Témoins militaires d’OVNI sur des sites nucléaires .Témoins militaires d’OVNI sur des sites

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Témoins militaires d’OVNI sur des sites nucléaires .Témoins militaires d’OVNI sur des sites

  • Tmoins militaires dOVNI sur des sites nuclaires National Press Club, Washington 27-09-2010 1.

    Tmoins militaires dOVNI sur des sites nuclaires National Press Club

    Washington, D.C.

    27 septembre 2010

    Traduction et sous-titrage : EP & JLG pour ProjectAvalon.net

    13 octobre 2010

    http://www.youtube.com/watch?v=73ZiDEtVms8

    1. Robert Salas, ancien officier USAF de lancement de missiles nuclaires. 2. Dwynne Arneson, USAF Lt. Col. Ret., officier responsable de centre de communication. 3. Robert Jamison, ancien 1er Lt. USAF, Commandant d'quipe de ciblage de missiles nuclaires. 4. Charles Halt, USAF Col. Ret., ancien commandant de base adjoint. 5. Jerome Nelson, ancien Cdt. Adjoint USAF, 579 Escadre de Missiles Stratgiques 6. Patrick McDonough, ancien ingnieur USAF, expert godsique sur sites de missiles nuclaires. 7. Bruce Fenstermacher, ancien Capt. USAF, Commandant d'quipe de Combat Missile

    Robert Hastings : Des documents dclassifis du gouvernement des Etats-Unis et des tmoignages de membres du personnel militaire amricain, ancien ou retrait, confirment au-del de tout soupon la ralit d'incursions rptes d'OVNI sur des sites d'armes nuclaires.

    Quand je dis "OVNI", les tmoins ont dcrit ces vaisseaux comme tant de forme circulaire, ou de forme cylindrique ou sphrique. Ces objets sont capables tant de vol en surplace que de vol grande vitesse, d'habitude de faon compltement silencieuse. Au cours des 37 dernires annes, j'ai personnellement localis et interview plus de

    120 de ces membres du personnel militaire, ancien ou retrait, qui tous ont fait rapport d'incidents d'OVNI l'un ou plusieurs des emplacements suivants : sites de missiles nuclaires, aires de stockage d'armes nuclaires, sites d'essais d'armes nuclaires au Nevada, et dans le Pacifique pendant l're des tests atomiques atmosphriques.

    Je crois, ces gentlemen croient, que cette plante est visite par des tres d'un autre monde qui, pour quelque raison que ce soit, ont marqu un intrt pour la course l'armement nuclaire qui a dbut la fin de la Deuxime Guerre mondiale.

    Quant aux incidents de dsactivation de missiles : mon avis, leur avis, est que quiconque se trouve bord de ces vaisseaux envoie un signal Washington et Moscou, entre autres, indiquant que nous jouons avec le feu, que la possession et la menace d'usage d'armes nuclaires

    constituent une menace potentielle pour le genre humain et l'intgrit de l'environnement plantaire.

    1. Bonjour, mon nom est Robert Salas.

    En 1967, j'tais lieutenant de vaisseau stationn la base de l'Arme de l'air de Malmstrom, au Montana. J'tais officier lanceur de missiles.

    En mars, le 24 mars 1967, j'tais de service ce que nous appelions "Oscar Flight". C'est une capsule souterraine dans un site renforc, environ de 20 mtres

    de profondeur. Nous avions des agents de scurit en surface. La garde principale est appele "contrleur de scurit de vol". Mon commandant cette poque tait le Lieutenant Fred Meiwald, prsent colonel, colonel retrait Fred Meiwald.

    Dans la soire du 24 mars, j'ai reu un appel de l'un de mes gardes de surface, le contrleur de scurit de vol, dclarant qu'ils avaient observ d'tranges lumires dans le ciel accomplir des manuvres bizarres et qu'il voulait le signaler.

    J'ai pens que c'tait un rapport un peu trange, mais je l'ai pris au srieux. Vous devez comprendre, nous protgions des armes nuclaires et nous... les rapports que nous faisions gnralement taient trs professionnels. En tout cas, j'ai plutt cart l'appel.

    Il a rappel environ cinq minutes plus tard. Cette fois, il criait au tlphone, disant qu'ils voyaient un objet, un objet rayonnant rouge planant juste au-dessus de notre

    ProjectAvalon.nethttp://www.youtube.com/watch?v=73ZiDEtVms8

  • Tmoins militaires dOVNI sur des sites nuclaires National Press Club, Washington 27-09-2010 2.

    grille avant. L'objet tait d'environ 10 mtres de diamtre. Il ne pouvait pas bien en distinguer les dtails, seulement qu'il "pulsait". Et tous les gardes taient l

    avec lui. Il tait trs effray et voulait que je lui donne des instructions.

    Je pense que j'ai dit quelque chose comme, "Assure-toi que rien ne pntre l'intrieur de la clture d'enceinte."

    Il a immdiatement raccroch le tlphone. Je suis all rveiller mon commandant, Fred Meiwald, qui tait en pause de repos. Je commenais lui parler de l'appel tlphonique et, juste au moment o je lui racontais, nos missiles se sont mis entrer dans ce qu'on appele un tat "No-Go" ou non-lanable...

    Essentiellement, ils avaient t mis hors service tandis que cet objet stationnait toujours au-dessus de notre site, de notre base de contrle de lancement. ce moment-l, nous avons suivi nos procdures.

