of 112/112
La philosophie française Sartre et Foucault

La philosophie française Sartre et Foucault. la philosophie anglaise: Hobbes /Locke la liberté négative : lindividu la philosophie allemande: Kant / Hegel

  • View
    130

  • Download
    17

Embed Size (px)

Text of La philosophie française Sartre et Foucault. la philosophie anglaise: Hobbes /Locke la liberté...

  • Page 1
  • La philosophie franaise Sartre et Foucault
  • Page 2
  • la philosophie anglaise: Hobbes /Locke la libert ngative : lindividu la philosophie allemande: Kant / Hegel la libert positive : lhistoire la philosophie franaise: Sartre/Foucault la libert radicale : limaginaire La philosophie franaise
  • Page 3
  • chaque squence : intgrer de nouveaux champs du savoir la philosophie philo anglaise : lconomie philo allemande : lhistoire, la sociologie philo franaise: lart, la littrature La philosophie franaise
  • Page 4
  • Paris capitale de lart moderne
  • Page 5
  • surralisme psychanalyse
  • Page 6
  • Parti Communiste dominant
  • Page 7
  • le sujet = quelque chose de plus vaste que la conscience / le moi = forces cratrices inconscientes La philosophie franaise
  • Page 8
  • champ politique + profond subjectif (individu) objectif (histoire) = imaginaire, symbolique La philosophie franaise
  • Page 9
  • Sartre = existentialisme phnomnologie (Husserl/Heidegger) Foucault structuralisme (Lvi-Strauss) La philosophie franaise
  • Page 10
  • Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 11
  • tudes de philo ENS Simone de Beauvoir La nause (1938) Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 12
  • la guerre; la rsistance Ltre et le nant (1943) Les Mouches (1943) Huis-clos (1944) Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 13
  • intellectuel total Les Temps Modernes thtre romans, essais Saint-Germain-des-Prs existentialiste Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 14
  • engagements politiques compagnon de route du PC 1952-1956 Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 15
  • engagements politiques du ct des opprims et de leurs leaders pas de souci pour sa rputation/postrit refuse le Prix Nobel 1964 Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 16
  • engagements politiques Guerre dAlgrie FLN Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 17
  • engagements politiques Cuba Fidel Castro Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 18
  • engagements politiques peuples arabes Nasser Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 19
  • engagements politiques peuples coloniss prface de Franz Fanon, Les Damns de la terre Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 20
  • engagements politiques Guerre du Vietnam Tribunal Russell Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 21
  • engagements politiques ouvriers femmes homosexuels condamns mort Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 22
  • philosophie de la libert radicale Ltre et le Nant (1943) Lexistentialisme est un humanisme (1946) Critique de la Raison Dialectique (1960) Jean-Paul Sartre (1905-1980)
  • Page 23
  • Essai dontologie phnomnologique phnomnologie Edmund Husserl (1859-1938) Ides directrices pour une phnomnologie (1913) Ltre et le nant
  • Page 24
  • Essai dontologie phnomnologique phnomnologie Martin Heidegger 1889-1976 Etre et Temps (1927) Ltre et le nant
  • Page 25
  • phnomne : ce qui apparat la conscience; le donn, la chose mme retour aux choses mmes objet ; image; souvenir ; nombre; etc. mise entre parenthse de lobjectivit et de lexistence des choses, au profit de son apparatre Edmund Husserl
