Maxime du Camp, Théophile Gautier

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La figura de Gautier, hoy quizás demasiado olvidada, articuló el mundo de la cultura parisina durante las décadas centrales del siglo XIX. Este estudio corre a cargo de uno de los escritores que mejor lo conoció: Maxime du Camp

Text of Maxime du Camp, Théophile Gautier

  • Thophile Gautier (2edition) par Maxime Du

    Camp,...

    Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

    http://gallica.bnf.frhttp://www.bnf.fr

  • Du Camp, Maxime (1822-1894). Thophile Gautier (2e dition) par Maxime Du Camp,.... 1895.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation. 4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle. 5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

    http://gallica.bnf.frhttp://www.bnf.frhttp://www.bnf.fr/pages/accedocu/docs_gallica.htmmailto:reutilisation@bnf.fr

  • LES GRANDS CRIVAINS FRANAIS

    THOPHILEGALTIER-?

    PARr

    MAXIME DU CAMP

  • THOPHILE GAUTIER

  • VOLUMES DE LA COLLECTION DJ PARUS

    VICTOR COUSIN, par M. Jules Simon, de l'Acadmie franaise.

    MADAME DE SYIGNE, par M. Gaston Huissier, de l'Acadmie franaise.

    MONTESQUIEU, par M. Allicn Sorel, de l'Institut.

    CKOKGE SAND, par M. E. Ctiro, de l'Acadmie franaise.

    TUUGOT, par M. Lon Stiy, dput, de l'Acadniie franaise.

    TIIIERS, par M. P. de limusal, snateur, de l'Institut.

    D'ALEMIIERT, par M. Joseph Bertrand, de l'Acadmie franaise, secrtaire

    perptuel de l'Acadmie des sciences.

    VAUVENARGUES, par M. Mnurirr. Paleolugue.

    MADAME DE STAL, par M. Albert Sont, de l'Institut.

    THOPHILE GAUTIER, par M. Maxime Du Camp, de l'Acadmie franaise.

    HERNARDIN DE SAINT-PIERRE, par M. Annie Rnrine.

    MADAME DE LA FAYETTE, par le comte dlloussomtlle, de l'Acadmie

    franaise.

    MIHABEAU, par M. Edmond Housse, de l'Acadmie franaise.

    RUTEBEUF, par M. Clc'dat, professeur de Facult.

    STENDHAL, par M. Edouard Uad.

    ALFRED DE VIGNY, par M. Uourire Polcologue.

    BOILEAU, par M. G. Lanson.

    CHATEAL'URIAND, par M. de Leseure.

    FNELON, par M. Paul Jana, de l'Institut.

    SAINT-SIMON, par M. Gastun Boissier, de l'Acadmie franaise.

    RABELAIS, par M. Eeiii Millet.

    J.-J. ROUSSEAU, par M. Arthur Chuauel.

    LESAGE, par M. Eugne Lintilhae.

    DESCAHTES, par M. Alfred Fouille.

    VICTOR HUGO, par M. LopoU lUbilleau.

    ALFRED DE MUSSET, par M. Anide Barine.

    JOSEPH DE MAISTRE, par M. George Cogordan.

    FROISSART, par Mme Mary Dnrmestaer.

    DIDEROT, par M. Joseph Keinath.

    GUIZOT, par M..(. liarioux, de l'Institut.

    MONTAIGNE, par M. Paul Slapfer.

    Chaque volume, rtt'CC un portrait en liliografure (r

    Coulommiers. Imp. Paci. IiRODARD. COJ-9'i.

  • THK01MI1LI-: (VACTIKK

  • LES GRANDS CRIVAINS FRANAIS

    THEOPHILE GAUTIER1'Ali

    MAXIME DU CAMP

    DE L'ACADMIE FRANAISE

    Etl tout quelque chose comme trois cents volumes, ce qui fait que tout lu monde

    m'appelle paresseux et me demande quoije m'occupe.

    et, rno quoi

    (Thophile Gautieu.)

    DEUXIEME EDITION

    PARISLIBRAIRIE HACHETTE ET Gic

    79, nouLEVAisn saint-germain, 79

    1895

    Uni; La de lra.jur.ajou et do lepimud o lcem:

  • THOPHILE GAUTIER

    CHAPITRE 1

    LA JEUNESSE

    Thophile Gautier a t le type de ce que lesrdacteurs en catalogues de librairie nomment un

    polygraphe. C'tait un crivain, au large sens du

    mot; il n'a pas imit ces gens de lettres qui, parstrilit ou par got, se cantonnent dans une spcia-lit dont ils prennent tellement l'habitude, qu'il leurest impossible d'en sortir et qui se trouvent dpayssds qu'ils ne sont plus dans leur domaine ordinaire.Pour lui, le champ, le vaste champ de la littrature,n'eut pas de terrains inconnus. Plus et mieux que Pic.de la Mirandole, il aurait pu offrir le combat, tout

    venant, pour discuter de orniti re scibili et quibusdemaius, car, au cours de son existence, il en a sans

    cesse dissert, ]a plume la main. Lorsque l'on

    regarde l'ensemble de son uvre, produit de qua-rante annes de travail, on reste surpris et respec-

