Octavio Alberola

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La résistance libertaire contre le franquisme

Text of Octavio Alberola

  • 1

  • 2

  • 3

    La rsistance libertaire contre le franquisme

    La Dfense Intrieure (D.I.)

    Octavio Alberola

    Octavio Alberola est anarchiste. Il est n en Espagne, Alaior, les Balares, en 1928. Aujourd'hui, il vit Perpignan, France. En 1939, il sexile au Mexique avec leurs parents. Ds ce moment, il commenc son militantisme anarchiste dans les Jeunesses Libertaires et la CNT espagnole au Mexique. En 1962, il sincorpore l'organisation clandestine "Dfense Intrieure" constitu par le Mouvement libertaire espagnol aprs le congrs de la CNT de 1961. Actuellement, il est un des animateurs du "Groupe pour la rvision du procs Granado-Delgado", qui depuis 1998 exige l'annulation des sentences franquistes, et du "Groupe de soutien aux libertaires et syndicalistes indpendants Cuba" (GALSIC). Infatigable, il collabore galement d'autres initiatives libertaires en Europe. Il est un homme plein d'histoires crites travers dune vie libertaire agite et intense.

    Extrait de: http://mislatacontrainfos.blogspot.com.es/2010/05/ana-entrevista-octavio-alberola.html

    http://starm1919.blogspot.com.es/ http://elsetaproducciones.blogspot.com.es/

  • 4

  • 5

    La rsistance libertaire contre le franquisme

    La Dfense Intrieure (D.I.)

    Ce texte en espagnol circule sur divers sites sous le titre La resistancia libertaria contra el franquismo : Defensa interior (D.I.), et il a t compos avec des extrait du livre El Anarquismo espaol y la Accin Revolucionaria dOctavio Alberola et dAriane Gransac. Le Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation (CATS) a ralise la traduction en septembre 2012 et il a ajout les notes.

    Pour des raisons gnralement partisanes, la rsistance libertaire contre le franquisme a souvent t oublie dans lhistoriographie de lantifranquisme. Mais cet oubli est encore plus notoire dans le cas de la rsistance libertaire des annes soixante, ces annes tant celles o les libertaires tentrent dorganiser et de mettre en marche leur projet rsistant le plus consquent, la DI (Dfense Intrieure), et o leurs actions obtinrent la plus grande rpercussion internationale.

    Effectivement, en ractualisant la lutte active contre le franquisme et la prsence de lanarchisme, la DI fut la cible de tous ceux et celles qui, y compris parmi les libertaires, ne voyaient pas dun bon il une ractualisation qui mettait en vidence leur immobilisme ou qui contrariait leurs plans et objectifs politiques.

    Il nest donc pas trange que tant dintrts concident pour occulter lhistoire de la DI et que pour cela elle soit encore aujourdhui, jusque dans les propres milieux libertaires, si peu connue. Une mconnaissance qui, grce la ractualisation de laffaire Granado-Delgado (1) dans le cadre de lactuel processus de rcupration de la mmoire historique, commence tre pallie. Non seulement parce que parler de cette affaire a ncessit de parler de la DI mais aussi parce que les nouvelles gnrations de militant/es et dhistorien/nes sont en train de dmontrer un grand intrt pour la dcouverte de la rsistance libertaire de ces annes l, face laquelle tant dintrts concidrent pour locculter.

    Cet intrt exige donc un devoir dinformation de la part de celles et ceux qui peuvent lapporter. Et ceci est ce quils/elles mont demand de faire ici aujourdhui ; mais, avant de le faire, il me parat ncessaire de faire quelques claircissement sur le franquisme et lantifranquisme, depuis la fin de la guerre jusqu 1960.

  • 6

    Le franquisme Avec le prtexte de rtablir lordre, les militaires factieux se soulvent en 1936 contre le gouvernement de la Seconde Rpublique. Le soulvement triomphe dans quelques zones du pays, mais dans dautres, grce la raction populaire, le soulvement choue et la dnomme Guerre Civile commence.

    Franco est lun des gnraux engags dans la conspiration et un des premiers se soulever ; mais cest grce une srie de circonstances (2) quil parvient tre nomm Gnralissime des Armes et Chef du Gouvernement factieux par la Junte militaire runie Salamanque. Et cest ainsi quaprs avoir cart les chefs historiques du soulvement et unifi la masse des militant/es et dirigeants fascistes dans un parti unique, Franco arrive devenir, en plus de Chef de ltat, le Chef National de la Phalange Espagnole Traditionaliste et de la JONS (3) et le Chef suprme du Mouvement. Pour cela, la fin de la guerre, il russit assumer dans son entire plnitude et avec le titre de Caudillo dEspagne par la grce de Dieu - lautorit absolue de cet tat nouveau qui, jusqu la fin, sera un royaume sans Roi et tout moment une froce et brutale dictature militaire.