  • Page 26
  • intentionnalit : toute conscience est conscience de quelque chose vise dun objet transcendant lien vcu entre sujet et objet Edmund Husserl
  • Page 27
  • la conscience nest plus une instance qui rflchit, reprsente, mais se projette, se lance vers les choses recherche dune vrit + profonde que lobjectivit scientifique La terre ne se meut pas Edmund Husserl
  • Page 28
  • contemplation rapport authentique au monde >< technique rapport inauthentique au monde la vrit : ancre dans la certitude du vcu, dans la subjectivit Edmund Husserl
  • Page 29
  • ltre est et le nant nest pas lhomme est ltre par qui le nant vient au monde Ltre et le nant
  • Page 30
  • tre de la chose : tre-en-soi tre = tre identit, plnitude, inertie tre de lhomme : tre-pour-soi tre = ne pas tre projet, imagination, ngation Ltre et le nant
  • Page 31
  • Lhomme est dabord ce qui se jette dans lavenir, un projet qui se vit subjectivement, au lieu dtre une mousse, une pourriture ou un chou-fleur. Lhomme sera dabord ce quil aura projet dtre Lexistentialisme est un humanisme, p. 30
  • Page 32
  • intentionnalit la conscience est purifie, elle est claire comme un grand vent, il ny a plus rien en elle, sauf un mouvement pour se fuir, un glissement hors de soi Situation I, p. 30
  • Page 33
  • intentionnalit Husserl : contemplation Sartre : pratique agir, cration Ltre et le nant
  • Page 34
  • intentionnalit le sujet = + vaste que la rflexion, la reprsentation tre-au-monde sujet dcentr Ltre et le nant, p.29
  • Page 35
  • intentionnalit ce nest pas dans je ne sais quelle retraite que nous nous dcouvrirons : cest sur la route, dans la ville, au milieu de la foule, chose parmi les choses, homme parmi les hommes Situation I, p. 32
  • Page 36
  • intentionnalit la conscience est un tre pour lequel il est dans son tre question de son tre, tant que cet tre implique un tre autre que lui LEtre et le nant, p.30
  • Page 37
  • lexistence prcde lessence cela signifie que lhomme existe dabord, se rencontre, surgit dans le monde, et quil se dfinit aprs. Lhomme () nest dabord rien. Il ne sera quensuite, et il sera tel quil se sera fait . Lexistentialisme est un humanisme, p.28
  • Page 38
  • le sujet nature = praxis : action, cration la conscience = imageante : faire des trous dans ltre-en-soi importance de limaginaire importance de lart = gage de libert Sartre
  • Page 39
  • la libert nest pas une valeur thique; cest une modalit de ltre lhomme est condamn tre libre Lexistentialisme est un humanisme, p.39
  • Page 40
  • jamais nous navons t aussi libres que sous lOccupation exister = nier, rsister Situations III, p.11
  • Page 41
  • maladie, handicap, caractristique physique une autre situation subjectivit intacte toute situation ouvre des possibilits pour le sujet LEtre et le nant
  • Page 42
  • soit lH assume sa libert vit le pour-soi sur le mode du pour-soi authenticit soit lH nassume pas sa libert vit le pour-soi sur le mode de len-soi inauthenticit : inertie Ltre et le nant
  • Page 43
  • Ex : file de lautobus pratico-inerte : praxis : conscience, volont pour-soi inertie = srialit: consciences spares en-soi Critique de la raison dialectique, p.384
  • Page 44
  • Ex : file de lautobus praxis englue dans lextriorit/srialit limpuissance subie est le mastic de la srialit mais minimum incompressible de libert Critique de la raison dialectique, p.384
  • Page 45
  • critique du marxisme / psychanalyse refus de lobjectivisme : dterminisme infrastructure conomique (Marx) = praxis aline inconscient-refoulement (Freud) = conscience qui se ment elle-mme Critique de la raison dialectique
