Profils neuropsychologique et psychopathologique des enfants présentant des troubles envahissants du développement

  • Published on
    10-Sep-2016

  • View
    217

  • Download
    4

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Neuropsychiatrie de lenfance et de ladolescence 58 (2010) 416425</p><p>Atelier : Pdagogie, sciences de lducation et troubles de lapprentissage</p><p>Profils neuropsychologique et psychopathologique des enfants prsentantdes troubles envahissants du dveloppement</p><p>Neuropsychological and psychopathological proles of childrenwith pervasive developmental disorders</p><p>N. Le Duigou a,b,, C. Martin a, M. Canton a, D. Aubry a, C. Bouc a, N. Valtot a, C. Barondiot a,E. Raffo a, D. Steschenko a, B. Kabuth b</p><p>a Centre rfrent en Lorraine pour les troubles du langage et des apprentissages (CLAP), hpital denfants, CHU Nancy-Brabois, rue du Morvan,54500 Vanduvre-ls-Nancy, France</p><p>b Service de psychiatrie de lenfant et de ladolescent, hpital denfants, CHU Nancy-Brabois, rue du Morvan, 54500 Vanduvre-ls-Nancy, France</p><p>Rsum</p><p>Les troubde la littratet dautres tOr, des donndu sujet et dpopulation dDans un prede Weschlerdes capacitpsychopathoprofil neuroplge, le typ 2010 Else</p><p>Mots cls : T</p><p>Abstract</p><p>Pervasivesyndrom inwith or withspecific hollretrospectiveintellectual eattention and</p><p> Cette tud Auteur co</p><p>Adresses e</p><p>0222-9617/$doi:10.1016/jles envahissants du dveloppement (TED) constituent un champ nosographique actuellement en pleine volution. De nombreux travauxure portent, dune part, sur les diffrents sous-groupes constituant les TED, dautre part, sur les frontires diagnostiques entre les TEDroubles neurodveloppementaux tels que les troubles du langage oral et crit, la dyspraxie, les troubles de lattention-concentration.es rcentes sont en faveur dun profil neuropsychologique caractristique des TED (mise en vidence de creux dans les comptencese pics dhabilet sur le profil du WISC, Mottron, 2004). Cette tude est rtrospective et analyse le profil neuropsychologique dunee 18 enfants gs de cinq 16 ans, diagnostiqus TED au centre rfrent en Lorraine pour les troubles du langage et des apprentissages.mier temps, nous avons analys le profil neuropsychologique de ces enfants partir dune chelle defficience intellectuelle (chelles) et dune valuation spcifique des fonctions instrumentales (gnosies, praxies, acquisition de la coordination motrice, langage),s mnsiques et des fonctions excutives et attentionnelles. Dans un second temps, le profil cognitif a t confront des critreslogiques et dveloppementaux (profil dysharmonieux psychotique, dveloppement langagier). Nous ne mettons pas en vidence desychologique type sur lensemble des cas tudis. Nous discutons les rsultats en tenant compte de critres complmentaires tels que</p><p>e de TED tudi (profil psychopathologique, co-morbidit) et le niveau intellectuel.vier Masson SAS. Tous droits rservs.</p><p>roubles envahissants du dveloppement ; Troubles neurodveloppementaux ; Nosographie ; Profil neuropsychologique ; Diagnostic diffrentiel</p><p>developmental disorders (PDD) are at the moment a moving subject of the nosography. A lot of studies are about including or not aPDD or differentiating them from others neurodevelopmental diseases, like specific language impairments, dyspraxia, attention deficitout hyperactivity disorders. . . Rechearches have recently supported a specific neuropsychological profile of the PDD (in particularyows and peaks in the WISC-profile). Such a profile is analysed for 18 TED-diagnosed children ranged from 5 to 16 years old in astudy within the framework of a regional diagnosis center for learning disorders. First we analysed the neuropsychological profile:</p><p>fficiency with the WISC-profile and specific instrumental functions (gnosia, praxia, motor coordination acquisitions, language, memory,executive functions). Then we completed the study with the analyse of the psychopathologic profile (psychotic disorder) and language</p><p>e a fait lobjet dune communication la Journe nationale de la SFPEADA Lille, le 06 juin 2009.rrespondant.