TABLE DES MATIÈRES L'Africain n° 235, juin-juillet .’homme est né libre mais partout il est

Embed Size (px)

Text of TABLE DES MATIÈRES L'Africain n° 235, juin-juillet .’homme est né libre mais partout il est

  • "L'Africain" n 235, juin-juillet 2008 E-mail : caceac@swing.be40

    TABLE DES MATIRES"L'Africain" n 235, juin-juillet 2008

    Page

    1 ditorial La Rdaction

    CONOMIE ET DVELOPPEMENT

    2 Les causes de la pauvret en Afrique subsaharienne (I) J. NTAMAHUNGIRO14 Pourquoi l'inflation mondiale frappe-t-elle durement l'Afrique ? Th. AMOUGOU

    CULTURE ET SOCIT

    20 Clbration de la journe internationale de la femme Bruxelles M. TIEMBE23 volution ou mancipation de la femme congolaise J. MBUNGU N.25 Incohrences du kimbanguisme Dr I. B. TEDANGA30 L'glise et les dfis de la socit africaine M. CHEZA32 Fondation Pre EVERARD : rapport 2008

    33-34 PHOTOS

    35 Dfense de thse de doctorat : le contrle de constitutionnalit en RD CongoP. G. NGONDANKOY

    TRAVERS LIVRES ET REVUES

    37 1) M. POPOVITCH et F. DE MOOR (sous la direction), Congo Eza.E. van SEVENANT

    37 2) B. SENE MONGABA, L'instant de paix, E. van SEVENANT38 3) G. CONVENTS, Images et paix. Les Rwandais et les Burundais face au cinma et

    l'audiovisuel M. H.39 Nouvelles familiales

    Page 2 de la couverture : prsentation de "L'Africain"Page 3 de la couverture : mots croiss n 249 et 250 Vincenzo SORETTI

    "L'Africain" : d. responsable : Eddy VAN SEVENANT, dir. du C.A.C.E.A.C. Asbl, Michel Hakizimana,secrtaire de rdaction, rue Lon Bernus 7, 6000 Charleroi, Tl. ++ 32 (0)71 31 31 86. Fax : ++ 32 (0)71 31 31 84E-mail : caceac@swing.beComit de rdaction : Antwerpen : G. Muheme Bagalwa ; Bruxelles : Valrien Mudoy, Camille Tedanga Ipota ;Lige : J.C. Mputu ; Louvain-la-Neuve : Sabine Kakunga ; Namur : Tite Kubushishi, Eustache Niyitugabira.

    Allemagne : Shungu M. Tundanonga-Dikunda, e-mail : Tunda.nonga@t-online.deFrance : Anicet Mobe Fansiama, 21, Route de Pontoise, F-95100, Argenteuil.RD Congo : Jean-Pierre Mbwebwa Kalala et Franois Budim'bani Yambu, FCK. B.P. 1534, Kinshasa.

    ABONNEMENTS : Ce numro clture les abonnements en cours. Avec la nouvelle anne acadmique 2008-2009 commence la 47me anne.

    abonnement ordinaire : Belgique : 15 Europe : 22 reste du monde : 25

    abonnement de soutien : 25 payables au CCP 000-1178819-75 du C.A.C.E.A.C. Asbl, Charleroi (Belgique) ou par mandat postal international(si par chque bancaire, ajouter les frais). Si payement par virement partir de l'tranger, utiliser les codes :IBAN BE05 0001 1788 1975 BIC BPOTBEB1

    Les articles n'engagent que leurs auteurs.Cette revue est publie avec le soutien de la DGCD.

  • "L'Africain" n 235, juin-juillet 2008 E-mail : caceac@swing.be 1

    ditorial

    homme est n libre mais partout il est dans les fers" (J.-J. ROUSSEAU).

    Voici peu, on a clbr en France le 150e anniversaire de labolition delesclavage. Mais sil est officiellement abandonn sur lensemble de la plante,lesclavage hlas survit toujours ; simplement, il a pris dautres formes, non"officielles". Et contrairement ce que lon pourrait penser, il est aussi bien prsentsur le sol europen.

    Le cas le plus courant, cest celui de jeunes migrs, esclaves domestiquesderrire les murs des maisons prives ou mme des ambassades (un cas rcent a tdcouvert en France). Faut-il vous citer le cas dHenriette qui avait dbarqu il y a 5ans chez une Togolaise marie un Franais et qui ensuite la "prte" une amiemauritanienne. L, Henriette dort par terre, et travaille 15 heures par jour sanssalaire. Nest-ce pas l de lesclavage ? Ahmed est marocain et pendant 3 ans un deses compatriotes la rduit en servitude dans une boucherie, en France encore, et sansaucun salaire. Il dort dans larrire-boutique. Lui aussi est arriv senfuir. Leboucher est actuellement incarcr et Ahmed vit et travaille avec la communautEmmas.

    Le Dpartement d'tat amricain vient justement de publier un rapport fortintressant dans lequel il estime le nombre d'"esclaves modernes" dans le monde plus de 12 millions et d'autres sources montent jusqu' 24 millions, rpartis enesclaves domestiques, esclaves pour dettes (en Inde notamment) esclaves sexuels,enfants soldats etc. (Le rapport est disponible sur internet l'adresse suivante :http://www.state.gov).

    Et combien dautres cas se dvoilent ainsi peu peu. Mais ct des casindividuels dont on pourrait allonger la liste pour remplir toute cette revue, ne peut-on pas aussi estimer que des peuples entiers sont soumis une sorte desclavagequand on sait que deux milliards de personnes dans le monde survivent dans la plusextrme pauvret ? Peut-on parler de libert quand on a faim ? LAfrique comptepour beaucoup dans cette misre, elle qui fut conquise, colonise, nocolonise,soumise aux diktats de la mondialisation dont elle souffre plus que dautres : pensonspar exemple au scandale des subventions agricoles dans les pays du Nord qui ontpour effet de faire mourir lagriculture africaine .Et ce nest pas la rcente runion dela FAO qui pourra rassurer les producteurs du Sud car on ny a mme pas faitallusion dans le communiqu final.

