Les interventions militaires, un instruments de la puissance

  • View
    27

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Les interventions militaires, un instruments de la puissance. Quelle place occupe l’Armée dans la puissance américaine ?. Lire et analyser un article scientifique. Etape 3 : référencer l’article selon les normes - PowerPoint PPT Presentation

Text of Les interventions militaires, un instruments de la puissance

Prsentation PowerPoint

Les interventions militaires, un instruments de la puissanceQuelle place occupe lArme dans la puissance amricaine ?Lire et analyser un article scientifiqueEtape 3 : rfrencer larticle selon les normes

CABANES (Bruno), Soldats de la libert : Pourquoi se battent-ils ?, Les Collections de lHistoire n56, aot 2012, pp. 32-37

Etape 2 : lire larticle en surlignant les informations importantesEtape 3 : Sintresser la source

Bruno CABANES : Historien spcialiste reconnu de lhistoire de la guerre au XXe sicle, enseignant Sciences Po et lUniversit de Yale. Connu pour ses travaux qui portent sur ltude compare entre les deux guerres mondiales.

Porte un intrt particulier porte lhistoire de larme amricaine (La grande Guerre des Amricains)

Etape 4 : Cerner lobjectif de larticle cest dire dgager sa problmatique gnrale

Expliquer en quoi les Amricains prtendent mener leurs interventions militaires depuis la 1re GM au nom de valeurs morales

Se placer du point de vue des soldats et tudier lvolution de leur place dans larme et de leurs motivations

Doughboys ou sammies

II) Une arme traverse par les ingalits qui refltent la socit amricaine

Larme US reflet des discriminations raciales : longtemps considrs comme des soldats de seconde zone malgr labolition de la sgrgation dans larme en 1948. Situation qui reflte la socit amricaine qui est officiellement discriminante jusque dans les annes 1960 (mouvements des droits civiques de 1956-1968). 1re GM : 400 000 servirent sous les drapeaux dont 50 000 en France. Des soldats moins nourris et entrans vivant dans des baraquements distincts, sous haute surveillance. Nombreux lynchage par le KKK leur retour. 2me GM : 1 million soit 9% du total des forces, 1% dofficiers mais peu combattent do le slogan de la national Advancement of Colored People (NAACP) Se battre pour avoir le droit de se battre. Une justice militaire svre avec les Noirs : 55/70 condamns morts .Vietnam : 15 22% des troupes combattantes pour 10% de la population 20% des morts, 3% dofficiers mais 10% de Blancs engags contre 40% de conscrits. 13% de vetrans noirs au chomge contre 5% de Blancs Une arme reflet des ingalits sociales : les riches et les plus instruits peuvent faire jouer les dispenses et les reports tandis que dautres fuient vers le Canada. 60% des combattants sont dorigine modeste et issus de la communaut noire 8 Millions au total Une dsgrgation et colorisation lente mais relle : 17% de Noirs, 15% de latinos soit 1/3 des troupes, 6% de gnraux sont noirs. Comme le sport larme est un ascenseur social permettant le financement dtude aprs le service.

Colin Powell est le premier afro-amricain accder au poste de chef dtat-major des armes daot 1989 1993 sans tre pass par West Point ou lAcadmie navaleIII) Le tournant de la guerre froide et le traumatisme de la guerre du VietnamLe retour de lesprit de croisade durant la Guerre froide : se battre contre le communisme est un devoir qui sexprime lors de la Guerre de Core (1950-1953) : 5,7 appels, 36 574 morts. 1er conflit priphrique de la GF dans lequel les EU dmontre leur puissance travers leur supriorit technologique.Guerre du Vietnam (1964-1975) : un engagement idologique et raciste qui tourne au cauchemar : troupes mal prpares un nouveau type de combat : guerilla o l ennemi est invisible mais omniprsent dans un environnement hostile, violences des combats, emploi massifs darmes chimiques (napalm). qui conduisent des exactions contre les civils et un traumatisme psychologique profond doubl dun rejet de la guerre et des combattants qui deviennent des anti-hros Naissance du syndrome du Vietnam : une dfaite humiliante associe lhostilit de la population civile et labandon des politiques do une prise de distance avec la guerre et une remise en question de limage de larme

