Faits saillants du mois 4 2016

  • View
    216

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Faits saillants du mois 4 2016

  • Premires ventes en Europe:

    France : Coquille Saint-Jacques et merlan

    Norvge : Cabillaud et Fltan noir

    Approvisionnement global

    tude de cas : Rle de la Chine dans le commerce et le traitement

    des produits de la mer

    Consommation : Sole frache et merlu

    Contexte macroconomique

    ISSN 2314-9671

    n 04/2016

    FAITS SAILLANTS

    DU MOIS

    SOMMAIRE Dans ce numro Trois pays dclarants, la Lettonie, la Norvge et le Royaume-Uni, ont relev une augmentation de la valeur et du volume des premires ventes en Janvier 2016 par rapport janvier 2015. Les tendances observes en Belgique, au Danemark et au Portugal ont t mixtes tandis quune baisse de valeur et de volume a t releve en France, en Italie et en Sude.

    Le prix en premire vente de la coquille Saint-Jacques en France a augment de 20% au cours des 3 dernires annes. En janvier 2016, la valeur de la coquille Saint-Jacques tait la troisime valeur la plus leve en premire vente (aprs la sole et le merlu).

    En Norvge, la valeur en premire vente pour janvier 2016 a augment de 24 % par rapport Janvier 2015. Le hareng, le cabillaud, le lieu noir et le crabe ont enregistr les hausses les plus fortes. Le prix du cabillaud a enregistr une hausse de 20 % au cours des 3 dernires annes tandis que le quota perdait 12 %.

    La saison de la pche la sardine a commenc pour la flotte Atlantique et se poursuivra jusquau 30 novembre. La limite 2016 pour les pcheurs espagnols et portugais est de 14 000 tonnes dans les eaux ibriennes, soit une baisse de 26 % par rapport lanne dernire. Lapprovisionnement rduit en sardines fraches a contribu une hausse significative des prix de 53 % au Portugal entre 2013 et 2015.

    Les dbarquements pruviens ont augment de 36 % entre 2014 et 2015 pour arriver 4,8 millions de tonnes, tendance stimule par la hausse des dbarquements danchois. La production tunisienne des pcheries et de laquaculture a diminu de 3 % en 2015 pour arriver 113 000 tonnes.

    Le commerce mondial des produits de la pche a chut de 10 % en 2015.

    Les exportations de produits de la mer vers lUE ont t multiplies par cinq entre 2002 et 2010. Depuis, elles se sont stabilises 1,5 milliards dEuros par an tandis que les exportations dautres gros fournisseurs de lUE ont continu daugmenter. Le rle de la Chine en tant que pays de retraitement semble avoir atteint un pic. La Chine a enregistr une forte demande intrieure en produits de la mer avec une augmentation de 5 kg par personne au cours des 5 dernires annes.

    Les prix au dtail sont du mme ordre en France et en Italie pour la sole frache, mais ils suivent une tendance oppose. En France, le prix de la sole a augment de 8 % au cours de lanne. En Espagne, le prix de dtail du merlu au-dessus des 2 kg est environ 70 % plus lev que pour les spcimens plus petits. Le prix de dtail pour le merlu est trois fois plus bas au Portugal quen Grce.

    Trouver toutes les donnes et informations et beaucoup plus sur :

    www.eumofa.eu/fr

  • FAITS SAILLANTS DU MOIS | N 4/2016Observatoire europen des marchs des produits de la pche et de laquaculture

    2

    1. Premires ventes en Europe

    En janvier 2016, huit tats membres de l'UE et la Norvge ont fourni des donnes de premire vente pour dix groupes de produits.1 Les premires ventes ont augment par rapport janvier 2015 la fois en valeur et en volume pour trois des pays dclarants.

    En Belgique, en janvier 2016, laugmentation de valeur en premire vente pour la seiche (tripl), la plie (+ 41 %) et la baudroie (+ 10 %) n'a pas compens la perte de valeur en premire vente de la sole (- 15 %), de la raie (- 29 %) et du turbot (- 4 %).

    Au Danemark, en janvier 2016, les premires ventes ont atteint un montant de 22,65 millions (+ 9 %) en valeur avec un volume arrivant 13 652 tonnes (- 34 %). Le facteur principal expliquant laugmentation de valeur en dpit dune forte diminution des volumes a t le prix plus lev en premire vente pour le hareng 0,71 / kg (+ 58 %).

    En France, en janvier 2016, les premires ventes ont diminu tant en valeur (- 7 %) quen volume (- 6 %). Voir plus en section 1.1.

    La Lettonie a connu une augmentation de valeur et de volume des premires ventes en janvier 2016 par rapport janvier 2015 grce au sprat (+ 103 % en volume, + 76 % en valeur) et au cabillaud (+ 177 % en volume, + 118 % en valeur).

    En Norvge, la valeur en premire vente tait de 187 millions en janvier 2016, une augmentation de 24 % par rapport janvier 2015. Voir plus en section 1.2.

    Au Portugal, la valeur en janvier 2016 tait de 11,59 millions , soit une hausse de 4 % par rapport janvier 2015. Le volume en premire vente a diminu de 15 % 4 403 tonnes. Ce rsultat est d des prix plus levs en premire vente pour le chinchard (+ 32 %) et le maquereau, respectivement 1,35 / kg et 0,45 / kg .

