Quelques repères historiques

  • View
    29

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Le Budget du Québec et ses impacts sur nous Présentation préparée par Rosa Turgeon et Stéphanie McConnell-Enright Centre des femmes d’ici et d’ailleurs Hiver 2011. Quelques repères historiques . En route vers la déshumanisation !. La clique des profiteurs !. Économie mondiale, 1980. - PowerPoint PPT Presentation

Text of Quelques repères historiques

  • Le Budget du Qubec et ses impacts sur nous

    Prsentation prpare par Rosa Turgeon et Stphanie McConnell-EnrightCentre des femmes dici et dailleursHiver 2011

  • Quelques repres historiques En route vers la dshumanisation !

  • La clique des profiteurs !

  • conomie mondiale, 1980La dcennie de lappauvrissement global

    croulement des prix des matires premires

    Disparits (jamais vues auparavant) entre les riches et les pauvres

  • 30 ans du capital libr lchelle mondiale

    La fin de la guerre froide

    La chute de ltat-providence

    La monte du dogme nolibral

  • 30 ans de capital librCela fait environ 30 ans que le capital est quasi totalement libr lchelle mondiale, concidant avec la fin de la guerre froide, la chute de ltat-providence et la monte du dogme nolibral. Cest lide du non-interventionnisme de Ltat pour laisser au march autorgulateur le soin de dterminer les rgles de fonctionnement de lconomie.

  • Nolibralisme

    Le monde doit tre un march libre, intgr et unique, libralisant la circulation des biens, des services et des capitaux. Selon les tenants du nolibralisme, il ne peut y avoir de vritable libralisation des marchs, de vritable drglementation du fonctionne- ment de lconomie, si on ne privatise pas tout ce qui est privatisable.

  • Des consquences dsastreuses sur le dos des femmes Les femmes sont majoritaires dans le secteur des services, qui offre beaucoup demplois prcaires et mal rmunrs. (heures coupes, cumul demploi, jobs temps partiel, petits contrats, travail autonome)Par la raret de lemploi et la froce comptition, les femmes immigrantes et racises se trouvent encore plus prcarises.

  • Le virage nolibral

    Reagan et Thatcher : la tte des tats-Unis et du Royaume Uni

  • Citation de Bruno Sarrasin Les deux pays associs au virage nolibral sont bien entendu le Royaume-Uni et les Etats-Unis avec larrive au pouvoir de Margaret Thatcher en 1979 et de Ronald Reagan en 1981. Ces deux gouvernements vont sappliquer, ds leur lection, mettre en uvre une thrapie de choc misant sur la privatisation, la drglementation et la rduction du rle de ltat dans le but de restaurer ce quils ont appel un environnement favorable relancer une croissance soutenue. (Sarrasin, 1999, p.12)

  • Les organisations internationales Le Fond montaire international

    La Banque mondiale

    Les programmes dajustements structurels

  • Le fondement des ces institutions

    En 1944, la confrence de Bretton Woods, le plan White fut accept. Il donna naissance deux institutions, la Banque mondiale et le Fond montaire international, qui repr-sentent deux organismes financiers les plus actifs sur le plan international.

  • Cet accord, portant le nom de la ville dans laquelle il fut sign (New Hampshire, -U), leur confra des objectifs bien diffrents de ceux quils remplissent aujourdhui. Dans le contexte de lpoque, les 45 signataires partageaient le but commun de mettre sur pied des projets dinvestissement et de soutenir financirement des pays atteints par la Deuxime guerre mondiale.

  • Objectifs de la Banque mondialeCes deux objectifs, assums par la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Dveloppement (B.I.R.D.), aujourdhui appele Banque mondiale, furent peu peu dvis pour se concentrer maintenant sur la problmatique financire des pays en voie de dveloppement.

  • Objectifs du F.M.I.Le Fonds montaire international avait des objectifs de stabilisation et de contrle dont les principaux sont de favoriser la coopration montaire internationale, de faciliter lexpansion du commerce international et de promouvoir la stabilit des taux de changes.

  • Composition du F.M.I.Bien que le F.M.I. soit ouvert tous les pays (il se composait en 2010 de 187 tats membres), il devient vident que les pays instigateurs les plus dvelopps conomiquement dtiennent la majorit des voix et donc un pouvoir dcisionnel considrable. En effet, les tats-Unis y dtiennent 16.74 des voix (ce qui correspond au pourcentage de vote pour demander une rforme des statuts) et les pays du G-20 forment eux seuls, par leurs investissements considrables, la majorit des droits de vote ( 65%).

  • Actions et rpercussions

    Les pays se retrouvent sous le contrle du FMI et de la BM.Ces deux institutions interviennent au nom des puissances mondialesLes pays ne sont plus souverains et doivent se soumettre cette hgmonie du march autorgulateur

  • Ces deux institutions internationales doivent sassurer du bon fonctionnement de la mondialisation des marchs et du capital. Toutefois, ce qui apparat inquitant est que le F.M.I. et la B.M. nont pas rendre de compte la socit civile. Leurs mandats depuis leur cration sont bien diffrents de ceux qui leurs avaient t confis. Il est clair que ces deux institutions sassurent du bon droulement des changes internationaux dans lintrt de la classe dominante, ainsi que de grer la misre humaine sans ne sattaquer aux racines de ses causes.

