Le protestantisme est né au XVIe siècle, dans l'Europe .1 BT 1128 2001 Le protestantisme est né

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Le protestantisme est né au XVIe siècle, dans l'Europe .1 BT 1128 2001 Le protestantisme est né

  • 1

    BT 1128 2001

    Le protestantisme est n au XVIe sicle, dans l'Europe de la Renaissance. Cette religion est le fruit de discussions thologiques passionnes. Les diffrences entre glises protestantes et glise catholique peuvent apparatre minimes pour un non-initi. Pourtant, leur sparation est le rsultat d'un longue histoire, tumultueuse et violente, tout particulirement en France. On doit connatre cette histoire pour comprendre les fondements de la foi protestante et comprendre pourquoi les Protestants restent trs minoritaires en France, alors qu'ils sont largement reprsents, voire majoritaires, dans toute l'Europe du Nord.

    Des mots-cls : Architecture - Bible Calvin - Christianisme glise (institution religieuse) Guerres de religion Hbreux Imprimerie - Libert religieuse Louis XIV - Luther - protestantisme Religion - Temple

  • 2

    SOMMAIRE Les dbuts du christianisme 3

    L'dit de Milan Aux origines de la Rforme protestante 4

    Une glise toute-puissante La rforme impossible de l'glise catholique La Rforme protestante Martin Luther (1483-1546) Jean Calvin (1509-1564) Foi catholique et foi protestante partir du XVIe sicle

    Le protestantisme en France 10

    Une priode de troubles et de crises: de 1523 1572 Une coexistence difficile partir de 1715, une lente restauration Depuis la Rvolution, le protestantisme se structure

    De nos jours, le protestantisme 14

    tre protestant aujourd'hui tre protestant: six affirmations principales Une paroisse luthrienne dans le pays de Montbliard Les glises protestantes: une seule et mme foi mais des expressions diffrentes

    Quel avenir pour le protestantisme? 19

    L'cumnisme Repres chronologiques Quel avenir pour le protestantisme?

    Petit lexique franco-protestant. Pistes. 20 Des reportages

    Le temple luthrien du Montbliard 21 La Bible, un livre qui a brav les sicles 22

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Ce reportage a t conu par Daniel Krhenblh Il a t mis au point par le chantier BT de lICEM, coordonn par Pierre Pguin. Ont particip sa rdaction Bernard Hamon, Nadine Hua Ngoc, Lucien Buessler, Irne Hamon, Roland Bolmont et le pasteur David Schrtzer (pasteur Sainte-Marie Consistoire de Saint-Julien, inspection de Montbliard) Remerciements la Fdration protestante (par lintermdiaire de son site internet), et Michel Caby, la Conservation du Muse du Dsert. Iconographie : Photos : Couverture, p. 5 (bas) A.Dhnin p. 5 (haut), CC Tartessos75 p.7 DR p.9 CC Howie Luvzus p.14 : CC Tux-Man p.23 : CC Arnaud 25. Gravures : p.12 et 13 : SHPF Cartes : A.Dhnin partir de fonds de carte Daniel Dalet (ac.aix-marseille.fr). Graphisme p.6 A.Dhnin En couverture : Il y a comme un air de famille entre le temple protestant (en haut) et lglise catholique (en bas,) St-Vran (Queyras) : lglise, dtruite par les protestants durant les guerres de religion, fut reconstruite au XVIIe sicle par un architecte protestant. Le Temple actuel, qui domine le vallon, a t financ par une souscription. Photos A.Dhnin Maquette : Annie Dhnin et Marjolaine Billebault, novembre 2012

  • 3

    Le protestantisme est n au XVI sicle, dans l'Europe de la Renaissance. Cette religion est le fruit de discussions thologiques passionnes entre chrtiens. Les diffrences entre glises protestantes et glise catholique peuvent apparatre minimes pour un non-initi. Pourtant, leur sparation est le rsultat d'une longue histoire, tumultueuse et violente, tout particulirement en France. On doit connatre cette histoire pour comprendre les fondements de la foi protestante.

    Les dbuts du christianisme Au dbut de notre re, en Palestine, un homme, Jsus de Nazareth, est reconnu par ses disciples comme tant fils de Dieu, le Messie ou Christ attendu depuis d sicles par les tenants de la religion hbraque. Cet homme est crucifi aux alentours de l'an 30, Jrusalem. Trs vite, ses disciples rpandent son enseignement et constituent la religion chrtienne. Cette religion se rpand dans tout l'Empire romain, au point d'inquiter les autorits : les chrtiens qui ne reconnaissent pas l'origine divine de l'empereur romain, et qui refusent de sacrifier aux dieux officiels de l'Empire, sont perscuts. Cela ne les empche pas de continuer diffuser leur religion: au dbut du IV' sicle, ils sont assez nombreux et assez influents pour que la situation se renverse. L'expansion du christianisme est continue, dans les limites de l'Empire. et au-del, bien aprs la dislocation de lEmpire.

