Click here to load reader

Nouvelles N° 2082

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Nouvelles N° 2082 du 22 janvier

Text of Nouvelles N° 2082

  • VUX DE LA FDRATION DE LA GIRONDE DU PCF VENDREDI 30 JANVIER 18H

    Jeudi 22 janvier 2015 - N 2082 - Hebdomadaire - 15, rue Furtado - 33800 BORDEAUX Prix : 0,80 euro

  • 2 Les Nouvelles 22 janvier 2015

    ACTUALIT DES LUTTES

    TRANSPORTEURS ROUTIERS

    Pour le pouvoir dachatContre le dumping socialLappel de lintersyndicale CGT, FO, CFTC et SNAT CFE-CGC aux mobilisations ds le 18 janvier a t entendu par les salaris du transport routier de marchandises et de voyageurs, au moment o se tiennent les ngociations sur les salaires du secteur.

    Dans la convention collective nationale des transports routiers et activits auxiliaires du transport, tous les coefficients sauf un sont en dessous du SMIC. Et ce dans un secteur o les entreprises du secteur bnficient du pacte national pour la croissance, la comptitivit et lemploi, au travers des allgements fiscaux du crdit dimpt pour la comptitivit et lemploi (CICE).

    Celui-ci reprsenterait 20 milliards deuros davantages fiscaux consentis aux entreprises en 2014, tous secteurs confondus.

    Lintersyndicale revendique une augmentation du pouvoir dachat de 100, un taux horaire de 10 minimum lembauche et la revalorisation salariale de 5% pour tous avec la mise en place dune anciennet linaire.

    Elle demande louverture de ngociations pour la gestion des fins de carrire, pour une vraie prise en charge de linaptitude, pour une protection sociale plus forte.

    Enfin le respect des garanties conventionnelles existantes, la mise en place dun 13e mois pour tous et la suppression de la carence maladie.

    CNL

    Pour que les quartiers populaires ne soient plus les oublis de la RpubliqueSuite aux attentats, la Confdration Nationale du Logement interpelle le Prsident de la Rpublique pour un rengagement de lEtat en faveur des quartiers dfavoriss, de leurs habitants et reprsentants associatifs.

    Forte de plus de 4 600 amicales de locataires sur tout le territoire franais et de 650 lus dans les conseils dadministration des organismes Hlm, lorganisation travaille au quotidien auprs des habitants. Ses militants connaissent leurs difficults et leur sentiment dabandon car les quartiers dits populaires ont t dlaisss des politiques publiques depuis trop longtemps.

    Il est de votre devoir dagir, avec force et conviction, pour que les quartiers populaires ne soient plus les territoires oublis de notre Rpublique. Il faut les considrer, les entendre, travailler rellement avec leurs habitants et les associations ce que les pouvoirs publics ont oubli de faire aprs les meutes de 2005. crit-elle dans son courrier au prsident de la Rpublique et dcline des mesures concrtes :

    - Augmenter les plafonds daccs au logement social pour garantir la mixit sociale et lutter contre la concentration des difficults dans certains territoires.

    - Crer des formations citoyennes pour promouvoir la dmocratie, le vivre ensemble et le lien social.

    - Clarifier le rle des conseils citoyens pour que chaque acteur puisse y trouver sa place et y contribuer efficacement.

    - Crer un statut de llu social ou lu associatif pour permettre chaque citoyen dexercer pleinement son rle de reprsentant des habitants.

    - Donner des moyens aux associations de proximit pour quelles puissent dvelopper des initiatives sur le terrain.

    Espaces MarxRendez-vous de janvier

    Lundi 26 janvier et le 23 fvrier, 19h, Bistrot politique dEspaces Marx : Face la haine et au fascisme, la marche du peuple pour lespoir , Bistrot des bouchons Talence

    CONTRE LA BRADERIE SNCF

    Manifestation le 29 janvier Paris Les Fdrations CGT et SUD-Rail appellent les cheminots, les usagers et leurs associations se rassembler pour exiger des ngociations sur la rforme de la SNCF, contre le budget 2015 avec de nouvelles suppressions demplois, le gel des salaires, laugmentation des tarifs et la diminution du service public

    En juin 2014, les cheminots se sont mobiliss pour une autre rforme ferroviaire avec un projet alternatif la voie du Service Public SNCF. Le gouvernement na pas saisi cette occasion de placer le service public au cur des enjeux de socit, de maintenir lunicit sociale, une production intgre, et doprer le dsendettement du systme ferroviaire.

    En aot dernier, iI a fait le choix dune rforme non finance dont les usagers et les cheminots font dj les frais. Aprs les 2 500 suppressions demplois prvues au budget 2014,

    celui de 2015 prvoit la disparition denviron 2000 emplois avec un recours accru la sous-traitance, notamment dans le domaine de lEquipement.

    La dgradation sans prcdent des conditions de vie et de travail des cheminots impacte dj lorgani-sation de la production, menaant lavenir de nombreux mtiers et ins-taurant la polyvalence de certains pour gagner en productivit !

