Médecine nucléaire: de la médecine nucléaire à l’imagerie moléculaire

  • Published on
    31-Dec-2016

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>J Radiol 2006;87:936-40 ditions Franaises de Radiologie, Paris, 2006</p><p>tat de lart en imagerie </p><p>applications techniques</p><p>Mdecine nuclaire : de la mdecine nuclaire limagerie molculaire</p><p>D Fabrega (1) et C Le Floch (2)</p><p>Les grandes tendances</p><p>Ce RSNA 2005 marque lintgration,pressentie depuis 2003, de la MdecineNuclaire dans une division plus large,limagerie molculaire. Ce mouvementsest dj traduit en 2004 chez GE par le ra-chat dAmersham ; en 2005, il se concrtisepar le rachat de CTI par Siemens ; pourlinstant, aucune annonce nest faite parPhilips dans ce registre, la socit entre-tenant plutt des partenariats privilgisavec les socits de biotraceurs.Ce RSNA 2005 souligne aussi la collabora-tion de plus en plus forte des radiologues etdes mdecins nuclaires comme la soulignle Prsident David H. Hussey la sancedouverture. La volont de rapprochementde ces deux communauts est au moins faci-lite par des outils communs proposs parles industriels que sont les machines hybri-des TEP-TDM et SPECT-TDM et leursconsoles de travail.Lanne 2005 voit la disparition compltedes TEP seuls au profit des TEP-TDMen France comme dans le Monde. Lestrois majors se partagent de manirequitable le march. Dans les prochainesannes, lactivit mdicale devrait stendreau-del des indications traditionnellesdoncologie ; la neurologie et la cardiolo-gie ont dj fait lobjet dadaptations parles industriels principalement au niveaudes logiciels. Le couplage avec un scanner64 coupes fait du TEP-TDM un outilspcifique la cardiologie et dj cibl surune clientle de cardiologues aux tats-Unis. La question ne se pose pas encore enFrance o le traceur Rubidium nest pasencore autoris.La mme tendance se dessine pour leSPECT qui soriente vers le SPECT-TDM mais de faon moins radicale dufait du cot des machines hybrides et delapport du scanner qui nest pas prouvdans toutes les applications. On peut mal-gr tout supposer que chaque service demdecine nuclaire squipera dici </p><p>trois ans dau moins un SPECT-TDM.Aujourdhui, le march stablit 50 % demachines hybrides dans le Monde pouratteindre 60 % en France. Cette forte vo-lution sexplique par la spcificit de latechnique dans la recherche de foyerscancrignes sur le squelette.Que ce soit en TEP ou en SPECT, laquestion nest plus tant de savoir sil fautlui associer un scanner mais de savoir quelscanner lui associer. En effet, aucun in-dustriel ne rsiste aujourdhui la facilitde dcliner sa gamme de scanner jusquau64 coupes. Proposes seulement depuis2005, ces machines haut de gamme nontpas encore trouv leur place sur le marchen regard de lintrt clinique et de lin-vestissement ncessaire. En tout cas, laFrance semble mal arme pour tofferson plateau technique en machines hybri-des si les scanners associs ne peuvent treemploys sparment comme scanners dediagnostic.Au plan technique, aucune annonce denouveau dtecteur ou de nouveau traceurtant en TEP quen SPECT na t faite,mme si chaque fournisseur y travaille.Les industriels semblent avoir besoin destabiliser les outils proposs avant de fran-chir de nouveaux paliers, comme le cou-plage de lIRM au TEP par exemple.Les grandes nouveauts sont plus danslamlioration du Workflow, notammentpar luniformisation des interfaces de tra-vail sur toutes la modalits et lintgrationsur une console unique des post-traite-ments spcifiques aux modalits TEP etscanner ou SPECT et scanner.Le march des SPECT seuls ne connatpas dvolution importante cette annechez les industriels qui continuent commercialiser les produits dj connus.On notera toutefois le regain dintrtpour des SPECT ddis cardiologie jus-qu prsent commercialiss uniquementaux tats-Unis et maintenant proposesen Europe par GE et SIEMENS.Le march de la mdecine nuclaire se porte bien et connat globalement uneprogression annuelle de lordre de 2 3 %.