    De retour au poste de commandement, il a signal l'incident.

    Nous avions aussi des voyants de scurit allums, ce qui signifiait des incursions de scurit sur certaines des bases de lancement.

    Alors, j'ai rappel le garde en haut et ordonn qu'une

    quipe de scurit soit envoye sur place. ce moment-l, le garde m'a dit que l'objet tait parti grande vitesse. De nouveau: silence, aucun bruit. Les agents de scurit sont alls la base de lancement et ont signal que eux voyaient de nouveau l'objet. Ils ont aussi perdu le contact radio. Le ... cet incident s'est termin ce moment-l.

    Nous avons rinitialis les alarmes de scurit, mais les missiles eux-mmes taient toujours hors service. Nous avons d appeler la maintenance, demander des quipes de maintenance de venir pour les remettre en tat d'alerte. L'indication principale que nous avons obtenue de notre quipement tait qu'il s'agissait d'un chec du systme de guidage et de contrle.

    Je tiens souligner que le personnel de scurit en haut n'avait aucune autorit de contrle ils n'avaient aucun quipement l-bas aucune capacit d'effectuer un quelconque arrt du systme sur nos missiles.

    Tous les systmes de commande taient souterrains. Nous avons t relevs de nos fonctions le matin suivant et nous avons fait rapport au poste de commandement, je m'excuse, la base, Malmstrom.

    Rapport fait notre commandant d'escadron. Il tait ple comme un linge et ne savait comment expliquer l'vnement. Je lui ai demand spcifiquement si cela pouvait avoir t un exercice de l'Arme de l'air et il m'a assur que ce n'tait pas un exercice de l'Arme de l'air.

    Il y avait aussi un membre du Bureau d'Enqutes Spciales de l'Arme de l'air dans la pice. Il nous a ordonn de ne jamais parler de ceci. J'ai mme sign une dclaration de confidentialit cet effet. C'tait... et je n'en ai pas parl jusqu'en 1994.

    J'ai pu mettre la main sur un petit paragraphe dans un livre appel Above Top Secret [Au-dessus de Top Secret] par Timothy Good. Et la page 301 de ce livre, il y a un bref paragraphe propos de missiles ayant t dsactivs alors que des OVNI se trouvaient au-dessus.

    partir de l, avec l'aide de M. James Klotz, mon enquteur, nous avons demand l'Arme de l'air de nous envoyer des documents concernant cette dsactivation, sans mentionner le mot "OVNI".

    Nous sommes arrivs faire dclasser par l'Arme de l'air ce que nous appellerons "l'Incident d'Echo Flight". Laissez-moi revenir un peu en arrire.

    Pendant notre rapport au poste de commandement, mon commandant, Fred Meiwald, s'est tourn vers moi et m'a dit que la mme chose s'tait produite sur un autre site. l'poque j'ai pens qu'il avait voulu dire ce soir-l, mais il

    ressort que la mme chose avait eu lieu une semaine plus tt sur un autre site, et il se rfrait probablement l'Echo Flight.

    Quoi qu'il en soit, ce moment-l, lorsque nous avons

    obtenu la dclassification de l'Incident d'Echo Flight, j'ai pu, ou estim pouvoir, me faire connatre et commencer en parler, parce que je pensais en tre l.

    Ce n'est que plus tard que j'ai dcouvert que c'tait

    Oscar Flight, et je me suis rendu compte que non seulement notre vol avait t neutralis dix missiles mais que l'Echo Flight aussi avait t dsactiv, environ une semaine plus tt, le 16 mars.

    Nous possdons une vaste documentation sur l'Incident d'Echo Flight, que nous avons obtenue de l'Arme de l'air grce la Loi de Libert de l'information. Nous avons le tmoignage de Walt Feagle qui tait le commandant adjoint d'quipage de missile Echo Flight.

    J'ai quelques lettres du commandant, Eric Carlson.

    Le colonel Meiwald m'a accord une interview radio,je m'excuse, une interview tlphonique ce sujet, en

    1996; je l'ai sur bande et il m'a donn la permission de l'utiliser. Donc nous avons les enregistrements audio de certains de ces tmoins. Nous avons des dclarations crites. Nous avons la documentation de l'Arme de l'air.

    Tout cela l'appui de ce que je viens de vous dire. J'en dirai plus un peu plus tard concernant la direction prendre, selon moi, partir d'ici. Mais pour l'heure, je cde la parole l'orateur suivant.

    2. Bonjour, mon nom est Dwynne Arneson.

    Je souhaite donner un tmoignage en quelque sorte complmentaire ce que Bob a dj relat. Aprs avoir achev mes tudes universitaires avec diplmes en physique et en maths, je suis entr l'Arme de l'air. J'ai

    obtenu une commission et j'ai servi 26 ans comme officier en lectronique de communication en poste dans le monde entier, y compris au Vit-Nam.

    Mon autorisation de niveau le plus lev tait Top

    Secret/Crypto/Special Compartment Information, Talent-KeyHole (NdT. : litt. : Talent-Trou de serrure )

    Pour ceux qui connaissent les autorisations, il faut tre pratiquement blanc comme neige pour obtenir a. En

    1967, j'tais l'officier responsable du centre de communications la 20me Division arienne de Great Falls, au Montana.

    J'tais aussi le responsable cryptographie. J'tais un

    officier de contrle top secret de la division et je dlivrais de