Comparaison des réirradiations conformationnelles avec modulation d’intensité des carcinomes de la tête et du cou selon le schéma de Vokes et le schéma monofractionné

  • Published on
    30-Dec-2016

  • View
    217

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

  • 580 Communications orales / Cancer/Radiothrapie 17 (2013) 575584

    E. Vaulona, J.-P. Manensa, E. Le Prisa,R. de Crevoisieraa Centre Eugne-Marquis, Rennes, Franceb CHU de Pontchaillou, Rennes, FranceAuteur correspondant.Adresse e-mail : j.castelli@rennes.unicancer.fr (J. Castelli)

    Objectif. Analyser les sites de rcidive locale chez des patientsatteints de cancer de la sphre ORL trait par irradiation conforma-tionnelle avecmodulation dintensit (RCMI) avec prservation desglandes salivaires : parotide, glande sous-mandibulaire et glandessalivaires accessoires reprsentes par la cavit buccale.Patients et mthodes. Soixante-dix patients conscutifs, atteintspour 23% de cancers de la sphre ORL de stade I ou II, trait parirradiation conformationnelle avec modulation dintensit, ont tinclus. Pour chaque patient atteint dune rcidive locale, la TEP etla scanographie de la rcidive locale ont t recales de manirerigide sur la scanographie de planication. Le volume de la rci-dive a ensuite t dlin en se basant sur les donnes cliniques,iconographique et histologiques. Nous avons analys le pourcen-tage de volume de la rcidive couvert par lisodose de prescription95%. La rcidive locale tait classe comme dans le volume sicelui-ci tait de 95% ou plus, en bordure sil tait compris entre20et 95%, et en dehors sil tait de 20% ou moins. La corrlationentre le volume de la rcidive couvert par lisodose de prescription95% et la dosemoyenne auxparotides, glandes sous-mandibulaireset la cavit buccale t ralis par le test de corrlation deSpearman. Limpact de la dose aux glandes salivaires sur le risquede rcidive locale a t valu par une analyse en rgression deCox.Rsultats. Le suivi mdian tait de 20mois (635). Les parotidescontro- et homolatrales ont pu tre protges respectivementchez 54et 98% des patients, les glanes sous-mandibulaires contro-et homolaterales chez 26% et 7%. La cavit buccale a t pargne une dose de 40Gy ou moins chez 26patients (37%). Le taux decontrle local deuxanstait de76,5%. Il a t retrouv13 rcidives(12dans le volume irradi, une en bordure). Aucune rcidive nat note en regard des volumes protgs. Le volume de la rcidivecouvert par lisodose de prescription 95% ntait pas corrl avec ladose moyenne dans les parotides, les glandes sous-mandibulaireset la cavitbuccale. Le risquede rcidive localentait pas augmentpar une dose moyenne plus faible dans les glandes salivaires, maisil augmentait avec le stade T (p=0,04) et N (p=0,03).Conclusions. Plus de 92% des rcidives locales sont survenues dans le volume (dans les zones hautes doses). Lpargne des glandessous-mandibulaires et de la cavit buccale en plus des parotides nedgrade pas le contrle locorgional.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2013.06.014

    Gestion des situations difciles lors duneirradiation

    CO 13Radiothrapie conformationnelle avecmodulation dintensit (RCMI)locorgionale par acclrateurlinaire dans des cancers du sein :mise en place et premires valuationsJ.-M. Caudrelier , M. Lacelle , P. Lacasse ,D. Fraser , B. Nyiri , S. SamieeThe Ottawa Hospital Cancer Centre, Ottawa, CanadaAuteur correspondant.Adresse e-mail : jcaudrelier@ottawahospital.on.ca(J.-M. Caudrelier)

    Objectifs. valuer et rapporter notre exprience de radiothrapieconformationnelle avec modulation dintensit (RCMI) locorgio-nale par acclrateur linaire dans des cancers du sein.Matriels et mthodes. Depuis septembre 2011, nous avons trait57patientes. Les indications de RCMI taient : volumes ciblesprvisionnels (planning target volume [PTV]) complexes (incluantla chane mammaire interne) et/ou contraintes de doses auxpoumons et au cur non respectes (volume de cur recevant25Gy [V25]) de plus de 10% et volume de poumon recevant 20Gy[V20] de plus de 20% et/ou dose moyenne de plus de 15Gy).Le volume cible prvisionnel du sein, de la paroi et des airesganglionnaires ont t dlins, ainsi que de nombreux organessains. Les contours et le calcul de dose ont t revus par undeuxime oncologue radiothrapeute. La dose tait de 50Gy en25 fractions avec des contraintes de dose physique pour le volumecible prvisionnel et les tissus sains dnis. La planication a teffectue avec le logiciel Elekta-CMS/Monaco (version 2.03) utili-sant des algorithmes Monte-Carlo. Lirradiation tait isocentriqueet de type step-and-shoot. Les patientes ont t traites avec unacclrateur linaire Elekta Synergy de 6MV. Le positionnement at vri par des images portales. Les patientes ont eu une va-luation cliniquement chaque semaine et leurs donnes colligeslectroniquement.Rsultats. Le temps de planication a t assez long (28h). Lenombremdian de faisceaux tait de sept et ils couvraient un anglemdian de 240 (190295). Les contraintes de dose dans le volumecible prvisionnel et les tissus sains ont t atteintes pour plusde 95% des patientes. Les problmes de positionnement ont trares. La toxicit aigu a t principalement dermatologique avecun rythme grade 3observ chez 20% des patientes. Lincidencede lrythme grade 3tait plus leve aprs mastectomie et en casdutilisation de bolus. Cinquante des 57patientes ont t suivies aumoins trois mois. Un nombre limit de ractions tardives, essen-tiellement cutanes et de grade 1, a t observ. Aucune ractionpulmonaire na t note.Conclusion. La RCMI locorgionale par acclrateur linaire estralisable dans les cancers du cancer du sein, mais le temps de pla-nication reste long. La toxicit aigu est acceptable et les effetstardifs sont limits.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2013.06.015

