Place de la prévention et de la sclérothérapie chez l’enfant et l’adolescent

  • Published on
    27-Jan-2017

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • pm

    h

    RPlMa

    b

    MOllepMot9c1d(dfidDaR(pCld2mplDp

    h

    RCjJ

    d

    MBdgec

    Rapports vendredi 14 septembre 2012

    sur les mesures hyginodittiques, la prise en charge des facteursde risques et un traitement mdicamenteux.Controverses actuelles. Le 9 consensus de lACCP, recommandechez tous les hommes et les femmes de plus de 50 ans, la prise de75 100mg daspirine par jour en prvention primaire du risquecardiovasculaire ?Des tudes rcentes proposent une statine tous les hommes deplus de 50 ans mme faible risque cardiovasculaire.Si la prvention secondaire en matire dAOMI est consensuelle, laprvention primaire offre le plus de dbats car cest un vritableproblme de socit.Nous tenterons donc dans cette communication de clarifier cedbat, que lon peut mme qualifier de politique !Pas de conflits dintrts des auteurs pour cette communication.Pour en savoir plus Cholesterol Treatment Trialists (CTT):The effects of lowering LDL cholesterol with statin therapy inpeople at low risk of vascular disease: meta-analysis of indivi-dual data from 27 randomised trials. Lancet 2012, Ebrahim Shahet al.: Statins for all by the age of 50 years? Lancet 2012, Euro-pean Guidelines on cardiovascular disease prevention in clinicalpractice (version 2012) The Fifth Joint Task Force of the Euro-pean Society of Cardiology and Other Societies on CardiovascularDisease Prevention in Clinical Practice (constituted by represen-tatives of nine societies and by invited experts, European HeartJournal 2012.Primary and secondary prevention of cardiovascular disease:Antithrombotic Therapy and Prevention of Thrombosis, 9th ed: Ame-rican College of Chest Physicians Evidence-Based Clinical PracticeGuidelines, Vandvik PO et coll, Chest. 2012 Feb;141(2 Suppl):e637S-68S.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.019

    Les varices aux ges extrmes de la vie(08h3009h30)Session commune Socit francaise de phlbologieet groupe veines de la Socit francaise demdecine vasculaireLe sujet jeune (1re partie)

    RV3pidmiologie : prvalence des diffrentes formescliniques de la maladie variqueuse en fonction delgeJ.-J. Guex32, boulevard Dubouchage, 06000 Nice, France

    Mot cl : Maladie veineuse chroniqueLa maladie veineuse chronique peut tre observe tout ge, mais sil saute aux yeux que sa prvalence augmente avec lge etquil en est de mme pour sa svrit une vision densemble estncessaire une meilleure prise en compte de son impact sur lapopulation.Les quelques enqutes pidmiologiques publies nous apportentdes donnes pidmiologiques que nous prsenterons en fonctionde la classification CEAP, en nous efforcant den renseigner un maxi-mum ditems, y compris tiologiques.Nous les analyserons en dtail afin de prciser quels aspects restentencore mal connus, et quelles recherches peuvent tre conduites.Une meilleure comprhension de lvolution de la maladie vei-

    neuse chronique depuis lenfance jusqu la vieillesse permettraiten effet doptimiser la prise en charge thrapeutique en aidant choisir lge auquel un traitement interventionnel doit tre entre-

    Lssi

    243

    ris, entretenu, et/ou arrt, avec un maximum davantages et uninimum dinconvnients.

    ttp://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.020

    V4lace de la prvention et de la sclrothrapie chezenfant et ladolescent. Schadecka,, F.-A. AllaertbParis, FranceCentre Biotech, Dijon, France

    Auteur correspondant.

    ots cls : Sclrothrapie ; Enfantbjectif.Dmontrer, en sappuyant sur les rares tudes pidmio-ogiques et sur un examen clinique puis cho-Doppler prcis, queinsuffisance veineuse superficielle (IVS) dbute tt dans lenfancet que son dpistage et la surveillance de son volution peut enermettre une bonne prise en charge.atriel et mthode.Cent quarante-deux jeunes dun ge galu infrieur 18 ans ont ainsi t examins. Cinquante ne prsen-aient aucun reflux significatif en grande saphne (GS) tandis que2 avaient un reflux significatif. Ces derniers ont t inclus dansette tude. Le membre infrieur tant divis en sept segments,6 patients (groupe 1) avaient un reflux sur au moins deux segmentse membre la cuisse ou la jambe (reflux longs). 76 patientsgroupe 2) avaient un reflux sur un seul segment. Les patients deseux groupes furent classs en fonction de lge et de la classi-cation CEAP. La stratgie thrapeutique tait diffrente dans leseux groupes. Dans le premier groupe, lchosclrose fut propose.ans le second, la surveillance de lvolution de la pathologie futpplique, avec ventuellement, la sclrose de varices rticulaires.sultats.Soixante dix-sept jeunes filles (83,7 %) et 15 garcons16,3 %) avec une moyenne dge de 14 2 ans reprsentaient cetteopulation.Les signes cliniques allaient de C0 asymptomatique (C0a) 2 symptomatique (C2 s). Il y avait une diffrence significative entrees deux groupes avec 0,0 % de C0a dans le groupe 1 contre 58,7 %ans le groupe 2 (p < 0,0001) et 56,3 % de C2 s dans le groupe 1 contre,7 % dans le groupe 2 (p < 0,0001).Des rsultats quivalents ont t trouvs pour les scores anato-iques et cliniques.Il a t galement dmontr que plus ladolescent tait g,lus la pathologie tait significative (p < 0,01). Dans le groupe 1,chosclrose a t bnfique sans complications.iscussion.Trop peu dtudes rcentes qui ont abord ce sujetroposent une relle prise en charge.

    ttp://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.021

    V5omment grer la demande esthtique chez laeune fille.-F. Van CleefService de mdecine vasculaire, institut Arthur Vernes, 36, rueAssas, 75006 Paris, France

    ots cls : Esthtique ; Adolescenceien cerner le motif de consultation.La demande initiale revtes motifs aussi divers que tlangiectasie, lipoedme, rpartitionynode des graisses, rythrocyanose, livdo. . . Ailleurs le caractresthtique est cach par le : jai mal aux jambes, jai une mauvaiseirculation, je fais de la rtention deau. . .

    interrogatoire au bureau doit tre court car il est peu explicite :ous un mme mot nous ne voyons pas la mme chose. . . linverse,i la jeune fille est debout sur lescabeau de phlbologie, membresnfrieurs nus, les questions-rponses sont bien plus productives.

    dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.019dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.020dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2012.07.021

Recommended

View more >