Les mécanismes du marché et leurs limites I.Les mécanismes du marché II. Les défaillances du marché III. Marché et société 1

  • View
    103

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Les mécanismes du marché et leurs limites I.Les mécanismes du marché II. Les défaillances du...

  • Page 1
  • Page 2
  • Les mcanismes du march et leurs limites I.Les mcanismes du march II. Les dfaillances du march III. March et socit 1
  • Page 3
  • Microconomie et conomie industrielle La microconomie tudie les comportements des agents conomiques. Cest une thorie de la dcision qui procde par tapes description dune nature humaine fixant les objectifs et les modes daction des agents dans un univers contraint par la raret expression des choix individuels recherche dun mcanisme de coordination des choix individuels (le march ou une institution) permettant dassurer la meilleure solution. Elle se distingue de la macroconomie qui tudie les relations conomiques stablissant au niveau global en recherchant des liaisons entre des grandeurs statistiquement mesurables. Lconomie industrielle cherche expliquer : la structure et les comportements des entreprises - lorganisation interne (choix make-or-buy, ), les stratgies de march (fixation des prix, des quantits) la structure des marchs - comment sorganisent les marchs ? (concurrence, concentration) - faut-il rglementer ? 2
  • Page 4
  • Lhypothse fondamentale : la rationalit conomique Nature humaineContrainte de raret donismeMatrialismeRessources raresHirarchie et choix recherche du bien-tre (satisfaction, utilit) le plus grand possible le bien tre dpend de la consommation choisir cest exclure quand tout nest pas possible, la production a un cot et le travail est pnible (dsutilit) Recherche de loptimum = Maximisation sous contrainte Fixer lobjectif et valuer le bien tre procur par sa ralisation Reprer et valuer les ressources Chercher atteindre lobjectif le plus lev pour des ressources donnes ou Chercher atteindre un objectif donn avec le minimum de ressources. Principe dconomicit 3
  • Page 5
  • La condition : toutes choses gales par ailleurs La rationalit conomique (la recherche dun optimum sous contrainte) est inconcevable dans un environnement se modifiant en permanence. Le raisonnement conomique traditionnel est conduit dans un environnement stable : toutes choses gales par ailleurs. Si on veut apprcier les effets dune variation dun lment causal (variable explicative), il faut que cette variation soit la seule se produisant cet instant. Prix du produit Prix des autres produits Revenu du consommateur Prfrences du consommateur Qualit du produit Qualit des autres produits Demande du consommateur Nouvelle demande du consommateur Nouveau prix Lunivers du dcideur est parfaitement connu ou probabilisable (le risque peut tre pris en compte, pas lincertitude). 4
  • Page 6
  • 1.1. Offre, demande et prix dquilibre Ds que la division du travail existe, lchange marchand devient possible. Celui qui produit un bien ou un service cherche le vendre pour obtenir en change un autre bien ou service. Dans les conomies montaires, cet change se fait par lintermdiaire de la monnaie. Pour que la valeur dun bien ou dun service se transforme en monnaie, il faut que ce bien ou ce service ait un prix. Le prix dun bien ou dun service indique quelle quantit de monnaie correspond une unit du produit, et par comparaison, quelle quantit de nimporte quel autre bien ou service peut tre change contre une unit de ce produit. Comment se forment les prix dans une conomie montaire si les agents sont indpendants et prennent leurs dcisions librement ? Le prix est un indicateur de la valeur. 1. Les mcanismes du march 5
  • Page 7
  • 1.1.1. Loffre et la demande dans une conomie dchange Celui qui possde un bien dcide de le vendre lorsque le prix propos lui parat satisfaisant. Une augmentation du prix est une incitation la vente. Loffre individuelle est une fonction croissante du prix. Celui qui dsire le bien dcide de lacheter quand le prix propos lui parat satisfaisant. Une diminution du prix est une incitation lachat du produit. La demande individuelle est une fonction dcroissante du prix. Dans une conomie dchanges sans production linfluence des variations de prix sur le comportement des offreurs et des demandeurs semble vidente. Si un march est organis pour que les offreurs et les demandeurs soient runis, pour chaque prix annonc par celui qui gre le march (commissaire priseur), il y a une rponse collective des offreurs et des demandeurs : loffre de march est la somme des offres individuelles pour un prix donn la demande de march est la somme des demandes individuelles pour un prix donn. Loffre de march est une fonction croissante du prix La demande de march est une fonction dcroissante du prix 6
  • Page 8
