William Shakespeare J’ai appris Par Nanou et Stan

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    104

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> Page 2 </li> <li> William Shakespeare Jai appris Par Nanou et Stan </li> <li> Page 3 </li> <li> Jai appris: Que peu importe notre srieux dans la vie, chacun de nous besoin dun ami espligle pour samuser. </li> <li> Page 4 </li> <li> Jai appris: Que largent nachte pas la "classe" </li> <li> Page 5 </li> <li> Jai appris: Que sous une "pelure paisse", une personne peut tre apprcie et aimante, et ne sait comment lextrioriser. </li> <li> Page 6 </li> <li> Jai appris: Que cest les petits vnements journaliers, qui font une vie spectaculaire. </li> <li> Page 7 </li> <li> Jai appris: Que le meilleur du monde est aux pieds des personnes ges. </li> <li> Page 8 </li> <li> Jai appris: Quavoir un enfant endormi dans ses bras, cest le moment le plus paisible du monde. </li> <li> Page 9 </li> <li> Jai appris: Que moins on a de temps, plus on fait de choses. </li> <li> Page 10 </li> <li> Jai appris: Quon ne devrait donner de conseil que dans deux occasions, cest lorsquon vous le demande et en cas de vie ou de mort. </li> <li> Page 11 </li> <li> Jai appris: Quil mest toujours possible de prier pour quelquun, quand il mest impossible de le secourir autrement. </li> <li> Page 12 </li> <li> Jai appris: Que lorsque vous drivez en compagnie de quelquun cela lui permet de continuer vous blesser. </li> <li> Page 13 </li> <li> Jai appris Que les occasions ne sont jamais dfinitivement perdues, quelquun profitera un jour de ce que vous avez rat. </li> <li> Page 14 </li> <li> Jai appris: Quun sourire est toujours plus agrable que la grimace pour son apparence. </li> <li> Page 15 </li> <li> Jai appris: Que nul nest parfait, jusquau jour o il rencontre lamour dune personne. </li> <li> Page 16 </li> <li> William Shakespeare William Shakespeare, n probablement le 23 avril 1564 Stratford-upon-Avon et mort le 23 avril 1616 dans la mme ville, est considr comme l'un des plus grands potes, dramaturges et crivains de la culture anglaise. Il est rput pour sa matrise des formes potiques et littraires, ainsi que sa capacit reprsenter les aspects de la nature humaine. Figure minente de la culture occidentale, Shakespeare continue dinfluencer les artistes daujourdhui. Il est traduit dans un grand nombre de langues et, selon l'Index Translationum, avec un total de 4 159 traductions, il vient au troisime rang des auteurs les plus traduits en langue trangre aprs Agatha Christie et Jules Verne. Ses pices sont rgulirement joues partout dans le monde. Shakespeare est lun des rares dramaturges avoir pratiqu aussi bien la comdie que la tragdie. Shakespeare crivit trente-sept uvres dramatiques, entre les annes 1580 et 1613. Mais la chronologie exacte de ses pices est encore sujette discussion. Cependant, le volume de ses crations n'apparat pas comme exceptionnel en regard des critres de lpoque. On mesure linfluence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses rfrences qui lui sont faites, que ce soit travers des citations, des titres duvres ou les innombrables adaptations de ses uvres. L'anglais est d'ailleurs souvent surnomm la langue de Shakespeare tant cet auteur a marqu la langue de son pays en inventant de nombreux termes et expressions. Certaines citations d'ailleurs sont passes telles quelles dans le langage courant. Biographie La plupart des spcialistes saccordent dire quil existe dsormais suffisamment de traces historiques pour dfinir globalement la vie de Shakespeare. Ces traces sont constitues surtout de documents officiels et donnent un aperu trs limit de la vie du dramaturge. En effet, la rputation de Shakespeare a nourri encore plus de lgendes et de mythes que l'historien n'a de