au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité page 1
au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité page 2
au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité page 3
au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité page 4
au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité page 5

au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la majorité

Embed Size (px)

Text of au laboratoire - .film où des joueurs habillés en noir et en blanc se 20 73 ... cœur de la...

  • M

    Jgra

    phic

    s/sh

    utte

    rsto

    ck.c

    om

    EN BREF Les magiciens savent

    manipuler lattention du spectateur; cest ainsi quils font sortir un lapin de leur chapeau. Ils peuvent aussi nous lancer sur une fausse piste pour que nous ne dcouvrions pas leurs trucs.

    Les chercheurs dcortiquent leurs tours et tudient les processus cognitifs en jeu. Mais des zones dombre subsistent.

    La cause: les magiciens utilisent peut-tre des mcanismes de lesprit non encore dcouverts

    Par Cyril Thomas et Andr Didierjean

    Un bon prestidigitateur peut nous faire croire presque nimporte quoi. Car il sait exploiter certaines failles de notre cerveau.

    Des magiciens au laboratoire

    Ce quil y a de fascinant avec la prestidigitation, cest quelle semble transgres-ser tout ce que nous savons des lois de la nature. Le magicien fait disparatre des pices ou des cartes, et apparatre des colombes ou des lapins. Il plie des cls distance et coupe son assistante en trois morceaux avant de la ressusciter. Mme le plus averti des spectateurs, qui cherche dceler le truc , ny voit en gnral que du feu.

    Le magicien applique en fait des recettes (longtemps travailles) pour tromper le public, ce qui ncessite de bien connatre lesprit humain et ses limites. Il joue avec diffrents processus cogni-tifs comme la perception, lattention ou la mmoire. Depuis une dizaine dannes, des chercheurs en psychologie et en neurosciences sintressent aux mcanismes en jeu dans la magie. Lobjectif est double : non seulement il sagit de mieux com-prendre les aptitudes cognitives connues telle la perception, mais aussi, peut-tre, den dcouvrir de nouvelles, manipules par les matres de la magie, et non tudies ce jour. Les magiciens entrent donc dans les laboratoires de recherche.

    Bien que le champ des mcanismes psycho-logiques sur lesquels sappuie la magie soit pro-bablement immense, son tude nen est qu ses dbuts, et, pour linstant, les scientifiques ont principalement dcortiqu un principe : le

    dtournement dattention. Mais dans notre labo-ratoire, nous commenons nous intresser un autre processus : la fausse solution .

    Voyons dabord ce quest le dtournement dat-tention. Cest la capacit du magicien manipuler lattention et le regard du spectateur pour rendre ce dernier aveugle un mouvement effectu en secret. Par exemple, lorsque lassistant ou lassis-tante du magicien entre sur scne de manire ostentatoire, lattention des spectateurs est capte et aucun dentre eux ne remarque quau mme moment le prestidigitateur place, la vue de tous, un lapin blanc dans son chapeau.

    NE PAS PERCEVOIR CE QUI EST VIDENT, AU MILIEU DE NOTRE CHAMP VISUEL

    Ce procd est trs utilis des magiciens depuis lAntiquit. Les chercheurs en psychologie ltudient depuis une vingtaine dannes seule-ment ; ils ont montr que des changements ou vnements trs visibles , ayant lieu dans des zones situes en dehors du focus attentionnel, passent parfois totalement inaperus.

    Ainsi, dans une clbre exprience ralise en 1999, Daniel Simons, de luniversit de lIlli-nois, et Christopher Chabris, de luniversit Harvard, ont prsent des participants un court film o des joueurs habills en noir et en blanc se

    20

    N 73 - Janvier 2016

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_de_l%27Illinoishttps://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_de_l%27Illinois

  • M

    Jgra

    phic

    s/sh

    utte

    rsto

    ck.c

    om

    DCOUVERTES Cognition 21

    N 73 - Janvier 2016

  • DCOUVERTES CognitionDes magiciens au laboratoire

    lanaient un ballon de basket. Les sujets avaient pour consigne de compter le nombre de passes ralises par lune des quipes. Ce quils igno-raient, ctait quau milieu de la vido un homme habill en gorille se faufilait entre les joueurs.

    Les chercheurs ont constat que quand les participants comptaient les passes des joueurs, plus de la moiti dentre eux ne remarquaient pas le gorille, alors mme quil avait travers leur champ visuel en gesticulant. Mais si vous avez lu cet article avant de regarder la vido (voir Sur le Web), il y a de grandes chances que vous arriviez compter les passes tout en per-cevant le gorille.

    Pourtant, la plupart du temps, mme si vous savez quun magicien va dtourner votre atten-tion pour raliser ses tours, vous ne verrez pas ses trucs . Alors comment fait-il ?

    Cest bien en se fondant sur les processus cognitifs du dtournement dattention que les prestidigitateurs nous trompent : ils attirent notre attention et notre regard sur un objet, un geste ou un endroit de la scne pour que nous ne voyions pas un mouvement quils ralisent simul-tanment en dehors de cette rgion dintrt. Une large littrature en psychologie montre que cer-taines proprits dun objet sont susceptibles de capturer lattention de lobservateur de manire automatique et quasi systmatique : son mouve-ment, un contraste de couleur ou sa nouveaut.