</p><p>Loffre industrielle</p><p>Dilon (www.dilon.com)</p><p>Cette socit amricaine propose cetteanne une camra haute rsolution, spci-fique mammographie, la Dilon 6800, quise prsente comme une machine compac-te et mobile de la taille dun chographe.Fin 2005, 20 machines ont t venduesaux tats-Unis et une Londres. Cettesocit nest pas prsente sur le marchfranais.</p><p>Gamma Medica (www.gammamedica.com)</p><p>Lactivit principale de cette socit am-ricaine, non reprsente sur le marchfranais, repose sur des outils dimageriemolculaire : TEP, SPECT, TDM etsadresse des structures de recherche(universits, laboratoires de recherche).Une machine ddie au petit animalintgre les trois modalits TEP, TDM etSPECT permettant ainsi les acquisitionssoit TEP-TDM, soit SPECT-TDM.Paralllement, GAMMA MEDICA a in-tgr dans un mammographe HOLO-GIC des capteurs gamma permettantdamliorer la rsolution pour la dtec-tion de lsions sur les seins denses.</p><p>GE Healthcare (www.gehealthcare.com)</p><p>GE prsente sa division en tant quima-gerie molculaire et fonctionnelle quiinclut la division radiopharmacie (fabri-cation de cyclotrons et de modules desynthse pour le FDG et autres traceurs),la mdecine nuclaire et limagerie pr-clinique.</p><p>TEP-TDM</p><p>Sur les trois dernires annes, GE annon-ce dtenir 50 % du march aux tats-Unis et 40 % en Europe. Le parc installGE en TEP-TDM est de 1 000 sites dansle Monde.Depuis trois ans, seules des machines hy-brides sont vendues. En France, deuxTEP seuls ont t installs dont un a vo-(1) Hospices Civils de Lyon. (2) CHU de Montpellier.</p></li><li><p>J Radiol 2006;87</p><p>D Fabrega, C Le Floch</p><p>Mdecine nuclaire : de la mdecine nuclaire limageriemolculaire</p><p>937</p><p>lu en TEP-TDM alors que le secondnvoluera pas pour des raisons finan-cires. Une version dupgrade, le Disco-very LS, est propose uniquement auxtats-Unis.GE propose dans sa gamme une dcli-naison du TEP-TDM Discovery Di-mension ST dj existant avec commeobjectif de rpondre spcifiquementaux besoins cliniques. Aprs le Disco-very ST orient oncologie et cardio-logie, GE commercialise le DiscoveryVCT ddi cardiologie qui est associ un scanner 64 coupes.Le Discovery STe, dernier n de la gamme,offre une rsolution spatiale suprieuregrce des cristaux de plus petite tailleet complte les performances du ST en r-pondant des applications neurologiques.Les machines ST et STe se dclinent enversion scanner 4, 8 ou 16 coupes.En France, le march soriente vers desTEP associs des scanners 8 coupes,dont lapport essentiel est dans la syn-chronisation respiratoire. Le scanner16 coupes reste marginal. noter que toutes les machines disposentdun tunnel de 100 cm de profondeur etde 70 cm de diamtre, champ utilis entotalit pour lacquisition TEP et scanner.GE propose des acquisitions 3D enstandard. Lacquisition 2D abandonnepar les autres constructeurs est propo-se en option et dfendue par GE pourlobtention dimages moins bruites(utilit pour certaines applications avancesou pour les patients corpulents) et pourles nouvelles applications essentielle-ment hors champ FDG.La console Advantage Workstation faitpartie des outils communs au TEP et auscanner pour le post-traitement et la fu-sion des images.La plateforme dacquisition et de traite-ment propose quatre nouveauts : Vue-Point une mthode de reconstructionFully 3D Iterative, 4Dx le mode dac-quisition simultan Dynamique et Stati-que permettant dintgrer les acquisitionssynchronises (Cardiaque ou respiratoire)dans le droulement classique de lacqui-sition, dun zoom lacquisition permet-tant dobtenir des images plus rsolutiveset enfin le Rad-Rx une modulation despaisseurs de coupes CT sur la longueurtotale dexploration.GE estime que la progression dactivitdu TEP-TDM avoisinera les 50 % dansles trois ans venir et sinterroge sur las-</p><p>sociation des modalits TEP et MR.Lapport du MR par rapport au CT estdiscutable, sauf peut tre en imageriefonctionnelle.