Reproduction artificielle des poissons: cas de la carpe

  • Published on
    18-Jun-2015

  • View
    1.674

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Ecole Nationale Suprieure des Sciences de la Mer et de lAmnagement du LittoralTP 1 :Reproduction artificielle des poissonsCas de la carpePar : HAMDI Mohamed Salim 4me aquaculture - anne 2009 - 2010Introduction :Certaines interventions, au cours de la reproduction naturelle de poissons dont l'levage est effectif ou possible, sont de nature aider amliorer la survie des nouvelles gnrations. Les nombreuses techniques de reproduction artificielle visent toutes produire en abondance : ufs, juvniles et alevins pour l'levage ou pour le r-empoissonnement des plans d'eau et rivires.

Transcript

Ecole Nationale Suprieure des Sciences de la Mer et de lAmnagement du Littoral

TP 1 :

Reproduction artificielle des poissonsCas de la carpe

Par : HAMDI Mohamed Salim 4me aquaculture - anne 2009 - 2010

Introduction :Certaines interventions, au cours de la reproduction naturelle de poissons dont l'levage est effectif ou possible, sont de nature aider amliorer la survie des novelles gnrations. Les nombreuses techniques de reproduction artificielle visent toutes produire en abondance : ufs, juvniles et alevins pour l'levage ou pour le r-empoissonnement des plans d'eau et rivires. La demande en produits de qualit est particulirement forte pour les systmes de pisciculture intensive et sur-intensive. La reproduction artificielle, qui fait donc intervenir l'homme dans le processus de reproduction, a pour avantages: i) d'obtenir de meilleurs taux de fcondation et d'closion, ii) de protger la ponte contre les ennemis des poissons et les conditions dfavorables de l'environnement, iii) de crer des conditions meilleures de survie et de croissance. Les pratiques de reproduction artificielle varient dans le monde selon les conditions et les facilits locales. Elles vont depuis le ramassage et l'levage d'ufs ou de jeune frai produits naturellement, jusqu' la ponte elle-mme induite artificiellement, suivie de la fcondation et de l'closion contrles, enfin de l'levage des larves et juvniles. Dans la fcondation artificielle, les gniteurs relvent directement du pisciculteur, qui est donc capable d'liminer les spcimens qui ne lui conviennent pas et de choisir le type exact de poisson pour amliorer ensuite son stock. Cette technique permet en outre l'leveur de produire des hybrides qui combinent les qualits souhaitables de diffrentes souches de la mme espce et/ou d'espces diffrentes. L'une ou l'autre des mthodes ci-aprs permet d'obtenir les produits sexuels mrs qu'exige la fcondation artificielle: a. les poissons sont capturs dans leur frayre au cours de la fraie naturelle; puis les produits sexuels (ufs et sperme) sont extraits manuellement. (Mthode applicable aux corgonids, au brochet et la carpe commune), ou bien, b. les poissons choisis reoivent d'abord une injection de gonadotrophine humaine, ou d'extrait pituitaire de poisson; puis, ds qu'ils sont prts mettre leurs produits sexuels, on procde l'extraction. C'est la mthode communment adopte en Inde pour les carpes chinoises.

1

Les ufs fconds artificiellement sont mis clore, puis levs jusqu'au stade alevin en condition contrle, assurant ainsi aux poissons un taux lev de survie et de bonne croissance.

Reproduction artificielle :Capture, tri et prparation des gniteurs : 1-Capture : Comme engins utiliss pour la capture, on se sert de nasses et de verveux ailes pour le brochet, de filets maillants pour les corgones, de simples sennes pour la carpe commune et la brme, d'perviers pour la carpe commune et le brochet.

Pche la senne

pche lpervier

Procdure danesthsie : Il est ncessaire d'utiliser des tranquillisants pour la manutention et le transport des poissons sauvages, surtout lorsqu'ils sont de bonne taille, car la moindre blessure qui leur serait faite pourrait mettre en danger le succs de toute l'opration. Dune faon gnrale, on anesthsie le poisson lors de chaque manipulation. Comme anesthsiant on site le phnoxythanol, administr lors des oprations de reproduction artificielle, raison de 0.3 ml/l (environ) deau. Ensuite il suffit dattendre jusqu ce que le poisson simmobilise, aprs 3-5 min (rveil au bout de 10 minutes environ). 2-Sexage et slection des gniteurs: Le sexage se base sur les critres suivants :

2

- les femelles ont la partie postrieure de l'abdomen renfle, ballonne (chez la Carpe herbivore, ce ballonnement peut provenir de la quantit d'herbe ingre); la papille gnitale saillante, de couleur rouge ou rose; l'anus gonfl et saillant. Malheureusement ces mmes signes sont galement apparents chez les femelles en tat de sur-maturit ou quand les ufs sont au stade de rsorption. -rcolte de laitance chez les mles, par simple pression abdominale. Les gniteurs sont choisis selon la conformation, ltat dembonpoint, ltat sanitaire et ltat davancement de la maturit des ovules. 3-Marquage et contrle pondral : Afin de dterminer quelles sont les doses dhormones injecter, chaque poisson devra tre pes et marqu. Le marquage se fait au niveau de la nageoire dorsale, avec du fil de laine (ou du fil lectrique mince) de couleurs diffrentes. Ainsi chaque poisson aura un poids et une couleur connus, ce qui facilitera le suivi des gniteurs. 4-Dtermination de ltat de maturit des ovaires Le succs de lapproche hormonale dpend largement de ltat davancement de maturit des gonades. C'est--dire de leur rceptivit aux facteurs hormonaux. Il est donc ncessaire dtre en mesure dvaluer cet tat de maturit, en particulier chez les femelles. Ltat de maturit est valu selon plusieurs paramtres : -souplesse, lasticit et rebondit de labdomen, -prominence et turgescence de la papille gnitale, -position du noyau de lovocyte : (si il est +/- parital), ce qui constitue une bonne signature de ltat davancement de la maturation. Lopration consiste prlever avec un cathter, via lorifice gnital, quelques ovules et de les faire claircir dans un mlange dalcool 95%, glycine et dacide actique, pendant 15 minutes. Traitement hormonal : Il existe de nombreuses technologies confirmes, menant bien l'ovulation. Ces technologies ont t mises au point, selon les circonstances locales, l'exprience et la comptence des techniciens concerns.

