Monde arabe et diversité ?· Le combat pour la diversité culturelle Thème 2 - Les enjeux de la diversité…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 1

    Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier - Rhne-Alpes du 2 au 7 dcembre 2005

    Le combat pour la diversit culturelle

    Thme 2 - Les enjeux de la diversit culturelle au Nord et au Sud

    Monde arabe et diversit culturelle

    Leila Rezk Directeur de Dialogue XXI, Beyrouth

    Lide dun antagonisme intrinsque entre Monde arabe et diversit culturelle est

    malheureusement bien enracine dans les opinions publiques mondiales. Cette

    conception est conforte par le discours et les actes des tenants dun certain dogme

    fondamentaliste de lIslam, qui prnent au nom dun combat politique contre

    lhgmonie occidentale et plus particulirement amricaine, la violence et lpuration

    de la terre dIslam. Les nombreuses raisons de ladhsion cette doctrine chez les

    jeunes salafistes, qui vont jusqu lui sacrifier leur vie, mritent, au-del de lanalyse

    politique ou conomique, que soient mdits les fondements culturels de cet attrait.

    Certains occidentaux, ignorants presque tout de lIslam et de la complexit du Monde

    Arabe, fondent leur apprhension sur une thorie qui a fait fortune, celle du conflit

    des civilisations qui, malgr son imposture, vhicule des ides prconues

    renforant chez eux, loption dune intolrance inhrente lIslam. Ces deux

    approches suscitent des enchanements dangereux et entravent ltablissement de

    tout dialogue tout en obstruant les ventuelles filires de louverture lautre. Toutes

    les initiatives de coopration et de rapprochement prises par les organismes

    internationaux tant tatiques que non gouvernementaux, ne parviennent pas

    remdier la dtrioration de limage que se construit chacun de lautre. Cest aussi

    linertie et lautoritarisme des gouvernements arabes, leur impuissance relever, par

    une politique de dveloppement quitable, les dfis dune jeunesse tourmente et

    exigeante qui, faute dpanouissement et despaces publics dexpression, se rfugie

    sous laile lnifiante de la tradition religieuse. Et puis, le peu dintrt accord par les

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 2

    diffrents pays arabes lintervention de lEtat en faveur de la culture comme facteur

    du dveloppement humain, contribue aggraver la menace qui plane sur leur propre

    diversit et de ce fait, sur la diversit mondiale.

    Une diversit lpreuve de la mondialisation

    Les socits arabes sont riches dune grande diversit, legs dinvasions et de

    conqutes multiples quelles soient europennes, ottomanes ou arabes avec un

    patrimoine qui sest enrichi, rpandu et partag grce la mobilit des commerants

    et l'imbrication des familles. Ce brassage a favoris un mtissage notamment dans la

    musique et lart culinaire. Par ailleurs, une sorte de mimtisme a favoris ladoption

    de modles exognes, tant arabes quoccidentaux dans lhabillement mais aussi

    dans les comportements sociaux et mmes dans les rituels religieux. Mais le

    processus mal adapt de la mondialisation, a modifi les coutumes et traditions

    locales, les a bouleverses mme. La standardisation de certains biens culturels

    convertis par les circuits commerciaux en produits de consommation, sest impose

    insidieusement des utilisateurs peu ou pas prpars en assimiler les contenus et

    le sens. Cette transformation a donn naissance, dans un rflexe de rsistance,

    une normalisation des pratiques cultuelles introduites par un islam militant. Mais la

    dmocratisation de laccs la technologie et laudiovisuel a pourtant permis

    dtablir des communications permanentes entre les jeunes issus de limmigration en

    Occident et ceux du pays de leurs pres. Le mtissage culturel sest aussi

    mondialis, il connat aujourdhui, avec la multiplication des changes et la mobilit

    de ces jeunes, un regain vivace qui favorise une crativit et une expression

    culturelle diffrencies avec par exemple une ligne vestimentaire et alimentaire

    islamise qui permet aux nouvelles gnrations de marquer une appartenance et

    daffirmer une identit spcifiques.

    Mais lre de lhgmonie dun visuel qui simpose comme unique accs des

    masses populaires la connaissance, les opinions publiques mondiale et arabe,

    soumises au matraquage dimages instantanes issues des vnements et conflits

    qui secouent la plante, se contentent dinformations souvent tendance partisane

    dailleurs, vhicules par les organes de presse ; rappelons-nous le rle jou par

    CNN lors de la guerre du Golfe en 1991. Certes, nous assistons une pluralit des

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 3

    sources dinformation avec la cration notamment de chanes satellitaires arabes,

    mais celles-ci nchappent pas non plus linfluence des idologies. Plus rcemment

    lembrasement des banlieues parisiennes, a connu un cho sans prcdant dans la

    presse arabe, prsent comme un conflit entre musulmans et chrtiens de France.