</p><p>SPECT et SPECT-TDM</p><p> sa gamme, GE dispose de deux SPECTdouble tte, grand champ pour des appli-cations gnralistes : lInfinia (550 exem-plaires au Monde depuis sa sortie en 2003dont 220 depuis 18 mois) qui est le pro-duit phare, et la Millenium MG (5 000exemplaires installs dans le Monde de-puis 2000) propose comme seconde ma-chine dun service.LInfinia dispose dun statif ouvert. CeSPECT est disponible avec des cristauxpais (5/8</p><p>e</p><p>) ou fins (3/8</p><p>e</p><p>) en fonction desapplications envisages. Elle est disponi-ble en version solo ou en association avecun scanner.Contrairement lInfinia, la Milleniumest une machine fige : une seule paisseurde cristal disponible (3/8</p><p>e</p><p>), pas de collima-teur Fan Beam, pas dvolution possiblevers une machine hybride.GE a pris la dcision cette anne decomplter sa gamme distribue en Europedun SPECT dot de deux ttes angula-tion variable ddi cardiologie, la Mille-nium Myo Sight jusque-l rserve aumarch amricain. Une version monotteest toujours disponible, la MilleniumMPR (tte rectangulaire) ou MPS (ttecarre), mais peu prsente.Lensemble des SPECT de la gamme tra-vaille avec une console de post-traitementXeleris introduite en 2003 et issue de lafusion des technologies de GE et de So-pha Mdical.Pionnier dans le concept de la machinehybride SPECT-TDM, GE a jusque-lrsist la surenchre du nombre de cou-pes en scanner. Le SPECT-TDM appelHawkeye constitu du SPECT Infinia etdun scanner monocoupe passe cette an-ne la troisime gnration de scanner(4 coupes) avec changement de gnra-teur et de couronne de dtecteurs la cl.Cette nouvelle version, Hawkeye 4, de-vrait rpondre lensemble des applica-tions hormis les examens dangio scannerou de cardiologie.Les amliorations, globalises sous le ter-me gnrique Evolution for Bone concernent les scintigraphies osseuses. El-les tiennent au gain en rsolution (de 2,5 5 mm) et au temps dacquisition scannerqui stablit dsormais entre 3 et 5 minu-</p><p>tes. Annonce la Society of Nuclear Me-dicine, cette volution peut tre installesur les machines Hawkeye 1 en version 2.Compte tenu des performances des nou-velles machines, les modalits de travailchangent dans les services : l o on ralisaitun passage corps entier puis une tomogra-phie, on peut dsormais programmer troissquences tomographiques pour couvrirla mme rgion anatomique avec un gainannonc en rsolution et en temps. De lamme faon, une procdure adapte lacardiologie appele Express Cardiac existe ; dautres applications sont atten-dues sur le mme principe.Dans ses perspectives de travail, GE sin-terroge sur la meilleure faon de rpon-dre au besoin dexamens combins, enparticulier sagissant dapplications car-diologiques requrant des scanners hautde gamme. Faut-il une architecture int-gre correspondant la gnration Haw-keye ou bien des modalits juxtaposespermettant au scanner davoir une activi-t diagnostic spare plus cadence ? Dessites comme Zurich, Ramdam ou Ontarioont par exemple fait le choix dun scannerdans une pice adjacente celle duSPECT.</p><p>Imagerie Pr-clinique</p><p>GE dispose dune gamme compltedoutils pour limagerie du petit ani-mal : imageur optique (OPTIX), micro-TEP (VISTA), micro-TDM (LOCUSdclin en trois versions) et micro-TEP-TDM.</p><p>Hitachi (www.hitachimed.com)</p><p>Hitachi commercialise toujours le TEP-TDM, Sceptre P3, constitu du TEP Sie-mens et dun scanner 4 coupes Hitachi.Loriginalit de cette machine hybridetient au fait quelle intgre une source deCsium 137 pour une double correctiondattnuation, DAR (Dual AttenuationCorrection). Ceci permet damliorer lesimages notamment de patients porteursdimplants.Ce matriel nest pas distribu en France.