La paralysie faciale dans les dysplasies oto-mandibulaires. Étude clinique et implications thérapeutiques

  • Published on
    15-Sep-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Ann Chir Plast Estht 2001 ; 46 : 564-71 2001 ditions scientifiques et mdicales Elsevier SAS. Tous droits rservs</p><p>S0294-1260(01)00050-4/FLAArticle original</p><p>La paralysie faciale dans les dysplasies oto-mandibulaires. tude clinique etimplications thrapeutiques</p><p>D. Labb , H. Bnateau</p><p>Service de chirurgie maxillofaciale et chirurgie plastique, CHU de Caen, 14033 Caen, France</p><p>RsumLe pourcentage de paralysie faciale dans les dysplasies oto-mandibulaires est important puisquil oscille, selonles sries principales, entre 12 et 50 %. La classification OMENS qui intgre les anomalies du nerf facial etles anomalies musculaires constitue un progrs dans lanalyse des lsions. La littrature reste pourtant trspauvre sur les propositions de traitement des paralysies faciales dans les dysplasies oto-mandibulaires. Par unerevue de littrature, les auteurs font le point sur latteinte du nerf facial dans les dysplasies oto-mandibulaires,et proposent un plan de traitement. Les enfants pris en charge avant lge de un an peuvent bnficier duneanastomose nerveuse transfaciale avec neurotisation selon la technique dIigo. Les malades vus aprs lgede un an sont pris en charge vers lge de cinq sept ans, de faon avoir une bonne participation larducation postopratoire indispensable. La lvre suprieure sera ranime par myoplastie dallongement dumuscle temporal ou greffe nerveuse transfaciale et lambeau musculaire libre. La prise en charge chirurgicalede ltage orbitaire comprendra le plus souvent un allongement du releveur de la paupire suprieure duct paralys, une blpharorraphie externe asymtrique et une greffe chondromuqueuse. 2001 ditionsscientifiques et mdicales Elsevier SAS</p><p>anastomose nerveuse transfaciale / dysplasies oto-mandibulaires / muscle temporal / paralysie faciale</p><p>Summary Otomandibular dysplasia and facial palsy. Clinical study and treatment planning.The percentage of facial palsy in the otomandibular dysostosis is great. It varies from 12 to 50% in theliterature. The OMENS classification embodies the muscular and facial nerve defects, and appears to representthe most inclusive classification. Few literature reviews have proposed a treatment of the facial palsy in theotomandibularis dysostosis. The authors proposed a treatment protocol depending on the patients age. Thepatients before one year of age are treated with the Iigos technique, wich provide reinnervation to the affectedmuscles through a crossed facial nerve graft. After one-year old, the surgical approach is realised at five to sevenyears old to permit a physical therapy. The upper lip is reanimated by the lengthening temporalis myoplasty orby free muscle transplantation with nerve graft. The orbital area treatment of the paralysed side can includeda lengthening of the upper eyelid levator muscle, an asymetric lateral tarsorraphy and a chondromucous graft. 2001 ditions scientifiques et mdicales Elsevier SAS</p><p>crossed facial nerve graft / facial palsy / otomandibular dysostosis / temporal muscle</p><p>Le pourcentage des paralysies faciales dans les dyspla-sies oto-mandibulaires (DOM) semble avoir t long-</p><p> Correspondance et tirs part.Adresse e-mail : labbe-da@chu-caen.fr (D. Labb).</p><p>temps sous-estim. Il suffit pour sen convaincre dob-server laugmentation rgulire entre 1950 et 1991 des</p></li><li><p>Paralysie faciale et dysplasies oto-mandibulaires 565</p><p>pourcentages de paralysie faciale dcrits dans les diff-rents articles scientifiques.</p><p>Grce lvolution des classifications des dyspla-sies oto-mandibulaires, en particulier la classificationOMENS, la smiologie semble accorder une place plusimportante la paralysie faciale, et surtout aux paralysiespartielles et aux parsies faciales.