    Le franquisme, ce rgime qui dure jusqu la mort de Franco, nest pas autre chose que lalliance traditionnelle entre caciques, curs et militaires, bien que sadaptant lair de lpoque, et elle adopte lhabit et le crmonial fasciste de la Phalange. Celle-ci qui se considre comme le troisime pilier du Rgime, copie et essaye dimposer lidologie totalitaire des fascismes europens ; mais, dj depuis le commencement de la Guerre Civile, larme, lglise et la Droite ractionnaire, qui sont les vritables pouvoirs qui configurent le franquisme, voient dans la Phalange une allie circonstancielle, mais embarrassante pour ses plans. Pour cela, partir de 1943, aprs les dsastres militaires de Mussolini et son arrestation par ordre du Roi Victor Emmanuel III, commence la dphalangisation du pays et le franquisme apparat comme ce quil est rellement : une dictature ractionnaire, militaire et clricale.

    Lobjectif de ces pouvoirs est simplement dimposer une dictature qui garantisse leurs privilges, une dictature dispose rprimer toute forme de protestation populaire, intransigeante et implacable avec les secteurs sociaux qui avaient voulu rformer la socit espagnole et encore plus avec ceux qui avaient tent de la transformer rvolutionnairement.

    Le franquisme nest pas seulement un rgime qui ne reconnat aucune des liberts fondamentales (de runion, dorganisation et dexpression), mais aussi un rgime inquisitorial, implacable dans la vindicte et dans la rpression de tous/tes ceux et celles qui se risquent rclamer ces

  • 7

    liberts. Entre 1939 et 1944, la rpression franquiste atteint ses niveaux les plus levs de brutalit et les victimes se comptent par centaines de milliers. Cest seulement lorsque ces parrains Hitler et Mussolini sont vaincus que Franco fait une pause dans sa politique rpressive ; mais cette pause est courte, elle ne dure que le temps ncessaire pour que le Caudillo prenne le pouls des Allis sur la continuit de son rgime. Aprs, mesure que les connivences des puissances dmocratiques avec Franco augmentent et que senvole la possibilit de son renversement, le franquisme redevient essentiellement et brutalement rpressif.

    Lantifranquisme la fin de la guerre, avec la victoire franquiste, la majorit des vaincu/es accepte et intriorise la dfaite ; mais il y en a qui dcident de rsister et de poursuivre le combat contre le franquisme par les armes. Plus tard, aprs la droute du nazifascisme, dautres confiant dans le soutien des Dmocraties victorieuses dcident de ddier leurs efforts la constitution en Espagne et en exil, dune opposition politique pour lutter contre Franco dans les chancelleries et attendre

    Lantifranquisme institutionnel Cette Opposition espre le miracle, la chute de Franco, grce la bonne volont des Grandes Puissances. Mais non seulement les Dmocraties ne provoquent pas la chute de Franco, mais elle ne font mme pas voluer le franquisme vers des positions moins intransigeantes, plus conciliantes. Au contraire, les Dmocraties passent, peu peu, dune condamnation plus ou moins formelle une reconnaissance, de plus en plus officielle, du rgime franquiste. Pour cette raison le miracle tant attendu se termine en une amre dception.

    Lhistoire de cette dfaite est pleine de leons. Elle commence avec des triomphes apparents en 1945, avec la Dclaration de lONU condamnant le rgime franquiste, et en 1946, avec la Note tripartite dfendant la rupture de relations avec le rgime de Franco. Mais ces triomphes ont des effets plutt ngatifs, tant donn quils relancent la polmique sur laction arme, divisant lantifranquisme et rduisant lappui aux groupes rsistants. En 1948, lEspagne et la France normalisent leurs relations et beaucoup dautres pays envoient leurs ambassadeurs Madrid. Et partir de 1949, avec le prtexte de lexpansionnisme sovitique, se termine pratiquement - bien que non officiellement lisolement international du rgime franquiste. Les Dmocraties occidentales

  • 8

    continuent alors favoriser lentre de lEspagne franquiste dans les Organisations internationales du dnomm monde libre en 1950, malgr le fait que depuis pas mal de temps, elles aient abroge la Dclaration de San Francisco de 1945 (4) et laiss libre la voie Franco pour obtenir la pleine reconnaissance internationale pour son Rgime.

    Cette dcision est un vritable coup de massue pour lantifranquisme en gnral, mais particulirement pour ces secteurs qui ont mis toutes leurs nergies et esprances dans lobtention de lisolement international du rgime franquiste. Non seulement ils ne lont pas obtenu mais ils ont fait perdre du temps en dabsurdes conjectures sur le post-franquisme et en chimriques ngociations pour le prparer, ce qui a facilit les desseins de continuit du Rgime.

    Malgr cet chec, lantifranquisme institutionnel ne change pas de stratgie et se rsigne continuer une opposition purement symbolique Et ainsi passent les annes jusqu ce que, en 1975, le franquisme en tant que Rgime se termine la mort de Franco. Alors, les notables de cet antifranquisme institutionnel se prtent au fait de garantir aux pouvoirs de fait leurs continuit et privilges travers une transition sans rupture. Une transition qui est un simpl