    Et le prsident de la SNCF a annon-c le gel des salaires et labaissement des contingents de notations. Pour appter les cheminots, il propose de mettre en place lintressement dans les 3 tablissements publics, tentant ainsi dintroduire une rmunration individuelle et ala-toire base sur la productivit et attaquant le rgime spcial de sant et de retraite (lintressement ne participe pas son financement).

    Les dividendes verss ltat (450 millions deuros en trois

    ans), le crdit dimpt comptiti-vit emploi (160 millions deuros en 2014), le cumul des primes individuelles telles que la GIR et la Prime (100 millions deuros) sont la preuve que largent existe et quil serait possible et surtout prfrable de procder une aug-mentation gnrale des salaires pour tous les cheminots.

    Quant aux usagers, ils vont payer aussi avec laugmentation de 2,6% des tarifs et par une baisse de qualit du service public : dshumanisation et fermetures de gares, de guichets, de lignes, menace de privatisation pour certaines, suppression des ASCT sur certaines circulations, remplacement de trains par des autocars et la profonde remise en cause de la scurit ferroviaire.

    La CGT invite les cheminots et les usagers prendre connaissance de ses propositions (www.chemi-notcgt.fr), en dbattre et les enrichir ds maintenant.

    GROUPE CRC AU SNAT

    Quelle meilleure arme que la culture, et pour la culture quel meilleur lieu que lcole de la Rpublique?

    Lire lintgralit sur :

    http://www.lacnl.com

    Lire lintervention sur :

    www.nbso.fr

    Au fil des rencontres avec le DASEN* depuis dbut janvier en Gironde, les parents et ensei-gnants ont eu droit un langage de "manager d'entreprise". Trois catgories d'coles l'ordre du jour : les coles en Rseau d'Edu-cation Prioritaire (REP) ; les coles en "segment rural" ; et le tout venant (sic) !

    Lors de la runion publique orga-nise par le collectif bglais pour l'cole dbut janvier au collge Berthelot, une cinquantaine de parents d'lves, enseignants et per-sonnels**, de Bgles, Bordeaux, St Symphorien, Lussac, ont chang leurs informations.

    Tous refusent la sortie du dispositif d'ducation prioritaire qui par exemple va priver le collge bglais du soutien scolaire.

    Ils soulignent que c'est l'ensemble des maternelles, primaires et col-lges qui vont tre touchs par le fait qu'il n'y a plus de "seuil" 25 lves par classe et qu'il n'y aura pas assez de postes crs.

    La nouveaut, c'est que des coles dites "orphelines" dcouvrent qu'elles n'apparaissent plus dans la carte du rseau prioritaire* sans qu'aucune notification crite n'ait t faite par le DASEN qui applique la dmarche notifie par la ministre "au cas par cas", qui plus est sans la reprsentation des personnels.

    Une enseignante dclinera les diff-rentes rformes sans moyens et sans retour d'valuation.

    Dbat sur la mobilisation

    Nul n'est dupe de l'attaque sur lducation prioritaire qui recouvre un dmantlement de l'Education nationale, de la maternelle l'ensei-gnement suprieur, tous souffrant du mme manque de moyens et de projet long terme dcid avec l'ensemble de la communaut scolaire, tudiante et enseignante.

    Chacun se rend compte que les projets se transforment en "contrats d'objectifs" et que la politique du-cative passe elle aussi au broyeur de la politique librale d'austrit.

    Si certains jugent tardive la mobi-lisation nationale avec la grve programme le 3 fvrier, tous sont conscients qu'il faut largir la mobilisation en allant la rencontre des parents et enseignants des tablissements et qu'il y a besoin d'aider leur coordination avec le soutien des syndicats et contacter les associations d'tudiants (lyces, universits).

    Outre cela, plusieurs initiatives sont dcides : une adresse aux secteurs en lutte en Gironde, une journe "coles et collges morts" partout o cela peut tre ralisable le 21 jan-vier. Un rassemblement au miroir d'eau de Bordeaux le 17 janvier qui a runi une cinquantaine de per-sonnes pour une chane humaine.

    * Directeur acadmique des services de l'du-cation nationale

    ** Trois lus bglais, le conseiller gnral J.Jacques Paris et deux lues municipales PCF/Front de Gauche, C. Texier et C. Bau-drais, taient prsents.

    EDUCATION

    Assigne des contrats d'objectifs ?La mobilisation se poursuit pour l'Education prioritaire et la priorit l'Education : en vue, l'action nationale du mardi 3 fvrier

  • Les Nouvelles 22 janvier 2015 3

    EditorialACTUALIT

    Ne laissons pas notre rpublique sanesthsier!Avant les dramatiques vnements des 7 et 9 jan-vier, les reprsentants du libralisme (social ou ultra) sappuyaient sur une idologie quils voulaient faire dominante, voire unique : Il ny pas dalternative srieuse une politique austritaire sappuyant sur de drastiques rductions des dpenses publiques et du cot du travail.

    Sils nabandonnent pas, bien au contraire, cette doctrine ravageuse de nos vies qui naturellement se heurte des rsistances de plus en plus larges, ils tentent aujourdhui de sappuyer sur la peur savam-ment orchestre pour dvoyer la magnifique solida