Quand instaurer les traitements chez les patients découverts co-infectés par le VIH et la tuberculose ?

  • Published on
    18-Sep-2016

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • | actualits

    7OptionBio | Lundi 19 dcembre 2011 | n 464

    formation continue

    Roche initie un cycle de confrences multidisciplinaires autour de la sant de la femme pendant la grossesse

    La grossesse est une priode dans la vie dune femme mobilisant de nombreux pro-fessionnels de sant : obsttriciens, sages-femmes, mdecins gn-ralistes, biologistes, infirmires, diabtologues et endocrinologues. Roche Diagnostics offre lensem-ble de ces professionnels la possi-bilit dchanger autour des derni-res recommandations de prise en charge. lheure de la rforme de la biologie mdicale, ces runions sont organi-ses en partenariat avec les LBM, permettant aux biologistes dexercer vritablement, notamment auprs

    des mdecins cliniciens, leur rle dacteurs mdicaux de conseil.Actuellement programmes dans 9 villes (Rennes, Lille, Paris, Nancy, Montpellier, Marseille, Prigueux et Clermont-Ferrand), ces runions vont aborder trois thmes : le diabte gestationnel. Un an aprs llaboration du premier consensus sur le diagnostic et la prise en charge de cette patholo-gie, comment les recommandations sont-elles suivies ? grossesse, diabte, thyrode et bio-logie. Comment prparer une gros-sesse chez une femme diabtique ou ayant une dysthyrodie ? Faut-il

    valuer la fonction thyrodienne sys-tmatiquement avant ou en dbut de grossesse ? Avec quels dosages ? les infections transmissibles de la mre lenfant pendant la grossesse. Quelle prvention et quelle prise en charge aujourdhui ? Quels sont les outils diagnostiques les plus per-formants chez la mre, le ftus, le nouveau-n ? Comment interprter les rsultats ?Les professionnels de sant ont besoin dun discours valid pour opti-miser la qualit du diagnostic, de la prise en charge et du suivi pendant la grossesse et laccouchement. Il existe de grandes discordances

    dans les niveaux de collaboration des pro-fessionnels de sant sur le territoire et selon les structures, publi-ques ou prives. Ces runions permettent dactiver ou de renfor-cer le rseau local des acteurs de sant et ainsi dharmo-niser les pratiques et le discours destination des patients. |

    ESTHER SACOUNJournaliste scientifique, Paris

    optionbio@elsevier.com

    La sant dela femmependant

    la grossesse

    SourceConfrence de presse organise par Roche Dia-gnostics, Paris, 15 novembre 2011.

    thrapeutique

    Quand instaurer les traitements chez les patients dcouverts co-infects par le VIH et la tuberculose ?

    La tuberculose reprsente une cause majeure de dcs chez les patients infects par le VIH. Malgr linstauration dun traitement, la mortalit est particulirement le-ve chez les sujets ayant une immu-nodpression svre. La mortalit parmi les patients infects par le VIH est approximativement de 30 % dans les deux premiers mois de la mise en place dun traitement antitubercu-leux, si aucune trithrapie antirtrovi-rale sest instaure par ailleurs.

    Une mise sous traitement difficileChez les sujets atteints de tubercu-lose chez qui on dcouvre une sro-logie VIH positive lors dexamens biologiques concomitants, le moment pour commencer une trithrapie par rapport au traitement antituberculeux nest pas clairement dfini pour lins-tant. Certains arguments penchent en faveur dun retardement de la mise

    en place de la trithrapie en regard de leffet toxique des diffrentes mol-cules combines, de laugmentation du risque de syndrome inflammatoire immun et de la faible compliance du patient. Au contraire, certains argu-ments penchent en faveur dune instauration rapide de la trithrapie avec une restauration plus rapide des rponses immunitaires vis--vis de Mycobacterium tuberculosis mais aussi vis--vis dautres agents pathognes opportunistes.

    Dbuter le traitement ARV deux semaines aprs lantituberculeuxCest pourquoi plusieurs tudes viennent dtre publies simultan-ment dans le New England Journal of Medicine ce sujet. Lune dentre elle a permis de tester deux options thrapeutiques diffrentes chez des patients atteints de tuberculose nouvellement diagnostiqus positifs

    vis--vis du VIH sans traitement anti-rtroviral antrieur et avec un taux de lymphocytes CD4 infrieur ou gal 200/mm. Le traitement antirtroviral a donc t introduit soit 2 semaines aprs le dbut du traitement antituber-culeux soit 8 semaines aprs. Au total, plus de 600 patients ont t enrls et suivis durant une priode moyenne de 25 mois. Le taux mdian de CD4 est de 25/mm et la charge virale mdiane de 5,64 log10 copies/mL. Les rsultats montrent une mortalit rduite de manire significative chez les patients ayant reu la trithrapie de manire prcoce (18 %), par rap-port celle des patients recevant le traitement anti-VIH plus tardivement (27 %). |

    OPHLIE MARAIS

    SourceBlanc FX, Sok T, Laureillard D et al. ; CAMELIA (ANRS 1295CIPRA KH001) Study Team Earlier versus Later Start of Antiretroviral Therapy in HIV-Infected Adults with Tuberculosis. N Engl J Med. 2011;365(16):1471-81.

    REIVAC

    Inscrip ons

    Renseignements

    2nd reas

    Renseignements

    Renseignements

    Rensei ments

    e

    5454eses de biologie clinique de biologie clinique Journes d Journes dJournes dPasteurPasteurNecker-Institut Necker-Institut

    RenseignementsRenseignements

    66ee REIVAC REIVAC Journe du RJourne du R(Rseau(Rseau al dinvestigation al dinvestigationnationnation

    cinologie)cinologie)clinique en vacclinique en vac

    IInscriptionsInscriptionsI i tiI i tiI i ti

    Microbiologie clinique 2012Microbiologie clinique 2012

    RenseignementsRenseignements

    222ndndnd reast reast International Congress of BrInternational Congress of BrDisease CentersDisease CentersDisease Centers

    RenseignementsRenseignements

    el de la Socit el de la SocitCongrs annueCongrs annueCongrs annuematologiematologiefranaise dhmfranaise dhm

    RenseignementsRenseignements

    agenda

    D

    R

Recommended

View more >