  • Page 46
  • problme moral = politique condition de possibilit / dimpossibilit de ma libert : autrui jai besoin dautrui pour tre libre cest autrui qui menace ma libert dialectique du matre et de lesclave
  • Page 47
  • lenfer, cest les autres (Huis-clos ) dialectique du matre et de lesclave
  • Page 48
  • lhomme a besoin de reconnaissance jexiste travers le regard de lautre mais : rapports de domination => consciences chosifies , rifies dans un rle, une fonction, un identit alination dialectique du matre et de lesclave
  • Page 49
  • comment ma libert peut-elle rencontrer la libert dautrui sans se figer, saliner ? = la rvolution = labolition du capitalisme : condition ncessaire mais non suffisante de la libert marxisme: lhorizon indpassable de notre temps Critique de la raison dialectique
  • Page 50
  • la Rvolution : processus radical individuel / collectif politique / conomique / culturel les consciences/praxis se soulvent se rencontrent Critique de la raison dialectique
  • Page 51
  • Mai 68
  • Page 52
  • Prise de la Bastille
  • Page 53
  • la rvolte se fixe dans le serment => institution => pouvoir => alination => retombe dans le pratico-inerte Critique de la raison dialectique
  • Page 54
  • libert radicale = rvolution permanente Critique de la raison dialectique
  • Page 55
  • la philosophie sartrienne de la libert radicale ne peut dboucher que sur une philosophie de la violence R.Aron Histoire et dialectique de la violence
  • Page 56
  • La Critique raconte, en une sorte de roman philosophique, lodysse de la conscience qui saline dans lobjet, se perd dans le pratico-inerte, la matrialit et la srialit, sarrache ensuite la servitude ou, mieux encore, la glu qui lenserre et lenferme, se reconquiert elle- mme par la rvolte, par le combat et enfin, pour vaincre, perd ses raisons de vaincre () R.Aron Histoire et dialectique de la violence
  • Page 57
  • () La rvolte, pour ne pas succomber aux coups de ses ennemis, devient rvolution ; celle-ci ne survit que par lorganisation, puis linstitution ; ltat, les souverains naissent ou renaissent de la rvolution triomphante, trahie par son triomphe R.Aron Histoire et dialectique de la violence
  • Page 58
  • Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 59
  • Ecole Normale Suprieure homosexualit ; troubles psychologiques Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 60
  • Histoire de la folie lge classique (1963) Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 61
  • Les Mots et les choses (1966) mort de lhomme = critique du sujet-conscience querelle avec Sartre Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 62
  • Collge de France (1969) Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 63
  • Groupe dInformation des Prisons dissidents Pologne, URSS mouvement gay Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 64
  • Rvolution iranienne (1979) Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 65
  • le structuralisme Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 66
  • mthode scientifique exprimente en linguistique Elments de linguistique gnrale (1960) Roman Jakobson (1896-1982)
  • Page 67
  • Ferdinand de Saussure Cours de linguistique gnrale (1916) 1906-1911 Le structuralisme
  • Page 68
  • il y a structure o il y a langage tout langage (parl, crit, visuel, mythologique, religieux, etc.) = structure = systme de signes Le structuralisme
  • Page 69
  • tout signe = signifiant (Sa) = forme : son, image, objet, attitude, etc. signifi (S) = contenu : ide, concept Le structuralisme
  • Page 70