    CO 14Comparaison des rirradiationsconformationnelles avec modulationdintensit des carcinomes de la tteet du cou selon le schma de Vokes etle schma monofractionnB. Soltys , C. Dalban , C. Mirjolet , N. Wiazzane ,A.-A. Serre , S. Zanetta , S. Thiebaut , P. MaingonCentre Georges-Francois-Leclerc, Dijon, FranceAuteur correspondant.Adresse e-mail : sbarbara67@sfr.fr (B. Soltys)

    Introduction. La rcidive en zone irradie des carcinomes de la tteet du cou est une ralit frquente. Lavnement de la radiothra-pie conformationnelle avecmodulationdintensit (RCMI) a permisdobtenir un meilleur taux de contrle local avec une diminutionde la toxicit aigu et la toxicit tardive par rapport aux techniquesconformationnelles. Ce travail consistait comparer lefcacit etla tolrance dune rirradiation conformationnelles avec modula-tion dintensit des carcinomes de la tte et du cou selon le schmade Vokes et le schma monofractionn.Patients et mthodes. tude rtrospective intressant 41 cas derirradiation par une technique de RCMI dynamique, 23 selon leschma de Vokes, 18 selon le schma classique monofractionn.Une chimiothrapie concomitante tait associe pour tous lespatients selon le schma de Vokes (5-uoro-uracile-Hydra) etpourdixdes18patients rirradis selon le schmaclassique (selsde

  • Communications orales / Cancer/Radiothrapie 17 (2013) 575584 581

    platine). Il y a eu moins de chirurgies initiales de la rcidive avec leschma de Vokes (huit sur 23) quavec le schma standard (12/18).Rsultats. La dose moyenne au premier volume cible prvi-sionnel (PTV1) tait de 59,6Gy [50,360,6] avec le schma deVokes et 66,9Gy [6071,9] avec le schma classique. Ces pre-miers volumes cibles prvisionnels taient identiques entre lesdeux groupes (p=0,74). La dose maximale la moelle tait inf-rieure avec le schma de Vokes (dose maximale de 12,9Gy contre23,3Gy, p=0,004). En ce qui concerne la toxicit, seules les der-matites aigus de grade 3taient signicativement plus frquentesavec le schma classique (17% contre 9%, p=0,005). Le suivimdian depuis la date de dbut de seconde irradiation taitde 33mois (intervalle de conance 95% [IC95%] =19,38ND).Le temps mdian coul jusqu la rechute locorgionale taitde neuf mois (IC95%=3,427,2) dans avec le schma stan-dard et 8,6mois (IC95%=5,113,2) avec le schma de Vokes(p=0,73). La dure mdiane de survie globale tait quiva-lente de 7,2mois (IC95%=5,816, 3) avec le schma standardcontre 15,1mois (IC95%=10,520,4) avec le schma de Vokes(p=0,15).Conclusion. En RCMI, les rsultats obtenus aprs rirradiation avecle schma Vokes ne semblent pas diffrents de ceux observs avecle fractionnement classique. Le schma Vokes reste une rfrence,avec une toxicit acceptable.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2013.06.016

    Communications libres

    CO 15valuation monocentrique de laradiothrapie conformationnelle avecmodulation dintensit (RCMI) chezdes patients atteints dun carcinomede la tte et du couC. Bednareka, X.-S. Suna,, C. Azliea,M. Puyraveaub, E. Bonnetc, R. Hamlaouia,b,c,d,J. Minya, F. Floretd, F. Nguyena, J.-F. Bossetaa Service de radiothrapie, CHRU, Besancon, Franceb Centre de mthodologie clinique, CHRU de Besancon, Besancon,Francec Service de radiothrapie, centre hospitalier, Belfort-Montbliard,Franced Service dotorhinolaryngologie, CHRU, Besancon, FranceAuteur correspondant.Adresse e-mail : sun.xushan@wanadoo.fr (X.-S. Sun)