</p><p>En revanche, la littrature reste trs pauvre sur letraitement spcifique de ces paralysies et parsies fa-ciales. En ce qui concerne ce traitement, les dysplasiesoto-mandibulaires posent un problme particulier li auxpossibles anomalies associes des muscles masticateurs,en particulier du temporal dont lintrt dans la ranima-tion des lvres nest plus dmontrer.</p><p>SMIOLOGIE-REVUE DE LITTRATURE</p><p>Le pourcentage de paralysie faciale dans lesdysplasies oto-mandibulaires</p><p>Grabb en 1965 [1] retrouve, sur 102 patients classs ensix groupes, 14 paralysies faciales dont cinq limites auxlvres. Ces 14 paralysies faciales sont retrouves dans lesdeux groupes dans lesquels sont galement observes desanomalies des muscles masticateurs.</p><p>Bergstrom en 1981 rapporte une srie de 35 paralysiesfaciales congnitales [2]. Dans cet article, il dcrit un tauxde 23 % de paralysies faciales dans les dysplasies oto-mandibulaires.</p><p>Couly en 1983 [3], sur 19 nourrissons porteurs dano-malies du premier arc uni- ou bilatrales, dont deuxGoldenhar, retrouve dix paralysies faciales totales ou par-tielles, soit un taux proche de 50 %.</p><p>Murray en 1984 retrouve, sur 62 patients traits pourdysplasie oto-mandibulaire, 16 paralysies faciales, soit unpourcentage de 26 % [4].</p><p>Bennun, de la mme quipe, en 1985 [5], sur une sriede 74 microties, retrouve un pourcentage de 12 % deparalysies faciales, soit neuf cas sur 74 patients.</p><p>Bassila en 1989 [6], sur 50 dysplasies oto-mandibulaires,retrouve 22 % de paralysies faciales.</p><p>Vento [7] en 1991, toujours de lquipe de Mulliken,sur une srie de 154 patients, retrouve 45 % de paralysiesfaciales et dcrit la classification OMENS : O orbite, Mmandibule, E oreille (ear), N nerfs, S parties molles (softtissues).</p><p>Ces diffrents pourcentages sont regroups dans letableau I.</p><p>La classification OMENS</p><p>OrbiteLasymtrie orbitaire est dtermine partir du planmdian dessin par une ligne verticale entre la crista galliet lpine nasale antrieure, une ligne horizontale tant</p><p>Tableau I. Pourcentage de paralysie faciale (PF) dans les dysplasies oto-mandibulaires.</p><p>Auteurs Nbre de cas % de PF</p><p>Grabb (1965) 102 14 %Bergstrom (1981) 35 23 %Couly (1983) 19 50 %Murray (1984) 62 26 %Bennun (1985) 74 12 %Bassila (1989) 50 22 %Vento (1991) 154 45 %</p><p>trace angle droit du plan sagittal tangente au rebordsupra-orbitaire.</p><p>O0 : orbite normal,O1 : anomalie de taille,O2 : anomalie de position avec flche indiquant sil</p><p>sagit dune anomalie vers le haut ou vers le bas ;O3 : anomalie de position et de taille.</p><p>MandibuleElle est value radiologiquement en fonction de laclassification originale de Pruzansky (1969) modifie parKaban (1981).</p><p>M0 : mandibule normale,M1 : la mandibule et la fosse glnode sont petites et la</p><p>branche montante courte,M2 : la branche montante est courte et de forme</p><p>anormale,2A : la fosse glnode est dans une position acceptable</p><p>si lon se rfre au ct oppos,2B : larticulation temporomandibulaire est dplace</p><p>en avant, en dedans et en bas avec un condyle trshypoplasique ;</p><p>M3 : absence complte de branche montante, de cavitglnode et darticulation temporomandibulaire.</p><p>Ear (Oreille)Elle est value par rapport la classification de Meurman(1957).</p><p>E0 : oreille normale,E1 : hypoplasie moyenne avec oreille en cornet, toutes</p><p>les structures tant prsentes,E2 : absence de conduit auditif externe et hypoplasie de</p><p>la conque ;E3 : absence doreille et malposition du lobule.</p><p>NerfsSont ici recenses les anomalies du nerf facial mais aussicelles des autres nerfs crniens, par exemple du trijumeauN5 ou de lhypoglosse N12,</p><p>N70 : pas danomalie du nerf facial,N71 : atteinte du facial suprieur (figure 1),</p></li><li><p>566 D. Labb, H. Bnateau</p><p>A B</p><p>C</p><p>Figure 1. A : paralysie faciale et DOM. B : paralysie frontale en contraction N71. C : paralysie des abaisseurs de la lvre infrieure N72 (au totalN71 et 2) sans paralysie de la lvre suprieure.