  • Le Parti Qubcois

  • Le cas du Qubec Nous devons liminer le dficit selon un calendrier prcis qui nous mnera zro en lan 2000. - Discours du budget par Bernard Landry, Ministre des finances, mai 1996

    Au Qubec, nous assistons avec le Parti Qubcois la mise en uvre dfinitive des politiques nolibrales.

  • Mulroney et Bouchard : mme logique, mmes stratgies politiques.

  • Lobjectif de dficit zro du PQ Rappelons-nous que le PQ stait donn comme objectif datteindre le dficit zro en quatre ans. Mme si ce gouvernement sest pt les bretelles davoir atteint son objectif, la socit qubcoise peut lui tre reconnaissante pour son uvre; dgradation des programmes sociaux, coupures massives dans le domaine de la sant et lducation, un appauvrissement accru dune grande partie de la population. Le PQ avec les coupures dans les programmes sociaux a ouvert le chemin la privatisation de nos services publics.

  • Luvre du PQRduction des salaires des travailleurs-euses pour crer une main duvre bon march et concurrentielle

    Dtournement des politiques travaillant lamlioration des conditions de vie des femmes

    Fermetures dhpitaux

  • Compressions des prestations aux anEs

    Coupure dans le programme dassistance de dernier recours

    Resserrement des budgets des institutions denseignement

    Fermeture de garderies en milieu scolaire

  • La culture, lducation, la sant, les arts : deviennent des marchandises comme les autres !

    La logique de lutilisateur- payeur sinstalle et devient une logique que ltat promeut.

  • Budget et sant des femmesLa logique de lutilisateur-payeur est une manifestation concrte du nolibralisme dict par les institutions financires internationales.

    Remettant en question le principe daccs universel et de droit la sant, la logique de lutilisateur-payeur affecte plus particulirement les femmes, les personnes ges et les malades, qui sont les trois groupes ayant le plus souvent recours aux soins de sant. Or, ces trois groupes sont aussi les plus pauvres.

  • Les grandes lignes du Budget 2010

    Les orientations budgtaires, cest le carrefour des choix de socit car celles-ci structurent les priorits gouvernementales.

    Priorits budgtaires = Orientations gouvernementales

  • Le budget relve de

    Choix politiques, choix de nos gouvernements : rduire les revenus de ltat, et do provient largent (ex. les contribuables vs les entreprises)

  • Choix politiques, choix de nos gouvernements :De 2003 2009, 5,4 milliards $ annuellement en baisse dimpts aux particuliers.Choix du gouvernement de rduire ses revenus, tout en senttant datteindre le dficit zro dici 2013-2014

    Baisser les impts aux particuliers, se priver des revenus miniers, baisser les impts des entreprises ( un taux plus bas quaux USA). Corruption dans lattribution de contrats gouvernementaux, ce qui octroie des cots plus levs pour les travaux publics.

  • Provenance des revenus du gouvernement du Qubec

    Remettre la richesse nos services

    Proportion du budget provenant des:19642009Entreprises62 %21 %Contribuables38 %79 %

  • Bachand : tu peux bien te cacher

  • Les changements amens par le Budget Bachand4 principaux changements :Mesures inquitables qui font reculer les droits de touTEs, et plus particulirement ceux des femmesHausse des tarifs en sant Hausse des frais de scolaritHausse des tarifs dlectricitHausse de la TVQAussi, hausse massives des tarifs du transport en commun, moins daccs laide-juridique, pas de nouveaux argents pour le logement social, etc.

  • La logique Bachand

  • 1- Hausse des tarifs en santLa taxe-sant applicable ds lanne dernire, et le ticket modrateur qui nest pas loin dans les parages 200 $ en 2012 / personneHausse des contributions lassurance-mdicament: elle est rendue 600$ par anne par personne.

  • 2- Hausse des frais de scolarit

    Hausse importante annonce pour lautomne 2012 : montant toujours inconnu.

    Si on rejoint la moyenne canadienne, un an temps plein duniversit = 5329 $ alors que maintenant, cest 2180 $, augmentation de 3149 $ par anne.

  • 3- Hausse des tarifs dlectricit

    Les profits dHydroQubec ont doubl depuis 2004, passant de 2 milliards $ 4 milliards $. Malgr toutes les hausses que nous avons dj connues, les tarifs augmenteront de 1 par kilowatt/heure par anne de 2014 2018, pour ensuite les hausser annuellement selon le cot de la vie. Ces normes profits ne serviront pas financer les services publics, comme les socits dtats se doivent, mais seront verss au Fond des gnrations pour rembourser la dette. Ceci quivaudra en moyenne 500 $ de plus par anne pour les