Peurs normales et pathologiques

  • View
    28

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Peurs normales et pathologiques. La peur. La peur est une émotion fondamentale. C’est l’émotion du danger ou plutôt de la perception du danger. - PowerPoint PPT Presentation

Text of Peurs normales et pathologiques

  • Peurs normales et pathologiques

  • La peur

    La peur est une motion fondamentale.Cest lmotion du danger ou plutt de la perception du danger.Cest une motion fort impact physiologique, et ces modifications physiologiques prparent une action physique, que ce soit la fuite, le combat, ou limmobilisation.La peur est une motion souvent inconsciente, du moins dans un premier temps.

  • Peur, anxit et phobies

    Peur

    Anxit

    En raction un danger actuel

    En raction un danger suppos ou venir

    Aigu

    Aigu ou chronique

    Objet prcis

    Objet parfois flou

    Manifestations physiologiques prdominantes (tremblements, tensions, sueurs froides)

    Manifestations cognitives prdominantes (soucis, inquitudes)

    Maladies psychiatriques drives: phobies (peurs incontrlables de certaines situations)

    Maladie psychiatrique drive: anxit gnralise (soucis incontrlables concernant la vie quotidienne)

  • Les peurs naturellesDe nombreuses peurs pourraient tre considres comme universelles car retrouves dans toutes les cultures et toutes les poques

  • Les peurs naturelles

    Principales peurs chez les adultes

    Pourcentage dans la population gnrale

    Animaux (surtout insectes, serpents, souris, araignes)

    22%

    Hauteurs (balcons, routes escarpes)

    20%

    Sang (piqres, prises de sang)

    13%

    Espaces clos (ascenseur, petites pices fermes cls)

    11%

    Eau (mettre la tte sous leau, ne pas avoir pied)

    9%

    Orage (bruit du tonnerre, clairs)

    8%

  • A quoi servent les peurs?

    La plupart des peurs universelles correspondent, ou ont correspondu, des dangers rencontrs par nos anctres chasseurs cueilleurs, et le fait dprouver de la peur a probablement t un avantage volutif important. La peur est utile.Le fait dprouver trop de peur limite les chances de survie, en faisant manquer beaucoup doccasion de chasse ou mme de guerre, si favorable la reproduction. Il fallait donc rpondre un impratif contradictoire, prouver de la peur mais ne pas faire nimporte quoi, en restant prudent.

  • Le rle des peurs dans la survie de lespce humaine

    Objet de la peur

    Risque encouru dans lespce humaine

    Animaux

    Etre attaqu, mordu, bless par un prdateur

    Inconnus

    Violences de la part dhommes dautres tribus

    obscurit

    Se perdre, tre agress par un prdateur nocturne

    hauteurs

    Tomber, tre handicap

    sang

    Se blesser

    eau

    Se noyer

  • Les peurs culturelles

    Contrairement aux peurs universelles, elles sont fluctuantes en fonction des poques et civilisations. Leur impact physiologique est moindre, il sagit davantage dinquitudes psychologiques proches de lanxit, anticipant un danger potentiel. Elles ont probablement un rle de rgulation sociale.

  • Quelques peurs culturelles

    Peurs lies au surnaturel et la religion

    Peurs lies des ennemis lointains

    Peurs lies aux innovations scientifiques

    Fin du monde, enfer, dmons, vampires, sorcires, retour des morts

    Extraterrestres, barbares, huns

    Trains, pollution, ogm, prion, sida

  • Peur et neurobiologie

    Lamygdale temporale semble tre un relais important de la peur et son ablation chez des singes provoque une disparition de cette motion.

  • Lapprentissage de la peur

    Certaines peurs sapprennent:suite un traumatisme uniquesuite des traumatismes rptspar imitation de modles

  • Les peurs innesElles sont fonction de lespce. Ainsi, les souris ont peur des chats sans en avoir jamais vu; elles naiment pas sortir en plein jour et prfrent lobscurit quelles ne craignent pas, contrairement lhomme. Les peurs innes se manifestent aussi chez lenfant.

  • Peurs innes chez lenfant

    Age

    Peurs

    Jusqu 6 mois

    Perte dappui, bruits forts

    De 7 mois un an

    Visages inconnus, objets apparaissant brutalement

    De 1 an 2 ans

    Sparation davec les parents, inconnus, vide

    De 2 4 ans

    Animaux, obscurit, masques, bruits nocturnes

    De 5 8 ans

    Etres surnaturels, tonnerre, gens mchants

    De 9 12 ans

    Evnements rapports par les mdias, mort

  • Phobies

  • PlanPhobies simplesPhobie socialePersonnalit vitante

  • Phobies simples ou spcifiques

  • DfinitionPeur excessive ou inapproprie dun objet ou dune situation.

    Cette peur nest pas dclenche par les penses du sujet ( la diffrence des obsessions), mais le danger hypothtique est situ lextrieur de lui.

    Elle entrane un comportement inadapt (vitement).

    Le patient a conscience du caractre inadapt du trouble.

