Gautier Stagetgdfgdg

  • Published on
    06-Nov-2015

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

cbcvvbcvbgthyjukii;ihjjhkhgjgjghjghjhjugkihkhgjkhjdfggdf

Transcript

<ul><li><p>UNIVERSITE TECHNOLOGIQUE DE COMPIEGNE STAGE DE PERFECTIONNEMENT A LINGENIERIE BIOMEDICALE</p><p>HOSPITALIERE</p><p>RAPPORT DE STAGE CENTRE HOSPITALIER GENERAL DE CHARLEVILLE MEZIERES</p><p>ETUDE DES DYSFONCTIONNEMENTS D4UN SERVICEBIOMEDICAL DANS LA DEMARCHE QUALITE</p><p>GAUTIER HervAnne universitaire 2000-2001</p><p>RAPPORT DE STAGE CENTRE HOSPITALIER GENERAL DE CHARLEVILLE MEZIERES</p><p>ETUDE DE FONCTIONNEMENT DUN SERVICE BIOMEDICALPROPOSITIONS DAMELIORATIONS DANS LA DEMARCHE QUALITE</p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000-2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p> SOMMAIRE </p><p>1.GENERALITES 1.1 Introduction 1.2 Historique du Centre Hospitalier page 1 3 1.3 Le Centre hospitalier en chiffres page 4 1.4 Influence de la norme ISO 9002 sur les locaux et lorganisation des circuits page 5 1.5 Organigramme du service biomdical page 6 1.6 Principes de lorganisation du service biomdical page 7 1.7 Analyse de lactivit page 8 2. ETUDES DE DYSFONCTIONNEMENTS 2.1.1 Circuits de matriels pages 9 10 2.1.2 Parcours raliss page 11 2.1.3 Matriovigilance page 12 2.2 MESURES CORRECTRICES 2.2.1 Ralisation BRAINSTORMING pages 14 20 mthodologie pages 14 16 Diagramme de relations page 17 Classement page 18 2.2.2 Analyse de la rpartition horaire pages 20 25 2.2.5 Analyse page 21 2.2.3 Travail administratif page 22 2.2.4 Travail technique page 23 2.2.5 Synthse des rsultats page 24 2.2.6 Synthse des donnes recueillies page 25 2.3 RESTRUCTURATION DU SERVICE 2.3.1 Reconfiguration des locaux page 26 2.3.2 Logigrammes de fonctionnement page 28 2.3.3 Schmas de principe page 29 2.3.4 Travaux damnagements page 30 2.3.5 Synthse jour par jour pages 31 34 3.3 PERSPECTIVES DAVENIR 3.3.1 Etude QQACM organisation de latelier page 36 3.3.2 Etude QQACM contrles-tests (exemple ) page 37 4.4 ACTIVITES SUPPLEMENTAIRES AU STAGE page 38 5.5 CONCLUSION page 39 6.6 BIBLIOGRAPHIE page 40 7.7 ANNEXES </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p>REMERCIEMENTS </p><p> Je tiens remercier Monsieur SLUPECKI, ingnieur Biomdical du Centre </p><p>hospitalier, de mavoir accueilli au sein de son service, de mavoir accord sa confiance, et davoir su me conseiller durant toute la dure de mon stage. </p><p> Cest dans une volont commune de dmarche vers la qualit, que nous avons pu </p><p>rorganiser le service biomdical dans sa globalit. Rien naurait pu se faire sans la participation active de lensemble des adjoints techniques qui ont t remarquables pour leur efficacit et leur capacit allier ces travaux supplmentaires un planning relativement charg. </p><p> Je les remercie de mavoir accept en qualit de stagiaire et davoir su minculquer </p><p>leurs connaissances et leur professionnalisme. Je tiens remercier galement le personnel des services conomiques, techniques , et </p><p>informatique pour leurs aides aussi diverses quindispensables. </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p> Par Andr LEBON Prsident honoraire du Centre Hospitalier, Dput MAIRE honoraire DE CHARLEVILLE MEZIERES [ 3 ] Quelle date faut il attribuer la fusion des hpitaux de MEZIERES et de CHARLEVILLE ? Certes, il y a celle du dcret ministriel du 20 novembre 1961 qui autorisait la fusion de lhpital hospice de CHARLEVILLE en