faits authentiques sur lesquels se fonder. Mme si certains chercheurs ont tent de distinguer dans ses uvres des reflets de sa vie intime, il est gnralement admis que l'on ne connat du personnage que des dtails insignifiants. Cela n'est d'ailleurs pas particulier Shakespeare, mais se retrouve chez beaucoup de ses contemporains, y compris de trs clbres comme Thomas Kyd ou John Webster. Certains ont mme affirm qu'il n'existait pas ou que ce n'tait pas son vritable nom. C'est le cas par exemple de la thorie baconienne selon laquelle les textes du clbre dramaturge auraient t crits par Lord Bacon of Verulam. / </li> <li> Page 17 </li> <li> Mais il est vrai aussi que Shakespeare n'inventait pas le thme de ses pices, qu'il empruntait des ouvrages existant dj dans le fonds traditionnel comme c'tait la coutume l'poque o l'on ne parlait pas de plagiat mais de tradition. On retrouve la trace de son inspiration dans des lgendes ou des textes anciens. Premires annes Devise des Shakespeare (tymologie secoue-lance ) et leur blason d'or la bande de sable charge d'une lance de tournoi, heaume avec lambrequins surmont d'un cimier avec un tortil portant un faucon tenant de sa patte dextre une lance de tournoi en pal. William Shakespeare nat Stratford-upon-Avon dans le Warwickshire, dans le centre de l'Angleterre. Son acte de baptme est dat du 26 avril 1564 : on baptisait les nourrissons dans les jours qui suivaient leur naissance, et lon saccorde citer le 23 avril comme la date de naissance du dramaturge. Il est le troisime enfant de la famille et l'an des garons. Son pre, John Shakespeare, fils de paysan, est un gantier et marchand d'articles de maroquinerie, ngociant de peaux et de laine prospre, tirant galement profit de la spculation foncire, propritaire de la maison aujourd'hui dnomme the Birthplace. C'est un notable de la ville de Stratford : en 1568, il y est lu conseiller municipal, puis grand bailli (ou maire) en 1568. En 1557, il pouse Mary Arden, fille de l'aristocrate Robert Arden of Wilmcote, et le nouveau couple emmnage dans une maison situe sur Henley Street. La russite de John Shakespeare le pousse solliciter des armoiries, que William lui fait obtenir en 1596, avec la devise Non sanz droict (Pas sans droit). On suppose que le pre du dramaturge est rest dans la foi catholique. Le milieu confortable dans lequel nat Shakespeare le conduit vraisemblablement frquenter, aprs le niveau lmentaire, lcole secondaire King Edward VI au centre de Stratford, o lenseignement comprend un apprentissage intensif de la langue et la littrature latine, ainsi que de lhistoire, de la logique et de la rhtorique. Selon son contemporain Ben Jonson, Il apprend un peu de latin et encore moins de grec . En 1577, le jeune garon est retir de l'cole, vraisemblablement pour gagner sa vie ou pour aider son pre qui est dans une mauvaise passe. ../.. </li> <li> Page 18 </li> <li> Le 28 novembre 1582, Temple Grafton prs de Stratford, Shakespeare qui a alors 18 ans pouse Anne Hathaway, fille d'un fermier de Shottery. Deux voisins de la marie, Fulk Sandalls et John Richardson, publient les bans de mariage, pour signifier que lunion ne rencontre pas dopposition. Il est possible toutefois que la crmonie ait t organise en hte : Anne tait probablement dj enceinte. Aprs son mariage, Shakespeare ne laisse que de rares traces dans les registres historiques, avant de rapparatre sur la scne artistique londonienne. La suite des annes 1580 est connue comme lpoque des annes perdues de la vie du dramaturge : nous navons aucune trace de lcrivain pendant ce laps de temps et nous ne pouvons expliquer pourquoi il quitte Stratford pour Londres. Une lgende, aujourdhui tombe en discrdit, raconte quil avait t pris en train de braconner dans le parc de Sir Thomas Lucy, un juge de