Oeuvres Complètes - Paul Verlaine

  • View
    6

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Obras completas de Verlaine en francés

Text of Oeuvres Complètes - Paul Verlaine

  • Oeuvres compltes dePaul Verlaine...

    Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

  • Verlaine, Paul (1844-1896). Oeuvres compltes de Paul Verlaine.... 1902-1905.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

  • PROLOGUE MELANCROLIA I. Rsignation II. Nevermore III. Aprs trois ans IV. Vou V. Lassitude VI. Mon rve familier VII. A une femme VIII. L'angoisse EAUX-FORTES I. Croquis parisien II. Cauchemar III. Marine IV. Effet de nuit V. Grotesques PAYSAGES TRISTES I. Soleils couchants II. Crpuscule du soir mystique III. Promenade sentimentale IV. Nuit de Walpurgis classique V. Chanson d'automne VI. L'heure du berger VII. Le rossignol CAPRICES I. Femme et chatte II. Jsuitisme III. La chanson des ingnues IV. Une grande dame V. Monsieur Prudhomme INITIUM CAVITRI SUR URBE SERENADE UN DAHLIA NEVERMORE IL BACIO DANS LES BOIS NOCTURNE PARISIEN MARCO CESAR BORGIA LA MORT DE PHILIPPE II EPILOGUE CLAIR DE LUNE PANTOMIME SUR L'HERBE L'ALLEE A LA PROMENADE DANS LA GROTTE LES INGENUS CORTEGE LES COQUILLAGES EN PATINANT FANTOCHES CYTHERES EN BATEAU LE FAUNE MANDOLINE A CLYMENE LETTRE LES INDOLENTS COLOMBINE L'AMOUR PAR TERRE EN SOURDINE COLLOQUE SENTIMENTAL I. Le soleil du matin doucement chauffe et dore II. Toute grce et toutes nuances III. En robe grise et verte avec des ruches IV. Puisque l'aube grandit, puisque voici l'aurore V. Avant que tu ne t'en ailles VI. La lune blanche VII. Le paysage dans le cadre des portires VIII. Une sainte en son aurole IX. Son bras droit, dans un geste aimable de douceur X. Quinze longs jours encore et plus de six semaines XI. La dure preuve va finir XII. Va, chanson, tire-d'aile XIII. Hier, on parlait de choses et d'autres XIV. Le foyer, la lueur troite de la lampe XV. J'ai presque peur en vrit XVI. Le bruit des cabarets, la fange des trottoirs XVII. N'est-ce-pas ? en dpit des sots et des mchants XVIII. Nous sommes en des temps infmes XIX. Donc, ce sera pour un clair jour d't XX. J'allais par des chemins perfides XXI. L'hiver a cess : la lumire est tide I. C'est l'extase langoureuse II. Je devine, travers un murmure III. Il pleure dans mon cour IV. Il faut, voyez-vous, nous pardonner les choses V. Le piano que baise une main frle VI. C'est le chien de Jean Nivelle VII. O triste, triste tait mon me VIII. Dans l'interminable IX. L'ombre des arbres dans la rivire embrume PAYSAGES BELGES Walcourt Charleroi Bruxelles (Simples fresques) Bruxelles (Chevaux de bois) Malines BIRDS IN THE NIGHT AQUARELLES Green Spleen Streets Child Wife A poor young shepherd Beams I. Bon chevalier masqu qui chevauche en silence II. J'avais pein comme Sisyphe III. Qu'en dis-tu, voyageur, des pays et des gares ? IV. Malheureux ! Tous les dons, la gloire du baptme V. Beaut des femmes, leur faiblesse, et ces mains ples VI. O vous, comme un qui boite au loin. Chagrins et Joies VII. Les faux beaux jours ont lui tout le jour, ma pauvre me VIII. La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles IX. Sagesse d'un Louis Racine, je t'envie X. Non. Il fut gallican, ce sicle, et jansnite XI. Petits amis, qui stes nous prouver XII. Or, vous voici promus, petits amis XIII. Prince mort en soldat, cause de la France XIV. Vous reviendrez bientt, les bras pleins de pardons XV. On n'offense que Dieu qui seul pardonne XVI. Ecoutez la chanson bien douce XVII. Les chres mains qui furent miennes XVIII. Et j'ai revu l'enfant unique : il m'a sembl XIX. Voix de l'Orgueil ; un cri puissant comme d'un cor XX. L'ennemi se dguise en l'Ennui XXI. Va ton chemin sans plus t'inquiter ! XXII. Pourquoi triste, mon me XXIII. N l'enfant des grandes villes XXIV. L'me antique tait rude et vaine I. O mon Dieu, vous m'avez bless d'amour II. Je ne veux plus aimer que ma mre Marie III. Vous tes calme, vous voulez un vou discret IV. Mon Dieu m'a dit : Mon fils, il faut m'aimer I. Dsormais le Sage, puni II. Du fond du grabat III. L'espoir luit comme un brin de paille dans l'table IV. Je suis venu, calme orphelin V. Un grand sommeil noir VI. Le ciel est par-dessus le toit VII. Je ne sais pourquoi VIII. Parfums, couleurs, systmes, lois ! IX. Le son du cor s'afflige vers les bois X. La tristesse, langueur du corps humain XI. La brise se rue travers XII. Vous voil, vous voil, pauvres bounes penses ! XIII. L'chelonnement des haies XIV. L'immensit de l'humanit XV. La mer est plus belle XVI. La grande ville . Un tas criard de pierres blanches XVII. Toutes les amours de la terre XVIII. Sainte Thrse veut que la Pauvret soit XIX. Parisien, mon frre jamais tonn XX. C'est la fte du bl, c'est la fte du pain JADIS Prologue SONNETS ET AUTRES Pierrot Kalidoscope Intrieur Dizain mil huit cent trente A Horatio Sonnet boiteux Le clown Des yeux tout autour de la tte Le squelette Et nous voil trs doux la btise humaine Art potique Le pitre Allgorie L'Auberge Circonspection Vers pour tre calomni Luxures Vendanges Images d'un sou LES UNS ET LES AUTRES VERS JEUNES Le soldat laboureur Les loups La pucelle L'anglus du matin La soupe du soir Les vaincus A LA MANIERE DE PLUSIEURS I. La princesse Brnice II. Langueur III. Pantoum nglig IV. Paysage V. Conseil Falot VI. Le pote et la muse VII. L'aube l'envers VIII. Un pouacre IX. Madrigal NAGUERE Prologue Crimen amoris La grce L'impnitence finale Don Juan Pip Amoureuse du Diable