</p></li><li><p>Paralysie faciale et dysplasies oto-mandibulaires 567</p><p>N72 : atteinte du facial infrieur ;N73 : atteinte de toutes les branches du nerf facial(figure 2).</p><p>Soft tissues (tissus mous)S0 : pas danomalie des tissus mous ou de dficit</p><p>musculaire,S1 : anomalies minimes des tissus mous et des muscles,S2 : anomalies modres entre S1 et S3 ;S3 : anomalies svres avec aplasie musculaire, hypo-</p><p>plasie grave musculaire et sous-cutane.Grce cette classification, dans la srie de Vento sur</p><p>154 patients, une atteinte du nerf facial est retrouve chez50 % des malades classs M1 et M2, et 70 % des maladesclasss M3.</p><p>Lanalyse de ces sries, mme si elle nest pas trsprcise sur les parsies faciales jusqu la classificationOMENS, semble concordante sur la prdominance delatteinte du nerf facial infrieur (N72) ou de lensembledu territoire du nerf facial (N73).</p><p>Si Murray en 1984 [4] insistait sur la relation entrela gravit de latteinte de loreille et lassociation duneparalysie faciale, Vento de la mme quipe en 1991, avecune analyse plus prcise, note une corrlation entre lagravit de latteinte mandibulaire et la paralysie faciale.</p><p>TRAITEMENT DE LA PARALYSIE FACIALEDANS LES DYSPLASIES</p><p>OTO-MANDIBULAIRES. REVUE DE LALITTRATURE</p><p>Encore une fois, la littrature est trs pauvre concernant letraitement de la paralysie faciale dans les dysplasies oto-mandibulaires, plus encore que pour la smiologie.</p><p>Edgerton [8], en 1977, insiste sur le fait que le trai-tement de la paralysie faciale doit tre diffr aprsreconstruction de los et des parties molles.</p><p>Cousley [9], en 1997, propose galement une ranima-tion diffre par greffe transfaciale et lambeau musculairelibre aprs la reconstruction osseuse, mais sans prsenterson exprience ; en cas de dcouverte prcoce, il prconisela technique dIigo sans rapporter dexprience person-nelle.</p><p>Iigo et Ysunza rapportent successivement leur exp-rience en 1993 et 1996 [10, 11] danastomose transfacialeavec neurotisation ralise avant lge de un an dans lesformes compltes. La srie de 1996 porte sur 18 cas, dontneuf de moins dun an.</p><p>La technique consiste prlever le nerf sural des deuxcts.</p><p>Un abord du nerf facial du ct sain est ralis endissquant les branches jusqu la sortie de la parotide.Lanastomose du ct sain est ralise sur trois branches destine buccale et zygomatique, puis les greffons sont</p><p>passs par un tunnel sous-cutan sous la lvre suprieure.Du ct paralys, lexposition des muscles atteints estralise par un abord cutan. Chaque extrmit du nerfsural est divise pour sparer les groupes de fascicules.Les fascicules sont implants directement dans la massemusculaire. Une greffe est utilise pour les muscleslvateurs de la lvre suprieure et une pour les musclesabaisseurs de la lvre infrieure.</p><p>Les malades ont t bien entendu valus cliniquementavec une chelle de rsultats et sur le plan lectromyo-graphique en pr et en postopratoire. Les rsultats sontdmonstratifs dans le groupe 1, cest--dire pour les neufenfants oprs avant lge de un an. Tous ont obtenu un r-sultat symtrique la fois au repos, lors des mouvementsvolontaires et lors de lexpression spontane, la qualit dela rinnervation tant value 100 %. Par contre, dansles groupes 2 et 3 (groupe 2 : 5 patients de un quatreans ; groupe 3 : 4 patients de quatre dix ans), la qua-lit de la rinnervation tombe 40 % pour le groupe 2 et 25 % pour le groupe 3. Dans le groupe 3, deux des pa-tients nont prsent aucune amlioration et ont dailleurst roprs selon la technique de transfert du temporal deRubin.</p><p>La qualit des rsultats obtenus par lquipe dOrtizMonasterio avant lge de un an plaide en faveur duneanomalie du nerf facial du ct de la dysplasie otoman-dibulaire, sans anomalie des muscles peauciers de la facequi, prsents la naissance, subissent une atrophie pro-gressive ne permettant pas cette technique danastomosetransfaciale et neurotisation dtre constamment efficaceaprs lge de un an.