Troubles envahissants du développement sans déficience ?·  · 2012-11-21habiletés sociales. Nous…

  • Published on
    07-Jun-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>16 </p><p>Troubles envahissants du dveloppement sans dficience </p><p>intellectuelle : reconnaissance des expressions faciales </p><p>motionnelles. </p><p> M. Boiseau*, J. Brisot-Dubois**, C. Michelon***, A. Baghdadli**** </p><p> *Orthophoniste, CHRU de Montpellier mboiseau@hotmail.fr </p><p>** Orthophoniste, Ph.D, Centre Ressources Autisme, CHRU de Montpellier et Laboratoire Epsylon </p><p>(EA 4556) j-brisot@chu-montpellier.fr </p><p>*** biostatisticienne, Centre Ressources Autisme, CHRU de Montpellier et Laboratoire Epsylon (EA </p><p>4556) </p><p>c-michelon@chu-montpellier.fr **** mdecin pdopsychiatre, PU/PH, Centre Ressources Autisme, CHRU de Montpellier et </p><p>Laboratoire Epsylon (EA 4556) </p><p>a-baghdadli@chu-montpellier.fr </p><p>ISSN 2117-7155</p><p>mailto:j-brisot@chu-montpellier.fr</p></li><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>17 </p><p>Rsum : </p><p>Dans les troubles envahissants du dveloppement sans dficience intellectuelle (TED SDI), il </p><p>existe une altration qualitative des interactions sociales, associe, notamment dans la revue </p><p>de littrature, des particularits dans la reconnaissance des expressions faciales </p><p>motionnelles (EFE). Le but de cette tude est de caractriser les capacits de reconnaissance </p><p>des EFE d'enfants et d'adolescents avec TED SDI, afin de proposer un accompagnement </p><p>thrapeutique plus adapt, notamment dans la mise en place d'ateliers d'entranements aux </p><p>habilets sociales. Nous avons tudi les scores obtenus au DANVA 2F, cet outil d'valuation </p><p>des EFE ayant t valid pour une population anglo-saxonne ; nous avons compar les scores </p><p>obtenus par la population avec TED SDI ceux d'une population franaise contrle. Le </p><p>DANVA 2F permet d'tudier la reconnaissance des motions faciales de base : joie, tristesse, </p><p>colre et peur. Les rsultats obtenus montrent que la reconnaissance des EFE est influence </p><p>par plusieurs variables : expression motionnelle, intensit expressive, ge du sujet, ge </p><p>apparent du stimulus (visage d'adulte ou d'enfant). D'autre part, nous observons que les </p><p>enfants et adolescents porteurs de TED SDI reconnaissent moins bien les EFE que la </p><p>population contrle. </p><p>Mots cls : autisme, test, cognition, enfants et adolescents, expression faciale motionnelle. </p><p>Pervasive Developmental Disorder without intellectual Disabilities : </p><p>Recognition of facial emotional expressions </p><p>Summary : </p><p>In pervasive developmental disorder without intellectual disabilities (PDD WID), there is a </p><p>qualitative impairment in social interaction, particularly in the recognition of facial emotional </p><p>expressions. The aim of our study is to characterize these abilities for children and adolescents </p><p>with PDD WID, in order to propose a specific support, including a social skill training </p><p>entertainment. We analysed scores obtained at the DANVA 2F. This tool has been validated </p><p>with an Anglo-Saxon population; we compared scores obtained by the population with PDD </p><p>WID to those of a French population group control. The DANVA 2F analyses the recognition </p><p>abilities of facial emotions: happiness, sadness, anger and fear. The results show that the </p><p>recognition of the facial emotional expression is influenced by several variables : emotional </p><p>expression, expressive intensity, patient's age, age of the stimulus (adult face or child face). </p><p>On the other hand, we observe that children and adolescents with PDD WID less recognize </p><p>facial emotional expressions than the control population and that variables act differently on </p><p>the PDD WID and the control population. </p><p>Key words: autism, test, cognition, childs and adolescents, facial emotionnal expression. </p></li><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>18 </p><p>------------ INTRODUCTION ----------------------------------------------------------- </p><p> Les