284 Troubles visuels non organiques chez l’enfant et l’adolescent

  • Published on
    04-Jan-2017

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • 113e Congrs de la Socit Franaise d'Ophtalmologie J. Fr. Ophtalmol.

    COMMUNICATIONS ORALESSTRABISMES

    S232

    ORGANISATION MDICO-LGALE DU CABINET

    282 ME-09.00Sport et handicap visuel : intrt, indications, contre-indications.Sport for visual impaired: interest, indications and contraindications.CHALLE G*, LEHOANG PH (Paris)

    Introduction : Le mdecin ophtalmologiste peut tre sollicit par des parents ou desadultes dficients visuels quant lopportunit de pratiques sportives. Il est impor-tant quil puisse rpondre cette demande.Matriels et Mthodes : Son intervention devra quantifier les comptences visuel-les fonctionnelles, dterminer ltiologie de la dficience et la fragilit oculaire. Ilconclura ainsi quant lopportunit dune telle pratique et sa non contre-indication.Trop souvent les enfants dficients visuels sont carts des activits sportives sco-laires et dclars inaptes. Il est important pour le mdecin ophtalmologiste de pos-sder des informations quant la faisabilit de nombreuses activits sportives, auprix parfois dadaptations simples.Discussion : Les diffrents sports sont passs en revue quant leurs exigences entermes visuels et les ventuelles contre indications, fonction de leur dangerosit.Conclusion : La pratique sportive est trs frquemment possible pour les enfantsdficients visuels.La pratique sportive pour les personnes handicapes visuelles est bien codifie. Uncertificat de non contre-indication ophtalmologique est maintenant exig par la Fd-ration Franaise Handisport et devra tre rempli par le mdecin ophtalmologiste.

    STRABISMES

    283 ME-09.30Traitement de la rtraction de paupire infrieure, aprs recul du muscle droit infrieur.Treatment of lower lid retraction following inferior rectus recession.MANN F*, GHORBEL I, ROUSSAT B (Paris)

    Introduction : Les grands reculs du muscle droit infrieur sont parfois indispensa-bles pour traiter des extensions de la tte, notamment dans les syndromes defibrose congnitale des muscles oculomoteurs. Cette technique peut parfoissaccompagner dune rtraction de la paupire infrieure disgracieuse, mais gale-ment pnalisante sur le plan fonctionnel en entranant une souffrance cornenne.Objectifs et Mthodes : Nous rapportons les cas de deux patients ayant prsentune rtraction de paupire infrieure dans les suites dune chirurgie de strabisme.Un patient g de neuf ans, prsentant un syndrome de fibrose congnitale, a topr dune hypotropie par recul des muscles droits infrieurs. Une rtraction de lapaupire infrieure sest dveloppe dun ct dans les suites opratoires, respon-sables dune lagophtalmie et dune kratite infrieure. Une patiente ge de 20 ans,prsentant une myopie forte, a dvelopp dans les suites dune opration pourhypertension intra crnienne congnitale, une paralysie du III avec dcalage verticalimportant. Un recul du muscle droit infrieur associ un renforcement du droitsuprieur a t ralis. Les suites ont t marques par une rtraction de paupireinfrieure responsable dune gne esthtique.Rsultats : Le traitement de la rtraction palpbrale a consist en un relchementde la lamelle des rtracteurs. Son effet a t apprci au moyen de photos pr-, per-et post-opratoires.Discussion : La lamelle des rtracteurs est un muscle en continuit avec le ligamentde Lockwood, structure fibreuse en contact avec le muscle droit infrieur et le mus-cle oblique infrieur. Le recul du muscle droit infrieur est responsable dun dpla-cement de ce ligament vers larrire et dune rtraction palpbrale. Le relchementde la lamelle des rtracteurs permet de rduire la rtraction palpbrale.Conclusion : La rtraction palpbrale infrieure nest pas toujours vitable dans lesreculs importants du muscle droit infrieur, mais son traitement est possible dans lemme temps opratoire ou en post-opratoire. La technique est simple et reproductible.

    284 ME-09.40Troubles visuels non organiques chez lenfant et ladolescent.Nonorganic visual disorders in children and teenagers.AUDREN F*, DUREAU P, EDELSON C, METGE F, VIGNAL C, CAPUTO G (Paris)

    Introduction : Les troubles visuels non organiques sont frquents chez les enfantset les adolescents et sont parfois sources de difficults diagnostiques. Nous rappor-tons notre exprience concernant les troubles visuels non organiques dans cettepopulation.Matriels et Mthodes : Nous avons tudi de faon rtrospective les cas despatients de moins de 18 ans, adresss dans notre centre entre avril 2003 etnovembre 2006 et pour lesquels le diagnostic de troubles visuels non organiques at pos. Les caractristiques dmographiques des patients, les symptmes ini-tiaux, les rsultats de lexamen ophtalmologique et des examens complmentairesventuels, ont t tudis.Rsultats : Les dossiers de 20 patients ont t tudis. Leur ge moyen tait de 9.8ans (7 17 ans), 10 taient des garons. Les symptmes les plus frquemmentdcrits taient une baisse dacuit visuelle bilatrale svre (12 cas), une baissedacuit visuelle unilatrale (4 cas), un trouble isol du champ visuel (2 cas), un trou-ble de la vision des couleurs (1 cas), une presbytie (1 cas). Les troubles visuels nonorganiques ont t diagnostiqus sur lexamen clinique et le champ visuel le plussouvent ; des examens lectrophysiologiques ont t raliss dans 3 cas. Un v-nement psychologique rcent pouvant avoir dclench les troubles visuels non orga-niques a t facilement retrouv linterrogatoire dans 6 cas ; un traumatismeorbitaire rcent a t retrouv dans 2 cas, et une pathologie oculaire chronique sous-jacente tait prsente dans un cas (uvite).Discussion : Malgr leur frquence, il existe peu de sries rapportes denfants oudadolescents prsentant des troubles visuels non organiques. Nous comparons lescaractristiques des cas de notre srie celles des cas dj rapports dans la littrature.Conclusion : Les troubles visuels non organiques sont frquemment rencontrschez les enfants et les adolescents. Une baisse dacuit visuelle ou des anomaliesdu champ visuel sont le plus frquemment observes. Les troubles visuels non orga-niques sont des pathologies ne pas mconnatre afin dviter des erreurs de dia-gnostic et des investigations ou des traitements inutiles.

Recommended

View more >