</p><p>Outre la littrature rapportant les traitements de para-lysie faciale dans les dysplasies oto-mandibulaires, il estintressant pour le traitement de noter ltude de Kane en1997 [12] qui tudie les muscles masticateurs en scannertridimensionnel et qui montre que le grade de Pruzanskyest directement corrl au degr dhypoplasie des musclesmasticateurs du ct atteint, alors que linverse ne seraitpas vrai. Ces constatations sont videmment importantespour la ranimation des paralysies faciales vues aprs unan si lon souhaite utiliser les muscles masticateurs, enparticulier le muscle temporal.</p><p>PROPOSITION DUN PLAN DE TRAITEMENT</p><p>Enfants vus avant lge de un an</p><p>Pour ces enfants prsentant une paralysie faciale complteunilatrale ou majeure sur ltage buccal (N72 ou 3) ilsemble que lanastomose transfaciale avec neurotisationpour les N73, avec deux greffes surales, ou pour les N</p><p>72</p><p>avec une seule greffe surale transfaciale, soit un traitement proposer dans tous les cas compte-tenu de la qualitdes rsultats prsents par lquipe dOrtiz Monasterio(figure 3).</p></li><li><p>568 D. Labb, H. Bnateau</p><p>A B</p><p>C</p><p>Figure 2. Cas d lobligeance du Dr F. Firmin. A : paralysie faciale au repos de profil. B : paralysie faciale au sourire N73. C : N73 occlusionpalpbrale incomplte.</p></li><li><p>Paralysie faciale et dysplasies oto-mandibulaires 569</p><p>Figure 3. Technique dIigo : greffe nerveuse transfaciale etneurotisation avant lge de un an.</p><p>Cependant, ce cas de figure dune paralysie facialecomplte ou de ltage buccal vu avant lge de un ansemble encore assez rare aujourdhui.</p><p>Malades vus aprs lge de un an</p><p>Il semble intressant dattendre lge de cinq sept anspour envisager la ranimation de la face paralyse afindobtenir une parfaite adhsion de lenfant au traitement,et en particulier la rducation postopratoire indispen-sable dans les transferts du muscle temporal.</p><p>Ltage labial et ltage orbitaire et frontal seront traitssparment.</p><p>Les lvres (N72 ou 3)La lvre suprieure du ct paralysLe traitement palliatif est dcid en cas de paralysiecomplte ou de parsie avec contraction infrieure 50 % la normale. Myoplastie dallongement du temporalCe procd (figure 4) [13] ne peut tre envisag quaprsavoir vrifi que le muscle existait cliniquement, quiltait contractile et aprs avoir au besoin complt cesexplorations par une iconographie de type scanner avecreconstruction tridimensionnelle ou IRM. Ces examenscomplmentaires permettront un contrle prcis de laqualit du muscle temporal, de son intgrit, en particulieren ce qui concerne son tendon dinsertion.</p><p>La myoplastie dallongement du temporal est ralisepar une voie coronale unilatrale, avec abord premierde la partie basse du muscle et section de lapophysecoronode lorsquelle existe, permettant de contrler la</p><p>Figure 4. Myoplastie dallongement du temporal pour ranimer la lvresi le muscle temporal est utilisable.</p><p>qualit du tendon du temporal en dbut dintervention.Le muscle est ensuite dcoll de la fosse temporale puisabaiss par un tunnel dans la joue, dans le plan de laboule de Bichat, vers la lvre suprieure grce uneincision nasognienne. Linsertion sur la lvre suprieureest ralise laide des repres propratoires. La qualitde cette insertion sera dpendante de la qualit du tendondu muscle temporal et, en cas danomalie de celui-ci, cette insertion pourra tre amliore par des greffesdaponvrose temporale prleves du ct sain par la voiecoronale (languettes dinsertion), permettant un talementdu tendon de laile du nez jusqu la commissure et surtoute la lvre suprieure.</p><p>On pourra ajouter cette myoplastie dallongementdu temporal une greffe nerveuse surale transfaciale bran-che sur lun des rameaux zygomatiques du nerf facialdu ct sain, et sur le nerf temporal profond postrieurou moyen d...</p></li></ul>