Recommandations pour la prévention du risque cardio-vasculaire systémique chez l’artériopathe

  • Published on
    25-Dec-2016

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • 2S14 RAPPORTS Journal des Maladies Vasculaires

    RAPPORTSDpistage et prvention en mdecine vasculaire

    La prvention de lathrothromboseVendredi 22 septembre 2006 (08 h 15 10 h 00)

    LA PRVENTION DE LATHROTHROMBOSE : LESENJEUX DE SANT PUBLIQUE EN FRANCE.

    D. STEPHAN

    CHRU Strasbourg, Service dHypertension et des MaladiesVasculaires Pharmacologie Clinique, Strasbourg.

    Les complications de lathrosclrose sont en France la premirecause de mortalit chez la femme et la deuxime chez lhomme.Dans son rapport de 1998, lOMS souligne que la prvalence desaccidents vasculaires crbraux et des cardiopathies ischmiquesdevrait augmenter dici 2005. Cette augmentation devrait treparticulirement prononce dans les pays mode de vie de type occidental . Dans ltude Partner pratique chez prs de 7 000patients en mdecine gnrale aux USA, 30 % des patientstaient porteurs dune artriopathie oblitrante des membres in-frieurs (AOMI) dfinie par un index de pression systolique lacheville < 0,9. Parmi ces 1 900 patients, 55 % taient des artrio-pathes nouvellement diagnostiqus, ce chiffre soulignant la sous-valuation majeure de cette pathologie. En France les chiffressont similaires. Or, le Consensus TASC, la tabli, sur 100 clau-dicants qui consultent, on comptera 30 morts dans les 5 ans quisuivront le diagnostic dont 16 morts cardiaques et 4 crbrales.Ces chiffres le prouvent, la prvention des complications delathrosclrose reste un enjeu de sant publique en France.

    RECOMMANDATIONS POUR LA PRVENTION DURISQUE CARDIO-VASCULAIRE SYSTMIQUE CHEZLARTRIOPATHE.

    C. BOISSIER, S. RIVIERE, A. PERONI, V. CHAMBEFORT,S. FASSON

    Service de Mdecine Vasculaire, Hpital Nord, 42055 Saint-tienne Cdex 02.

    Le risque cardio-vasculaire systmique conditionne le pronos-tic vital des artriopathes, que ces patients soient ou non symp-tomatiques. Plusieurs tudes ont en effet mis en videncelexistence dune morbi-mortalit cardio-vasculaire compara-ble chez les patients asymptomatiques avec index de pression la cheville < 0,90 et chez les artriopathes symptomatiques.Les recommandations mises par diffrentes instances (HauteAutorit de Sant [HAS], American College of CardiologyFoundation and the American Heart Association [ACC/AHA],Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant[AFSSAPS]), saccordent sur limprative ncessit de la miseen place de mesures systmatiques de contrle de tous les fac-teurs de risque modifiables, cherchant ainsi freiner lvolu-

    tion de la maladie athromateuse dans tous les territoires,notamment au niveau coronaire et crbro-encphalique.Outre les mesures hygino-dittiques (arrt du tabagisme,exercices physiques quotidiens, rgime alimentaire adap-t,) recommandes dans tous les consensus, la prescriptionde traitements mdicamenteux visant prvenir le risque car-dio-vasculaire doit prendre en compte, pour chaque patient, lerapport bnfices/risques attendu ainsi que le niveau de baissede lIPSc.Larsenal thrapeutique doit systmatiquement faire appel auxantiagrgants plaquettaires ; aux statines avec pour cible untaux mesur ou calcul de LDL-cholestrol < 1 g/l ; aux inhibi-teurs de lenzyme de conversion (IEC) dinstauration progres-sive par paliers de 2 4 semaines, sous surveillance de lapression artrielle et de la cratininmie ; lquilibre glycmi-que (HbA1c < 6,5 %) ; au contrle du niveau tensionnel en pri-vilgiant la prescription des IEC (la cible du traitement est unepression systolique humrale infrieure 140 mmHg, voire130 mmHg en cas de diabte ou dinsuffisance rnale).

    LHAS nous incite en outre prendre en compte la surchargepondrale (avec pour cible thrapeutique un index de massecorporelle (IMC) < 25 kg/m2) ; la sdentarit et labus dalcooltrs frquemment associs lAOMI et la morbi-mortalitcardiovasculaire (infarctus, accident vasculaire crbral).

    La prise en charge de ces patients implique des modificationsimportantes de leurs habitudes de vie. Ces mesures doivent doncsinscrire dans le cadre dun programme structur dducationthrapeutique, garant dune bonne compliance aux traitementset dun diagnostic prcoce de survenue de complications.

    LA LUTTE CONTRE LE TABAGISME DANS LA PRVENTION DE LATHROTHROMBOSE.

    D. THOMAS

    Institut de Cardiologie, Groupe Hospitalier Piti-Salptrire,Paris.

    Le tabagisme est un facteur de risque majeur dathrothrombo-se. Il frappe tt, tant le responsable essentiel et souvent isoldes accidents coronaires aigus du sujet jeune. Le pourcentagede fumeurs parmi les victimes dinfarctus est 2 3 fois plus le-v que chez les sujets du mme ge. Il intervient de faon fon-damentale dans la survenue et dans lvolution de lAOMI etdes anvrysmes aortiques ainsi que dans la pathologie vasculai-re crbrale. Dans les pays industrialiss 40 % des dcs car-diovasculaires survenant entre 30 et 69 ans sont attribuables autabagisme. Les mcanismes des accidents cardiovasculaireslis au tabagisme sont domins par la thrombose et le spasme.

    Mots-cls : Athrosclrose. Sant publique. Artriopathie oblitrante des membres infrieurs.

    Mots-cls : Risque cardio-vasculaire. Prvention.Artriopathie des membres infrieurs.

Recommended

View more >