    Non, lesclavage tant dcri officiellement nest pas disparu et tous les espritsclairs doivent continuer protester contre ces situations insupportables, quelles serapportent des cas individuels ou collectifs.

    Enfin, que ceux qui contribuent d'une faon ou d'une autre l'asservissementd'autres peuples se souviennent de ces propos de Simone WEIL : "Rien au monde nepeut empcher l'homme de se sentir n pour la libert. Jamais, quoiqu'il advienne, ilne peut accepter la servitude ; car il pense."

    LA REDACTION

    "L

  • "L'Africain" n 235, juin-juillet 2008 E-mail : caceac@swing.be2

    C O N O M I E E T D V E L O P P E M E N T

    Les causes de la pauvret en Afrique subsaharienneet les enjeux pour en sortir (I)

    NDLR : le texte reu tant trs long, il sera publi en deux parties. En voici la premire :

    onfrence donne PalmaDe Majorca dans le cadre duSminaire "Stratgies de

    lutte contre la pauvret en Afriquesubsaharienne" du 22 au 24 Avril 2008.Le sminaire tait organis par VoisinsSans Frontires des les Balares (VSF-IB), le Collectif dducation en DDH etde Prvention Active des Conflits(CEPAC), avec la participation dediffrentes organisations dimmigrsoriginaires dAfrique rsidant aux lesBalares et de lUniversit des lesBalares.

    Introduction

    Avant dentrer dans le vif du sujet,je voulais dabord remercier lesorganisateurs de ce sminaire qui montfait lamiti de minviter, une nouvellefois, me permettant ainsi de me trouversur la belle et trs accueillante terre desles Balares o cest toujours un plaisirpour moi de passer quelques jours. Ellecommence tre ma nouvelle terredadoption. Jajoute aussi que le sujetqu'il ma t demand de prsenterbrivement est si vaste quil faudrait auminimum une semaine pour essayer dendessiner les contours. Ma contributionsera donc forcment trs limite. Dureste, ma seule ambition est de lancer ledbat, en toute vrit mais de manireconstructive. Si daventure mon proposarrivait blesser lune ou lautresusceptibilit, quelle veuille bien menexcuser.

    Pour que vous puissiez suivre plusfacilement mon expos, je vous propose leplan suivant :

    Commenons par lactualit : Lesrvoltes de la faim. Nous avons tous vuces derniers temps sur nos petits crans

    des scnes de pauvres paysans ouhabitants des bidonvilles se rvolter engypte, au Cameroun, en Cte d'Ivoire, auSngal, en thiopie, au Pakistan,en Thalande, en Hati, au Burkina Faso,en Argentine, au Yemen, au Zimbabwe,au Mexique, au Bangladesh, auxPhilippines, en Guine, en Mauritanie, auMaroc, en Ouzbkistan et dans unetrentaine d'autres pays, tous de continentspauvres. Motif : la faim provoque parlaugmentation brutale des prix desproduits alimentaires que les pauvres nepeuvent plus payer. Ces rvoltes ontmme fait des morts.

    Sur un autre plan mais toujoursdans le mme ordre dides, voquons leproblme des migrations clandestines quiest toujours dactualit. Vous mepermettrez de faire une longue citation carelle nous plonge dans le cur mme denotre dbat.

    Dans un article publi par le journalLe Monde Diplomatique de mars 2008,Jean ZIEGLER, crivain, professeur lUniversit de Genve et surtoutRapporteur Spcial de la Commission desdroits de lhomme des Nations unies pourle droit lalimentation, crit : "On estimeque, chaque anne, quelque 2 millions depersonnes essaient dentrer illgalementsur le territoire de lUnion europenne etque, sur ce nombre, environ 2.000prissent en Mditerrane, et autant dansles flots de lAtlantique. Leur objectif estdatteindre les les Canaries partir de laMauritanie ou du Sngal, ou de franchirle dtroit de Gibraltar au dpart du Maroc.Selon le gouvernement espagnol, 47.685migrants africains sont arrivs sur lesctes en 2006. Il faut y ajouter les 23.151migrants qui ont dbarqu sur les lesitaliennes ou Malte au dpart de laJamahiriya arabe libyenne ou de la

    C

  • "L'Africain" n 235, juin-juillet 2008 E-mail : caceac@swing.be 3

    Tunisie. Dautres essaient de gagner laGrce en passant par la Turquie oulgypte. Secrtaire gnral de laFdration internationale des socits dela Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, M.MARKKU NISKALA commente : "Cettecrise est compltement passe soussilence. Non seulement personne ne vienten aide ces gens aux abois, mais il ny apas dorganisation qui tablisse ne serait-ce que des statistiques rendant compte decette tragdie quotidienne."1

    Pour dfendre lEurope contre cesmigrants, lUnion europenne a mis surpied une organisation militaire semi-clandestine qui porte le nom deFRONTEX. Cette agence gre les"frontires extrieures de lEurope". Elledispose de navires rapides (et arms)dinterception en haute mer,dhlicoptres de combat, dune flottedavions de surveillance munis decamras ultrasensibles et de visionnocturne, de radars, de satellites et demoyens sophistiqus de surveillancelectronique longue distance.FRONTEX maintient aussi sur le solafricain des "camps daccueil" o sontparqus les rfugis de la faim quiviennent dAfrique centrale, orientale ouaustrale, du Tchad, de la RpubliqueDmocrat