  • conception traditionnelle le langage est linstrument de la pense primat du S : ce que le sujet a voulu signifier Le structuralisme
  • Page 71
  • mthode structurale : la pense est le produit du langage comprendre un systme symbolique: redescendre jusqu la structure inconsciente Le structuralisme
  • Page 72
  • phrase : combinaison de sons => mots per-tu-a-s- l-eu-ch tu perds le chassis Pre, tu le chassais Sacha a tu le pre Le structuralisme
  • Page 73
  • les phrases : Sa dans des combinaisons + complexes => rcits collectifs Ex : fait divers dans un journal Sacha a tu le pre Le structuralisme
  • Page 74
  • smiologie tudier linconscient idologique de la socit moderne fait divers Tour de France photo de guerre Roland Barthes 1915-1980 Mythologies (1957)
  • Page 75
  • les phrases : Sa dans des combinaisons + complexes => rcit individuel psychanalyse Sacha a tu le pre Sache, tu es le pre Le structuralisme
  • Page 76
  • psychanalyse linconscient est structur comme un langage a parle Jacques Lacan 1901-1981
  • Page 77
  • ethnologie Structures lmentaires de la parent (1949) Anthropologie structurale (1958) Claude Lvi-Strauss 1898-2009
  • Page 78
  • atome de parent alliance
  • Page 79
  • dfi la philosophie de la conscience / praxis de Sartre = philosophie du sujet le structuralisme: primat des structures symboliques inconscientes sur le sujet conscient Le structuralisme
  • Page 80
  • alternative lopposition Freud / Marx quelle infrastructure ? base matrielle psychisme le structuralisme : pas dinfra-structure il ny a que des structures: primat du Sa Le structuralisme
  • Page 81
  • une culture se dfinit par ce quelle institue (conscient), mais aussi par ce quelle exclut (inconscient) Cest quil y a un chiquier de cases grises, peine perceptibles, qui dfinissent la modalit dune culture : cest la trame de ces cases ngatives que jai voulu appliquer ltude de lhistoire des systmes de pense Dits et crits, n83 Michel Foucault Dits et crits, n83
  • Page 82
  • archologie : identifier les strates historiques qui nous permettent de penser, dtre, dagir gnalogie : identifier les conflits, les rsistances, pour reprer les points de transformation possible V Nietzsche, Gnalogie de la morale Foucault
  • Page 83
  • Histoire de la folie lge classique (63) Surveiller et punir (72) Histoire de la sexualit La Volont de savoir (76) Le souci de soi Lusage des plaisirs (84) Cours au collge de France Naissance de la biopolitique (79) Michel Foucault
  • Page 84
  • modernit : valorisation de la raison productivit / utilit case ngative : la folie rien de naturel construction historique Histoire de la folie lge classique
  • Page 85
  • jusqu la Renaissance fous maltraits mais libres Jrme Bosch Stultifera Navis (Nef des fous) Histoire de la folie lge classique
  • Page 86
  • 17 e : rationalisme le Grand Renfermement des inutiles Histoire de la folie lge classique
  • Page 87
  • 19 e : mdicalisation de la folie humanisation exclusion asiles Histoire de la folie lge classique
  • Page 88
  • faire entendre la parole des fous murmures, cris, souffrances fulgurances, capacit cratrice exprience-limite de la libert Histoire de la folie lge classique
  • Page 89
  • Surveiller et punir. Naissance de la prison Ancien Rgime enfermement : cachot peine : spectacle
  • Page 90
  • Surveiller et punir. Naissance de la prison 19 e sicle enfermement : contrle peine : redressement
  • Page 91
  • Surveiller et punir. Naissance de la prison panoptique
  • Page 92
  • Surveiller et punir. Naissance de la prison prison : matrice disciplinaire pour toute la socit asile cole atelier caserne hpital etc.
