Marges 06 - Art Et Ethnographie

  • View
    105

  • Download
    12

Embed Size (px)

DESCRIPTION

revue d'art contemporain marges nº 6 octobre 2007

Text of Marges 06 - Art Et Ethnographie

Journe dtudes Claire Fagnart Art et ethnographie / Maria Ivens Une histoire ordinaire des artistes / Jean-Claude Moineau Lartiste et ses modles / Flix Tailliez Enregistrer, [montrer], raconter : rcits dexprience / Virginia Whiles Art et ethnographie

Art et ethnographie

Interventions artistiquesGabriela Gusmao Projet-tmoignage Rua dos Inventos / Hlne Hourmat @ Rose des vents.com / Michal Sellam Historique Journe dtudes

Image de soi, image des autres. Europe de demain (art & philosophie) Franois Soulages Lexprience de lartrit de lart comme exprience de laltrit/ Julia Nyikos Lidentit littraire comme catalyseur de lidentit nationale et europenne / Marc Tamisier Le temps de lEurope, lart et la photographie

VariaYannick Brhin Une lecture de La Beaut relle dEddy Zemach

marges 06La revue du dpartement Arts Plastiques de lUniversit Paris 8 mai 2007, 5

marges06 Art et ethnographie

Sommaire

3

ditorial Journe dtudes Art & ethnographie

Journe dtudes Images de soi, images des autres. Europe de demain (art & philosophie) 82 83 Introduction Franois Soulages Lexprience de laltrit de lart ou lart comme exprience de laltrit Franois Soulages Lidentit littraire comme catalyseur de lidentit nationale et europenne Julia Nyikos Le temps de lEurope, lart et la photographie Marc Tamisier Varia 112 Une lecture de La Beaut relle dEddy Zemach Yannick Brhin 121 Notes de lecture, comptes rendus dexposition 135 Abstracts (franais, anglais) 140 Qualit des auteurs 141 Gnrique 142 Recommandations aux auteurs 143 Bulletin dabonnement

8 17 28 41

Arts & ethnographie Claire Fagnart Une histoire ordinaire des artistes Maria Ivens Lartiste et ses modles Jean-Claude Moineau Enregistrer, [montrer], raconter : rcits dexprience Flic Tailliez Arts & ethnographie Virginia Whiles Interventions artistiques

90

98

50

60 66 73

Rua dos Inventos Gabriela Gusmao @Rose des vents. com Hlne Hourmat Historique Michal Sellam

ditorial

Ce numro rend compte dune journe dtude organise luniversit Paris 8 en octobre 2005, autour des relations entre art et ethnographie. Cette journe concluait une srie de rencontres et dchanges rpartis sur une semaine, o il sagissait gnralement de nourrir une rflexion sur la question de la visibilit des exclus dans lart. Le point de dpart de cette semaine avait t lexposition de luvre de lartiste brsilienne Gabriela Gusmao, luniversit ; une exposition qui avait t relaye par une lecture au thtre Grard Philipe dune srie dentretiens raliss par lartiste avec des habitants dmunis de Rio de Janeiro et, la bibliothque de luniversit, par des rencontres avec des intervenants venus de disciplines diffrentes. En suivant des pistes proposes par le travail de Gusmao, il ne sagissait pas tant dobserver les pratiques artistiques en provenance dautres milieux culturels que de questionner la pratique de lethnographie travers quelques expriences artistiques contemporaines critiques . Claire Fagnart part de la figure de lartiste-ethnographe emprunte Hal Foster pour sinterroger la fois sur la crise de lanthropologie et le succs simultan de ses problmatiques dans le champ de lart contemporain. Cela tant, ainsi quelle le constate, la question de lartiste-ethnographe ractive parfois des conceptions assez traditionnelles de la figure de lartiste, en tant quintermdiaire, non entre le divin et lhomme, mais entre le rel et les publics de lart.3

Savoir o se situe lartiste au sein de la socit nest de fait jamais simple, comme nous le rappelle Maria Ivens : la transformation du rle de lartiste depuis deux sicles tmoigne ainsi de la permanence de conceptions anciennes voyant dans lartiste un personnage privilgi hors du monde. Jean-Claude Moineau considre pour sa part que si lartiste na certes pas un rle particulier jouer dans notre poque pas plus aujourdhui quautrefois il nen demeure pas moins quil peut user de sa position sociale pour porter la parole de lautre, des autres. Cest ce genre dide que met en pratique Flix Tailliez au cours de ses expriences de photographe de terrain ; par ses rencontres et discussions o la photographie nest jamais un simple objet pris linterlocuteur quel quil soit, mais plutt le support dune rencontre o le dialogue ne peut tre rductible la production dun simple objet dart. Le texte de Virginia Whiles est sans doute celui qui prend le plus de distance avec son sujet, lauteure revenant sur un sminaire quelle a men pendant plusieurs annes sur la question des relations entre art et ethnographie, en France et en Angleterre, auprs dtudiants dorigines trs diverses. La journe dtudes ayant t accompagne (voire prcde) dexpositions, il nous a paru essentiel de donner la parole des artistes ayant travaill sur ces problmatiques. Les textes de Gabriela Gusmao et Hlne Hourmat sont ainsi illustrs de certaines des productions plastiques ayant t rcoltes ou produites au cours de leurs enqutes. Nous leur avons joint un travail de Michal Sellam ralis spcialement pour ce numro et o lartiste pratique lui aussi, sa manire, un travail auquel lethnographie nest pas compltement trangre. Une deuxime partie de ce numro rend compte dune rencontre entre tudiants et universitaires europens ayant eu lieu Athnes en 2005. Nous en publions trois textes. Le premier, de Franois Soulages, est une mditation partir de Lvinas, sur la question de lart, de lEurope et de la relation lautre.4

