P-19 Embolisation des paragangliomes de la tête et du cou par ponction direct et injection de colle acrylique (Glubran2*)

  • Published on
    30-Dec-2016

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 100 XXXIe Congrs Annuel de la Socit Franaise de Neuroradiologie

    au groupe B. Le risque global du traitement endovasculaire (mortalit etmorbidit) tait de 7 % pour le groupe A et 6 % pour le groupe B. Dansle groupe A, 162 anvrysmes (62,8 %) avaient un diamtre infrieur 7 mm et seulement 17 anvrysmes (6,5 %) avaient un diamtre suprieur 12 mm. Dans le groupe B, 48 anvrysmes (19,6 %) avaient un diamtresuprieur 12 mm. Pour les anvrysmes dont le diamtre tait infrieur 12 mm, le taux de mortalit relative au traitement tait de 1,6 % dansle groupe A et de 0,5 % dans le groupe B, le taux de morbidit tait de5 % dans le groupe A et de 1 % dans le groupe B.Conclusion : Les anvrysmes rompus dont le diamtre est infrieur 7 mm sont dominants en terme de frquence. Leur traitement en dehorsde la priode de saignement expose des faibles risques de morbi-mortalit.

    MANIFESTATION NEURORADIOLOGIQUES DE LA MALADIE DE RENDU OSLER : NOTRE EXPRIENCE

    TAHON F. (1), TURJMAN F. (1), HONNORAT J. (2), GUIBAUD L. (3),MOTOLESE C. (4), FROMENT JC. (1), PLAUCHU H. (5)

    (1) Service de Radiologie, Hpital neurologique et neurochirurgical PierreWertheimer, Lyon, France. (2) Service de Neurologie, Hpital neurologi-que et neurochirurgical Pierre Wertheimer, Lyon, France. (3) Service deRadiopdiatrie, Hpital Debrousse, Lyon, France. (4) Service de Neuro-chirurgie, Hpital neurologique et neurochirurgical Pierre Wertheimer,Lyon, France. (5) Service de Gntique, Htel Dieu, Lyon, France.

    Objectifs : Analyser les manifestations neuroradiologiques dans la mala-die de Rendu OslerMatriels et Mthodes : tude rtrospective des manifestations neuro-radiologiques chez 28 patients atteints de la maladie de Rendu Osler ouissus de familles atteintes de la maladie de Rendu OslerRsultats : Un mme patient pouvez avoir plusieurs manifestations dif-frentes : 17 patients ont eu au moins une manifestation neurologique secon-daire des malformations artrioveineuses pulmonaires ; 12 patients taient porteurs dau moins une malformation vasculairecrbrale, dont 9 enfants : cinq enfants de moins de 10 ans avaient desmanifestations neurologiques graves dues une hmorragie crbralesur malformation artrioveineuse crbrale. 3 patients taient porteurs dune malformation artrioveineusemdullaire, dont deux enfants. 3 patients taient porteurs dune hmiplgie infantile. 1 patient tait porteur dune dysplasie corticale bilatrale.Les 12 patients porteurs de malformations vasculaires crbralesnavaient aucun antcdents familiales de malformations vasculairescrbrales et 3 patients avaient des antcdents familiaux de malforma-tions artrioveineuses pulmonaires.Conclusion : La part des manifestations neurologiques dues des mal-formations vasculaires crbrales ou spinales reprsente 15 manifesta-tions chez 28 patients. Le dpistage des malformations vasculairescrbrales chez les enfants de famille de Rendu Osler nous semblencessaire compte tenu de la gravit des manifestations chez le jeuneenfant, avant la dclaration de la maladie, et doit tre ralis laide delimagerie par rsonance magntique.