    L'dit de Milan En 313, l'empereur Constantin publie l'dit de Milan, un modle de tolrance, qui dclare le christianisme religion officielle d'tat au mme titre que les cultes paens: Nous, Constantin et Lucinius, Augustes (. .. ) avons rsolu d'accorder aux chrtiens et tous les autres la libert de pratiquer la religion qu'ils prfrent ( ... ) Il est digne du sicle o nous vivons, il convient la tranquillit dont jouit l'Empire, que la libert soit complte pour tous nos sujets d'adorer le dieu qu'ils ont choisi et qu'aucun culte ne soit priv des honneurs qui lui sont dus. Mais, ds la fin du IVe sicle, par l'dit du 28 fvrier 380, les empereurs Thodose (Empire romain d'Orient) et Gratien (Empire romain d'Occident) lvent la religion chrtienne au rang de seule religion officielle et obligatoire. Les temples devenus paens sont ferms, et des perscutions ont lieu ... contre les paens !

    Expansion du christiannisme

    Rgions fortement christiannises vers 325 Rgions en partie christiannises vers 600

    Limites de lEmpire romain (fin Ve s. ap.JC)

    Cet dit sera lourd de consquences pour l'avenir du christianisme : l'tat impose de force une religion. L'glise 1, jusqu'alors constitue de professants , c'est--dire de personnes ayant librement choisi leur religion, devient un mouvement de masse dans lequel les paens sont convertis de force. En Europe occidentale, la structure de l'glise tend se calquer sur l'organisation centralise et hirarchique de l'tat romain : la base, le simple croyant, puis viennent les pasteurs - prtres, vques, archevques et, tout au sommet, l'archevque de Rome qui se dit le reprsentant du Christ sur Terre. Il prend le titre de pape, c'est--dire pre 2.

    1 L'glise: avec une majuscule, le mot glise dsigne la communaut des chrtiens ainsi que le clerg qui l'encadre. Avec une minuscule, c'est le btiment o les membres de l'glise catholique se rassemblent pour clbrer leur culte. 2 voir BT n 1096, Un visage du christianisme: le catholicisme.

  • 4

    Aux origines de la Rforme protestante

    Une glise toute-puissante Ds les premiers sicles, la doctrine chrtienne a t dfinie avec prcision. Toute personne qui ne professe pas cette doctrine, rsume dans le credo (ci-contre) aux conciles de Nice puis de Constantinople, est considre comme hrtique et sanctionne sans piti. Tout au long du Moyen ge, l'influence de l'glise a des aspects positifs : disparition progressive de l'esclavage en Europe, soins donns aux malades, maintien d'une certaine culture et naissance des premires universits ... Mais les dignitaires de l'glise sont de vritables princes qui vivent dans la richesse et l'opulence. glises et monastres rivalisent de beaut et de grandeur, s'emplissent d'uvres d'art: statues de saints, reliquaires recouverts d'or et orns de pierres prcieuses, etc. Le pape est alors assez fort pour imposer certaines de ses dcisions aux princes et aux rois. partir de 1095, des croisades sont prches pour arracher aux musulmans le Saint-Spulcre, qui est l'glise construite sur le tombeau du Christ, Jrusalem. Cela ncessite beaucoup d'argent: pour s'en procurer, on fait commerce des reliques, on vend le pardon de Dieu sous forme d'indulgences 1.

    Le credo Ce mot latin qui signifie je crois est le premier mot de la profession des catholiques : Credo in unum deum (Je crois en un seul Dieu). Il dsigne par extension cette prire qui rsume avec prcision la foi chrtienne. Le voici, dans la version adopte au concile de Nice en 325, raffirme et prcise au concile de Constantinople en 381 : Nous croyons en un seul Dieu, Pre tout-puissant, crateur de toute choses, visibles et invisibles ; et en un seul seigneur, Jsus-Christ, le Fils de Dieu, lumire de lumire, vrai Dieu de vrai Dieu, engendr, non point fait, consubstantiel en Pre, Par qui tout a t cr, ce qui est au ciel et ce qui est sur terre, qui pour nous les hommes et pour notre salut, est descendu et sest incarn et sest fait homme, a souffert et ressuscit le troisime jour, est mont aux cieux et viendra juger les vivants et les morts. Et au Saint-Esprit. Quant ceux qui disent : Il fut un temps o il ntait pas, et avant dtre engendr il ntait pas , et il a t tir du nant , ou qui prtendent que le Fils de Dieu est dune autre hypostase ou dune autre essence, ou quil est cr, ou changeant, ou variable, ceux-l lglise catholique et apostolique les frappe danathme.

    Un dsir de rforme

    Face aux excs de l'glise officielle, on voit, en Orient comme en Occident, natre ds le Ive sicle des communauts qui cherchent revenir aux enseignements de l'vangile. Toutes se rfrent aux Actes des Aptres 2. Elles sont systmatiquement perscutes et si possible limines. L'glise officielle parle de sectes pour mieux les combattre. En Asie Mineure, on voit ainsi apparatre vers le Xe sicle les Pauliciens, en Bulgarie les Bogomiles ou amis de Dieu . Ces communauts se dveloppent grce des prdicateurs itinrants. En Occident, les plus clbres de ces communauts furent les Vaudois et les Cathares. - Les Vaudois

    Ils tirent leur nom de Pierre Valdo ou Valds, riche marchand de Lyon qui fait traduire en langue courante quelques extraits des vangiles, pour que ses disciples, les Vaudois, puissent aller les lire de maison en m