paix local, et qu'il stait enfui pour chapper aux poursuites. Une autre thorie suggre quil aurait rejoint la troupe du Lord Chambellan alors que les comdiens faisaient de Stratford une tape de leur tourne. Le biographe du XVIIe sicle John Aubrey rapporte le tmoignage dun comdien de la troupe de Shakespeare, racontant quil aurait pass quelques annes en tant quinstituteur dans le comt du Lancashire, recrut par Alexander Hoghton, propritaire terrien catholique, reprenant une thse selon laquelle Shakespeare aurait t de confession catholique. On sait en revanche que le 2 fvrier 1583, Susanna, premier enfant de Shakespeare, est baptise Stratford. Des jumeaux, Hamnet et Judith, sont baptiss quelque temps plus tard, le 26 mai 1585. Hamnet, son unique fils, meurt quelques annes plus tard 11 ans : on linhume le 11 aot 1596[8]. Beaucoup suggrent que ce dcs inspira au dramaturge sa tragdie Hamlet vers 1601. Londres et le thtre On perd la trace de Shakespeare en 1585 : il quitte Stratford, il quitte sa femme, pour une traverse du dsert . En 1587, il rapparat Londres o la lgende veut qu'il ait t valet d'curie, gardant les chevaux devant un thtre. En 1592, la seule preuve indiscutable de sa prsence Londres, dans un thtre, est une violente attaque de la part de Robert Greene (alors dramaturge la mode). Dans un pamphlet intitul A Groatsworth of wit bought with a million repentance Greene dsigne Shakespeare comme un corbeau arrogant, embelli par nos plumes, dont le cur de tigre est cach par le masque de lacteur, et qui prsume quil est capable de dglutir un vers aussi bien que les meilleurs dentre vous : en plus dtre un misrable scribouillard, il se met en scne dans sa dramatique vanit. Greene, dans son pamphlet, fait ici allusion Henry VI, 3e partie, en reprenant le vers : Oh, cur de tigre cach dans le sein dune femme . Greene tait jaloux de l'intense activit thtrale de Shakespeare qu'il considrait comme un illettr. Shakespeare ne produira pourtant sa premire uvre vritable, Henry VI, qu'en 1591. Il n'a fait jusque-l qu'adapter des pices du rpertoire existant, et exercer le mtier d'acteur, dont il n'tait pas trs fier ainsi qu'il l'crit : That did not better for my life provide than public means that public manner breed. ../ </li> <li> Page 19 </li> <li> Shakespeare devient acteur, crivain. Il exerce d'abord au Globe, dont il est, avec les Burbage et d'autres comdiens, fondateur, socitaire et fournisseur, membre de la troupe de Lord Strange, puis de celle de Lord Hunsdon, The Lord Chamberlains Men, pour laquelle il crit exclusivement depuis 1594. La troupe tire son nom, comme le voulait lpoque, du mcne qui la soutient (en l'occurrence le Lord Chambellan, ministre responsable des divertissements royaux ; ce titre a longtemps dsign la fonction de principal censeur de la scne artistique britannique). Non seulement il joue lui-mme dans ses propres uvres on sait par exemple qu'il interprte le spectre du pre dans Hamlet et Adam dans Comme il vous plaira , mais il apparat galement en tte d'affiche de pices de Ben Jonson : en 1598 dans Chaque homme dans son caractre (Every Man In His Humour) et en 1603 dans Sejanus. La compagnie devient trs populaire : aprs la mort dlisabeth Ire et le couronnement du roi Jacques Ier (1603), le nouveau monarque adopte la troupe qui porte dsormais le nom de Hommes du Roi (Kings Men), et qui finit par devenir rsidente du thtre du Globe. La troupe de Shakespeare officie dans le plus beau thtre et est rpute tre la meilleure compagnie de Londres, qui fourmille d'entreprises de thtre cette poque. Elle rivalise brillamment avec la troupe de l'Amiral, dont Edward Alleyn est la grande vedette, et ouvre en 1608 un second thtre, le Blackfriars. La vie de Shakespeare pouse alors troitement la courbe de ses activits