Le texte de Julia Nyikos sintresse lui aux problmes rencontrs par la Hongrie pour dpasser son isolement culturel ; un isolement en partie d la complexit de sa langue. Enfin, le troisime texte, de Marc Tamisier, reprend certaines des thmatiques abordes par Franois Soulages, en les confrontant sous langle de lart et de la photographie la question de laltrit europenne. La dernire partie de ce numro est consacre comme prcdemment des comptes rendus douvrages et dexpositions rcents. Une fois nest pas coutume, lun des comptes rendus, d Yannick Brhin, prend la forme dun article plus dvelopp, afin de saluer limportance de la traduction rcente du Real Beauty dEddy Zemach. Les autres comptes rendus traitent du Frquenter les incorporels dAnne Cauquelin, de Quest-ce quune image ? de Jacques Morizot, de Quest-ce que la fiction ? de Lorenzo Menoud, du dernier numro de la revue Mlusine, consacr aux mtamorphoses , des expositions Gary Hill et La Force de lart . Jrme Glicenstein, mai 2007

5

6

journe dtudes Art & ethnographie

Crise de lanthropologieApproche thmatique Marc Aug dfinit ainsi lanthropologie : La recherche anthropologique traite au prsent de la question de lautre. La question de lautre nest pas un thme quelle rencontre loccasion. Il est son unique objet intellectuel4. . Laltrit constitue donc un objet commun lanthropologie et lart ethnographique5. Lanthropologie ne cherche pas tant reprsenter lautre comme individu quen tant quil sinscrit lui-mme dans une culture. partir des annes 1960, lart a commenc avoir la culture comme objet lartiste peut proposer une lecture de lespace social (Joseph Beuys), de lespace du muse, des discours institutionnels (Hans Haacke, Shapolsky et al. Manhattan Real Estate Holdings, a Real-Time Social System as of May 1, 1971, 1971 : dnonciation des magnats de limmobilier, N.-Y., 1969-1973) et paralllement les artistes se sont interrogs sur la manire dont leur culture pouvait dterminer leur rapport aux autres. Cest la colonisation qui a engag la question de lautre. Lautre est alors peru comme exotique, cest--dire comme appartenant un autre temps selon une conception tlologique primitive de lanthropologie6 et/ou dautres lieux (Afrique, Ocanie). Il est donc radicalement diffrent. Cette diffrence est mise en tension avec lhypothse dune commune humanit : celle dun seul mode de fonctionnement de lesprit humain, lanthropologie traditionnelle situant alors lautre exotique un moment diffrent de son histoire, selon le modle historiciste qui prvaut au 19e sicle. Il faut opposer cette anthropologie traditionnelle, lanthropologie culturelle amricaine actuelle qui est relativiste. Cest celle des Cultural Studies. Elle postule que toute culture est un tout organique, un systme cohrent irrductible. Selon ce modle relativiste, dvelopp par Boas et Sahlins, lautre est intgralement expliqu par sa culture (outils + formes esthtiques + structure sociale + classifications de la pense). Son fonctionnement de lesprit (de la pense) est par consquent radicalement spcifique. Lanthropologie ne tente plus alors dnoncer un modle dhumanit commune7. La dcolonisation et le dveloppement des moyens de transport et de communication a engag un bouleversement de laltrit ellemme. Nos rapports lespace et la culture sen sont trouvs absolument modifis de sorte que la mort de lexotisme est la caractristique essentielle de notre actualit8 . Lanthropologie est devenue non exotique. De ltude des peuples lointains, elle est passe ltude de milieux lointains, comme par exemple la paysannerie. 9

une conception gnrale de lhomme, en relation avec sa culture. Les frontires entre ces trois champs dtude sont donc aises traverser (un mme individu peut tre tour tour ethnographe, ethnologue et anthropologue). Lexpression art ethnographique sapplique des pratiques artistiques de type documentaire plutt qu des pratiques artistiques de type expressif.3

Art et ethnographie1 Hal Foster, Lartiste comme ethnographe ou la fin de lhistoire signifie-t-elle le retour de lanthropologie ? , dans Face lhistoire, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996, p. 498-505. 2 De lethnographie lethnologie puis lanthropologie, il semble y avoir une intensification du caractre thorique de la recherche. Lethnographe constitue, partir denqutes de terrain, un fond documentaire ; lethnologue analyse et interprte ces documents, lanthropologue thorise