  • Page 93
  • Surveiller et punir. Naissance de la prison chec de la prison ? dchetterie sociale production dillgalismes lieu dexclusion, pas de sanction v abus de la prventive
  • Page 94
  • derrire ce qui se prsente comme positif, reprer les rapports de force qui fixent le normal / pathologique vrai / raison /justice / sant / etc. faux/ folie/dlinquance/maladie/etc. Michel Foucault
  • Page 95
  • La Volont de savoir Histoire de la sexualit 1 2 principes le pouvoir est partout UN lieu central, souverain (Etat) le P = immanent la socit, traverse les corps biopolitique: P qui sexerce sur la vie les corps / populations
  • Page 96
  • La Volont de savoir Histoire de la sexualit 1 2 principes l o il y a pouvoir, il y a rsistance UN lieu du Grand Refus (Parti) rsistances mobiles, transitoires rsistance = libert radicale
  • Page 97
  • Foucault Ex: homosexualit 1.droits individuels (libert N) 2.transformation de la socit (libert P) 3.invention de nouveaux modes de sexualit/parent/sociabilit (libert R)
  • Page 98
  • recherche dun style de vie esthtique de lexistence faire de sa vie une uvre dart Michel Foucault (1926-1984)
  • Page 99
  • pas de grand rcit du progrs Lumires : exprience de notre libert comment dgager, de la contingence historique qui nous a fait tre ce que nous sommes, la possibilit de ne plus tre ce que nous sommes Quest-ce que les Lumires ? Dits et crits n339 (cours 1983)
  • Page 100
  • pas de grand rcit du progrs Lumires : exprience de notre libert un travail de nous-mmes sur nous- mmes en tant qutres libres ce travail critique ncessite le travail sur nos limites, cd un labeur patient qui donne forme limpatience de la libert Quest-ce que les Lumires ? Dits et crits n339 (cours 1983)
  • Page 101
  • critique des sciences humaines psychologie / sociologie = tude objective de lhomme, mais qui le conserve comme sujet conscient de ses reprsentations v sondages Les Mots et les choses Une archologie des sciences humaines
  • Page 102
  • ce qui est manqu par les sciences H: linconscient, le symbolique = champ +profond: linconscient (psychanalyse) les structures symboliques (ethnologie) Les Mots et les choses Une archologie des sciences humaines
  • Page 103
  • lhomme= effet de surface appel disparatre au profit du langage v littrature moderne Mallarm Kafka Artaud le Nouveau Roman Les Mots et les choses Une archologie des sciences humaines
  • Page 104
  • lhomme va bientt seffacer, comme la limite de la mer un visage de sable de nos jours, on ne peut plus penser que dans le vide de lhomme disparu. Mais ce vide ne creuse pas un manque ; il ne prescrit pas une lacune combler. Il nest rien de plus, rien de moins, que le dpli dun espace o il est enfin nouveau possible de penser (p.353) Les Mots et les choses Une archologie des sciences humaines
  • Page 105
  • critique de Sartre : sujet-conscience Histoire-dialectique querelle de lhumanisme
  • Page 106
  • critique de Sartre La Critique de la Raison Dialectique, cest le magnifique et pathtique effort dun homme du XIXe sicle pour penser le XXe sicle. En ce sens, Sartre est le dernier hglien, et je dirais mme le dernier marxiste . Dits et crits, n39 (1966) querelle de lhumanisme
  • Page 107
  • Sartre : Entretien Larc 1966 Foucault ne nous dit pas ce qui serait le plus intressant : comment chaque pense est construite partir de ces conditions, ni comment les hommes passent d'une pense une autre. Il lui faudrait pour cela faire intervenir la praxis, donc l'histoire, et c'est prcisment ce qu'il refuse . querelle de lhumanisme
  • Page 108
  • Sartre : Entretien Larc 1966 Derrire l'histoire, bien entendu, c'est le marxisme qui est vis. Il s'agit de constituer une idologie nouvelle, le dernier barrage que la bourgeoisie puisse encore dresser contre Marx. Faute de pouvoir dpasser le marxisme, on va donc le supprimer . querelle de lhumanisme
  • Page 109
  • Sartre / Foucault : pas si loigns le sujet = champ plus vaste que le Je Moi psychologique conscience-reprsentation querelle de lhumanisme
  • Page 110
  • Sartre : part de la conscience sujet dcentr, qui se projette vers le monde Foucault : part de la structure inconsciente (rapports de force) forces de rsistance / libration querelle de lhumanisme
  • Page 111
  • Sartre / Foucault : pas si loigns () Si lon persiste appeler sujet une sorte de je substantiel, ou une catgorie centrale, partir de laquelle se dvelopperait la rflexion, alors il y a longtemps que le sujet est mort. Jai moi- mme critiqu cette conception (Entretien LArc 1966) querelle de lhumanisme
  • Page 112
  • le sujet = historicit, plasticit alination assujettissement libert subjectivation Diffrence Sartre / Foucault