L'euro et le Maroc ?· 2015-04-01 · Préparation de l’ouverture du Maroc sur la zone de libre-échange…

  • Published on
    14-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • L'euro et le Maroc

    Novembre 1998(Version actualise en mars 2002)

    Dpartement de lEconomie,des Finances et de la Privatisation

    Royaume du Maroc

  • Constituant une slection mensuelle des travaux mens par les cadres de la Direction de la Politique Economique Gnrale, les documents de travail engagent cependant la responsabilit de leurs auteurs. Ils sont diffuss par la Direction pour approfondir le dbat sur les sujets en

    question et susciter des observations.

  • 1

    Table des matires

    1. Prambule ............................................................................................................................... 2 2. Grandes tapes de la monnaie unique .................................................................................... 2 3. Consquences pour lEurope.................................................................................................. 3

    3.1. Avantages........................................................................................................................ 3 3.2. Principales rserves......................................................................................................... 4 3.3. Euro face au dollar .......................................................................................................... 5

    4. Consquences pour le Maroc ................................................................................................. 6 4.1. Prparation de louverture du Maroc sur la zone de libre-change................................. 7

    4.1.1. Principales rformes menes depuis 1996 ............................................................... 7 4.1.2. Conduite de politiques conomiques plus ractives................................................. 7

    4.1. Avantages de leuro pour le Maroc................................................................................. 8 4.2. Certains risques pour lconomie nationale .................................................................... 9

    4.2.1. Consquences sur la dette extrieure ....................................................................... 9 4.2.1.1. Mcanisme de conversions de dettes en investissements.................................. 9 4.2.1.2. Ramnagements oprs par le Maroc ............................................................ 10

    4.3. Effets sur les investissements directs trangers............................................................. 11 4.4. Effets sur les rserves de change ................................................................................... 11 4.5. Enseignements pour la politique montaire .................................................................. 11

    5. Rpercussions sur le milieu des affaires .............................................................................. 12 5.1. Prparation des entreprises ............................................................................................ 12 5.2. Consquences pour les entreprises ................................................................................ 12 5.3. Actions de Bank Al Maghrib ........................................................................................ 13 5.4. Actions des banques commerciales ............................................................................... 13

    6. Exemples de secteurs dpendant troitement de l'euro ........................................................ 14 6.1. Textile et habillement .................................................................................................... 14

    6.1.1. Chiffres cls du secteur .......................................................................................... 14 6.1.2. Effets prvisibles de lavnement de leuro fiduciaire sur le secteur ..................... 14

    6.2. Secteur du tourisme ....................................................................................................... 15 6.2.1. Chiffres cls du secteur .......................................................................................... 15 6.2.2. Effets de lavnement de leuro sur le tourisme marocain..................................... 15

    7. Perspectives dune monnaie unique rgionale pour le Maghreb.......................................... 16

  • 2

    1. Prambule Lavnement de leuro est un vnement historique qui reprsente le couronnement

    d'un long processus et constitue un facteur de stabilit lintrieur dun espace conomique qui sest fortement restructur depuis le trait de Rome de 1957.

    Compte tenu des relations troites entre l'Union Europenne et le Maroc renforces par laccord dassociation conclu entre les deux parties en 1996, la mise en place de leuro a plusieurs consquences sur l'conomie marocaine.

    Aprs un aperu de lhistorique de leuro et ses retombes sur lEurope, la prsente note a pour objectif de prsenter les consquences de lavnement de la monnaie unique europenne sur l'conomie marocaine et particulirement sur certains secteurs qui dpendent troitement de leuro et de retracer le processus de prparation cet vnement aussi bien au niveau des pouvoirs publics (rformes, prparation louverture, action de Bank Al Maghrib) que des entreprises et du secteur bancaire.

    2. Grandes tapes de la monnaie unique La naissance de leuro est laboutissement dun long processus de recherche de la stabilit montaire ncessaire la construction de lUnion Economique et Montaire (UEM). Elle libre les europens des contraintes quimposait la gestion du Systme Montaire Europen (SME) et de ses marges de fluctuation. Ci-aprs sont prsentes les grandes tapes de cette construction :

    1944 : naissance du Systme Montaire International (SMI) de Bretton Woods qui repose sur deux principes : le dollar devient la monnaie de rfrence avec un rapport fixe avec l'or et des parits officielles sont fixes entre les monnaies et le dollar avec des fluctuations de + ou 1%.

