Tumeur inflammatoire myofibroblastique du sein : une tumeur mammaire à ne pas méconnaitre

  • Published on
    02-Jan-2017

  • View
    222

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>42</p><p>Cas clinique</p><p>Imagerie de la Femme 2008;18:42-45 2008. Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs</p><p>Cas clinique</p><p>Tumeur inflammatoire myofibroblastique du sein: une tumeur mammaire ne pas mconnaitre</p><p>InesSamet Fakhfakh</p><p> 1</p><p>, SalouaKrichen Makni</p><p> 1</p><p>, ImenChtourou</p><p> 1</p><p>, EmnaDaoud</p><p> 2</p><p>, IssamBen Ali</p><p> 3</p><p>, SamehEllouze</p><p> 1</p><p>, SamehHammami</p><p> 1</p><p>, LobnaAyadi</p><p> 1</p><p>, MohamedGuermazi</p><p> 3</p><p>, TahyaSellami Boudawara</p><p> 1</p><p>1. Laboratoire danatomie et de cytologie pathologique,2. Service de radiologie, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie.3. Service de gyncologie, CHU Hdi Chaker, Sfax, Tunisie.</p><p>Correspondance : S. Krichen Makni, Laboratoire danatomie et de cytologie pathologiques, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie.Email : smkrichen@yahoo.fr</p><p>L</p><p>es tumeurs inflammatoires myofi-broblastiques (TIM) correspondent des pseudotumeurs inflammatoires,caractrises par une prolifration decellules fusiformes, dans un fondinflammatoire [1, 2]. La localisationmammaire est exceptionnellementrapporte [2]. Ces tumeurs posent desproblmes de diagnostic diffrentielaussi bien clinique quanatomopatho-logique avec des tumeurs mammairesbnignes et malignes. Nous rappor-tons une observation ; notre objectifest de dterminer les diffrentsaspects anatomocliniques et de prci-ser les caractres tiopathogniquesde cette entit particulire.</p><p>Observation</p><p>Patiente H.B., ge de 55 ans,hypertendue et diabtique bien qui-libre sous antidiabtiques oraux, aconsult pour un nodule douloureuxdu sein droit voluant depuis 2 mois. lexamen clinique, le nodule taitrtromamelonnaire, mesurant 3 cm,ferme, fix par rapport au planprofond avec rtraction mamelon-naire et aspect inflammatoire de la</p><p>peau en regard ; on notait par ailleurslabsence dadnopathies axillaireshomolatrales. la mammographie,il sagissait dune masse dense rtro-arolaire, prsentant des contoursassez rguliers par endroits mal limi-ts, avec de fins spicules priphri-ques. Cette masse mesurait 2,5 cm,elle tait responsable dune densifica-tion de la plaque arolaire en regardet dune rtraction cutane et mame-lonnaire </p><p>(fig. 1)</p><p>. lchographie, ellecorrespondait une formation hypo-chogne htrogne, prsentant deslimites irrgulires par endroits, avecinfiltration de la plaque arolaire etattraction du mamelon ; cette forma-tion entranait une dpression auniveau de la graisse sous-jacente etprsentait une vascularisation art-rielle et veineuse au Doppler </p><p>(fig. 2)</p><p> ;la masse tait classe BI-RADS 4.Une microbiopsie guide par la pal-pation du nodule mammaire tait ra-lise et lhistologie tait plutt enfaveur dune mastite chronique, dve-loppe sur mastopathie fibrokystique.Devant le caractre irrgulier dunodule, une tumorectomie a t effec-tue ; lexamen macroscopique de lapice opratoire a rvl une indura-</p><p>tion mal limite, blanchtre, de 6 cmde grand axe. lexamen extempo-ran, il sagissait dune infiltrationmammaire par des cellules rondesassez monomorphes dallure inflam-matoire, dissmines au sein dunfond fusocellulaire, de densit cellu-laire leve ; la nature tumorale ouractionnelle de ces cellules tait diffi-cile dterminer au dcours de cetexamen. lexamen histologiquedfinitif </p><p>(fig. 3 et 4)</p><p>, la nature inflam-matoire ractionnelle de linfiltrat cellules rondes tait bien confirme :il tait form dhistiocytes, de plasmo-cytes, de polynuclaires osinophileset de lymphocytes polyclonaux pourles marqueurs B et T ; les histiocytesexprimaient le CD68. Les cellulesfusiformes taient noyau parfoisirrgulier et toil, prenant parendroits un agencement fascicul ouen faisceaux entrecroiss ; les mitosestaient absentes. Les lobules mam-maires taient rarfis et paraissaient touffs par cette prolifration.Les cellules fusiformes taient forte-ment marques par lanticorps antiActine Muscle Lisse (AML) ainsi quela vimentine et ngatives pour lesmarqueurs pithliaux (pankratine et</p></li><li><p>I. Samet Fakhfakh </p><p>et al.