un tablissement unique intercommunal qui prend la dnomination suivante hpital-hospice de MEZIERES-CHARLEVILLE . Je retiens cependant la date du 29 novembre 1959. Ce jour l, le maire de CHARLEVILLE que jtais devenu en Mars, avait fait venir CHARLEVILLE le Docteur ANJALEU, Directeur Gnral de la sant, pour lui demander de retenir la proprit RENAUDIN, , pour la construction de lhpital psychiatrique BELAIR La concurrence tait alors vive avec la ville de RETHEL, dont le Maire, CAMILLE LASSAUX, tait alors Prsident du Conseil Gnral. Je harcelais depuis des mois le dpartement et le Ministre pour que CHARLEVILLE fut retenu. Amen sur place comparer les deux sites proposs, le Dr ANJALEU n hsitant pas un instant : Il choisissait BELAIR, plus agrable, plus bois, lentre de la valle de la Meuse. Laprs-midi de ce 29 novembre , Ren MIQUEL, alors Maire de MEZIERES et moi, nous avons entretenu le Dr ANJALEU des projets dinsertion dans le Plan Directeur des Hpitaux , des programmes dposs depuis plusieurs annes pour lagrandissement et la modernisation de nos tablissements respectifs. Il y avait notamment pour CHARLEVILLE, la construction dun btiment de sept tages dnomm La bretelle ou le R+7 . La rponse fut premptoire : Faites dabord la fusion des deux hpitaux et vous aurez les crdits demands . Nous tions fin Novembre 1959 et la fusion des villes na eu lieu que le 1er Octobre 1966. Cest dire que chacune des deux villes tenait jalousement son hpital, partie intgrante de son patrimoine municipal, existant pour MEZIERES depuis des sicles, et pour CHARLEVILLE depuis le XVII e sicle. Dj , en 1947 le prfet de lpoque avait envisag une fusion. Jai sous les yeux le procs verbal de la commission administrative de lhpital de CHARLEVILLE, ratifi le 29 Aot 1947 par le conseil municipal. Cest lunanimit quun projet de fusion tait rejet. Parmi les raisons invoques, je relve : Personnel mdical de premire valeur et de haute conscience professionnelle, possibilit dagrandissement en largeur et en hauteur , importante valeur de ses dotations et de ses legs lui donnant une situation privilgie, situation de trsorerie garantissant une situation aise, ensemble sanitaire plus facile et moins coteux grer que </p><p>HISTORIQUE DU CENTRE HOSPITALIER </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p>lhpital de MEZIERES, position gographique avantageuse( 500 m de la gare, 200 m de la place DUCALE) situation sur la rive gauche de la MEUSE offrant, pour des vacuations sanitaires vers lintrieur, en cas de pril, des garanties suprieures celles de MEZIERES. Donc, le Docteur AUJALEU rentr PARIS, le processus de la fusion se met en marche. Le 9 Janvier 1961, le conseil municipal de CHARLEVILLE, le 11 Janvier celui de MEZIERES, donnent un avis favorable la cration , par fusion des deux hpitaux, Dun seul tablissement qui sera un Centre Hospitalier Intercommunal, vocation Dpartementale . Il est prcis : Que la direction et le secrtariat seront CHARLEVILLE Que lconomat et les services financiers seront MEZIERES Quune seule commission Administrative sera constitue, prside par chacun des Maires, se succdant danne en anne Je passe rapidement sur les nombreuses dmarches faites en vue de la rpartition des services mdicaux. On peut rsumer ainsi lorganisation dfinie par le Ministre : Mdecine Gnrale 150 lits CHARLEVILLE, 184 MEZIERES pour deux services Pneumo phtisiologie : 60 70 lits MEZIERES Pdiatrie, Prmaturs : le tout MEZIERES Chirurgie