-mail :n.leduigou@chu-nancy.fr, nelly.le-duigou@cpn-laxou.com (N. Le Duigou).</p><p> see front matter 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs..neurenf.2010.03.007</p></li><li><p>N. Le Duigou et al. / Neuropsychiatrie de lenfance et de ladolescence 58 (2010) 416425 417</p><p>development criteria. We do not have an evidence for a specific neuropsychological profile with our TED population. Results are discussed regardsto further criteria like the age of the subjects, the sub-group of PDD who is studied (psychopathological profile, co-morbidity) and the intellectualefficiency. 2010 Else</p><p>Keywords: Pe euro</p><p>1. Introdu</p><p>Dans ledu langagepatients quParmi cestrouble envdans la CIregards prolquipe pl</p><p>Cepend tablir. Tluer en foncmilieu enviavec la qualconditionsgiques intrle fait de vanon spcifisoit tous leslement adaun ou deux</p><p>De nomtres diagnpas facile jeunes enfdiagnostic.la populatimorphosynpragmatiquconsidr paux TED.</p><p>Dans cechologique Lautismereprer dessujets TEDneurodvelpreuves auauraient undficit) pouTED de six[26], maistude italieAsperger (A</p><p>Mottron met aussi laccent sur la difficult de reprer les TEDsans dficit intellectuel (TEDSI). Les critres actuels du diag-nostic (Autisme selon les critres du DSMIV [2]) privilgientdes TED de faible potentiel intellectuel. Il fait rfrence sapropre population, mais aussi des tudes pidmiologiques</p><p>s [6chores agn</p><p>e seugagen se</p><p>leurcialationtionsur-</p><p>tionspecemieaux</p><p>e un</p><p>e etrisere diriatio, enanssi lece diqueeraitficitales</p><p>sts dliques foprents dmodtionbolienta</p><p>cheses seeurs</p><p>jecti</p><p>En rfrence aux travaux de Mottron, notre tude a pourobjectif danalyser le profil neuropsychologique et dveloppe-mental des enfants TED. Nous postulons donc quil existe unprofil neuropsychologique spcifique pour la population TED,vier Masson SAS. All rights reserved.</p><p>rvasive development disorders; Neurodevelopmental disorders; Nosography; N</p><p>ction</p><p>cadre du centre rfrent en Lorraine pour les troubleset des apprentissages, nous rencontrons de nombreuxi prsentent un trouble complexe des apprentissages.enfants, certains prsentent un tableau clinique deahissant du dveloppement (TED), tel quil est dfiniM10 [1]. Ces enfants nous amnent croiser nosfessionnels et nos rfrences thoriques au sein de</p><p>uridisciplinaire.ant, lhomognit de la population TED est difficileout dabord les critres diagnostiques peuvent vo-tion de lge, du niveau intellectuel des enfants et duronnemental : cest toute la question de lintricationit du dveloppement du langage chez ces enfants, lesde socialisation, les facteurs de maturation neurolo-insques. Par ailleurs, lexpression phnotypique estriables continues plutt que catgorielles. Les TED</p><p>ques de la CIM 10 incluent donc un phnotype largi :signes sont l, mais furtifs et la personne reste socia-</p><p>pte, soit latteinte est manifeste, mais seulement surdomaines du syndrome.breuses quipes cherchent donc affiner les cri-ostiques des TED. Le diagnostic diffrentiel nestfaire avec certaines formes de dysphasies chez les</p><p>ants et cest lvolution qui permet de prciser leSelon Tager-Flusberg et Joseph [30] une fraction de</p><p>on autistique prsente une atteinte persistante de lataxe. Bishop [11] a dcrit le syndrome smantique-e, dabord class dans la dysphasie, mais maintenantar certains auteurs comme un syndrome apparent</p><p>tte optique, chercher tablir un profil neuropsy-des TED est pertinent. Dans son ouvrage intitul, une autre intelligence , Mottron [24] a tent decritres spcifiques du dveloppement cognitif des</p><p>. En partant du postulat que les TED sont des troublesoppementaux, il affine le profil cognitif partir desx chelles de Weschler (WISC III). Les sujets TEDpic dhabilet au sub-test cubes et un creux (our le sub-test comprhension (tude sur 44 enfants 16 ans, [24, p. 134]). Ce rsultat est controvers</p><p>le pic dhabilet cubes est retrouv dans unenne rcente [17], pour sept enfants diagnostiqusSP).