    Les opinions bornent ainsi leur comprhension des vnements une approche

    superficielle forts risques de mprise sur les causes mais surtout sur les

    consquences de ces affrontements. Limpact des images rcurrentes de conflits

    sanglants, banalisant la violence comme la guerre dIrak ou depuis bien plus

    longtemps le conflit isralo-palestinien, est redoutable long terme avec des effets

    inattendus, le plus souvent difficiles contrecarrer, laudiovisuel participant au

    faonnement dune opinion lcoute passive et peu friande de lecture et danalyses

    claires. Cette perception souvent rductrice de la ralit du monde, limage ntant

    quun support linformation et non linformation elle-mme, conforte auprs de ces

    opinions prcisment, lexistence dun antagonisme entre lOccident et le Monde

    Arabe identifiant leurs relations, par un raccourci trs abusif, un conflit entre les

    religions.

    Ce raccourci nest toutefois pas sans fondement et la responsabilit en revient tant

    aux Occidentaux quaux Arabes. Lamalgame consacr et si commode entre Arabe

    et Islam, entre Islam et terrorisme ignore dlibrment la complexit des groupes qui

    composent les socits arabes voluant dans des rgions aussi diffrentes que le

    Maghreb, le Machrek ou les pays du Golfe. Mais cette approximation reflte limage

    tout aussi simpliste que le Monde arabe souhaite donner de lui-mme : un et uni. Or,

    le monde arabe porte en son sein une relle diversit culturelle quil svertue, certes,

    occulter au nom dune unit politique affirme haut et fort, mme sil endure, sans

    parvenir les rsorber, les divergences dun espace politiquement dsuni.

    Le culturel ne peut donc tre dissoci du politique dans le monde arabe

    contemporain car les effets induits de la cration de lEtat dIsral, et plus rcemment

    de la mondialisation, dont principalement les tensions religieuses, ont soulev une

    tourmente difficile endiguer qui brouille la donne et pose les problmes en termes

    didentit. De plus, lambigut de la communaut internationale face au conflit

    isralo-palestinien et sa persistance tout aussi coupable, mais aussi la pesante

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 4

    ingrence du religieux dans le politique sur la scne mondiale ont conduit les Arabes

    se rfugier dans un repli identitaire avec un refus de lautre, cet autre tant

    forcement lagresseur. Ce repli, aliment par un sentiment persistant dimpuissance,

    sexprime en un fondamentalisme religieux qui met notamment, en garde contre

    linvasion culturelle occidentale, exhortant le rejet des modles exognes et

    menaant pour lavenir, le libre accs dune grande partie des citoyens des pays

    arabes la diversit culturelle mondiale.

    Mais o se trouve la diversit culturelle dans le Monde arabe ? Cette diversit est

    multiple, elle est dabord ethnique avec des Arabes, des Kurdes, des Syriaques et

    des Berbres et depuis la fin du 19me des Armniens. Puis, elle est tribale, avec des

    tribus outrepassant les frontires. Il y a bien videmment une diversit religieuse

    avec une majorit de musulmans, mais aussi des minorits chrtiennes, il existe

    encore de petites minorits juives, la majorit dentre elles ayant peupl les

    nouveaux territoires conquis de Palestine. Larabit est un creuset, rsultat dun

    mtissage riche dapports africain, hellnique, romain ou ottoman. De plus,

    historiquement, et comme le dit Samir Kassir la communaut culturelle sordonne

    autour dune pluralit de centres urbains de production culturelle1. Par ailleurs, il

    existe une diversit linguistique dans les registres de la langue arabe elle-mme

    entre larabe littraire et la multitude de langues parles qui reclent dailleurs un

    patrimoine de littrature orale peu connu, mais aussi les langues berbres, le kurde

    ou larmnien. Et enfin il y a une diversit entre villes et campagnes qui portent

    quant elle, les graines de conflits entre les groupes.

    Mais au mme titre que tous les ensembles gopolitiques, la diversit des pays

    arabes est niche dans les parcours de leur histoire, de leur tradition, du type de

    colonisation quils ont subi mais aussi dans la diversit des lieux dexil de leur

    population. Lmigration interarabe mais aussi vers les autres pays tant en

    perptuelle croissance : pour le Moyen-Orient, environ 20% de la population active

    libanaise a migr, entre 10 20% de lgyptienne ou de la syrienne, sans parler du

    cas particulier des palestiniens dont plus de la moiti est en exil. Nous pouvons aussi

    parler dune disparit conomique beaucoup plus rcente lie la manne de lor noir

    et qui nest pas sans influer sur les comportements sociaux et culturels, introduisant

    une diversit dans les modes de vie, de consommation et dexpression au sein des

    1 Samir Kassir.- Considrations sur le malheur arabe.- Sindbad, 2004, p46.

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 5

    pays ptroliers et entre ces pays et les autres. Dans certains pays du Golfe la

    population immigre, quelle soit arabe ou asiatique, reprsente plus de 50 % de leur

    population active.