</p><p>Cas clinique</p><p>43</p><p>antigne de membrane pithliale).Le diagnostic dune tumeur inflam-matoire myofibroblastique du seindroit a t retenu sur ces lments.Les suites opratoires taient mar-ques par une infection de la plaie</p><p>chirurgicale, avec lchage des pointsde suture, traite par une antibioth-rapie par voie gnrale et des panse-ments locaux. La malade na pas pr-sent de rcidive aprs un recul de12 mois.</p><p>Figure 1.Mammographie : masse mal limite de 2,5 cm () avec fins spicules priph-riques () responsables dune importante rtraction mammelonnaire (). a : Incidence de face. b : Incidence de profil.</p><p>a b</p><p>Figure 2.chographie mammaire : formation superficielle hypochogne, htro-gne, ovalaire, parallle au plan cutan avec renforcement postrieur, responsable dune rtraction mammelonnaire.</p><p>ba</p><p>Discussion</p><p>Les tumeurs inflammatoires myo-fibroblastiques (ou pseudotumeursinflammatoires, granulome plasmo-cytes ou mme xanthogranulome) sontconsidres comme des noplasies debas grade. Elles peuvent toucher plu-sieurs organes, essentiellement lepoumon, le foie, la rate et le pancras[2, 3]. La localisation mammaire estexceptionnelle, elle a t dcrite pourla premire fois par Pettinato </p><p>et al.</p><p> [4]en 1988 chez une femme de 25 ans.Sa pathognie est encore obscure ; denombreuses hypothses ont t avan-ces, Chetty </p><p>et al.</p><p> [3] ont propos uneorigine infectieuse, faisant suite desinfections virales (Epstein Barr Virus)ou bactriennes [3], une hypothseimmunitaire a t suggre devantlexpression diffuse de lIgG4 par lesplasmocytes intra-lsionnels, quondcrit classiquement dans les pancra-tites sclrosantes [5], dautres auteursvoquent la nature noplasique decette lsion, devant la mise en vi-dence de rarrangements chromoso-miques des rgions 2p22-24 ou del(9)(p23), rapports surtout dans lesformes agressives [2, 6].</p><p>Ces tumeurs touchent les femmesde tout ge, avec des extrmes allantde 13 86 ans, indpendamment deleur statut hormonal, avec unemoyenne dge de 44,8 ans [2] ; un casde TIM chez une femme allaitante at rapport [7]. Le sein droit est leplus souvent touch, cependant lesformes bilatrales sont rapportes [2,8].</p><p>Les TIM mammaires sont destumeurs croissance nodulaire, cir-conscrites, de couleur blanchtre,dont la taille peut varier de 1 17 cm[2, 5]. Lulcration de la peau enregard a t dcrite [3]. Clinique-ment, ces tumeurs peuvent saccom-pagner de signes gnraux, telsquune fivre prolonge ou un amai-grissement [3]. Limagerie est peuspcifique : lchographie, cestumeurs se traduisent par une massehypochogne solide, souvent bienlimite et homogne ; la mammo-graphie, il sagit dune masse dense</p></li><li><p>44</p><p>Tumeur inflammatoire myofibroblastique du sein</p><p>ronde ou ovale dpourvue de calcifi-cations, souvent bien limite [9], rare-ment limites irrgulires suggrantalors la malignit [5, 7]. Le plus sou-vent, lIRM, la tumeur prsente unrehaussement prcoce aprs injectionde produit de contraste, persistant auxstades plus tardifs [5].</p><p>Le diagnostic de ces lsions estanatomopathologique, en rvlant lexamen histologique une prolifra-tion, dans un stroma fibreux hyalinisou dmateux, de cellules fusiformesde nature fibro ou myofibroblastiquepeu atypiques, disposes en faisceauxenchevtres, ou dune faon anarchi-que ; les noyaux sont parfois atypiquesprsentant quelques figures de mito-ses (1 2 mitoses/10 champs au fortgrossissement) ; ces cellules sont asso-cies un infiltrat inflammatoirepolymorphe dense, incluant des poly-nuclaires osinophiles ; des throm-boses veineuses peuvent tre obser-ves, la ncrose est classiquementabsente [1, 2, 5, 6]. Lors de lexamenextemporan, un bon chantillonnagelsionnel et une interprtation rigou-reuse des coupes histologiques sontrecommands, afin dviter de porter tort le diagnostic de malignit. LesTIM ont un aspect histologiquevariable, certains auteurs dcriventtrois formes histologiques : la varianteinflammatoire (ressemblant un tissu</p><p>de granulation riche en lmentsinflammatoires), la variante cellulaire(tumeur inflammatoire myofibroblas-tique) et