    EMBOLISATION DES PARAGANGLIOMES DE LA TTE ET DU COU PAR PONCTION DIRECT ET INJECTION DE COLLE ACRYLIQUE (GLUBRAN2*)

    ABUD D.G., MOUNAYER C., PIOTIN M., VANZIN J.R., SPELLE L., MO-RET J.Service de Neuroradiologie Interventionnelle, Fondation Rothschild, Pa-ris, France.

    Objectifs : Nous rapportons une srie de 8 embolisations de paragan-gliomes de la tte et du cou ralises par ponction directe et injectionde colle acrylique (Glubran2*). Nous insistons sur lintrt de la scopiesoustraite en biplan dans la prvention des complications jadis rappor-tes dans la littrature.Matriels et mthodes : Entre Avril 2002 et Septembre 2003, huitpatients porteurs de paragangliome ont bnfici dans notre servicedune embolisation propratoire. Il sagissait de 2 tumeurs du corpscarotidien, de 2 tumeurs du nerf vague et de 4 paragangliomes jugulai-res. Les ponctions directes faites sous road mapping .Rsultats : La dvascularisation tumorale totale a t prouve angio-graphiquement dans tous les cas de glomus carotidiens ou vagaux. Elletait intentionnellement subtotale dans les glomus jugulaires afin dviterles risques de migration de lembole vers les pdicules intracrniens.Aucune complication thromboembolique ou hmorragique na t cons-tate sur le contrle angiographique ou scanographique final. Lexamenclinique aprs embolisation a toujours t superposable celui davantla procdure. La rsection chirurgicale a t juge totale par le chirurgiendans tous les cas sauf un. Dans un cas de glomus jugulaire, la chirurgiesest complique dune paralysie du VII et dans un autre cas elle sestcomplique dun faux anvrysme carotidien qui a t occlus par voieendovasculaire sans consquence clinique.Conclusion : Cette technique offre des avantages difficilement acces-sibles lembolisation particulaire par voie endo-artrielle. Lamliora-tion de la scopie soustraite en biplan instantan nous permet de rduiresignificativement les risques de la procdure.

    STROLITHOGRAPHIE : UTILISATION DUNE FORMULATION DONNANT DES OBJETS SOUPLES ET MTHODOLOGIE DU SUIVI DE LAVANCEMENT DE LA RACTION EN SPECTROMTRIES

    TAHON F. (1), SAGE D. (2), SEYTRE G. (2), TURJMAN F. (1)

    (1) Service de NeuroRadiologie, Hpital Pierre Wierthermer, Lyon, Fran-ce. (2) Laboratoire des matriaux polymres et des biomatriaux, CNRSUMR 5627, Villeurbanne, Lyon, France.

    Objectifs : La ralisation rapide de modles anatomiques vasculairesdes artres crbrales partir de sujets vivants humains porteurs demalformations vasculaires prsente un intrt important pour la planifi-cation pr-opratoire des cas complexes. La strolithographie est unetechnique industrielle pouvant reconstruire un objet partir dun fichierinformatique 3D issu de limagerie mdicale. Les modles anatomiquesactuellement raliss par strolithographie sont effectus en rsinesrigides. Lobjectif de cette tude est lutilisation dans un strolithogra-phe dune formulation donnant un objet souple afin de reproduire direc-tement la vascularisation artrielle. Cette tude passe par la mise aupoint dune mthodologie permettant de suivre lavancement de la rac-tion de photorticulation.Matriels et mthodes : Nous avons choisi une formulation base depolyurthanes acrylates chanes aliphatiques pour leur souplesse. Afinde comprendre ce qui influence sur la profondeur de la polymrisation,nous avons caractris nos constituants en spectromtrie ultra-violet etnous avons cherch une mthode de suivi de lavancement de la rac-tion en spectromtrie ultra-violet, infra-rouge et proche infra-rouge.Rsultats : La caractrisation des constituants a permis de comparer lepouvoir dabsorption des diffrents constituants, le photoamorceur tantde loin le plus absorbant.Lavancement de la raction de photorticualtion a t suivi en spectro-mtrie ultra-violet et proche infra-rouge. Nous retrouvons un taux deconversion totale pour une profondeur situe entre 32 et 56 microns dsla premire insolation et une profondeur de polymrisation sans conver-sion totale situe entre 78 et 102 microns.Conclusion : Lutilisation dune rsine souple base de polyurthanesacrylates dans un strolithographe est donc ralisable. Lavancementde la photorticulation peut tre suivi par la spectromtrie ultra-violet etproche infra-rouge.

