Évolution de la fonction rénale chez les patients infectés par le VIH traités pas atazanavir, ANRS C08 Aproco copilote

  • Published on
    09-Feb-2017

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • 374 Communications affiches / Nphrologie & Thrapeutique 10 (2014) 331378

    Auteur correspondant.Adresse e-mail : chargui.souma@yahoo.fr (S. Chargui)

    Introduction La nphrocalcinose (NC) est dfinie par la prsencede dpts de calcium dans les tubules rnaux secondaires undsquilibre entre promoteurs et inhibiteurs de la lithogense. Lediagnostic se fait lchographie. Nous proposons dtudier les par-ticularits de la nphrocalcinose de ladulte et ses tiologies.Patients et mthodes Il sagit dune tude rtrospective concer-nant les cas de nphrocalcinose macroscopique chez ladulte prisen charge dans notre service entre janvier 1986 et dcembre 2013.Rsultats Quatorze cas ont t identifis dgemoyen aumomentdu diagnostic de 34,14 ans avec des extrmes allant de 3ans 72ans. Le sex-ratio H/F est de 1. Plus de la moiti des patientsont des antcdents familiaux de lithiase rnale. Le diagnostic at voqu suite des coliques nphrtiques dans 5 cas, un syn-drome polyuropolydipsique dans 4 cas, un syndrome sec dans uncas, une hypokalimie dans un cas, une lithiase rnale dans uncas et suite une insuffisance rnale dans un cas. Une dcouvertefortuite a t note dans un cas suite lchographie. Les tiolo-gies retrouves sont : une acidose tubulaire distale (ATD) familiale(3 cas), une ATD secondaire un syndrome de Gougerot-Sjgren(2 cas), une oxalose primitive (2 cas), un syndrome de Cacci Ricci(3 cas), une hypercalciurie hypomagnsmie familiale (1 cas), unsyndrome de Dent (1 cas) et une tiologie indtermine (2 cas).Lvolution a t marque par la stabilisation de la fonction rnaledans 6 cas et la survenue dune insuffisance rnale chronique dans2 cas avec recours lpuration extrarnale dans cinq cas et unpatient est dcd.Discussion et conclusion La NC existe chez lenfant comme chezladulte, ses causes sont multiples et la plupart des dsordres dusystmemtabolique associs ont une origine gntique. La dcou-verte dune NC impose une enqute tiologique comportant uneapproche clinique globale et un bilan biologique appropri asso-cis des explorations radiologiques. Lobjectif final est de prvenirlvolution vers linsuffisance rnale terminale.

    Dclaration dintrts Les auteurs nont pas transmis de dclara-tion dintrt.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.245

    Autres

    AN110

    volution de la fonction rnale chezles patients infects par le VIH traitspas atazanavir, ANRS C08 AprococopiloteA. Scemla1,, C. Camille2,3,4, M. Flamant5, P. Granier6,J.M. Molina5,7, F. Raffi8, F. Mentr2,3, C. Leport91 Transplantation Rnale et Soins Intensifs, Hpital Necker, APHP,Paris, France2 Service de Biostatistiques, Inserm, Iame, Umr 1137, Paris, France,France3 Univ Paris Diderot, Sorbonne Paris Cit, Paris, France, France4 APHP, Hpital Bichat, Paris, France5 Service de Physiologie, Hpital Bichat, APHP, Paris, France6 Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU deBourg-en-Bresse, Bourg-en-Bresse, France7 Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hpital Saint-Louis,APHP, Paris, France8 Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Nantes,Nantes, France9 Umr 738, Inserm-Universit Paris Diderot, Paris, France

    Auteur correspondant.Adresse e-mail : annescemla@yahoo.fr (A. Scemla)