    LEspagne a captur 11 525 tonnes de poissons frais en janvier 2016, 10 % de moins quen janvier 2015. Les dbarquements ont augment dans 7 ports, ils sont rests stables dans 1 port et ils ont diminu dans 14 ports par rapport la mme priode pour lanne prcdente. Vigo a enregistr les volumes les plus levs 4 435 tonnes (+ 5 %).2

    En Sude, la valeur des premires ventes pour janvier 2016 tait de 6,96 millions , ce qui reprsente une diminution de 7 % par rapport janvier 2015. Le volume des premires ventes tait alors de 15 017 tonnes (- 14 %). Ces chiffres rsultaient de dbarquements plus faibles de poissons de fond, notamment le cabillaud (- 15 %), le lieu noir (- 51 %) ainsi que le sprat (- 28 %).

    Au Royaume-Uni, l'augmentation de la valeur des premires ventes en janvier 2016 tait principalement due la langoustine (+ 37 %), la baudroie (+ 57 %) et au maquereau (+ 23 %). Une baisse importante de la valeur de lglefin (- 32 %) na pas compens laugmentation globale des premires ventes.

    Table 1. VUE DENSEMBLE DES PAYS DECLARANTS POUR JANVIER (volume en tonnes et valeur en millions )

    Pays Janvier 2014 Janvier 2015 Janvier 2016

    Changement par rapport Janvier

    2015

    Volume Valeur Volume Valeur Volume Valeur Volume Valeur

    Belgique 1,567 5,64 1,715 5,79 1,795 5,72 5% -1%

    Danemark 14,883 17,39 20,823 20,72 13,652 22,65 -34% 9%

    France 15,939 50,01 14,544 51,97 13,599 48,42 -6% -7%

    Italie* 663 3,58 758 3,62 566 3,51 -25% -3%

    Lettonie 5,479 2,15 4,754 1,15 6,984 1,54 47% 34%

    Norvge 225,718 178,87 179,111 134,82 222,224 187,02 24% 39%

    Portugal 6,475 11,43 5,152 11,20 4,403 11,59 -15% 4%

    Sude 18,802 7,63 17,369 7,52 15,017 6,96 -14% -7%

    Royaume-Uni 64,594 86,91 43,766 61,09 46,089 67,78 5% 11%

    Source: EUMOFA (mis jour le 17/03/2016) ; les donnes relatives au volume sont rapportes au poids net. *Donnes partielles. Les donnes en premire vente pour l'Italie couvrent 11 ports (10 %).

  • FAITS SAILLANTS DU MOIS | N 4/2016

    Observatoire europen des marchs des produits de la pche et de laquaculture

    3

    1.1. FRANCE

    La France dispose dune zone conomique exclusive (ZEE) de 11 millions km. Les navires de pche franais utilisent des techniques diversifies de pche qui leur permettent de capturer une grande diversit de produits aquatiques.

    La flotte de pche franaise reprsente environ 10 % de la flotte de pche de lUE avec environ 7 100 navires (2014), dont environ 4 500 oprant en France mtropolitaine. Parmi ces derniers, 1 500 navires pchent en Mer Mditerrane (une flotte principalement constitue de petits navires). Un total de 2 600 navires pche dans les DOM-TOM (Martinique et Guadeloupe, Guyane franaise et Runion), la plupart de petites tailles.

    La flotte inclut 17 senneurs (75 m de long), dont la plupart sont des thoniers-senneurs conglateurs oprant dans lOcan Indien et lOcan Atlantique. La taille de la flotte de pche franaise a diminu depuis 2008.

    Les pcheries marines emploient environ 16 800 personnes (2013), dont 13 600 en France mtropolitaine. La plupart de ces personnes sont employes dans des pcheries de petite taille (56 %). La Bretagne reprsente 28 % du total de la main duvre.

    Les dbarquements en France mtropolitaine sont constitus de poissons (70 %), de crustacs et cphalopodes (3 % chacun), de bivalves (10 %) et dalgues (14 %).

    En France mtropolitaine, la plupart des dbarquements ont lieu dans les ports bretons (47 % du volume total). Les autres ports importants sont situs en Normandie et dans la rgion Nord-Pas de Calais (Boulogne).3 En 2015, 37 cries ont t enregistres.

    Les trois premiers ports franais en valeur en 2015 taient Le Guilvinec (sur lequel la baudroie tait les principales espces vendues), Lorient (baudroie et langoustine) et Boulogne-sur-Mer (calmar et sole).

    Figure 1. PREMIRES VENTES EN FRANCE PAR ESPCES PRINCIPALES (2015)

    Source : EUMOFA (mis jour le 17/03/2016).

    En 2015, les premires ventes en France ont atteint 664,7 millions , soit un volume de prs de 200 000 tonnes. Ceci reprsentait une hausse de valeur (+ 5 %), mais une baisse de volume (- 4%) par rapport 2014. Le merlu, la baudroie, la sole, la coquille Saint-Jacques et la langoustine ont t les espces les plus prcieuses captures et vendues, reprsentant 43 % de lensemble de la valeur des premires ventes.

    Figure 2. PREMIRES VENTES EN FRANCE EN JANVIER

    Source : EUMOFA (mis jour le 17/03/2016).

    En janvier 2016, les premires ventes de toutes les espces dclares ont enregistr une baisse de valeur (- 7 %) et de volume (- 6 %) par rapport janvier de l'anne dernire. Le bar commun, le merlu, la baudroie, la langoustine et la sole reprsentaient 48 % de la valeur totale des premires ventes et 33 % du volume total des premires ventes. En janvier 2016, le merlu et la coquille Saint-Jacques ont enregistr une augmentation de la valeur des premires ventes (respectivement + 8 % et + 6 %)