</p><p>rcentetypies,premians en</p><p>persistun lan</p><p>Enfiseraitcit soinformpopuladun percepaux a</p><p> de prpixels)nomm</p><p>soriellcatgomanirdes vapuzzlenotes d</p><p>Ainnaissanla mimil ne scas dToutesaux tesymboont depar apcapaci</p><p>Ceadquade symloppemrechersoriellattract[32]).</p><p>2. Obpsychological profile; Differential diagnosis</p><p>,12,20]. En effet, les signes idiosyncrasiques (stro-llalies diffres) sont leur maximum dans les deuxnnes o lenfant se met parler (vers trois et quatreral). Le langage se normalise ensuite assez vite. Illement un niveau de rptitivit dans la thmatique,trop formel, quelques troubles prosodiques.lon Mottron, la particularit cognitive des sujets TEDfacon de traiter linformation, et non pas un dfi- originel. Cest le processus de hirarchisation dess recues par le cerveau, qui serait diffrent de lastandard [24, p. 8487]. Les TED feraient preuvefonctionnement des processus lmentaires de la: ils privilgieraient les aspects locaux, partiels ts globaux ou configurationnels , et les mouvementsr ordre (exemple : des variations de luminance desmouvements plus complexes. Cest ce que Mottron traitement de bas niveau de linformation sen-</p><p>cela, quelle que soit la modalit. Les TED saventet hirarchiser linformation, mais ils le font de</p><p>ffrente, comme sils taient attirs en priorit parns de perceptions pures. Ils excelleraient donc en</p><p>dtection de dtails sur une image, de variations deune mlodie.traitement social lmentaire se faisant sur une recon-e lanim (mouvements complexes du regard, de, de la marche, et de la gestuelle relationnelle [7,8,19],pas prioritaire chez les sujets TED, mais en aucunire, contrairement aux reprsentations habituelles.</p><p>fonctions cognitives sont potentiellement perturbesintelligence car ces tests sappuient sur du matriel</p><p>adapt pour une population norme, mais les TEDnctions cognitives prserves, qui leur permettent,tissage explicite de dvelopper secondairement dese socialisation.le parat particulirement pertinent car il est enavec les travaux sur la smiotique et les processussation [15,27], les apports de la psychologie dve-le sur des populations autistiques [25,31], et desen neurophysiologie (filtration des informations sen-lon Barthelemy et al. [9] ou modle des bassinscomme organisation de traces mnsiques de Tassin</p><p>fs de ltude</p></li><li><p>418 N. Le Duigou et al. / Neuropsychiatrie de lenfance et de ladolescence 58 (2010) 416425</p><p>Tableau 1Nombres de critres DSM IV retenus comme pathologiques pour lautisme par domaine et pour chaque enfant de ltude.</p><p>Domaines depour lautism</p><p>er (3</p><p>(1) Altration 3(2) Altration 1(3) Caractre 1Avant 3 ans 0</p><p>en particuliQI est sup</p><p>Dans cemettre deinvariants cfil particuliet un crecomptenc</p><p>Au casrechercherosous-groupou autismeayant une pEn effet, nodes enfants</p><p>3. Mthod</p><p>3.1. Popul</p><p>Entre s18 enfants15 TEDSItron). Ils pqui les inclles critresdiagnosticatteints, mentre cinqseule fille.dun suivirent. Deuxmanire cecause par l</p><p>Ces enftroubles duphiques, pravec ou sa</p><p>sentait desde bilan.</p><p>3.2. Matr</p><p>Les donsont issues(neuropdi</p><p>ergo</p><p>lmes dure rs, etdonne, c</p><p>crit,done (tionale)</p><p>raleraph</p><p>bilassiquau 2)</p><p>roc</p><p>te t</p><p>Lannalys</p><p>prines a</p><p>donPPSsulacon</p><p>: valst,: val: valnamla classification DSM IVe</p><p>Autistes (6 enfants) Asperg</p><p>s des interactions sociales 2 4 4 4 4 2 3 2s communication 2 1 4 3 3 4 1 2restreint, rptitif 2 3 2 2 2 1 3 0</p><p>1 1 1 1 1 1 0 0</p><p>er les TED sans dficit cognitif ou TEDSI dont lerieur 67.contexte, le bilan neuropsychologique devrait per-</p><p>reprer dans les grandes fonctions cognitives, desomme ceux retrouvs par Mottron : savoir un pro-er aux chelles de Wechsler avec un pic cubesux en comprhension, ainsi que de trs bonneses dans les gnosies visuelles.o cette hypothse ne serait pas vrifie, nousns dventuelles diffrences significatives entre les</p><p>es TED : Autistes (AUT), ASP, TED non spcifisatypique, et nous tudierons le profil des enfantssychodynamique diffrente (enfants psychotiques).us faisons lhypothse que les particularits cliniquesmodifient le profil.