</p><p>MEDX (www.medx-inc.com)</p><p>Cette socit, non prsente sur le marchfranais, propose deux SPECT : le GEOptima, mono ou double tte angulepour les applications cardiologiques et g-nrales, et le GE InteCam ddi thyrode(fabrique en Chine).</p></li><li><p>J Radiol 2006;87</p><p>938</p><p>Mdecine nuclaire : de la mdecine nuclaire limagerie molculaire</p><p>D Fabrega, C Le Floch</p><p>Naviscan (www.naviscanpet.com)</p><p>Cette socit ne en 2000 propose un TEPddi mammographie : le PEM Flex.Cette machine se prsente comme unmammographe. Les dtecteurs sont int-grs dans les palettes de compression (depart et dautre du sein). La rsolution ob-tenue est de 1,5 mm pour une acquisitionde 5 10 minutes. Le traceur utilis est leFDG.Cette machine est galement utilise pourle suivi des patients atteints de polyarthri-te rhumatode.Le PEM Flex dtient lagrment FDA etest commercialis 60 exemplaires auxtats-Unis. Aucune reprsentation enEurope du fait de labsence du marquageCE.</p><p>Philips (www.medical.philips.com)</p><p>Philips ne prsente pas de nouvelle ma-chine cette anne mais a port ses effortssur les consoles. Ainsi, linterface dacqui-sition Jetstream devient unique pour len-semble de la gamme SPECT et SPECT-TDM, les consoles SUN basculent sur PCtravaillant sous Windows XP. Ct TEP-TDM, la console Extended BrillanceWorkspace commune aux deux modali-ts fait son apparition.PHILIPS favorise toujours les partena-riats avec les socits spcialises danslimagerie molculaire, comme SCHE-RING par exemple avec un projet de re-cherche sur le cancer du sein, plutt quelintgration complte de ce type de soci-ts. La mdecine nuclaire est ainsi int-gre dans la division Radiation Oncology.</p><p>TEP-TDM</p><p>Depuis deux ans, loffre Philips basculecompltement sur les machines hybridesTEP-TDM avec des propositions dupgra-de de son parc install. En France, PHI-LIPS annonce dtenir 43 % du march.Les machines Allegro (TEP-TDM) et C-PET (TEP sans scanner) sont abandon-nes pour ne conserver la gamme que laGemini GXL.Cette dernire, annonce au RSNA 2004et aujourdhui installe sur 3 sites enFrance (3 machines sont en commande),est lassociation dun TEP Rapid Resolve(dernire version : tunnel de 70 cm dediamtre, cristaux GSO dops au zirco-nium pour une meilleure efficacit et un</p><p>meilleur rendement lumineux) et duscanner Brillance en version 6, 10, 16 ou64 coupes. Elle se distingue de la concurren-ce par la constitution dun statif composde deux anneaux sparsLa version haut de gamme (64 coupes) estjusqu prsent rserve au march am-ricain dans la mesure o le cot dune tel-le machine est prohibitif en France si elleest rserve uniquement au reprage ana-tomique et la correction dattnuation(pas dautorisation dutilisation du scan-ner en diagnostic contrairement auxtats-Unis).En France, le march se limite aux ma-chines 16 coupes et est constitu majori-tairement de scanners 6 coupes (50 %).Philips se distingue de la concurrence parun ensemble de processeurs de recons-truction ddis, Rapid View, permettantles reconstructions 3D via le logicielRamla Lor (Line Of Response). Ce der-nier, bas sur un traitement exhaustif desdonnes plutt quun chantillonnage,amliore la rsolution spatiale. En 2006, lapuissance du reconstructeur sera encoreaugmente pour un gain de temps estim 40 %.En 2005, Philips a adopt le concept dunenouvelle console secondaire, ExtendedBrillance Workspace, intgrant les post-traitements des deux modalits (CTViewer et TEP Viewer) et le logiciel defusion Syntegra.</p><p>SPECT et SPECT-TDM</p><p>PHILIPS dtient environ 25 % du mar-ch mondial et du march franais desSPECT et SPECT-TDM.Concernant les SPECT seuls, Philipsconserve sa gamme deux modlesdouble tte grand champ angulationvariable, Skylight et Forte, et un modlesimple tte, Meridian.La Skylight, hrite de la gamme Adac estle fleuron de la gamme. Elle a une configu-ration innovante avec ses deux ttes mon-tes sur une double suspension porte parun port...</p></li></ul>

Recommended

View more >