troubles envahissants du dveloppement sans dficience intellectuelle (TED SDI) se </p><p>caractrisent par une altration qualitative des interactions sociales, des aspects restreints, </p><p>rptitifs et strotyps des comportements, intrts et activits, sans dficience intellectuelle </p><p>(Mottron, 2005). Ces perturbations ont un retentissement majeur sur le comportement social </p><p>de la personne et sont gnralement associes des difficults de reconnaissance des </p><p>motions, plus particulirement de la reconnaissance des expressions faciales dordre </p><p>motionnel (EFE). </p><p>Cependant, les donnes de la littrature ne sont pas consensuelles quant aux capacits de </p><p>reconnaissance des EFE des personnes porteuses de TED SDI. Certaines tudes montrent que </p><p>les sujets avec TED SDI ont des performances comparables celles de sujets typiques (Robel </p><p>et coll., 2004), alors que d'autres travaux mettent en vidence des diffrences avec l'utilisation </p><p>de stratgies atypiques par les sujets avec TED SDI (Adolphs et coll., 2001). En effet, les </p><p>sujets ayant des TED SDI exploitent davantage l'analyse des traits caractristiques de </p><p>l'expression faciale, sans en saisir la signification motionnelle. En regardant des visages, ces </p><p>sujets prsentent des zones d'activation crbrale similaires celles qu'ils prsentent lors de </p><p>l'observation d'objets (Hubl et coll., 2003). Cela les conduit donc traiter les visages comme </p><p>des objets et faire appel une stratgie analytique en utilisant davantage les indices locaux, </p><p>au dtriment d'un traitement plus global (Rondan et coll., 2003). Leur attention est alors </p><p>focalise sur la partie infrieure des visages et notamment la rgion de la bouche, la </p><p>diffrence des sujets typiques qui se concentrent sur la partie suprieure des visages et </p><p>notamment les yeux (Ozonoff et coll., 1991). </p><p>Ces donnes mettent en avant l'utilisation de stratgies atypiques d'analyse des EFE par les </p><p>personnes avec TED SDI. Elles seraient responsables des difficults de comprhension et de </p><p>gestion des motions et des interactions sociales dans la vie quotidienne. Une meilleure </p><p>comprhension des modalits perceptives concernant les EFE auprs d'enfants et </p><p>d'adolescents atteints de TED SDI nous parat par consquent indispensable pour mieux cibler </p><p>les outils de remdiation et soutenir ces sujets dans la perception et la comprhension des </p><p>actes de communication verbale et non verbale (Baghdadli, Brisot-Dubois, 2011). </p><p>Les stratgies de reconnaissance des EFE tant apparemment plus faibles et diffrentes chez </p><p>les sujets avec TED SDI, il est ncessaire de les analyser et de les comparer celle de sujets </p><p>ayant un dveloppement typique. L'objectif principal est de comparer les capacits de </p><p>reconnaissance des EFE d'un groupe d'enfants et d'adolescents ayant des TED SDI celles </p><p>d'une population contrle et l'objectif secondaire porte sur la description de ces diffrences. </p><p>1. Participants </p><p>Dans le cadre de la file active du Centre Ressources Autisme Languedoc-Roussillon (CRA-</p><p>LR), 24 enfants et adolescents, gs de 7 16 ans, porteurs de TED SDI ont t recruts selon </p><p>des critres d'inclusion (diagnostic d'Autisme de Haut Niveau et Syndrome d'Asperger, selon </p><p>les critres du DSM-IV et de la CIM-10 ; QI &gt;70 aux diffrents tests psychomtriques, sexes </p><p>masculin et fminin) et des critres dexclusion (troubles visuels). </p><p>Pour le groupe contrle, 93 enfants et adolescents, gs de 8 14 ans, ont t recruts en </p><p>milieu scolaire dans les rgions d'le-de-France et Languedoc-Roussillon, selon des critres </p></li><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>19 </p><p>d'inclusion (sexes masculin et fminin, scolarisation ordinaire) et d'exclusion (troubles visuels </p><p>et trouble du dveloppement ayant ncessit une intervention spcifique et/ou une </p><p>rducation). </p><p>2. Critre de jugement principal </p><p>Les critres de jugement principaux ont t recueillis partir du DANVA 2 (Diagnostic </p><p>Analysis of Non Verbal Accuracy, Nowicki, Duke, 1994). L'valuation des expressions </p><p>faciales motionnelles peut tre ralise sous sa forme abrge ("short form") : le DANVA 2F </p><p>(Diagnostic Analysis of Non Verbal Accuracy 2, Adult facial expression and Child facial </p><p>expression, Nowicki, Duke, 1994 ; Nowicki, 2008) permet d'tudier les capacits de </p><p>reconnaissance des EFE grce des photographies de sujets exprimant une motion. Il se </p><p>fonde sur des motions fondamentales : joie, tristesse, colre et peur. Cet outil a t valid et </p><p>standardis auprs d'une population anglo-saxonne et il est utilisable avec des sujets gs de 3 </p><p> 99 ans. Les stimuli ont t slectionns de faon empirique puis normative (un pourcentage </p><p>relativement lev daccord inter-juges ayant t requis pour la slection des stimuli). </p><p>Le DANVA 2F a t administr grce un ordinateur sur lequel le logiciel a t install. </p><p>Chaque passation dure 10 minutes. Une vrification des capacits de lecture du sujet a d tre </p><p>effectue au pralable. Les passations ont t ralises dans un lieu calme et isol pour limiter </p><p>les distracteurs environnementaux. Cet outil comprend 2 sries de 24 items chacune : "Adult </p><p>Faces" et "Child Faces". Le sujet se voit proposer une suite de photographies de 24 visages </p><p>d'adultes puis de 24 visages d'enfants exprimant une motion, selon des temps d'exposition </p><p>rguliers. La dure d'apparition du stimulus est de 2 secondes. Le temps de rponse imparti </p><p>est plus long et dpend du sujet, l'examinateur clique sur la rponse possible pour faire </p><p>apparatre le stimulus suivant. Le sujet doit choisir, parmi 4 possibilits l'motion </p><p>correspondant la photographie : joie , tristesse , colre ou peur . Les motions </p><p>sont reprsentes en proportions gales : chacune des sries (visages d'adultes et visages </p><p>d'enfants) comprend 6 items correspondant la joie, la tristesse, la colre et la peur, </p><p>respectivement. La distribution des photographies est alatoire mais identique pour chaque </p><p>passation. Le critre d'intensit est galement pris en compte : dans chaque srie, chaque </p><p>motion est reprsente sur 3 visages en haute et 3 visages en faible intensit expressive. </p><p>Ainsi, l'outil explore-t-il diffrentes variables : type d'motion, intensit, ge apparent du </p><p>stimulus (visage d'adulte ou d'enfant). Les scores obtenus sont prsents en nombre d'erreurs. </p><p>3. Analyses statistiques </p><p> Une analyse descriptive du groupe TED SDI et du groupe contrle a t ralise en calculant </p><p>la frquence pour les variables qualitatives et la mdiane, ainsi que les interquartiles (75e et </p><p>25e centiles) pour les variables quantitatives. Leur distribution n'tant pas toujours gaussienne, </p><p>la normalit des distributions a t tudie l'aide du test de Shapiro-Wilk. Une analyse </p><p>univarie a t ralise pour chaque groupe, afin d'tudier les liens entre la reconnaissance des </p><p>expressions faciales au DANVA 2F, le genre et l'ge des enfants. La distribution des variables </p><p>quantitatives n'tant pas normale, l'tude des corrlations a t ralise l'aide du coefficient </p><p>de Spearman et les comparaisons de moyennes, avec des tests non paramtriques (test de </p><p>Mann-Whitney pour comparer deux moyennes et test de Kruskal-Wallis pour plus de deux </p><p>moyennes). Lorsqu'une diffrence significative apparaissait entre plus de deux moyennes, </p><p>elles ont t compares deux deux en appliquant une correction de Bonferroni au seuil de </p></li><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>20 </p><p>significativit. Afin de mettre en vidence des diffrences au niveau de la reconnaissance des </p><p>expressions faciales, des comparaisons de moyennes ont t ralises entre les deux groupes </p><p>d'tude sur les scores globaux et sur les sous-scores motionnels au DANVA 2F, l'aide de </p><p>tests non paramtriques (test de Mann-Whitney pour comparer deux moyennes et test de </p><p>Kruskal-Wallis pour plus de deux moyennes). </p><p>Le seuil de signification est fix conventionnellement 5 %, pour tous les tests