XIX siecle

  • View
    157

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of XIX siecle

Les romans de Victor Hugo1823. Han dIslande - sous linfluence du roman noir, le hros est un monstre buveur de sang. 1826. Bug Jargal - il sagit daventures romanesques et dramatiques, o se discerne linfluence de Walter Scott. 1829. Le Dernier Jour dun Condamn, le plaidoyer contre la peine de mort 1831. Notre-Dame de Paris 1834. Claude Gueux 1862. Les Misrables 1866. Les Travailleurs de la mer lpope du travail et le drame de lhomme luttant contre lOcan 1869. Lhomme qui rit 1869 Quatrevingttreize le roman historique et symbolique

Notre - Dame de ParisRsum : La fte des fous (livre I et II). 6 janvier 1482, jour de fte des fous. Dans la grande salle du palais de justice, on reprsente un mystre du pote Gringoire ; sur le parvis danse la bohmienne Esmralda. Le sonneur de Notre-Dame, le hideux Quasimodo essaie de l'enlever sur l'ordre de l'archidiacre Claude Frollo, mais elle est sauve par le beau capitaine Phoebus de Chateaupers. Gringoire s'est gar dans la cour des miracles; le roi des truands le met en jugement mais il est sauv par la Esmralda qui, pitoyable, consent l'pouser. Notre-Dame et ses deux htes (livres II VI). Voici Notre-Dame, chef d'oeuvre gothique dchu de son ancienne grandeur, et, vu du haut des tours, le Paris d'autrefois. Quasimodo vit l, au milieu de ses cloches; et son coeur s'veille l'amour lorsque, condamn au pilori pour avoir attaqu la Esmralda, il reoit boire des mains de la jeune fille. Quant l'inquitant Frollo, il est dvor de passion pour elle. L'aventure de la Esmralda (livre VII). La Esmralda aime Phoebus: au cours d'un rendez-vous avec elle, le jeune capitaine est poignard par Frollo, qui laisse accuser la Esmralda. L'hrosme de Quasimodo (livres VIII X). La Esmralda, condamne pour meurtre et pour magie, va faire amende honorable devant le grand portail de Notre-Dame; mais Quasimodo l'entrane dans l'glise, asile inviolable. Inquiets de ne pas la voir revenir, les truands attaquent la cathdrale, mais ils sont mis en droute. La vengeance et le chtiment de Frollo (livre XI). Frollo s'est empar de la Esmralda; repouss, il la livre une vieille recluse qui reconnat en elle son enfant d'autrefois perdue et tente de la cacher ; mais la bohmienne est reprise. Frollo, du haut des tours, sourit affreusement en la voyant pendue. Quasimodo le prcipite dans le vide et va mourir dans le charnier de Montfaucon en treignant le cadavre de celle qu'il aimait. ***************************** Hugo situe une intrigue dramatique dans un cadre historique, le Paris du XVe sicle, avec ses bourgeois, ses tudiants, ses truands et surtout sa cathdrale qui domine les vnements de sa prsence immuable et solennelle. Le roman nous prsente une vision tragique du mystre de lhistoire et de la destine des individus. Cest le mot grec anank (fatalit), dcouvert dans un recoin obscur de Notre-Dame, grav par Claude Frollo qui pourrait inspirer ce livre de Hugo. Une fatalit sombre pse sur ce roman, elle conduit les personnages au meurtre et la mort. Ce roman ressemble aux drames de Victor Hugo par le mlange du sublime et du grotesque, en particulier dans le personnage de Quasimodo, le monstre au grand coeur (dans la prface du Cromwell Hugo proclame que tout dans la cration nest pas humainement beau, que le laid y existe cot du beau, le difforme prs du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec le bien, lombre avec la lumire) . On souvent dit que le personnage principal de ce roman est - la cathdrale, soit pour souligner limportance de la thmatique et de la symbolique architecturales, soit pour dsigner une oeuvre que lon estime compose dentits collectives plus que les personnages individuels. La description prcise, allant jusquaux dtails techniques, de Notre-Dame tient une place de choix dans le roman et tmoigne de lintrt de lcrivain pour larchitecture. Le personnage du pote Gringoire, le double farcesque de lauteur, illustre cette aspiration de lauteur. Il sent natre en lui un got violent pour larchitecture qui lui fait oublier la bohmienne et sa chvre. Les principaux lments du rcit trouvent leur origine dans la cathdrale : Quasimodo y est dpos enfant, la Esmralda danse sur son parvis, Claude Frollo y mne lombre des tours son existence de prtre, de savant et dalchimiste et meurt prcipit du haut de ses mmes tours, peu aprs son jeune frre qui a subi le mme sort des mmes mains. Elle est le lieu do on voit tout, de la Bastille o se tient le roi la place de Grve o se dresse le gibet dEsmralda. A ce titre, elle est comme un symbole de lauteur lui-mme, de son regard plongeant sur lhorizon du rcit.