  • pidmiologieElles peuvent dbuter dans lenfance.La prvalence est difficile estimer en population gnrale mais elle atteindrait 8% 10%, avec une grande variabilit dintensit et donc de retentissement.

  • Gnralits sur les phobies : diagnosticStimuli phobognes : objet, personne, situation vcus par le sujet comme dangereux alors quobjectivement ils ne sont pas menaants pour lui.

    Anxit quand le sujet y est confront ou quand il risque dy tre confront (anxit anticipatoire) :motion : peur (avec composantes physique et psychique),penses : ide dtre attaqu, humili, de mourir,

    Comportement : son but est de prvenir lapparition de lanxit phobique (vitement).

  • Gnralits sur les phobies : diagnosticEvitement : le sujet fait en sorte de ne pas se retrouver confront aux stimuli phobognes,Cela peut entraner un handicap social marqu,Consquence possible : tat dpressif secondaire,Objets contraphobiques (proche, mdicament...) permettant au sujet daffronter les situations.Etiologie : conditionnement lors dune exprience initiale traumatique (thorie de lapprentissage) ou refoulement et dplacement: lobjet phobogne a pris la place dun autre et est projet sur lextrieur (thorie psychanalytique).

  • Diagnostic diffrentiel des phobiesPeur banale (continuum avec les phobies) : stimulus faisant partie des signaux de danger selon les normes sociales, pas de retentissement significatif sur le fonctionnement du sujet. Phobies atypiques (symptmes des psychoses) : objets phobognes mal dfinis, mystrieux, dlirants, lorigine dune angoisse massive inaccessible la rassurance.Obsessions phobiques : la crainte nest pas lie un objet extrieur mais des penses du sujet ; cest la peur dagir de manire inadapte, grossire ou dlictueuse (peur de nuire aux autres et non pas peur pour soi-mme) ; lvitement est impossible.

  • TraitementLa psychothrapie, en particulier les TCC reste les traitements efficaces des phobies spcifiques,Aucun ttt mdicamenteux nest efficace.

  • Phobie sociale

  • Phobie sociale : introductionLobjet de la peur est reprsent par les situations dinteractions sociales (rencontre, prise de parole en public, repas collectif, affirmation de son opinion),Reprsentations mentales : incapacit affronter les autres suivie dhumiliation (le sujet anticipe quil ne va savoir quoi dire, quil va rougir, sembrouiller, tre incapable de rpondre, quon va se moquer de lui).Il ne sagit pas dinterprtations pathologiques car le sujet reconnat ressentir de manire dformelattitude dautrui (contrairement au paranoaque qui est certain de son bon droit, de ses capacits et de la malveillance dautrui),Sa performance objective ne sen ressent pas ncessairement,Les conduites de rassurance sont peu efficaces.

  • pidmiologie et gnralitsPrvalence sur la vie de 2-5% (ou + ?), Dbut dans lenfance ou ladolescenceDure prolonge en labsence de traitementConsquences sociales et conomiques importantes : les sujets ne parviennent pas terminer leurs tudes, souffrent dun handicap professionnel et relationnel et dun appauvrissement de leur qualit de vie.Comorbidit : dpression, autres troubles anxieux, alcoolisme, toxicomanie et troubles du comportement alimentaire

  • CliniqueLes troubles sont secondaires la peur de lopinion dautrui. Impression dtre observ et mal jug par lentourage en cas de comportement humiliant ou embarrassant.Peur de parler, de manger ou dcrire devant les autresPeur de trembler, de transpirer, de rougir ou mme de vomir en publicDifficult croissant avec le nombre et la position sociale des individus auxquels le sujet est confrontPlus le malaise saccrot, plus le comportement saltre et plus les symptmes anxieux saccentuentCercle vicieux: fuite, anticipation anxieuse puis vitement

  • Histoire de la maladieLadolescent ou ladulte jeune, qui a t un enfant timide et vitant les contacts sociaux, sisole de + en + et vite de se confronter aux rencontres de groupe. Il nest laise que dans les petits groupes ou dans les relations interindividuelles. Il parat timide et maladroit aux yeux des autres. Il ny a gnralement pas daltration du niveau de fonctionnement scolaire ou professionnel ni des relations au sein de la famille.Le trouble peut devenir chronique et persister ou bien diminuer avec lge (du fait de lhabituation, chez des sujets ayant une phobie sociale modre),La demande de soin peu ne jamais survenir ou survenir de manire trs tardive,Il peut conduire labus dalcool ou danxiolytique.

  • Phobie sociale : critres diagnostiques du DSM-IVA. Peur persistante et intense dune ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performances durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut tre expos lventuelle observation attentive dautrui. Le sujet craint dagir (ou de montrer des symptmes anxieux) de faon embarrassante ou humilianteB. Lexposition la situation sociale redoute provoque de faon quasi-systmatique une anxit qui peut prendre la forme dune attaque de panique lie la situation ou facilite par elle.

  • Phobie sociale : critres diagnostiques du DSM-IV (suite)C. Le s