la variante hypocellulaire(</p><p>scare-like</p><p>) caractrise par un fondfibreux hyalinis riche en collagne[3]. La coexistence de ces diffrentesvariantes dans une mme lsion, sug-gre quil sagit en fait de lsions dif-frents stades dvolution et de matu-ration ; les lsions prcoces sontriches en cellules inflammatoires,contrairement aux lsions anciennesriches en collagne et pauvres en cel-lules. Limmunohistochimie permetde confirmer le diagnostic de TIM,en effet les cellules fusiformes sont denature myofibroblastique et sontmarques par les anticorps anti-vimentine dans 98 % des cas, lAMLdans 82 % des cas et la desmine dans53 % des cas, lexpression de la kra-tine est beaucoup moins frquente [2,6]. Devant laspect infiltrant de la pro-lifration cellulaire, plusieurs dia-gnostics diffrentiels malins peuventse poser, dont le carcinome mtapla-sique cellules fusiformes et le fibro-sarcome inflammatoire ; mais la pr-sence datypies marques, dun indexmitotique lev associ une ngati-vit de lAML redressent habituelle-ment le diagnostic. La fibromatosemammaire et la fasciite nodulairepeuvent constituer galement un dia-</p><p>gnostic diffrentiel de tumeurs bni-gnes du sein [2]. La variante inflam-matoire des TIM peut suggrer unlymphome ou un plasmocytome ; lapolyclonalit de linfiltrat inflamma-toire limine ces diagnostics [4]. Lespseudotumeurs inflammatoires sontgnralement de bon pronostic, uneexrse chirurgicale large emportanttoute la tumeur est suffisante pour letraitement [7] ; le traitement base decorticodes par voie gnrale a tpropos par certains auteurs [5]. Lesrcidives sont rapportes dans 25 %des cas, elles sont en rapport avec lamultifocalit tumorale ou avec uneexrse incomplte [2, 8] ; la transfor-mation maligne est rarement dcrite[9, 10].</p><p>Rfrences</p><p>[1] Tavassoli FA, Devilee P. World HealthOrganisation Classification of tumours.Pathology and genetics of tumours of thebreast and female genital organs. Lyon:IARC Press, 2003.</p><p>[2] Khanafshar E, Phillipson J, Scham-mel DP, Minobe L, Cymerman J,Weidner N. Inflammatory myofibro-blastic tumor of the breast. Ann DiagnPathol 2005;9:123-9.</p><p>[3] Chetty R, Govender D. Inflammatorypseudotumor of the breast. Pathology1997;29:270-1.</p><p>[4] Pettinato G, Manivel JC, Insabato L, De</p><p>Chiara A, Petrella G. Plasma cell </p><p>granuloma</p><p>Figure 3.Prolifration de cellules fusocellulaires dlimitant des bandes de collagne, associe un infiltrat inflammatoire abon-dant de la glande mammaire (HE 200).</p><p>Figure 4.Faisceaux de cellules myofibroblastiques noyaux rguliers, ponctus dun infiltrat inflammatoire polymorphe (HE 400). En cartouche : immunomarquage positif des cellu-les myofibroblastiques pour lactine muscle lisse.</p></li><li><p>I. Samet Fakhfakh </p><p>et al.</p><p>Cas clinique</p><p>45</p><p>(inflammatory pseudotumor) of thebreast. Am J Clin Pathol 1988;90:627-32.</p><p>[5] Yoh Z, Yoshio K, Kohjiro H, Shiro M,Shouji M, Satoshi K, et al. Inflammatorypseudotumor of the breast in a patientwith a high serum IgG4 level. Am J SurgPathol 2005;29:275-80.</p><p>[6] Sastre Garau X, Couturier J, Derre J,Aurias A, Klijanienko J, Lagace R. In-flammatory myofibroblastic tumor (in-flammatory pseudotumor) of the breast.</p><p>Clinicopathological and genetic analysisof a case with evidence for clonality. J Pa-thol 2002;196:97-102.</p><p>[7] Haj M, Weiss M, Loberrant N, Cohen I.Inflammatory pseudotumor of the breast:case report and litterature review. BreastJ 2003;9:423-5.</p><p>[8] Yip CH, Wong KT, Samuel D. Bilateralplasma cell granuloma (inflammatorypseudotumor) of the breast. Aust N Z JSurg 1997;67:300-2.</p><p>[9] Magro G, Michal M, Bisceglia M.Benign spindle cell tumors of the mam-mary stroma: diagnostic criteria, classifi-cation, and histogenesis. Pathol ResPract 2001;197:453-66.</p><p>[10] Meis-Kindblom JM, Kjellstrom C, Kin-dblom LG. Inflammatory fibrosarcoma:update, reappraisal, and perspective on itsplace in the spectrum of inflammatorymyofibroblastic tumors. Semin DiagnPathol 1998;15:33-43.</p><p>Tumeur inflammatoire myofibroblastique du sein : une tumeur mammaire ne pas mconnaitreObservationDiscussionRfrences</p></li></ul>

Recommended

View more >