dernire monte au Ray avait de la gueule. Le match importait peu, au final. Ce qui comptait, ctait de partir en beaut. Se souvenir des belles choses. 28 ans, quand mme. Il fallait en tre digne. Ce fut le cas. Et dans la pure tradition locale.Ecrass les uns contre les autres, ils ne forment plus quun seul corps

Un groupe ultra, cest avant tout des codes. Des codes vestimentaires, dj : polos Fred Perry, Ben Sherman ou Stone Island, paire de pompes Adidas Samba ou Stan Smith, lunettes de soleil et tatouages apparents. Cest aussi des gueules. Une galerie de portraits grandeur nature qui sentasse le long des escaliers blanc qui mne au sommet de la Populaire. Notaire, avocat, cadre, tudiant, manutentionnaire, prof, chmeur, comptable. Le brassage est incroyable. Ici, on ne se juge pas. On est tous l pour la mme chose. On dconnecte et on svade. crass les uns contre les autres, ils ne forment plus quun seul corps. Chacun a son rituel davant-match. Cest immuable.Dans ce qui peut ressembler un capharnam ciel ouvert, lordre rgne. On se place souvent au mme endroit, avec les mmes personnes. Cette logique de territoire est la preuve formelle de lappropriation dune tribune. Cest comme a que a fonctionne. Des rgles non crites mais primordiales au bon fonctionnement dune tribune. On a trop souvent limit les groupes ultras des petits voyous venus au stade pour se rouler des joints et coller quelques baffes. Cest faux. Ou pas tout fait vrai. Le cte associatif est primordial pour ne pas dire vital. Hier, ce sont les leaders de la Populaire Sud qui ont gr le cortge. Du dbut la fin. 10.000 mecs dans la rue pour monter au Ray. Mine de rien, c'tait aussi leur dernire sortie.Cest la dernire fois que lon va prendre le chemin du Ray, taye Cdric. Cest une partie de notre histoire nous aussi. Le groupe na connu que cette tribune. Certains y viennent depuis plus de trente ans. On sait que le football volue, on doit voluer avec et trouver notre place dans le futur stade. Dans les mots de ce beau bb tatou se cache une certaine apprhension. La peur de ne plus reconnatre sa maison. L o les capis savaient parfaitement donner le tempo leur base laide du micro au cur de la Populaire, la nouvelle enceinte devra tre dompte. Pour le moment, on est en plein