    Introduction Latazanavir (ATV), seul inhibiteur de protase (IP)utilisable sans boost, pourrait avoir une toxicit rnale long termemais celle-ci nest pas vrifie.Patients et mthodes Dans la cohorte francaise ANRS C08 Aprococopilote de patients (pts) recevant des IP partir de 1997, nousavons tudi les caractristiques dmographiques et lvolutionde la fonction rnale sous ATV. La formule CKD-Epi a t utilisepour estimer le dbit de filtration glomrulaire (DFGe). La pente dedcroissance du DFGe (FDGe) a t tudie par modle linairemixte selon les potentiels dterminants de la fonction rnale : ge,sexe, taux de CD4, charge virale, stade sida, hpatite B ou C, diabte,hypertension artrielle, exposition au tnofovir, tabagisme.Rsultats Cent soixante-huit pts ont recu de lATV pendant27,9mois [0,966,7]. Lors de la mise sous ATV, lge mdian taitde 44,5 ans, 76% des pts taient des hommes, suivis 8 annes.Le taux de CD4 tait de 518/mm3 [61540], et la charge viralede 50 copies/mL [208106]. Cinquante-huit pour cent des ptsont t exposs au tenofovir pendant 28,8mois, et 69% ltaientencore lors de lintroduction de lATV. Cinq pour cent des ptsont prsent un pisode de colique nphrtique. La cratinin-mie et le DFGe mdian taient respectivement de 77mol/Let 97mL/min/1,73m2 lors de lintroduction dATV. Sous ATV, laFDGe a t de 0,006mL/min/mois, ce qui est comparable la population gnrale. Seuls les pts ayant un DFGe ini-tial < 60mL/min (n=6 ; 4%) ont eu une dgradation de la fonctionrnale, avecFDGe=0,6mL/min/mois (p=0,05). En analysemul-tivarie, aucun autre facteur ninfluence lvolution de la fonctionrnale.Discussion et conclusion Chez des pts traits en moyenne 2,3 anspar ATV, la fonction rnale reste stable sauf lorsque le DFGe initialest infrieur 60mL/min.

    Dclaration dintrts Les auteurs nont pas transmis de dclara-tion dintrt.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.246

    AN111

    tude comparative de lefficacit desantihypertenseurs donns sous formeprinceps ou gnriqueM. Bouiller1, M. Dinic2, D. Thibaudin2, M. Mehdi2, N. Maillard2,I. Masson2, C. Broyet2, H. Mohey2, C. Sauron2, E. Alamartine2,C. Mariat3,1 Nphrologie et Hmodialyse, CH, Puy, France2 Nphrologie, CHU de Saint-tienne, Saint-tienne, France3 Service de Nphrologie et Transplantation Rnale, CHU deSaint-tienne, Saint-tienne, France Auteur correspondant.Adresse e-mail : christophe.mariat@univ-st-etienne.fr (C. Mariat)

    Introduction Par opposition la seule validation pharmacolo-gique des gnriques antihypertenseurs, des tudes de validationclinique font dfaut et seraient mme de mieux convaincre utili-sateurs et prescripteurs. Nous avons dbut une tude clinique delefficacit des gnriques antihypertenseurs, en conditions rellesde prise en charge des patients hypertendus.Patients et mthodes Il sagit dune tude de non-infriorit, mul-ticentrique, prospective, randomise en cross-over incluant despatients hypertendus modrs svres. Pour chaque patient,une mesure ambulatoire de pression artrielle (MAPA) est rali-se aprs 2 priodes de 6 semaines chacune. Pour chaque priode,le patient prend son traitement antihypertenseur habituel sousforme exclusivement de gnriques puis sous forme de princepsou inversement en fonction de la randomisation. Le critre dejugement principal est la comparaison de la pression artrielle sys-tolique moyenne des 24h (PASM). Pour lhypothse dune marge

    mailto:chargui.souma@yahoo.frdx.doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.245http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.nephro.2014.07.246&domain=pdfmailto:annescemla@yahoo.frdx.doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.246http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.nephro.2014.07.247&domain=pdfmailto:christophe.mariat@univ-st-etienne.fr

Recommended

View more >