Gnrale : 167 lits CHARLEVILLE pour deux services 90 lits MEZIERES ORL, Ophtalmo, Stomato : 30 lits MEZIERES Maternit : 70 lits CHARLEVILLE Convalescents : 20 lits MEZIERES Chroniques : 20 lits MEZIERES Donc MEZIERES aura 494 lits CHARLEVILLE aura 395 lits Il y aura en outre 430 lits dhospice dans les deux villes et un seul laboratoire CHARLEVILLE. Ces statistiques ne sont quun condens de la longue dcision ministrielle. Le 24 Novembre 1961, le journal officiel publie un dcret du 20 Novembre autorisant la fusion de lhpital hospice de MEZIERES et de lhpital hospice de CHARLEVILLE en un tablissement public hospitalier intercommunal qui prend la dnomination suivante : Hpital hospice intercommunal de MEZIERES CHARLEVILLE. La fusion tait ralise. Aprs la fusion des villes, (1er Octobre 1966 ), un nouveau dcret du 7 Octobre 1966, transforme le Centre hospitalier intercommunal de MEZIERES- CHARLEVILLE en un tablissement public hospitalier communal qui prend lappellation suivante de Centre Hospitalier de CHARLEVILLE-MEZIERES. Il y aura par la suite ladjonction du mot Gnral , cette dnomination et le nom CORVISART donn la section carolopolitaine sur la proposition du Docteur TOUCHE. </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p> La section macrienne conserve la dnomination MANCHESTER , aucune suite nayant t donne la dlibration du conseil municipal de MEZIERES souhaitant que le Centre Hospitalier prenne le nom de Jules RAULIN, disciple prfr de Louis PASTEUR, n MEZIERES et ayant fait ses tudes au lyce de CHARLEVILLE. Une nouvelle vie commence pour le Centre Hospitalier Gnral, la fusion des deux villes ayant effac bien des rivalits et surtout bien des priori . SITUATION ACTUELLE : Le plan directeur, un nouvel hpital. La ralisation du plan directeur porte sur un investissement de 360 millions de francs rpartis sur une dcennie, pour la construction dun ensemble immobilier destin recevoir lensemble du plateau technique, mais galement des units de soins. La premire tranche des travaux du plan directeur a dbut en Avril 1997 pour tre rceptionne en Dcembre 1998. La construction du 1er btiment du nouvel hpital a permis la mise en place progressive au cours du premier semestre 1999 des services suivants : Chirurgies, Ranimation, Accueil des urgences, et strilisation centrale La seconde tranche de travaux de la premire phase a dbute en juillet 1999 et sest acheve en dcembre 2000, elle a permis la cration des blocs opratoires qui ce jour sont termins ainsi que la mise en service dune plate forme porte hlicoptre. La phase oprationnelle est prvue la fin du premier semestre 2001. Voici donc brivement numr lhistoire dun pass houleux qui a engendr bien des polmiques pour aboutir ce jour la concrtisation dun projet ambitieux, enjeu dhommes de caractres et dune rgion particulirement dynamique. Des moyens proportionnels son ambition Une cole dinfirmires Ouverture du service I.R.M le 15 Novembre 1999 Un centre de mdecine nuclaire quip de deux camras de scintigraphie Un centre dhmodialyse Un scanner Un laboratoire de biologie, hmatologie et bactriologie 186 mdecins et attachs pour grer 48 000 entres directes </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p>1.3 LE CENTRE HOSPITALIER DE CHARLEVILLE EN CHIFFRES </p><p> Les ressources humaines = 1787 postes, dcomposs comme suit : Effectif budgt 1999 Personnel administratif 201 Personnel des services de soins 1237 Personnel des services mdicaux techniques 