    Les transferts financiers des migrs vers leurs pays d'origine sont essentiels la

    survie de lconomie de ces pays. Ainsi, pour l'Egypte, le montant de ces transferts

    quivaut aux recettes d'exportation, tandis qu'en Jordanie et au Ymen, ils

    reprsentent plus que l'ensemble de celles-ci2. Dautre part, limportance des moyens

    financiers que certains magnats du ptrole investissent dans le domaine de la

    musique ou de laudiovisuel finissent par imposer de nouveaux modles et exercent

    une forme dhgmonie qui stend du Golfe au Maghreb, supplantant les modles

    moyen-orientaux qui prvalaient jusquaux annes 80 et vhicules par le cinma et

    les chanteurs gyptiens ou libanais. Cette volution a favoris les changes et le

    mtissage des expressions culturelles tout en normalisant une langue arabe

    comprise par tous, grce notamment aux mdias mais aussi au brassage des

    artistes qui circulent dans lespace arabe, quand la censure tatique ne sen mle

    pas, et qui changent et crent avec les artistes issus de la diaspora.

    Le Monde arabe a connu des priodes de cohabitation notamment sous lempire

    ottoman, qui a prsent un modle de coexistence entre les communauts, le millet

    ottoman donnant des privilges aux minorits religieuses. Mais, aprs la chute de

    lempire, il y a eut une ethnicisation des communauts, les Maronites au Liban de

    mme quaujourdhui les Chiites et les Kurdes en Irak. Selon Ahmad Beydoun3, le

    problme est n quand les groupes ethniques ou religieux ou linguistiques ont pos

    leur identit nationale comme une identit centrale sous linfluence franaise

    dailleurs, mais surtout sous celle de lunification allemande et italienne. Pour

    Beydoun toujours, la diversit culturelle ne devient problme que quand elle est

    pose en termes didologie identitaire. La coexistence pacifique dans un

    environnement de diversit culturelle est conditionne par le dmantlement des

    allgeances dues loppression, quelle soit extrieure au travers dune domination

    trangre ou intrieure par la domination dun groupe sur les autres.

    La diversit et lEtat

    2 MEDEA, Institut Europen de Recherche sur la Coopration Mditerranenne et Euro-Arabe 3 Ahmad Beydoun.- La diversit dans le Monde Arabe, confrence donne lors dun sminaire de lUnesco, Beyrouth 2005.

  • Les "Dix-huitimes Entretiens" du Centre Jacques Cartier Lyon, 5 dcembre 2005 Leila Rezk 6

    Les Etats, quils soient occidentaux ou arabes ont, face la problmatique de la

    diversit culturelle, une attitude que lon peut qualifier dambigu. A cet gard, je

    partage lavis de Thodore Hanf4 pour qui, le danger pour la diversit culturelle ne

    rside pas tant dans le phnomne de la mondialisation que dans le principe de

    lEtat territorial qui se dguise en Etat nation. La population des Etats actuels est au

    9/10me compose de groupes diffrents et la construction de la nation est fictive car

    elle cherche assimiler des minorits une culture dominante. Beaucoup dEtats ont

    nglig la construction de lEtat au profit de la construction dune nation par une

    politique dassimilation qui peut aller dune assimilation clmente force. La forme

    prpondrante des politiques culturelles, dans ce cas est celle de la culture

    dominante. La socit isralienne est une illustration de lassimilation force, elle

    pratique une dmocratie ethnique o la majorit dfinit le caractre de la nation et de

    sa culture, les autres devant sy plier ou partir. Dans le cas de lEurope, lassimilation

    bien que clmente nen ai pas moins contraignante car, loctroi de la nationalit exige

    des populations maghrbines, africaines ou asiatiques de sadapter des cultures

    dominantes qui savrent, tout compte fait, profondment enracines dans la tradition

    chrtienne et si diffrentes des leurs. Lchec des politiques dintgration engages

    par les pays europens, tant au niveau social, quconomique met en exergue les

    obstacles que rencontre la construction dune nouvelle identit multiculturelle, qui,

    faute dune synthse entrane des frictions et des rejets des expressions culturelles

    des pays daccueil ainsi que de celles des pays dont est issu limmigration.

    Lexprience de certains Etats arabes, selon Ghassan Salam, souvent mal

    enracins, fragiliss, en mal de lgitimit dmocratique, nayant pas russi se muer

    en nations et se doter de mythes particuliers ncessaires leur cohsion sociale, a

    vu trop souvent le rgime en place manipuler la raison dEtat pour se lgitimer, et se

    prsenter comme porteur dun mythe fondateur que ce soit larabisme, lislamisme ou

    autre5. Si nous nous rfrons quelques critres, certes complexes dvaluation qui

    permettent de dterminer, ou de mesurer le respect de la diversit culturelle au sein

    dun pays, lanalyse pour le monde arabe risque de nous amener conclure que

    cette div...

Recommended

View more >