    MLANOSE NEUROCUTANE ( PROPOS DUN CAS)

    BENSALEM D., PEYROU F., MICHEL R., BAUDOUIN N., KOUSMENKOA., MINIER D., BEAURAIN J., RICOLFI F.Service dimagerie Mdicale Neuroradiologie, Hpital gnral, CHU Di-jon, 3 rue du Fg Raines 21000 Dijon, France.

    Objectifs : Dcrire laspect en neuroimagerie des tumeurs mlaniquesmalignes primitives rares du systme nerveux central propos duneobservation de mlanome malin leptomning chez une jeune fille de16 ans associe des nvi multiples hyperpigmentsMatriel et mthode : Une jeune fille de 16 ans, sans antcdents, pr-sente une crise convulsive gnralise. Une exploration encphaliquepar scanner et IRM est pratique.Rsultat : Le scanner rvle plusieurs nodules leptomnings de loca-lisation temporo-insulaire gauche spontanment hyperdenses. Cesnodules apparaissent en hyper signal T1 hyposignal T2 en IRM rehaussaprs injection de produit de contraste. Lexamen dermatologiqueretrouve de multiples nvi hyperpigments sans signes de malignit surlensemble des prlvements. Lvolution est marque par une progres-sion du volume, du nombre des lsions avec une bi latralisation. Unebiopsie chirurgicale permet le diagnostic anatomopathologique de mla-nome malin primitif du SNC. Lvolution clinique est rapidement dfa-vorable avec un dcs en quelque mois par hypertension intracrniennesans localisations secondaires systmiques.Conclusion : LIRM permet le diagnostic de tumeur maligne de naturemlanique leptomninge dont le pronostic est dfavorable. Le diagnos-tic final entre un mlanome primitif du SNC, une mlanomatose mnin-ge maligne primitive ou une mlanose neurocutane est difficile. Lagejeune et lassociation des nvi multiples hyper pigments sont enfaveur de ce dernier diagnostic.

    TUMEUR FIBREUSE SOLITAIRE LOCALISATION CRBRO-MNINGE. PROPOS DE 2 CAS

    GELBERT F. (1), BOULIN A. (1), CONDETTE-AULIAC S. (1), DUPUY M. (2),VISOT A. (2), RODESCH G. (1)

    (1) Service NRDT hpital Foch. Suresnes. 40 rue Worth. 92150.(2) Service de Neurochirurgie Hopital Foch, Suresnes.

    Objectifs : rapporter notre exprience concernant 2 cas de tumeurfibreuse solitaire de localisation exceptionnelle. Prciser les difficultsdiagnostiques et lvolution.Matriel et mthodes : Les dossiers de 2 patients ont t revus : Unefemme de 70 ans prsentant une tumeur frontale gauche (patient 1) etdun patient de 23 ans prsentant une tumeur frontocoronale (patient 2).Rsultat : Dans les deux cas le diagnostic pr opratoire tait celui demningiome. Les constatations opratoires taient atypiques en parti-culier au niveau de linsertion duremrienne. Le diagnostic a t portdans les deux cas par lhistologie avec analyse immunohistochimique.Lindex mitotique tait bas chez le patient N 1, lev chez le patientN 2. Lexrse chirurgicale a t complte dans les deux cas. Lvolu-tion a t favorable dans le cas n 1, marqu par des complications

    P-18

    P-19

    P-20

    P-21

    P-22

Recommended

View more >