Insensibilité congénitale à la douleur, étude clinique et neurophysiologique chez 3 sœurs marocaines

Embed Size (px)

Text of Insensibilité congénitale à la douleur, étude clinique et neurophysiologique chez 3 sœurs...

  • Insensibilitclinique et neurophysiologique chez 3 sursmarocaines

    Congenital insensitivity to pain: Clinical andneurophysiological study in three sisters of a Moroccan family

    N. Kissania,*,b, H. Krratia,b, G. Alarconc, H. Belaaidid, R. Ouazzanid

    a Laboratoire de neurosciences cliniques et experimentales, faculte de medecine, UCAM,BP 7010, 40000 Sidi Abbad, Marocb Departement de neurologie et neurophysiologie, hopital Ibn Tofail, 40080 Marrakech,Marocc Departement de neurophysiologie clinique, hopital Kings College, Denmark Hill SE5 9RS,London, Royaume-Unid Departement de neurologie, hopital des specialites, CHU Ibn Sina, quartier Souissi,10100 Rabat, Maroc

    Disponible en ligne sur

    www.sciencedirect.com

    Linsensibilite congenitale a` la douleur avec anhidrose (ICDA)est une maladie hereditaire rare, decrite pour la premie`re foisen 1912 par Swason chez des apparentes de sexe masculin [1].

    SummaryCongenital insensitivity to pain is a rare hereditary sensory and

    autonomic neuropathy (HSAN). This disorder is an autosomal reces-

    sive condition: since 1996, mutations attributed to this entity have

    been found in the neurotrophin tyrosine-kinase gene receptor on

    chromosome 1. The authors report 3 cases of congenital insensitivity

    to pain. In these 3 sisters of consanguineous parents, the clinical

    f pain and temperature sensa-

    ResumeLinsensibilite congenitale a` la douleur est une neuropathie sensitive

    hereditaire rare de transmission autosomique recessive. Depuis

    1996, plusieurs mutations ont ete identifiees, qui concernent le ge`ne

    de la neurotrophine tyrosine-kinase situe au niveau du chromosome

    1. Nous rapportons les observations de cas dinsensibilite congeni-

    tale a` la douleur chez 3 surs issues dun mariage consanguin de

    premier degre. Lexploration clinique avait montre chez ces 3 enfants

    * Auteur correspondant.e-mail : najibkis@gmail.com

    Recu le :6 aout 2012Accepte le :6 aout 2013Disponible en ligne2 octobre 2013

    Fait clinique

    12190929-693X/$ - see front matter 2013 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.arcped.2013.08.015 Archives de Pediatrie 2013;20:1219-12241. Introduction

    a new entity of congenital insensitivity to pain, which should be

    analyzed genetically.

    2013 Elsevier Masson SAS. All rights reserved.

    siopathologie de cette entite et le cadre nosologique de ces 3 cas

    dinsensibilite congenitale a` la douleur sont discutes. Sagissait-il

    dune forme particulie`re de la neuropathie hereditaire sensitive de

    type IV avec preservation de la sudation ou bien sagissait-il dune

    nouvelle entite dinsensibilite congenitale a` la douleur quil faudrait

    analyser sur le plan genetique ?

    2013 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.particular form of HSAN type IV with preservation of transpiration ortions with preservation of all other sensory modalities, mental

    retardation, but in contrast to HSAN type IV, there was no anhidrosis.

    The neurophysiological investigation revealed an isolated axonal

    sensory polyneuropathy in the 3 patients. The clinical and neuro-

    physiological investigations were normal in both parents and the

    brother. The physiopathology of this entity is discussed. We suggest a

    une absence totale des sensations douloureuses et thermiques avec

    une preservation de toutes les autres modalites sensitives, un retard

    mental, mais contrairement aux autres neuropathies hereditaires

    sensitives de type IV, il ny avait pas danhidrose. Letude neuro-

    physiologique avait conclu a` une polyneuropathie axonale sensitive

    isolee dans les 3 cas. Chez le fre`re indemne et chez les parents,

    lexploration clinique et neurophysiologique etait normale. La phy-investigation showed total absence oe congenitale a` la douleur, etude

  • Seulement 32 cas ont ete decrits jusquen 1997 [2]. Cettemaladie semble due a` une absence des axones demyeliniseset des axones faiblement myelinises des nerfs sensitifs peri-pheriques. Sa transmission est autosomique recessive etdepuis 1996, il a ete demontre que des mutations dans lege`ne tyrosine-kinase du recepteur neurotrophine sont asso-ciees a` lICDA [3]. Depuis, de nouvelles mutations ont eteidentifiees [4]. Les sujets atteints presentent une pertecomple`te de sensations douloureuses a` la stimulation noci-ceptive, souvent associee a` dautres anomalies congenitales,telle que lanhidrose. La symptomatologie a ete decrite parTrush qui a introduit les crite`res suivants [5] : labolition des sensations douloureuses de`s la naissance ; latteinte du corps entier ; la conservation de toutes les autres modalites sensoriellesavec seulement une deficience minimale ; labsence des reflexes tendineux [5].Par la suite Daniel et al. ont souligne que les crite`res majeursdu diagnostic de cette affection hereditaire recessive devaientetre limites a` linsensibilite a` la douleur avec la perceptiontactile normale, lanhidrose, la fie`vre recurrente inexpliquee,

    2.1. Observation no 1 : propositus (cas IV-2)Il sagissait dune jeune fille de 12 ans, nee de parents en bonnesante. Ses 2 jeunes surs presentaient les memes manifesta-

    N. Kissani et al. Archives de Pediatrie 2013;20:1219-1224lautomutilation, le retard mental, lhypotonie, des glandessudoripares histologiquement normales et des anomaliesautonomes variables [6].