102 Personnel techniques et gnraux 247 Total 1787 Rpartition des capacits en lits et places et postes du personnel non mdical. Effectif thorique par grandes disciplines et par sites gographiques au 31 Dcembre 1999 HEBERGEMENT </p><p>Hpital MANCHESTER 437 lits, 1235 postes </p><p>Hpital CORVISART 157 lits, 263 postes </p><p>Centre de sant 148 lits, 103 postes </p><p>Cuisine centrale Inter-hospitalire 35 postes </p><p>Centre de sjour pour personnes ages 122 lits, 83 postes </p><p>Maison de retraite Section saint REMY 33 lits, 16.5 postes </p><p>Maison de retraite La RESIDENCE 92 lits, 29 postes </p><p>Maison de retraite Avenue Jean JAURES 69 lits, 21.5 postes </p><p>Hbergement Maisons de retraite </p><p>Soins de longue dure </p><p>Soins de suite soins de longue dure </p><p>Court sjour </p></li><li><p>Stage de perfectionnement lingnierie biomdicale hospitalire. Session 2000 -2001 Universit technologique de COMPIEGNE - </p><p>31 </p><p> Lapplication des exigences de la norme iso 9002 contribue mieux organiser lactivit biomdicale et viter tout dysfonctionnement ou perte de temps qui induisent de la non qualit. Lagencement des locaux est souvent modifi lors dune dmarche asssurance qualit ; facilitant la circulation des dispositifs mdicaux dans le processus de maintenance, il participe lamlioration densemble est en est le plus souvent la partie la plus visible tel est le prambule de ltude ralis sur lorganisation des circuits par les centres hospitaliers de BOURG-EN-BRESSE,ANGERS, LE HAVRE, et VERSAILLES.[ 4 ] </p><p>Dans le cadre de lordonnance du 24 Avril 1996 recommandant aux tablissements de sant de sengager dans une dmarche daccrditation, le Centre hospitalier de CHARLEVILLE reprend depuis la base tous les facteurs conduisant la non qualit ainsi qu ltude des dysfonctionnements en crant des groupes de travail par domaines de comptences afin de procder son auto-valuation. Celle-ci dbutera au mois dAvril pour aboutir en fin danne 2001. [ 1 ] [ 5 ] </p><p> Le service biomdical de ltablissement entrant dans le cadre du chapitre 3 de qualit et </p><p>prvention, devra rpondre des critres bien prcis valus par les experts visiteurs mandats. Ces critres portent notamment sur les rfrentiels suivants :[ 2 ] </p><p> 1.8 : Qualit et prvention des risques 1.9 : Vigilances sanitaires et scurit transfusionnelle 1.10 : Surveillance, prvention, contrle du risque infectieux 2.2 : Matrise des situations risques 2.3 : Dynamique de gestion de la qualit </p><p> Cest avec la collaboration de lensemble des techniciens du service et sous les directives </p><p>de Monsieur SLUPECKI ingnieur biomdical, que cette tude a dmarre le 3 janvier 2001 sous lintitul tude de fonctionnement dun service biomdical, propositions damliorations dans la dmarche qualit afin danticiper cette auto-valuation et mettre en place les mesures correctrices.[ 8 ] [ 7 ] [ 6 ] </p><p> Une nouvelle organisation sous assurance qualit implique pour lensemble des agents un </p><p>changement de pratique et de nouvelles rgles ( qui fait quoi dans le processus ? ) Ces volutions peuvent paratre dstabilisantes pour les agents imprgns depuis des annes par des habitudes de travail. Une formalisation plus stricte exige des efforts supplmentaires ds le dpart, mais cette dmarche rsulte de la demande mme des intresss qui ne se sentent plus motivs de travailler dans des conditions mettant en cause leur crdibilit au niveau des servi...</p></li></ul>