Iatrogénie des psychotropes chez l’enfant et l’adolescent

  • Published on
    20-Mar-2017

  • View
    218

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Congrs Francais de Psychiatrie / European Psychiatry 29 (2014) 645676 671

    Les inhibiteurs slectifs de la recapture de la srotonine (ISRS)sont ce jour les antidpresseurs les plus prescrits dans le trai-tement de lpisode dpressif caractris. Cependant de plus enplus dtudes sinterrogent sur leurs risques de saignements dus une inhibition de lagrgation plaquettaire ainsi qu une augmen-tation de la scrtion dacide gastrique. Ces effets dpendent dudegr dinhibition de la recapture de la srotonine de la molcule.Le risque hmorragique semble essentiellement situ au niveaugastro-intestinal haut, avec peu de micro saignements crbrauxen population gnrale. La co-prescription dacide actyl salicy-lique et/ou danti-inflammatoires non strodiens majore le risque,alors que celui-ci semble attnu par la prescription dinhibiteursde la pompe protons. Via linhibition du cytochrome P450, lerisque est major lorsque lantidpresseur est associ au Warfa-rin ou au Clopidogrel, plus particulirement pour la Fluoxtine etla Fluoxamine, et de manire moins importante pour la Sertralineet le Citalopram. Il est galement discut larrt du traitement ou,en fonction de lvaluation clinique, du switch par une autre classedantidpresseurs 15 jours avant une chirurgie chez les patients hauts risques de saignements. Ces donnes doivent tre prises enconsidration dans lvaluation de la balance/bnfice risque lorsde la prescription dun traitement antidpresseur.Mots cls Hmostase ; IRS ; Dpression ; Effets indsirables

    Dclaration dintrts Lauteur dclare ne pas avoir de conflitsdintrts en relation avec cet article.Pour en savoir plusCastro VM1, Gallagher PJ, Clements CC, et al. Incident user cohortstudy of risk for gastrointestinal bleed and stroke in individualswith major depressive disorder treated with antidepressants. BMJOpen 2012;2(2):e000544.Aarts N, Akoudad S, Noordam R, et al. Inhibition of serotonin reup-take by antidepressants and cerebral microbleeds in the generalpopulation. Stroke 2014;45(7):19517.Jiang HY, Chen HZ, Hu XJ, et al. Use of selective serotonin reuptakeinhibitors and risk of upper gastrointestinal bleeding: a systema-tic review andmeta-analysis. Clin Gastroenterol Hepatol 2014. pii:S1542-3565(14)00927-6.JeongBO,KimSW,KimSY, et al. Useof serotonergic antidepressantsand bleeding risk in patients undergoing surgery. Psychosomatics2014;55(3):21220.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.073

    FA8C

    Iatrognie des psychotropes chezlenfant et ladolescentC. Petron-Bardou1,, V. Bardot21 Centre Roger-Miss, centre de sant mentale Angevin, CESAME,pdopsychiatrie Ouest, Sainte-Gemmes-sur-Loire, France2 tablissement public de sant mentale de La Runion, Saint-Paul, LaRunion Auteur correspondant.Adresse e-mail : camillepetron@hotmail.fr (C. Petron-Bardou)

    Les psychotropes ayant obtenuune autorisation demise sur lemar-ch chez lenfant et ladolescent sont essentiellementdes anciennesmolcules aux indications limites. En effet, les tudes sur la iatro-gnie des psychotropes en population pdiatrique restent peunombreuses et les rsultats dtudes en population adulte ne sontpas toujours extrapolables chez lenfant.Le mtabolisme de lenfant et de ladolescent tant diffrent, lapharmacocintique des molcules utilises diffrerait entranantune moins bonne tolrance. Les effets indsirables sont ainsi plusfrquents quen population adulte notamment le syndrome mta-bolique et les troubles endocriniens comme lhyperprolactinmiesecondaire la prise dantipsychotiques.Les effets indsirables les plus frquemment observs lors de laprescription dantipsychotiques regroupent la sdation, la prisede poids, les dyskinsies tardives et lhyperprolactinmie. Cette

