Une masse abcédée trompeuse

  • Published on
    27-Dec-2016

  • View
    215

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • Pour citehttp://dx

    ARTICLE IN PRESSModele +RMR-857; No. of Pages 4Revue des Maladies Respiratoires (2014) xxx, xxxxxx

    Disponible en ligne sur

    ScienceDirectwww.sciencedirect.com

    IMAGE ET DIAGNOSTIC

    Une masse abcde trompeuse

    A misle

    Auteur ccedex, Fran

    Adresse

    http://dx.d0761-8425/r cet article : Vandenbos F, et al. Une masse abcde trompeuse. Revue des Maladies Respiratoires (2014),.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.04.001

    la maladie remontait deux mois plus tt, par lapparition dune toux productive asso-cie une asthnie. Une bronchite du fumeur tait suspecte et un traitement paramoxicillineacide clavulanique (1 g/125 mg 3/j) tait prescrit pendant 7 jours avec uneamlioration de ltat gnral et une diminution de la toux. Une rechute apparaissait aubout de quelques jours. Le mme traitement tait re-prescrit et de nouveau la symptoma-tologie samliorait. Le patient rechutait de nouveau et son mdecin traitant reprenait lemme antibiotique la mme posologie. Au nal lassociation amoxicillineacide clavu-lanique a t prescrite de facon alterne pendant deux mois avec toujours une efcacitclinique temporaire.

    Une radiographie pulmonaire tait ralise et montrait une opacit lobaire suprieuredroite (Fig. 1) ce qui motivait le rendez-vous dans le service de pneumologie. Le bilanbiologique tait peu informatif (polynuclaires 9 G/L, CRP 43 mg/L) de mme que labroscopie bronchique. Laspiration bronchique ne montrait pas de cellules suspectes etlanalyse microbiologique identiait une ore commensale. Le patient ralisait un scannerthoracique complt par une tomographie par mission de positons (Fig. 2). La recherchede tuberculose (aspiration bronchique 1 et expectoration 2) tait ngative de mmeque la srologie aspergillaire.

    orrespondant. Centre de rhabilitation cardio-respiratoire La Maison du Mineur , 577, avenue Henri-Giraud, 06140 Vencece.e-mail : f.vandenbos@maisondumineur.com (F. Vandenbos).

    oi.org/10.1016/j.rmr.2014.04.001 2014 SPLF. Publi par Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.ading abscess mass

    F. Vandenbosa,b,, M.-C. Dumon-Gubenoa,S. Mazellierc

    a Service de pneumologie, hpital Clavary, 06130 Grasse, Franceb Centre de soins de suite et de rducation La Maison du Mineur , 06140 Vence, Francec Laboratoire central danatomie pathologique, centre hospitalier universitaire de Nice,06000 Nice, France

    Recu le 13 decembre 2013 ; accept le 31 mars 2014

    Observation

    Un homme de 53 ans tait adress dans le service de pneumologie par son mdecin trai-tant pour le bilan dune image pulmonaire anormale. Le patient avait comme antcdentsune HTA traite et un tabagisme non sevr estim 30 paquets-annes. Lhistoire de

  • Pour citehttp://dx

    ARTICLE IN PRESSModele +RMR-857; No. of Pages 42 F. Vandenbos et al.

    Figure 1. lobaire supr cet article : Vandenbos F, et al. Une masse abcde trompe.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.04.001

    Radiographie du thorax de face : opacit alvolairerieure droite.

    Figure 2. montrant unmoyen. La thyperxatioen rapport ause. Revue des Maladies Respiratoires (2014),

    Coupe de tomodensitomtrie en fentre mdiastinalee masse abcde dans le lobe suprieur droit et le lobeomographie avec mission de positons objective unen priphrique (SUV 7) et une hypoxation centralevec la ncrose.

    Quel est votre diagnostic ?

  • Pour citer cet article : Vandenbos F, et al. Une masse abcde trompehttp://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.04.001

    ARTICLE IN PRESSModele +RMR-857; No. of Pages 4Une masse abcde trompeuse 3

    Commentaires

    Notre patient prsentait une masse abcde et les examensraliss ne permettaient aucune orientation tiologique.Les diffrents prlvements vises infectieuses (aspira-tion bronchique, recherche de bacilles alcoolo-rsistants,srologie aspergillaire) taient ngatifs. Devant la suspiciondun cancer, une dcision chirurgicale a t prise chez cepatient fumeur. Le patient subissait une thoracotomie avecbilobectomie suprieure. Ltude anatomo-pathologiquemacroscopique identiait une masse sous-pleurale de9 5,5 4 cm. Cette masse tait mal limite et compo-se de nombreux abcs. Ltude microscopique montraitun foyer de bronchopneumonie aigu associ de nom-breux abcs polynuclaires neutrophiles et osinophiles.Les centres des abcs comportaient des grains actinomyco-siques avec des colonies bactriennes lamenteuses (Fig. 3).Le diagnostic dactinomycose pulmonaire tait nalementretenu.