    Daprs le magicien et pickpocket Apollo Robbins, lillusionniste sait crer pendant un court moment un cadre attentionnel , et tout ce qui se passe lextrieur de ce cadre nest jamais vu par lesprit du spectateur. Le magicien a par exemple souvent recours un dplacement de la main, lent et courbe, pour capturer le regard du public. Au moment o nous avons notre attention emprisonne par ce geste, nous devenons aveugles ce que fait son autre main.

    Cette faon de dtourner lattention a t au cur de la majorit des recherches sur la magie. En 2010, Gustav Kuhn, de luniversit Goldsmith de Londres, et ses collgues ont prsent des participants la vido dun magicien faisant dispa-ratre un briquet. Ce dernier tenait lobjet dans la main gauche, lallumait puis faisait semblant de prendre la flamme avec sa main droite. Il gardait alors la main droite ferme puis lloignait pro-gressivement de sa main gauche. Il regardait sa main droite, puis louvrait en mme temps quil laissait discrtement tomber sur ses genoux le briquet tenu dans sa main gauche.

    Les auteurs enregistraient les mouvements oculaires des participants durant le film pour comprendre ce qui distinguait ceux disant avoir

    vu la chute du briquet de ceux affirmant ne pas lavoir remarque. Rsultat : la dtection du mou-vement secret ne dpendait pas, la plupart du temps, dun dplacement du regard ; cest le dplacement de lattention qui importait. En effet, certains sujets percevaient la chute du bri-quet alors quils ne fixaient pas du regard la zone de chute, et inversement, dautres participants ne dtectaient pas la chute du briquet alors quils regardaient la zone.

    De mme, Jennifer Pappas, de luniversit de Clemson en Caroline du Sud, et ses collgues ont analys les mouvements oculaires de personnes visionnant une version courte de la vido avec le gorille. Ils ont constat que certains participants ne remarquaient pas lanimal alors mme quil passait au centre de leur champ visuel et que dautres le voyaient bien alors quils ne le fixaient jamais du regard ! Ces rsultats montrent que ce nest pas parce que nous fixons du regard un objet que nous le dtectons consciemment ; et, inverse-ment, nous pouvons remarquer une scne situe ct de ce que nous fixons.

    Pourtant, lart des prestidigitateurs se situe encore au-del de ce que peuvent faire les scien-tifiques en laboratoire. Les magiciens oprent dans des conditions relles diverses : sur scne, dans la rue, entour dun public ou non. Leurs tours fonctionnent galement sur lensemble des spectateurs, alors mme que ces derniers connaissent le but de lexprience (ils savent quils vont tre dups). Au contraire, dans les exp-riences de psychologie, une proportion non ngli-geable de participants nest pas sensible aux illu-sions manipules. Alors comment les magiciens arrivent-ils tromper avec autant daisance un public plus quaverti ? La question reste ouverte.

    UN OUTIL MAGIQUE: LANCER LE SPECTATEUR SUR UNE FAUSSE PISTE

    Les prestidigitateurs utilisent dautres ficelles que le dtournement dattention pour tromper le spectateur, certaines dentre elles mobilisant peut-tre des mcanismes mentaux encore peu connus des scientifiques. Parmi elles, la fausse solution : une ide que les magiciens imposent dans les-prit du public pour lloigner du secret du tour. Lun des grands prestidigitateurs franais du xixe sicle, Jean-Eugne Robert-Houdin, nonait le principe suivant : On ne doit en rien ngliger de ce qui peut concourir garer lesprit des spec-tateurs ; aussi, lorsque vous prsentez un tour, tchez de faire attribuer son excution un tout autre principe que celui qui le produit.

    Lide sous-jacente est quun spectateur qui croit avoir compris le tour ( Je sais ! il a gliss

    Biographie

    Cyril Thomas

    Doctorant en psychologie luniversit de Franche-Comt.

    Andr Didierjean

    Professeur de psychologie luniversit de Franche-Comt et membre de lInstitut universitaire de France.

    des sujets, dans une exprience scientifique

    sur le dtournement dattention, ne voient pas

    un gorille qui traverse leur champ visuel!

    PLUS DE

    50 %

    Sur le Web

    La vido du gorille invisible: http://www.theinvisiblegorilla.com/videos.html

    22

    n 73 - Janvier 2016

  • la pice dans sa manche ) na pratiquement aucune chance de trouver la vraie explication (ici, la pice est ingnieusement truque). Ce truc ressemble par certains aspects un mcanisme connu en psychologie sous le terme deffet Einstellung.

    Ce mot allemand, difficile traduire en fran-ais, signifie en quelque sorte prdisposition : quand une ide est trs prsente lesprit, elle occupe tellement despace mental quil nest plus possible de penser autre chose. Ce phnomne a par exemple t bien document dans le domaine des checs. En 2008, Merim Bilali, de luniversit de Klagenfurt en Autriche, et ses collgues ont confront des joueurs dchecs expriments un problme admettant deux sol