    2. ObservationsCette famille se composait de 4 fre`res et surs (IV 14) deparents marocains avec une consanguinite de premier degre(fig. 1). Les 3 surs (IV 24) etaient touchees depuis leurnaissance. Le cas IV-1, les parents (III 3 et 4) et des sujets III5 et III 6 ont ete examines et etaient normaux sur le planneurologique et electrophysiologique. Les autres sujetsencore en vie nont pas ete examines, mais avaient etedeclares normaux.

    1 2

    I

    II 1 2 3 4

    III 1 2 3 * 4 * 5 * 6 *

    * * * *

    IV 1(M.17 ans) 2 (H.12 ans) 3 (M.10 ans) 4(F. 6 ans )

    Figure 1. Arbre genealogique : * sujets examines.

    1220tions cliniques, decrites dans les observations 3 et 4. Nee a`terme, son poids a` la naissance avait ete de 3,3 kg. Elle avait etehospitalisee pour une forte fie`vre recurrente (jusqua` 39,5 8C).Son developpement psychomoteur est retarde. Elle avait mar-che a` 2 ans et parle a` 3 ans et demi. Depuis lage de 14 mois, elleavait presente de facon repetitive des blessures aux pieds enmarchant pieds-nus, des automutilations et des blessures de lalangue et des mains qui navaient entrane ni pleurs ou nichangement de comportement. Sa me`re avait signale quedepuis la naissance, elle ne setait jamais plainte apre`s lestraumatismes. Cette petite fille avait developpe des ulcerationsplantaires bilaterales et recurrentes, dont la guerison avait duredans le temps. A` lage de 10 ans, elle avait presente uneosteomyelite recurrente du tibia droit et avait ete hospitaliseea` plusieurs reprises. Lexamen neurologique avait revele uneinsensibilite generalisee a` la chaleur, a` la douleur superficielle,viscerale et tactile. Les sensations communes et vibratoiresetaient normales. Les reflexes osteo-tendineux (ROT) etaientabsents au niveau de tous les membres et les reflexes corneensetaient normaux. Il ny avait pas de dysfonctionnements auto-nomes evidents : la frequence cardiaque et la pression arterielleetaient normales et aucune asymetrie pupillaire netait obser-vee. Les stimulations algiques avaient revele labsence totale dereponse, tandis que des degres de variabilite concernant laperception de la douleur et les parame`tres physiologiques(tachycardie, hypertension) etaient presents. Il existait unretard mental seve`re. Le test de Schirmer etait normal. Lesbilans inflammatoire, infectieux, hepatique et renal, y comprisle nombre de globules, lazotemie et le taux dacide urique, lesacides amines sanguins, et lelectrophore`se des proteines seri-ques etaient normaux. Les radiographies des membres infe-rieurs etaient en faveur dune osteomyelite chronique du tibiadroit, associees a` une dysplasie seve`re des centres de lepiphysetibiale fibulaire et femorale du membre inferieur gauche. Lesvitesses de conduction nerveuses motrices ont ete etudiees a`laide delectrodes de surface bipolaires, et etaient normales, a`part une chute de lamplitude au niveau du nerf sciatiquepoplite interne droit. Les vitesses de conduction nerveusesensitives ont ete mesurees en utilisant des electrodes annu-laires, appliquees au niveau de la phalange distale et proximaledes index et de lannulaire. Cet examen a montre une diminu-tion bilaterale marquee de lamplitude au niveau du nerfmedian, du cubital et particulie`rement du sural. Lexamenelectromyographique etait normal. Ces resultats suggeraientlexistence dune polyneuropathie axonale sensitive avec pro-bablement une mono-axonopathie motrice (tableau I). La biop-sie cutanee a montre que la distribution et la structure desglandes sudoripares intradermiques etaient normales. Lesparents ont refuse letude genetique de meme que la biopsienerveuse.

  • retarde. Lexamen neurologique avait revele une insensibilite

    Nouveau sous-type de neuropathies hereditaires sensitives type IV

    Tableau IResultats electroneurophysiologiques chez le propositus.

    Nerfs Vitesse (m/s) Amplitude (mV) Latence (m/s) Latence des

    nfe2.2. Observation no 2 : cas IV-3Cette enfant agee de 10 ans etait nee a` terme par un accou-chement normal. Elle souffrait depisodes recurrents de fie`vreelevee depuis lage de 2 ans. Son developpement psychomo-teur etait moderement retarde. Depuis lage de 2 ans, ellesouffrait dautomutilations plantaires et digitales r