1

Le symbolisme majeur du roman, celui qui associe larchitecture et la littrature se dveloppe tout au long du rcit par les biais de mtaphores qui les identifient : par exemple la faade de Notre-Dame est une page architecturale. Ldifice est le symbole du livre, le livre celui de ldifice. La Esmralda est aime et dsire par trois hommes, qui reprsentent chacun une forme de pouvoir, dont elle subira loppression: - Phobus incarne le pouvoir de larme, celui de la dfendre, - Claude Frollo le pouvoir de lEglise, pouvoir politique et judiciaire puisque ce sont ses agissement qui permettent la condamnation de la Esmeralda, - Quasimodo enfin dtient le pouvoir du peuple cest--dire celui des mains nues. Le roman prsente trois relation filiales, toutes les trois menaces ou problmatiques, toutes voues la

maldiction. Claude Frollo tient lieu de pre son jeune frre Jehan (il devient le coupable involontaire pour la mort deJehan que Quasimodo tue), il a adopt Quasimodo (ce lien ce termine par un parricide). La Sachette, mre dEsmralda quelle maudit de son trou, ne parvient pas sauver sa fille aprs quelle la reconnue. Sur le plan historique ce livre dcrit le passage de lordre fodal lordre monarchique, illustr par la monte en puissance progressive du roi Louis XI.

Les MisrablesCest un norme roman, ingal et surcharg, mais riche et puissant, domin par une thse humanitaire et une inspiration pique, le mlange des influences de Walter Scott et dHomre. Le but de Hugo tait dcrire un roman qui est la fois un drame et une pope, qui peint la lutte entre les forces antagonistes, le bien et le mal. Sous le nom du roman, Les Misrables, Hugo dsigne toutes les victimes dun ordre social dont il est de plus en plus rsolu condamner les rigueurs et les injustices, des tres qui souffrent matriellement et moralement. Il est inspir par une intention sociale. Hugo veut dnoncer la dgradation de lhomme par le proltariat, de la femme par la faim, de lenfant par la nuit. Les bas-fonds, la misre, le crime, sont le fait de la socit, qui produit politiquement et socialement sa propre marge et conduit au crime ceux quelle a acculs la misre. Selon lui, seules linstruction, la justice sociale et la charit vanglique empcheront les infortunes de devenir les infmes. Hugo nous prsente un tableau des classes diffrentes, il visite les quartiers pauvres, il accumule sa documentation sur place, par exemple, il assiste dans la rue une scne de querelle entre une prostitue et son maquereau (do il prend la base pour le personnage de Fantine). Le personnage de Jean Valjean est inspir par Les Mmoires de Vidocq, un personnage rel. Cest le procd raliste. Lambition de Victor Hugo est explicite: Ce livre est un drame dont le premier personnage est l'infini. L'homme est le second. Comme dans La Lgende des Sicles, il veut dcrire la condition humaine, la lutte constante entre le Bien et le Mal et lespoir qu la fin le Bien va triompher. Cest une pope de la conscience humaine. Dans le chapitre Une tempte sous un crne, il dit : Faire le pome de la conscience humaine, ne ft-ce qu propos du plus infime des hommes, ce serait fondre toutes les popes en une pope suprieure et dfinitive; le livre que nous avons devant nous est du dbut jusqu la fin lascension du Mal vers le Bien, du faux vers le vrai, ...... de lordure vers la vie... de lenfer vers le ciel, du nant vers Dieu, au dbut - lhydre, la fin - lhomme.

Rsum: Le rcit s'organise autour de Jean Valjean, ancien forat, qui trouve asile, aprs une lamentable cours errante, chez Monseigneur Myriel, vque de Digne. Il se laisse tenter par des couverts d'argent et dguerpit l'aube (la premire fois il a t condamn pour avoir vol du pain). Des gendarmes le reprennent; mais l'vque tmoigne en sa faveur et le sauve. Cette gnrosit le bouleverse. Il cde une dernire tentation, puis il devient un honnte homme. Fantine a t sduite, puis abandonne avec sa petite fille Cosette. Arrte la suite d'une dispute, elle est prement interroge par le policier Javert; mais le maire de la ville M.Madeleine, la fait relcher. Cette clmence, dconcertante de la part d'un magistrat confirme le soupon de Javert: M. Madeleine et Valjean ne font qu'un. Quelques temps plus tard, un malheureux, Champmathieu, est pris pour l'ancien forat de nouveau recherch. Aprs un douloureux dbat intrieur, le vrai Jean Valjean se fait reconnatre en plein tribunal. Momentanment laiss libre, il assiste l'agonie de Fantine lui jure de veiller sur Cosette: puis il s'chappe et gagne Paris (I 5 8) Cosette est servante chez le sinistre Thnardier qui fait fortune en dtroussant les morts de Waterloo. Jean Valjean a t repris par Javert et rintgr au bagne. Il s'est encore vad mais tout le monde le croit noy. Il revient, arrache Cosette au mnage Thnardier, se cache avec elle dans une masure, puis la communaut de l'adoration Perptuelle rue de Picpus (II). L'idylle rue Plumet. Jean Valjean s'installe rue Plumet sous le nom de Fauchelevent. Il lie connaissance avec un jeune rpublicain Marius, qui aime Cosette. Une fois de plus, arrt par Javert, il se sauve.

2

L'pope rue Saint Denis. En 1832, l'meute gronde rue Saint-Denis. Sur la barricade, Jean Valjean lutte avec Marius et le gamin de Paris Gavroche, sous les ordres de l'tudiant Enjolras. L'ancien forat se voit confier le policier Javert : gnreusement, il lui rend sa libert, puis sauve Marius