  • 6 THOPHILE GAUTIER.

    tueux d'un si considrable labeur qui s'est tendu

    sa.ns difficult sur des sujets dont la diversit est

    prodigieuse et qu'ila traits toujours avec origina-

    lit, souvent avec la supriorit d'un matre.

    Dans le renouveau littraire dont Chateaubriand

    fut le prcurseur, ThophileGautier marche au pre-

    mier rang, brandissant sa bonne plumede Tolde,

    comme l'on disait au temps des batailles roman-

    tiques, ne cdant le pas personne, se jetant au

    plus fort de la mle, faisant facede toutes parts

    et redoublant d'audace sous les invectives dont la

    nouvelle cole tait l'objet. Il est rest fidle aux

    croyances de sa jeunesse; dans les derniresannes

    de sa vie, annes lourdes et parfois pnibles, son

    cur battait plus vite et son teint s'animait lorsqu'il

    parlait de la premire reprsentationde Hernani et

    des horions changs pendant que Ligier-Triboulet

    dbitait les tirades du Roi s'amuse. Sa foi, j'entends

    sa foi littraire, tait si profonde et si vivace, que

    le long exercice du mtier ne l'a point affaiblie. Il

    fut fervent jusqu' l'heure suprme, et si, avant de

    fermer les yeux pour jamais, il s'est tourn vers le

    monument que les crivains de sa gnration, potes

    et prosateurs, ont dili la renaissance de l'art,il

    a d tre rassur sur 1 avenir de son nom, en consta-

    tant qu'il l'a inscrit sur une des pierres du couron-

    nement.

    Pour la postrit, la pyramide s'lve d'elle-mme.

    Les oublis forment la base, invisible, presque dis-

    parue dans les fondations; puis les mdiocres,les

  • LA JEUNESSE. -j

    incomplets, ceux dont la volont fut plus nergiqueque le talent, les auteurs que la mode a quelque tempssoutenus sur ses ailes fragiles, les romanciers, les

    historiens, que sais-je encore, les officiers de l'arme

    littraire; enfin tout en haut, presque dans les cieux,le pote prenant la place qui lui tait due pendant savie et qu'on ne lui accorde qu'aprs sa mort. A com-

    bien d'crivains de haute vole ne pourrait-on pas

    appliquer l'pitaphe que Gombaud a rime pourMalherbe

    L'Apollon de nos jours, Malherbe, ici repose;Il a vcu longtemps sans se louer du sort.En quel sicle? Passant, je n'en dis autre chose,II est mort pauvre. Et moi je vis comme il est mort.

    Mille causes secondaires exercent une influence

    souvent tyrannique sur l'opinion et repoussent les

    crivains vivants loin du rang que leur assignait un

    mrite suprieur. L'avenir seul, dgag des proc-

    cupations du temps o ils jetaient leurs uvres

    parmi les hommes, est assez indpendant pour leur

    donner un numro d'ordre dans le panthon des

    gloires de l'esprit humain. Rclames et dnigre-ments, chutes et succs, sifflets et bravos, l'avenir

    n'en tient compte; tt ou tard, la rputation, avilie

    ou exagre, prend un niveau dfinitif, d'elle-mme,sans que rien puisse le modifier. C'est lit le travail,

    presque inconscient, coup sr dsintress, de la

    postrit, qui dure plus ou moins longtemps, selon

    le degr et l'intensit du talent. H me semble qu'a

  • 8 THOPHILE GAUTIER.

    l'tiage de la clbrit, le nom de Thophile Gautier

    se maintiendra une bonne hauteur, le premier peut-

    tre aprs celui de Musset, de Lamartine et de Victor

    Hugo. En tous cas, les vers de Gautier partagent avec

    ceux de Musset une qualit de premier ordre

    seuls, de leur poque, ils ne sont point entachs

    de rhtorique.

    Pour peu que l'on ait eu quelque tendresse dans

    les sentiments, on garde au fond du cur une sorte

    de chapelle spulcrale o vivent encore ceux qui ne

    sont plus et que l'on a aims. Tout embaums dans

    les parfums du souvenir, ils apparaissent ds qu'onles voque, rpondent lorsqu'on les interroge et

    semblent ressaisir rellement leur ancienne exis-

    tence, pour la partager avec