dramatiques. Shakespeare joue un rle dentremetteur pour le mariage de la fille de son propritaire. Des documents judiciaires de 1612, date o laffaire est porte au tribunal, montrent quen 1604, Shakespeare est locataire chez un artisan huguenot qui fabrique des diadmes dans le nord-ouest de Londres, Christopher Mountjoy (Montjoie). Lapprenti de Montjoie, Stephen Belott dsirait pouser la fille de son patron ; Shakespeare devient donc lentremetteur attitr, pour aider ngocier les dtails de la dot. Sur ses propres promesses, le mariage a lieu. Mais huit ans plus tard, Belott poursuit son beau-pre pour navoir vers quune partie de la dot. Shakespeare est appel tmoigner, mais ne se souvient que trs vaguement de laffaire Plus tard, divers documents provenant des tribunaux ou des registres commerciaux montrent que Shakespeare est devenu suffisamment riche pour acheter une proprit dans le quartier londonien de Blackfriars (rive nord de la Tamise). Alors qu'il vit Londres, il ne perd jamais le contact avec Stratford. En 1597, il y achte une belle maison, New Place. L il installe sa famille, constitue des rserves de grain. Il achte aussi d'autres biens dans sa ville natale. ../.. </li> <li> Page 20 </li> <li> Retraite et fin de vie Vers 1611, Shakespeare dcide de prendre sa retraite. Celle-ci savra pour le moins agite : il fut impliqu dans des dmls judiciaires propos de terrains quil possdait. lpoque, les terrains clturs permettaient le pturage des moutons, mais privaient du mme coup les pauvres de prcieuses ressources. Pour beaucoup, la position trs floue que Shakespeare adopta au cours de laffaire est dcevante, parce quelle visait protger ses propres intrts au mpris des ncessiteux. Pendant les dernires semaines de sa vie, le gendre pressenti de sa fille Judith Thomas Quiney, un aubergiste fut convoqu par le tribunal paroissial pour fornication . Une femme du nom de Margaret Wheeler qui venait d'accoucher prtendait que lenfant tait de laubergiste ; mais la mre et lenfant moururent peu aprs ce sombre pisode. Quiney fut dshonor, et Shakespeare corrigea son testament afin de prserver les intrts de Judith taient protgs. Shakespeare mourut le 23 avril 1616, jour de son anniversaire lge de 52 ans. Le 23 avril 1616, est aussi la date de l'enterrement de Cervantes, mais en ralit il y a 8 jours de dcalage car l'Espagne tait dj passe au calendrier grgorien. Shakespeare tait rest mari Anne jusqu sa mort et ses deux filles lui survcurent. Susanna pousa le docteur John Hall, et mme si les deux filles de Shakespeare eurent elles-mmes des enfants, aucun deux neut de descendants. Il ny a donc pas de descendant direct du pote. Shakespeare est enterr dans lglise de la Sainte-Trinit Stratford-upon-Avon. Il reut le droit dtre enterr dans le chur de lglise, non en raison de sa rputation de dramaturge, mais parce quil tait devenu socitaire de lglise en payant la dme de la paroisse (440, une somme importante). Un buste command par sa famille le reprsente, crivant, sur le mur adjacent sa tombe. Chaque anne, la date prsume de son anniversaire, on place une nouvelle plume doie dans la main droite du pote. lpoque, il tait courant de librer de la place dans les tombeaux paroissiaux en les dplaant dans un autre cimetire. Par crainte que sa dpouille ne soit enleve du tombeau, on pense quil a compos cette pitaphe pour sa pierre tombale : Mon ami, pour lamour du Sauveur, abstiens-toi De creuser la poussire dpose sur moi. Bni soit lhomme qui pargnera ces pierres Mais maudit soit celui violant mon ossuaire pitaphe de W. Shakespeare. La lgende populaire veut que des uvres indites reposent dans la tombe de Shakespeare, mais personne na jamais vrifi, par peur sans doute de la maldiction voque dans lpitaphe. Nanou et Stan le 28/09/2014 </li> </ul>

Recommended

View more >