    Objectifs.Identier les sites dchec et leurs facteurs prdictifs dercidive locorgionale dans les carcinomes de la tte et du couirradis avec modulation dintensit.Matriels et mthodes. Entre 2008et 2011, 125patients atteintsdun carcinome de la tte et du cou en place ont t irradisavec modulation dintensit (RCMI) avec intention curative aucentre hospitalier rgional universitaire de Besancon. Il sagissaitde 108hommes et 17 femmes dune moyenne dge de 59,7 ans(2781,5). Les localisations tumorales taient la cavit buccale pour7%, loropharynx pour 52%, lhypopharynx pour 25,6%, le naso-pharynx pour 3,2% et le larynx pour12%, de stade I et/ou II pour7,2%, III pour 26,4% et IV pour 66,4%. Parmi ces 125patients,13ont t traits exclusivement par irradiation conformation-nelle avecmodulation dintensit, 112ont recu une chimiothrapieconcomitante, 46une chimiothrapie dinduction. La RCMI a tralise selon deux techniques : radiothrapie squentielle (doseprescrite de 50, 60 et/ou 70Gy respectivement aux premier,deuxime et troisime volumes cibles anatomocliniques par frac-tionsde2Gypour115patients), radiothrapiede type simultaneous

    modulated accelerated radiation therapy (SMART) (dose prescritede 54et 66ou 67,5Gy aux premier et deuxime volumes ciblesanatomocliniques par fractions de 1,8 et 2,2 ou 2,25Gy pour dixpatients).Rsultats. Le suivi mdian tait de 29,6mois (4,758,8). Sur125patients, 33 taient en situation dchec primaire, dont23progressions, dix rcidives locorgionales et 14dissminationsmtastatiques distance. Les taux de survie quatre ans sansprogression, spcique et sans rcidive locale taient respec-tivement de 42,6%, 64,6% et 41%. Le seul facteur prdictif dercidive locorgionale retrouv tait le stade (I-III contre IV)avec un risque relatif de 3,4 [1,210] (p=0,0227). Au terme dusuivi, on observait 18% de xrostomies de grade 2et 1,6% degrade 3.Conclusion. Le seul facteur prdictif de rcidive locorgio-nale retrouv tait le stade. Nos rsultats sont comparables dautres sries de patients atteints de cancers de la tte et ducou traits par irradiation conformationnelle avec modulationdintensit.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2013.06.017

    CO 16tude de la relation entre le scoredassurance qualit de laradiothrapie, la toxicit et la surviedans lessai de phase III LAP07dans lecancer du pancras localement voluF. Hugueta,, P. Hammelb, D. Goldsteinc,N. Spryd, J.-L. Van Laetheme, P. Van Houtte f,B. Glimeliusg, M. Gubanskih, F. Bonnetain i,S. Racadot ja Hpital Tenon, Paris, Franceb Hpital Beaujon, Clichy, Francec Prince of Wales Hospital, Randwick, Australied Sir Charles Gairdner Hospital, Nedlands, Australiee Hpital Erasme, Bruxelles, Belgiquef Institut Jules-Bordet, Bruxelles, Belgiqueg Uppsala University, Uppsala, Sudeh Karolinska Institut, Solna, Sudei CHU de Besancon, Besancon, Francej Centre Lon-Brard, Lyon, FranceAuteur correspondant.Adresse e-mail : orence.huguet@tnn.aphp.fr (F. Huguet)

    Objectifs. Pour les adnocarcinomes du pancras localement vo-lus, lanalyse des donnes suggre que les patients en situation destabilit aprs une chimiothrapie dinduction pourraient bn-cier dune chimio-radiothrapie. Lessai randomis multicentriqueLAP07a valu si la chimio-radiothrapie a allong la survie glo-bale en comparaison avec la poursuite de la chimiothrapie chezles patients atteints dun adnocarcinome du pancras localementvolu contrl aprs quatre mois de chimiothrapie (AmericanSociety of Clinical Oncology, 2013). La qualit de la radiothra-pie est un facteur pouvant inuer sur la survie. Nous prsentonsune analyse de la corrlation du score dassurance qualit de laradiothrapie et la survie et la toxicit.Matriels et mthodes. Il sagit dune analyse planie dun objec-tif secondaire dun essai de phase III. Tous les centres participantsont valid au pralable un dummy run an dhomogniser le trai-tement. Bas sur des recommandations dnies au pralable, lescore dassurance qualit de la radiothrapie tait dni par troisgroupes : per protocole, dviation mineure ou dviation majeure.Les patients pour lesquels les donnes taient incompltes ouinvaluables ont t exclus de cette analyse. La toxicit a t ana-lyse selon lchelle Common Terminology Criteria for. AdverseEvents (CTCAE) v3.0. Lanalyse nale de lessai sera faite en avril2013.

Recommended

View more >