utiliss. </p><p>L'analyse statistique a t ralise sur le logiciel SAS version 9.1 (SAS Institute, Cary, N.C.). </p><p>4. Rsultats </p><p>- Descriptif des groupes </p><p>Le tableau 1 prsente le descriptif de la population constitue d'un groupe d'enfants et </p><p>adolescents ayant des TED SDI et d'un groupe contrle. Les deux groupes sont homognes </p><p>quant aux ges. Il y a une grande majorit de sujets masculins (97,2 %) dans le groupe sujets </p><p>porteurs de TED SDI. Les sujets fminins sont plus nombreux (61,96 %) dans le groupe </p><p>contrle. Aprs analyse statistique, les filles et les garons du groupe contrle obtiennent des </p><p>scores identiques au DANVA 2F. Il n'y a donc pas d'effet du genre sur la capacit de </p><p>reconnaissance des EFE dans la population contrle. La comparaison des deux groupes est </p><p>donc possible. </p><p>Tableau 1. Descriptif des deux groupes. </p><p>- Comparaison des scores de reconnaissance des EFE </p><p>Le tableau 2 compare les scores obtenus par les deux groupes au DANVA Adulte et au </p><p>DANVA Enfant. L'identification de la colre se fait de faon quasiment identique pour les </p><p>deux groupes. Toutefois, une tendance non significative est note lorsque la colre est </p><p>prsente en basse intensit. Les sujets ayant des TED SDI la reconnaissent moins bien </p><p>lorsqu'elle est prsente au DANVA Enfant. Concernant la tristesse, il n'y a pas de diffrence </p><p>statistiquement significative entre les deux groupes pour sa reconnaissance au DANVA </p><p>Adulte. En revanche, des diffrences significatives au DANVA Enfant sont notes (p = 0,02), </p><p>plus particulirement lorsque cette expression est de basse intensit (p = 0,01). La peur est </p><p>reconnue de la mme faon dans les deux groupes, quelle que soit l'intensit ou l'ge apparent </p><p>du stimulus. Enfin, concernant la joie, des diffrences significatives sont notes entre les deux </p><p>groupes, au DANVA Adulte (p = 0,02) et au DANVA Enfant (p = 0,003). Le groupe porteur </p><p>de TED SDI se montre plus en difficult comparativement au groupe contrle pour </p><p> Groupe TED SDI Groupe Contrle </p><p> n % n % </p><p>TOTAL 24 100 93 100 </p><p>Sexe fminin 1 </p><p>23 </p><p>2,8 </p><p>97,2 </p><p>56 </p><p>37 </p><p>61,96 </p><p>38,04 Sexe masculin </p><p> Moyenne Ecart-type Moyenne Ecart-type </p><p>Age (annes) 10.62 2.12 10.78 1.78 </p></li><li><p>Glossa n 111 (16-30), 2012 </p><p>21 </p><p>reconnatre la joie en basse intensit, que ce soit au DANVA Adulte (p = 0,02) ou au </p><p>DANVA Enfant (p = 0,02). </p><p>Les diffrences significatives observes entre les deux groupes mettent en vidence un </p><p>nombre d'erreurs plus lev pour les sujets autistes tests, concernant la joie et la tristesse. Il </p><p>convient alors de rechercher si ces erreurs sont conscutives des confusions alatoires ou </p><p>systmatiques. Des erreurs systmatiques permettraient de mettre en vidence un pattern </p><p>procdural spcifique la population atteinte de TED SDI. </p><p> DANVA Adulte DANVA Enfant </p><p> Groupes N Mdiane IntQ* Valeur p Mdiane IntQ* Valeur p </p><p>TOTAL DANVA TED SDI 24 7 6 ; 9,5 0,30 5,5 4 ; 9 0,16 </p><p> Contrle 93 7 5 ; 8 5 4 ; 6 </p><p>COLERE TED SDI 24 2,5 2 ; 4 0,59 3 2 ; 4,50 0,33 </p><p> Contrle 93 3 2 ; 4 4 2 ; 4 </p><p>Colre Haute Intensit </p><p>TED SDI 24 0,5 0 ; 1 0,71 1 0 ; 4 0,89 </p><p> Contrle 93 1 0 ; 1 1 0 ; 2 </p><p>Colre </p><p>Basse Intensit TED SDI 24 2 2 ; 2,5 0,37 2 1 ; 2,5 0,07 </p><p> Contrle 93 2 2 ; 3 2 2 ; 3 </p><p>TRISTESSE TED SDI 24 1,5 1 ; 3 0,69 1 0 ; 2 0,02 </p><p> Contrle 93 1 1 ; 2 0 0 ; 1 </p><p>Tristesse Haute Intensit </p><p>TED SDI 24 1 0 ; 1 0,78 0 0 ; 1 0,28 </p><p> Contrle 93 1 0 ; 1 0 0 ; 1 </p><p>Tristesse </p><p>Basse Intensit TED SDI 24 1 0 ; 2 0,56 1 0 ; 1 0,01 </p><p> Contrle 93 1 0 ; 1 0 0 ; 1 </p><p>PEUR TED SDI 24 2 1 ; 3,5 0,64 1 0,5 ;1,5 0,84 </p><p> Contrle 93 2 2 ; 3 1 0 ; 2 </p><p>Peur </p><p>Haute Intensit TED SDI 24 0 0 ; 1 0,14 0 0 ; 0 0,82 </p><p> Contrle 93 0 0 ; 0 0 0 ; 0 </p><p>Peur </p><p>Basse Intensit TED SDI 24 1,5 2.50 0,11 1 0 ; 1,5 0,72 </p><p> Contrle 93 2 1 ; 3...</p></li></ul>

Recommended

View more >