    iatrognie peut majorer long terme les risques de maladiecardiovasculaires ou dostoporose. Les auteurs proposent un ajus-tement de ces traitements et une surveillance spcifique pour unemeilleure prvention des risques ultrieurs.La prescription dantidpresseurs repose sur une valuation duratio bnfice-risque lorsque la psychothrapie seule (thrapeu-tiquedepremire intention) est juge inefficace. Le principal risqueiatrogne rapport est alors la faible augmentation du risque depassage lacte suicidaire. Lusage des anxiolytiques, notammentdes benzodiazpines doit tre limit dans cette population faceaux risques daccoutumance, deffet dsinhibiteur et de troublesmnsiques associs.La prescription de psychotropes chez lenfant ou ladolescentsinscrit donc dans une prise en charge globale. Linformation dupatient et de sesparents est essentielle. Une surveillance somatiqueet psychiatrique troite permettra une prise en charge prcocede tout effet iatrogne, garantissant ainsi une meilleure adh-sion long terme et la prvention deffets iatrognes rvlationultrieure. La monothrapie doit tre privilgie et sa pertinencergulirement questionne.Mots cls Syndrome mtabolique ; Hyperprolactinmie ;Dyskinsie ; Sdation ; Pharmacocintique

    Dclaration dintrts Les auteurs dclarent ne pas avoir deconflits dintrts en relation avec cet article.Pour en savoir plusBonnot O, Holzer L. Utilisation des antipsychotiques chez lenfantet ladolescent. Neuropsychiatr Enfance Adolesc 2012;60:129.Bonnot O, Inaoui R, lloret Linares C, Cohen D. Principes desurveillance des effets mtaboliques, de lhyperprolactinmieet du rythme cardiaque pour les antipsychotiques atypiqueschez lenfant et ladolescent. Neuropsychiatr Enfance Adolesc2010;58:4318.Deniau E, Cohen D. Prescription dantidpresseurs chez les enfantset les adolescents. EMC Psychiatrie 2011;8(1):18.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.074

    FA11

    EPA - Le projet mPIVAS : lEPAsengage avec les jeunes psychiatresdans la sant sur smartphone !C. HanonUnit intersectorielle de rinsertion, EPS Erasme, Antony, FranceAdresse e-mail : chanon@free.fr

    Les antipsychotiques ont largement montr leur efficacit dans letraitement pharmacologique du trouble bipolaire et de la schizo-phrnie. Cependant, ils sont associs des effets secondaires quipeuvent affecter la qualit et lesprance de vie des patients [1].Notamment, bien que la prise de poids constitue un des facteursmajeurs de non compliance au traitement, peu dinterventionsvisant en limiter limpact ont t values [2]. De plus, le suivide ces effets secondaires est peu frquemment effectu demaniresystmatique et standardise.Du fait dune diminution de leur prix et de leur simplicitdutilisation, les smartphones font partie du quotidien dune majo-rit de patients, ce qui en fait un outil de choix pour le recueil dedonnes de sant. Notamment, par une dtection plus prcoce, ouencoreduneprventionplus efficace, des conomies substantiellespourraient tre ralises au niveau europen [3].Le projet mPIVAS (mHealth psychoeducational intervention ver-sus antipsychotic-induced side effects), port par lEarly CareerPsychiatrists Committee de lEuropean Psychiatric Association(EPA-ECPC) a pour objectif dutiliser la technologie des smart-phones pour valuer et diminuer la svrit des effets secondairesdes traitements antipsychotiques. PsyLog, une application smart-phone spcialement ddie pour ce projet, permet tout momentau patient de renseigner le type et la svrit des effets secondaires

    dx.doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.073http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.eurpsy.2014.09.074&domain=pdfmailto:camillepetron@hotmail.frdx.doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.074http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.eurpsy.2014.09.075&domain=pdfmailto:chanon@free.fr

Recommended

View more >