    Discussion

    Lactinomycose pulmonaire est devenue une affection raredans les pays dvelopps [1]. Elle est due des bactriesdu genre Actinomyces qui sont Gram positif et stricte-ment anarobie. Lespce la plus frquemment rencontreen pathologie humaine est Actinomyces israelii. Ces bact-ries sont des commensales de la cavit buccale mais peuventprolifrer partir dun foyer dentaire. Latteinte pulmo-naire se fait alors par micro-inhalations. Lactinomycosepulmonaire se dveloppe de facon indolente sous la formedun abcs qui va stendre progressivement de proche enproche. Au moment du diagnostic, les lsions sont gnrale-ment tendues. Les principaux diagnostics diffrentiels sontles abcs pyognes, la tuberculose, les infections fun-giques et les cancers bronchiques. Toutes ces pathologies

    Figure 3. Grain dactinomycose form par des bactries lamenteuses colores e(B, 400).

    sont lorigine dun hypermtabolisme local et entranentune hyperxation au PET-scan [3].

    Le diagnostic est souvent difcile faire, dabordparce quil est compliqu disoler la bactrie. En effet, ilsagit dun germe commensal, qui ncessite des conditionsdanarobiose stricte pour crotre. Chez notre patient, lescures itratives de lassociation amoxicillineacide clavu-lanique avaient sans doute rendu encore plus difcile sonisolement. Cet antibiotique est trs efcace contre A. israe-lii mais il doit tre prescrit sur une longue priode pourstriliser le site. Ensuite parce que la prsentation cliniqueest non spcique. Les signes cliniques les plus frquentssont la toux, lexpectoration et la douleur thoracique [1].Llment dorientation tiologique le plus important est lamise en vidence de grains actinomycosiques (grains dits sulfureux ). Malheureusement, leur prsence est incons-tante. Souvent le diagnostic dactinomycose pulmonaireest port sur la pice opratoire [2]. Une fois le dia-gnostic tabli, le traitement repose sur une antibiothrapiede plusieurs mois. Ces germes sont sensibles aux amino-pnicillines, macrolides, cyclines, la clindamycine. . .Gnralement, lamino-pnicilline est prfre pour unedure de 6 12 mois en labsence de geste opratoire etde plusieurs semaines en cas dacte chirurgical. Enn, pourcompliquer le tout, rappelons-nous que la coexistence duneactinomycose et dun cancer bronchique nest pas excep-tionnelle [4].

    Concernant notre observation, un lment de lanamnseaurait pu attirer notre attention, savoir lefcacit tem-poraire et rpte de lantibiothrapie. Enn, nous avonsrecherch a posteriori lexistence de problme dentairechez notresent un ponze mois ancessit dle dbut deuse. Revue des Maladies Respiratoires (2014),

    n noir par le Grocott (A, 400) et en rouge par le PAS

    patient. Nous avons alors appris quil avait pr-roblme infectieux important sur une molairevant sa consultation en pneumologie. Ceci avaites soins qui staient termins trois mois avants symptmes pulmonaires.

  • Pour cite mpehttp://dx

    ARTICLE IN PRESSModele +RMR-857; No. of Pages 44 F. Vandenbos et al.

    Dclaration dintrts

    Les auteurs dclarent ne pas avoir de conits dintrts enrelation avec cet article.

    Rfrences

    [1] Mabeza GF, Macfarlane J. Pulmonary actinimycosis. Eur Respir J2003;21:54551.

    [2] Lacassagne L, Migures M, Fajadet P, et al. Pneumopathieabcde chronique chez une jeune femme, rvlant une acti-nomycose thoracique. Rev Mal Respir 2004;21:5914.

    [3] Laffon E, de Clermont H, Bordenave L. TEP-TDM et thorax. RevMal Respir 2010;27:127580.

    [4] Charif F, Harb A, Alifano M, et al. Cancer bronchique etactinomycose : un pige dangereux. Rev Mal Respir 2009;26:10036.r cet article : Vandenbos F, et al. Une masse abcde tro.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.04.001use. Revue des Maladies Respiratoires (2014),

    Une masse abcde trompeuseObservationCommentairesDiscussionDclaration dintrtsRfrences

Recommended

View more >