    1971 : crise du SMI, fin de la convertibilit du dollar et l'or et assouplissement du systme avec des fluctuations 2,25%.

    Ecarts considrables entre les monnaies des pays europens et besoin de stabilit pour btir l'UEM : les europens vont donc crer leurs propres rgles.

    1972 : naissance du serpent montaires europen.

    1976 : avec la crise ptrolire de 1973, fin du SMI et flottement gnralis des monnaies. De 1972 1978, il y a eu 7 sorties du serpent montaire europen.

    1979 : naissance du Systme Montaire Europen (SME). Cration de l'cu, avec une marge de fluctuation de 2,25% tolre des monnaies de la CEE par rapport l'cu. Le SME connat un succs, il assure la stabilit des monnaies europennes et prpare le passage la monnaie unique.

    Fvrier 1992 : dcision dadopter leuro lors du trait de lUnion Europenne sign Maastricht par les chefs dEtat ou de gouvernements des Etats membres.

    15 et 16 dcembre 1995 : dcision des quinze dappeler "euro" la monnaie unique lors du Conseil europen de Madrid.

    Mai 1998 : slection des pays participants et fixation de cours pivots bilatraux qui serviront dterminer les taux de conversion irrvocables.

    31 dcembre 1998 : fixation irrvocable des taux de conversion des monnaies "in" en euros.

  • 3

    1er janvier 1999 : lancement de leuro pour les onze pays qui ont rempli les conditions ncessaires fixes par le trait de Maastricht, suivis de la Grce depuis le 1er janvier 2001.

    Naissance de la Banque Centrale Europenne garante de la stabilit des prix.

    Passage leuro fiduciaire le 1er janvier 2002 dans les douze pays de la zone euro.

    30 juin 2002 : les pices et billets en monnaies "in" cesseront d'avoir un cours lgal.

    3. Consquences pour lEurope En se dotant de leuro, lEurope se donne les moyens de mieux dfendre ses intrts

    sur les marchs mondiaux, particulirement face au dollar et de concentrer sa politique montaire sur les objectifs internes dinflation et de croissance. LUEM forme, dsormais, une grande conomie, moins dpendante de lextrieur que chacun de ses membres, pris sparment. Ainsi, la politique montaire europenne a les moyens, linstar de la politique montaire amricaine, de grer souplement le cycle conjoncturel avec un objectif hirarchis de stabilit des prix et de croissance.

    Lavnement de leuro se traduira par des avantages certains pour lEurope, mais il impliquera des disciplines et comportera des risques. Il sest rvl faible face au dollar ce jour, mais il sera amen concurrencer le billet vert et simposer en tant que monnaie internationale.

    3.1. Avantages

    Lexistence de monnaies diffrentes constituait un obstacle aux changes europens compte tenu des limites du rle stabilisateur du SME lors de dprciations importantes (lire, livre, peseta) ou de hausses coteuses de taux dintrt lors de dfense des taux pivots (cas de la France en 1992 et 1993). Par consquent, lintroduction de leuro se traduit par de nombreux avantages :

    Importante conomie de cots pour les entreprises : la disparition du besoin de se couvrir contre le risque de change au sein de lUEM implique la baisse des cots des transactions. De mme, le cot des transferts de fonds sera, massivement diminu. Enfin, un grand march obligataire est n grce leuro, facteur de liquidit et par consquent de baisse du cot rel du financement des investissements.

    Suppression des dvaluations comptitives qui contribuera la stabilisa tion des prix lintrieur de lUnion, et rduction des taux dintrt qui facilitera les changes entre pays membres.

    Accroissement de la concurrence, ds lors que le march europen sera rendu plus transparent, avec des prix directement comparables dans la dure. Paralllement, les entreprises pourront rationaliser leurs implantations au sein de la zone euro, llment dincertitude li au change ayant disparu.

    Dynamisation du secteur financier : leuro va tendre unifier les marchs financiers de lUEM par llargissement des placements domestiques lensemble de la zone euro. Ce changement de dimension des bassins dpargne et dinvestissement saccompagnera dun dveloppement des marchs financiers, avec une structure de financement de lconomie se rapprochant de celle prvalant aux Etats-Unis, faisant davantage appel une gamme largie dinstruments de march.

  • 4

    Meilleure allocation de lpargne et relance de linvestissement : les investissements les plus rentables seront financs en priorit. Le financement de linnovation devrait sen trouver facilit.