  • Prix dquilibre prix quantit offerte quantit demande p1p1 o1o1 p2p2 o2o2 p3p3 o3o3 d3d3 d2d2 d1d1 Courbe doffre de march Courbe de demande de march Le commissaire priseur annonce un prix, offreurs et demandeurs rpondent en indiquant sils sont vendeurs ou acheteurs ce prix et pour quelle quantit. Le trac des courbes doffre et de demande est virtuel. Cest une simple reprsentation permettant de comprendre le processus dajustement entre les propositions des offreurs et des demandeurs. Le prix qui quilibre le march est celui qui galise les quantits offertes et demandes. p* est le prix dquilibre 7
  • Page 9
  • Conditions de fonctionnement Il faut un march organis runissant les offreurs et les demandeurs : un produit parfaitement homogne (pas de diffrenciation) un grand nombre doffreurs et de demandeurs indpendants sachant parfaitement quelle rponse ils donneront pour chaque prix propos (les courbes doffre et de demande individuelles sont indpendantes et connues) des courbes individuelles doffre et de demande normales (respectivement croissante et dcroissante) un commissaire priseur qui : synthtise linformation fournie par les offreurs et les demandeurs modifie la proposition de prix partir des carts constats entre offre et demande de march Lchange intervient seulement quand le prix dquilibre est atteint. Les courbes individuelles doffre et de demande sont-elles normales dans une conomie de production ? 8
  • Page 10
  • 1.1.2. Loffre dans une conomie de production Dans une conomie montaire de production le vendeur est un producteur. Il doit produire (et vendre) la quantit de produits lui donnant le profit le plus lev possible. Laugmentation du prix a un effet immdiat sur le bnfice : pour une production vendue identique le bnfice total augmente. Le producteur doit se demander si ce bnfice total est le plus grand possible ou sil convient de produire plus pour profiter de la hausse du prix. Intuitivement on peut penser quune augmentation du prix incitera vendre (produire) davantage mais laugmentation de la production entrane aussi une augmentation du cot total de production. Il faut donc comparer laugmentation des recettes et celle du cot total pour vrifier que le bnfice total augmente. 9
  • Page 11
  • Cots de production et profit maximum Certaines dpenses indispensables la production sont indpendantes de la quantit produite : ce sont les cots fixes (loyer des btiments, assurances, abonnements). Dautres varient lorsque la quantit produite augmente : ce sont les cots variables (matires premires, consommations intermdiaires, masse salariale). Pour une technique de production donne, le cot total est une fonction croissante de la quantit produite. CT = f (q) RT = p. q La recette totale dpend du prix et de la quantit produite (et vendue). ProT = p. q - f (q) Le profit total dpend du prix et de la quantit produite (et vendue). Pour un producteur soumis la concurrence des autres producteurs, le prix est une donne impose par le march le profit ne dpend que de la quantit produite 10
  • Page 12
  • Quantits permettant de raliser un profit Cot total et profit total La production obit souvent la loi des rendements dcroissants : les cots variables augmentent dabord lentement, puis plus rapidement. Le profit augmente tant que la production dune unit supplmentaire entrane une augmentation des recettes (recette marginale cest dire prix unitaire) plus leve que laugmentation du cot total (cot marginal cest dire le cot de la dernire unit produite) il diminue ds que le cot marginal devient plus lev que le prix. quantit Recette totaleRT Cots fixes Cots variables Cot total CT q1q1 q2q2 La production est rentable partir dun certain seuil, elle cesse de ltre au del dun autre niveau de production. La quantit produite optimale (donnant le profit maximum) est comprise entre ces deux seuils. Quand le producteur dcide daugmenter ou non sa production il part dune position dj ralise : il raisonne la marge Le profit est maximum pour la quantit galisant le prix au cot marginal... q 11
  • Page 13
  • Cots unitaires et profit Si les rendements deviennent dcroissants le cot moyen diminue puis augmente. Le profit augmente tant que la production dune unit supplmentaire entrane une augmentation des recettes (recette marginale cest dire prix unitaire) plus leve que laugmentation du cot total (cot marginal) il diminue ds que le cot marginal devient plus lev que le prix. quantit Recette marginale (Rma) Rma = prix Le profit est maximum pour la quantit galisant le prix au cot marginal Cot moyen (Cmo) CmoCot marginal (Cma)Cma Quantits permettant de raliser un profit q1q1 q2q2 Tant que le cot moyen diminue, le cot marginal (cot de la dernire unit) est infrieur au cot moyen. Ds que le Cmo augmente cela signifie que le Cma est suprieur au Cmo. Cot moyen = Cot total Quantit produite Cot marginal = Variation du cot total Variation de la quantit q* Le profit augmente 12
  • Page 14
  • Effet dune hausse du prix La courbe doffre du producteur est une fonction croissante du prix du produit. quantit Recette marginale (Rma) Rma = prix Cot moyen (Cmo) Cmo Cot marg