3

L'hypophysation (avec lextrait hypophysaire) reprsente aujourd'hui la technique la plus courante utilise pour la propagation artificielle des poissons. Elle est employe non seulement dans la reproduction exprimentale, mais pour la production commerciale de millions de jeunes poissons. Il faut seulement garder lesprit que toutes les espces ne sont pas compatibles avec cette hormone, et quil faut absolument que les ovocytes aient atteint dans l'ovaire la phase dormante, ou de repos, au terme du cycle de la vitellogense. Dose dextrait hypophysaire administrer : 3 mg/kg pour les femelles, en 2 injections ; dont la premire reprsente 1/10me de la dose totale. Pour cette dernire, on compte en gnral 2,5 3 mg (une glande) d'extrait pituitaire par kg de poids corporel pour les gros gniteurs pesant plus de 5 kg; 1,5 mg (une demi-glande) pour les poissons de taille moyenne (de 2 5 kg) et 0,75 mg (un quart de glande) pour les petits (de 0,5 2 kg). Il est recommand d'viter de dpasser la dose dans les injections prparatoires, ce qui pourrait provoquer l'ovulation partielle et donc perturber la programmation normale. Entre la dose prparatoire et la dose finale, il faut laisser passer au minimum 14 heures et au maximum 24 heures. Pour les mles ; 1 mg/kg en une injection lors de la 2me injection pour les femelles. Dans le cas de lutilisation de lhormone gonadotrophine chorionique (HCG) : 1000 UI/kg pour les femelles, en 2 injections, dont la 1 re reprsente 1/10me de la dose totale. Il faut respecter une priode temporelle minimale de 12 heures entre les deux injections. Pour les mles ; 200 UI/kg pendant la 2me injection des femelles. Aprs la 2me injection hormonale, il faut prendre le soin de suturer la papille gnitale des femelles (le temps que lhormone fasse sont effet et pour ne pas perdre dufs durant cette priode). Lieu dinjection : Les Carpes sont injectes au travers de leur muscle dorsal, mi-chemin entre la nageoire dorsale et la ligne latrale, et hauteur du premier rayon de la nageoire dorsale.

4

Les injections se font par une seringue en plastique et gradue, l o il nya pas dcailles, 45 et on introduit 4/5me de la seringue. L'incubation des femelles (maturation des ufs) aprs la seconde injection : Le laps de temps de l'incubation (maturation des ufs ou ovulation) dpend de la temprature de l'eau dans laquelle les femelles sont gardes. Il faut 240260 degrs/heures pour l'accomplissement de l'ovulation. Quand la temprature est stable, l'ovulation s'accomplit aprs les heures indiques au Tableau ci-dessous :Temprature C 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 Moyenne (Heures) 15 14 13 12.30 12 11.30 11 10.30 10 9.30 Au plus tt aprs. (Heures) 14 13.30 12.30 12 11.30 11 10.30 10 9.30 9 Au plus tard aprs. (Heures) 15.30 14.30 13.30 13 12.30 12 11.30 11 10.30 10

Traitement des produits gnitaux : Aprs anesthsie et essuyage des gniteurs (car leau endommage les ufs et les spermatozodes) et retirage du fil de suture, on procde comme suit :

Extraction des ovules (ufs) et laitance par pression abdominale, Avec une plume on mlange dlicatement les ufs et le sperme sec pendant 30 secondes. Ajouter la solution fcondante (4 g dNaCl + 3 g dure + 1 litre deau) et mlanger pendant 5 minutes.

5

Pour liminer ladhsivit des ufs, on ajoute du lait quon va laisser pendant 15 minutes, puis on rince plusieurs reprises avec de leau et on incube. Lincubation des ufs se fait dans des bouteilles de Zoug pendant 48 72 heures une temprature de 25c. Pendant lincubation il faut oxygner et brasser leau (par des mouvements dair et deau ascendants) afin de les maintenir en vie et viter le dveloppement des moisissures sur les ufs.

* Les ufs vivants (sains) sont transparents et brillants, tandis que les ufs morts sont blancs et opaques. Traitement des ufs : Sur les ufs morts, se dveloppe trs facilement (spontanment) un champignon appel SAPROLEGNIA dont les ramifications chevelues ressemblant des fils ouateux de coton s'tendent rapidement sur les ufs vivants et les tuent. Pour viter de lourdes pertes d'ufs causes par SAPROLEGNIA, on traite prventivement la masse d'ufs dans les jarres au moyen du Vert de Malachite (produit chimique en fins cristaux).

Conclusion : La reproduction artificielle chez la carpe est pleinement maitrise et depuis longtemps, ce qui rend sa propagation facile pour les aquaculteurs peu expriments ; pour peu quon prenne soin de suivre scrupuleusement toutes les tapes et instructions techniques, publies sur le net et sur diffrents ouvrages.

6

Recommended

View more >