    Matrise de linflation : leuro sera gr par la Banque Centrale Europenne, instance supranationale indpendante du pouvoir politique, dont lobjectif principal est de garantir la stabilit des prix.

    Rquilibrage du systme montaire international : lhgmonie du dollar en termes de monnaie de facturation des changes, de monnaie de rserve ou de monnaie de placement pour les investisseurs privs sera de plus en plus partage par l'euro qui devient un concurrent crdible au dollar et jouera progressivement un rle important sur la scne internationale.

    Par ailleurs, leuro permettra une meilleure distribution de la croissance. Comme la dvaluation ne pourra plus donner un avantage comptitif un pays, ou restaurer une comptitivit dgrade, cest la comptitivit globale de chaque pays qui importera. Celle-ci recouvrera, dans une priode transitoire, un ensemble complexe de facteurs (qualit des infrastructures, systme de formation et qualit de la main duvre, cots salariaux, flexibilit du march du travail, fiscalit, procdures administratives...).

    Il pourrait en rsulter une concentration de certaines activits de pointe dans un nombre limit de rgions europennes. Cette concentration, observe aux Etats-Unis, permet en effet aux entreprises de disposer dun environnement favorable en termes de main duvre (fluidit du bassin demplois en personnes qualifies), dinfrastructures spcialises, de sous-traitance et de centres de recherche-dveloppement.

    Paralllement, des charges fiscales ou sociales particulirement lourdes, qui ne seront pas compenses par dautres facteurs positifs, pousseraient la dlocalisation de certaines activits vers les autres pays de lUEM. Ce risque est dautant plus grand que la base taxable est plus mobile (les entreprises, lpargne, la main d'oeuvre hautement qualifie). De ce fait, des pressions fortes la convergence des taux marginaux de prlvement se feront jour. Cette convergence amnera les gouvernements acclrer l'harmonisation des systmes fiscaux.

    3.2. Principales rserves

    La mise en place de leuro engendre des contraintes et une discipline rigoureuse pour les pays de lUnion. On peut citer, notamment, les contraintes ci-aprs :

    Renforcement des critres de convergence dits de Maastricht (taux dinflation ne dpassant pas 2% ; dficits publics infrieurs 3% du PIB ; endettement public infrieur 60% du PIB) par le Pacte de Stabilit et de Croissance adopt au sommet dAmsterdam en juillet 1997 pour garantir que la convergence sera durable et que des sanctions seront prises contre les pays de leuro qui ne contrleraient pas leur dficit.

    Abandons de souverainet au profit de la BCE ; le Conseil de lEuro1 qui comprend les gouverneurs des banques centrales nationales ne compensera pas vritablement l'influence de la BCE.

    1 Le Conseil de l'euro a t cr en dcembre 1997. C'est une instance informelle non dcisionnelle cre la demande de la France et de l'Allemagne pour coordonner les politiques conomiques. Elle runit les ministres des Finances des pays de la zone euro qui y discutent entre eux des questions concernant la gestion de la monnaie unique et les relations de change entre l'euro et les autres monnaies. C'est un organe essentiel pour l'tablissement d'un bon quilibre entre une politique montaire unique et les politiques budgtaires nationales.

  • 5

    Risque de chocs asymtriques : dans le cas o un pays de lUEM se trouve seul affect par un choc conomique, il ne pourra plus disposer de linstrument du change pour restaurer sa comptitivit et soutenir sa croissance. Une partie des chocs pourra tre amortie par le jeu des finances publiques, ds que les marges de manuvre auront t reconstitues. A terme, une augmentation du poids du budget communautaire permettrait doprer automatiquement un transfert de ressources vers un pays en difficult.

    Lenteur de la mise en place des coordinations fiscale et sociale, alors que le problme de lemploi, laiss au seul recours des Etats est loin dtre rsolu et que le budget communautaire est insuffisant pour compenser les carts, en matire de situation conomique, qui pourraient survenir dun pays lautre (chocs asymtriques).

    Lenteur de la rforme des institutions : la construction politique de lUnion Europenne est reporte, lharmonisation fiscale est encore ltat de projet et lhypothse dun systme fdral, complment naturel de lunion montaire suscite toujours une vive opposition.

    Absence de fdralisme budgtaire qui prive lEurope de capacits dintervention. Compte tenu du montant limit du budget communautaire (environ 1,2 point du PIB europen), il apparat, en effet, difficile de considrer que lUEM puisse tre de ce point de vue, une zone montaire optimale.

    Problmatique de llargissement de l'Unio...

Recommended

View more >