RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 30 JUIN .1 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 30 JUIN 2012 Les comptes ne

  • View
    219

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 30 JUIN .1 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 30 JUIN 2012 Les comptes ne

  • 1

    RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

    30 JUIN 2012

    Les comptes ne sont pas audits mais font lobjet dun examen limit

    Des copies du prsent document peuvent tre obtenues sans frais sur simple demande au sige social de la Banque Fdrative du Crdit Mutuel.

    Banque Fdrative du Crdit Mutuel Socit Anonyme au capital de 1 324 813 250 euros Sige social : 34 rue du Wacken B.P. 412 67002 Strasbourg Cedex Tl. 03 88 14 88 14

    Adresse tlgraphique : CREDIMUT Tlex : CREMU X 880 034 F Tlcopieur : 03 88 14 67 00 Adresse SWIFT : BFCM FR 2A R.C.S. Strasbourg B 355 801 929

  • 2

    Sommaire : Chapitre I Personnes responsables Responsable du rapport financier semestriel Attestation du responsable Chapitre II Les comptes semestriels 2.1. Informations semestrielles intermdiaires 2.1.1 Rapport semestriel dactivit 2.1.2 Comptes consolids condenss 2.1.3 Facteurs de risque et incertitudes Chapitre III Le rapport des commissaires aux comptes sur

    lexamen limit des comptes semestriels Chapitre IV Documents accessibles au public 4.1. Documents accessibles au public 4.2. Responsable de l'information

  • 3

    Chapitre I Personnes responsables Responsable du rapport financier semestriel M. Alain FRADIN, Directeur Gnral Dlgu de la Banque Fdrative du Crdit Mutuel. Attestation du responsable J'atteste, ma connaissance, que les comptes condenss pour le semestre coul sont tablis conformment aux normes comptables applicables et donnent une image fidle du patrimoine, de la situation financire et du rsultat de la socit et de lensemble des entreprises comprises dans la consolidation, et que le rapport semestriel dactivit ci-joint prsente un tableau fidle des vnements importants survenus pendant les six premiers mois de lexercice, de leur incidence sur les comptes, des principales transactions entre parties lies ainsi quune description des principaux risques et incertitudes pour les six mois restants de lexercice.

    Paris, le 31 juillet 2012 Alain FRADIN Directeur Gnral Dlgu

  • 4

    Chapitre II Les comptes semestriels

    2.1. Informations semestrielles intermdiaires

    2.1.1 Rapport semestriel dactivit Environnement conomique : nouvelle aggravation de la crise de la dette en Europe Le premier semestre 2012 a t marqu par un ralentissement gnralis de lactivit, en grande partie rsultant des incertitudes fortes souleves par laggravation de la crise de la dette en zone euro. Les oprations de refinancement long terme (LTRO) menes par la BCE en dcembre 2011 et fvrier 2012 ne se sont pas soldes par une inflexion du crdit ou de la confiance sur le march domestique. Cette morosit a rsult des trs fortes incertitudes lies la situation en Grce, avec la mise en place dune participation du secteur priv la restructuration de la dette du pays puis la paralysie politique la suite des lections lgislatives de mai, qui ont fait douter en lavenir mme de la zone euro. Paralllement, les nouveaux gouvernements en Italie et en Espagne nont bnfici que dun rpit trs court de la part des investisseurs. En tmoigne lcartement trs rapide des spread des taux souverains entre ces pays, atteignant des plus hauts historiques, et les pays jugs plus srs comme lAllemagne qui a pu emprunter des taux ngatifs sur des chances courtes, une premire historique tmoignant de la trs forte pousse de laversion au risque. Malgr les tensions, les avances sur le front institutionnel ont t certaines en Europe, avec les ratifications successives du pacte budgtaire sign en dcembre 2011, et le renforcement des mcanismes de support financier. Lenjeu demeure aujourdhui la prservation de la croissance pour rendre laustrit soutenable. Aux Etats-Unis, le premier semestre sest principalement caractris par le dgonflement de la pousse doptimisme sur ltat de lconomie, avec la publication de chiffres dcevants, notamment sur le front de lemploi. La bataille lectorale, en particulier concernant le Fiscal Cliff (i.e. mesures de soutien budgtaire arrivant chance en fin danne 2012 et reprsentant plus de 3% du PIB), a en outre contribu brouiller les perspectives pour les acteurs conomiques amricains. Dans ce contexte, la Fed a pourtant choisi de conserver une posture attentiste, refltant certes la sant toujours bonne de lconomie amricaine, mais galement lpuisement de ses marges de manuvre aprs ses prcdentes interventions denvergure. Les pays mergents ont souffert de la hausse des prix du ptrole en dbut danne qui a ralenti la chute des pressions inflationnistes. Les Banques centrales ont poursuivi la dtente de leurs politiques montaires pour soutenir lactivit mais un rythme moins rapide quescompt. Ces interventions ont t rendues dautant plus ncessaires par le net ralentissement de la demande en provenance des pays dvelopps. Malgr des difficults partages, les pays mergents sont dans des situations de plus en plus disparates. Si les rythmes de croissance du Brsil et de lInde sont en chute libre, le ralentissement est moins marqu en Chine ou en Russie. Lactivit du Groupe BFCM au premier semestre 2012 Le Groupe CM10-CIC est devenu CM11-CIC