</p><p>e</p><p>ation</p><p>eptembre 2006 et mars 2009, nous avons valupour lesquels le diagnostic de TED a t retenu (dontdont le QI est suprieur 67, en rfrence Mot-rsentent tous des troubles qualitatifs de la relationuent trs clairement dans les TED (Tableau 1) selonde la CIM 10, qui reprend les critres cliniques du</p><p>dautisme du DSM IV. Au moins deux domaines sontme pour les TED non spcifis. Dix-sept enfants ont</p><p>et 12 ans ; il y a un seul adolescent, de 16 ans, et uneLa moiti des enfants a bnfici dun bilan et/ou</p><p>pdopsychiatrique avant lvaluation au centre rf-enfants seulement avaient t diagnostiqus TED dertaine avant notre bilan, diagnostic pourtant remis enes parents ou certains professionnels.ants sont vus en priorit pour les motifs suivants :</p><p>langage oral ou crit (six enfants), troubles gra-axiques (huit enfants), ou dficitaires de lattentionns hyperactivit (trois enfants). Un seul enfant pr-</p><p>nistes,</p><p> desnaircentteur</p><p> destriquet </p><p> desgiqufoncverbgnle g</p><p>Ceset cla(Table</p><p>3.3. P</p><p>Cet</p><p>3.3.1.La</p><p> lesscor</p><p>ler2 W</p><p> les rde f 0</p><p>te 1 2</p><p> la dy</p><p>troubles verbaux et non verbaux reprs ds le motif</p><p>iel</p><p>nes cliniques exploites dans le cadre de cette tudedes bilans effectus par lquipe multidisciplinaire</p><p>atres, pdopsychiatre, neuropsychologues, orthopho-</p><p>chaque e les troub</p><p>troubleslenfantpragmatprcocetion de la galemenfants) Tednos (9 enfants)</p><p>4 4 1 1 2 1 2 2 21 2 1 2 1 4 3 1 20 1 0 1 0 0 1 1 20 0 1 0 0 0 0 0 0</p><p>thrapeute). Elles regroupent :</p><p>ents anamnestiques recueillis partir de question-dveloppement et du comportement donns par le</p><p>frent aux parents, aux enseignants et aux rduca-les compte-rendus de bilans antrieurs ;es des examens neuropdiatrique et pdopsychia-</p><p>ompltes par un bilan en orthophonie (langage orallogicomathmatique) ;nes quantitatives, issues du bilan neuropsycholo-valuation des gnosies, praxies, mmoire, attention,s excutives, raisonnement logique et comprhension, ou en ergothrapie (posture, latralit et motricit, acquisition de la coordination et praxies fines, dontisme).</p><p>ns sont raliss partir dpreuves standardisesement utilises en neuropsychologie de lenfant.</p><p>dure</p><p>ude est clinique, descriptive et rtrospective.</p><p>alyse des donnese des donnes porte sur :</p><p>cipaux indices de dveloppement cognitif et lesux diffrents sub-tests des chelles de Wechs-t nous disposions (15 WISC IV, 1 WISC III,I) ;tats aux tests standardiss des bilans, qui ont t cotssemi-quantitative :</p><p>eur dans les normes de la population de rfrence au</p><p>eur entre 2 cart-type et la norme,eur infrieure ou gale 2 cart-type ;ique clinique du dveloppement du langage oral pour</p><p>nfant ;les psychopathologiques : grille danalyse pour lesdu comportement et de la relation, le rapport de limaginaire et les capacits de symbolisation, laique du langage et le dveloppement psycho-affectifet actuel (angoisses, sommeil, alimentation, acquisi-a propret). Une grille de cotation semi-quantitativeent t utilise :</p></li><li><p>N. Le Duigou et al. / Neuropsychiatrie de lenfance et de ladolescence 58 (2010) 416425 419</p><p>Tableau 2Tests utiliss pour lanalyse des donnes.</p><p>Fonction cogn r les 1</p><p>chelles de W le WIbjets e</p><p>Gnosies vis Frost</p><p>Praxies</p><p>Mmoire e m</p><p>Attention</p><p>Fonctions e</p><p>Figur</p><p>Fonction cogn ses p</p><p>Gnosies vis t al.,lbiati,</p><p>Praxies lbaretns de</p><p>Motricit gGraphisme Char</p><p>PEGV : proto on ch</p><p> 0 : pas 1 : le t</p><p>il fautbien isest a</p><p> 2 : lesonne</p><p>le dv</p><p>Nous av60 % des e</p><p>3.3.2. La cdu dvelop</p><p>La consla classificapements potudis par</p><p> groupe Agrille du</p><p> groupe les catgla CI...</p></li></ul>

Recommended

View more >