Une filmographie plthorique

IV) Les volutions actuelles : vers des interventions privatises ?Les consquences de la guerre du Vietnam : Repli amricain sur la scne internationale ( perte de confiance dans les gouvernements pour grer une guerre + scandale du Watergate) et abandon de la conscription en 1973 remplac par le volontariatUne arme en mutation :Fminisation : 1/6 est une femmeEmploi de la Garde nationale lextrieurVers une arme privatise en Irak : emploi de milices prives aux cts de larme rgulire soit 160 000 contractants autant que les soldats engags en Irak La fin du rle traditionnel de l Arme : dune arme contrle par la puissance publique et soumise des valeurs une arme qui rpond des impratifs conomiques, qui se dshumanise Les raisons de cette volution critiquable : dmocratisation des murs + crise conomique (50% du PIB consacr larme) + dsamour des Amricains pour larme ( problmes de recrutements) + liens entre les acteurs politiques et les forces conomiques (Blackwater)

Thse dfendue par lauteur :

L Arme amricaine est un instrument majeur du Hard Power linstar de leurs interventions militaires de lexprience combattante et des motivations des soldats depuis la rupture de lisolationnisme en 1918.Cependant cest une arme en constante mutation qui tend perdre ses repres, ses valeurs de puis la privatisation des interventions en Irak.

Une vision objective :

larticle permet de sinterroger sur les motivations morales de linterventionnisme amricain : Lutter pour la libert ? Sauver le monde de la barbarie ? Endiguer le communisme ? Lutter contre le terrorisme et toutes les formes dintgrisme ?Lauteur pose la question de lenlisement militaire amricain et ses consquences notamment la remise en cause de linterventionnisme depuis le VietnamIl sinterroge sur les risques, les drives de la privatisation des interventions militaires pour les EU, les populations en guerre et en filigrane il cherche peut-tre avertir les autres puissances comme la France des consquences dune telle volution :

Ce nouveau visage de larme remettra t-elle en cause la puissance militaire des Etats-Unis ? Quelles en seront les consquences gopolitiques ?

Du 4 au 22 juin 2012, deux officiers du Groupe dIntervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) se sont rendus Bogota pour dlivrer une formation sur la protection rapproche de hautes personnalits au profit de la Direction de la Protection et des services spciaux (DIPRO) de la Police Nationale Colombienne. Le march de la scurit en Irak rapporte gros. Trs gros. Au total, Blackwater a touch 57 millions de dollars depuis 2002. Erinys a dcroch un contrat de 40 millions de dollars pour encadrer 6 500 peshmergas, les combattants kurdes qui seront chargs de surveiller les installations ptrolires dans le nord de l'Irak. Un PSD est factur environ 1 000 dollars par jour au client. Les directeurs d'entreprise prennent en moyenne 50 % sur chaque affaire, explique un garde du corps franais qui travaille pour une socit de location de voitures blindes quipes de leur escorte arme. Un vrai filon. Un PSD amricain, britannique, no-zlandais, australien ou franais sera pay dans les 500 dollars par jour. Mais les gardes sud-africains ou les gurkhas npalais, qui composent les gros bataillons de la troupe, ne touchent pas de telles sommes. Leur salaire mensuel tourne entre 2500 et 5000 dollars. La solde est encore plus maigre pour des Irakiens, qui gagnent rarement plus de 1 000 dollars par mois. Seulement, ils ne sont pas trs nombreux. Il n'y a qu'Erynis qui engage des PSD locaux. Et Kuster Battles, qui gre la scurit de l'aroport de Bagdad. Ils embauchent aussi des Libanais, pour encadrer les gurkhas. De toute faon, les meilleurs contrats sont ceux que passe la coalition. C'est l qu'il y a vraiment beaucoup d'argent. Les gars de Blackwater sont 18 000 dollars par mois. Ce sont les mieux pays. Il faut dire qu'ils font un peu partie de la maison. Ils n'embauchent que des anciens des forces spciales ou des services secrets amricains...

Le jeudi 31 mai 2012, lAmbassadeur a particip une crmonie de remise de diplmes au terme dun stage de formation dune semaine anim par deux officiers suprieurs de la gendarmerie nationale. Conduite en partenariat avec la mission de lUnion europenne en Irak Eujust-Lex, la formation dispense au profit de 22 officiers irakiens appartenant diffrents services du ministre de lintrieur avait pour thme la gestion globale des crises terroristes.