    Depuis le 1er janvier 2012, les 10 Fdrations de Crdit Mutuel constituant le Groupe CM10 ont vu leur association senrichir en souvrant la Fdration du Crdit Mutuel Anjou, donnant ainsi naissance au CM11-CIC. Le Crdit Mutuel Anjou, constitu de 76 points de vente et employant 684 salaris au service de 248 000 socitaires et clients, a adhr la Caisse Fdrale de Crdit Mutuel, socit mre de la BFCM. La BFCM est la socit holding du Groupe CM11-CIC et intervient ce titre sur les marchs de capitaux afin de couvrir les besoins de refinancement du Groupe. Elle dveloppe galement des oprations dingnierie financire et porte le portefeuille de participations.

  • 5

    Une activit commerciale soutenue Durant le premier semestre 2012, le groupe BFCM a poursuivi de lacquisition de la clientle : accroissement de prs de 920 000 clients. La priode a galement t marque par la baisse du cot du risque avr dans la banque de dtail, la progression des encours de crdits, des dpts et des activits dassurances. Un gain de plus de 517 000 contrats dassurance a t enregistr, portant le stock prs de 23,6 millions. S'appuyant sur toutes ses comptences, notamment technologiques, le groupe a renforc sa position dans les domaines de la montique, de la gestion des flux, de la tlsurveillance et dans la tlphonie mobile. Lensemble, dont lactivit de banque de dtail constitue le cur de mtier, a continu lamlioration de la qualit de son rseau qui atteint 2 616 points de vente. Par ailleurs, le groupe a largi son activit et son champ daction dans les pays limitrophes, notamment en Espagne et en Allemagne. Les rsultats du Groupe BFCM au premier semestre 2012 Rsultats financiers consolids

    Bilan consolid Le total bilan du groupe BFCM slve plus de 385 milliards. Les encours de crdits la clientle ont progress de 1,9% 166,0 milliards deuros ports par les crdits dinvestissement (+10,5%) et les crdits habitat (+2,2%). Lpargne totale gre et conserve augmente de 2,4% 387,5 milliards deuros, dont 124,8 milliards concernent les dpts comptables1 (+11,2%). Le groupe BFCM a enregistr une collecte nette de 12,5 milliards deuros. Ces volutions conduisent un ratio crdit / dpt de 133,1% au 30 juin 2012 contre 144,9% au 30 juin 2011 favorisant ladaptation aux exigences rglementaires Ble III. Les rseaux bancaires du CIC, de la BECM et de CIC Iberbanco voient lencours des crdits bruts et des dpts comptables progresser respectivement de 2,1% (126,2 milliards deuros) et de 13,9% (95,4 milliards deuros). Avec 21 milliards deuros dencours de crdits bruts, lactivit des autres principales filiales de la banque de dtail (TARGOBANK Allemagne et Cofidis) se maintient malgr le contexte conomique difficile. Les encours de crdits de la banque de financement se montent 16,6 milliards deuros et ceux de la banque prive 7,2 milliards deuros. Dans le mtier de capital-dveloppement, le Groupe accompagne ses entreprises clientes de faon prenne Le portefeuille slve 2,5 milliards deuros grs, dont 704 millions pour compte de tiers. Compte de rsultat consolid* * retrait suite la mise en quivalence de Banco Popular Espaol, cf. note 1b de lannexe Au 30 juin 2012, le PNB global du groupe BFCM stablit 4 215 millions deuros contre 4 473 millions deuros au 30 juin 2011 (-7,6% primtre constant), en raison de la rduction des marges dintrt et de la baisse des commissions nettes perues. Les frais de fonctionnement slvent 2 641 millions deuros fin juin 2012 contre 2 539 millions en juin 2011. Cette augmentation rsulte essentiellement de lextension du primtre du groupe (Banque Casino, Groupe Est Rpublicain) et lajustement des engagements de retraite (Indemnits de fin de carrire). A primtre constant et 1 Les missions de la SFEF ne sont pas pris en compte dans les dpts clientle

  • 6

    hors ajustement du taux dactualisation servant au calcul des indemnits de fin de carrire, les frais gnraux restaient stables. Le cot du risque baisse de 118 millions pour slever 506 millions deuros fin juin. Il intgre une charge de 32 millions deuros suite la cession sur le march au cours du 1er trimestre des titres reus en change de lapport par CM11-CIC des titres souverains grecs ligibles au Plan Participation du Secteur Priv (PSI) adopt le 21 fvrier 2012. A lissue de ces oprations, le groupe na plus dengagement envers lEtat grec. En juin 2011, le groupe avait constat une charge de 142 millions deuros ce titre. Par ailleurs, le cot du risque avr dcoulant de lactivit clientle volue favorablement sur la priode (-14,9%) traduisant une bonne matrise des risques dans lensemble des mtiers du groupe, malgr lenvironnement conomique difficile. Le cot du risque global rapport aux encours de crdits et le ratio