CA24 - La stéato-hépatite est associée à une surexpression de SREBP-1 au cours du syndrome de lipodystrophie chez les malades infectés par le VIH

  • Published on
    17-Sep-2016

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • AFEF Communications affiches

    789

    AFE

    F

    CO

    MM

    UN

    ICA

    TIO

    NS

    AFF

    ICH

    ES

    CA23LA RSISTANCE LAPOPTOSE DE LA LIGNE DHPA-TOME HUMAIN HUH7 EST PROBABLEMENT DE A LASUREXPRESSION DINOS (INDUCTIBLE NITRITE OXIDESYNTHASE)

    AF Bringuier, R Guillot, A Legrand, N Vadrot, G Feldmann

    Linterfron J (IFN J), cytokine utilise comme adjuvant enchimiothrapie anti-cancreuse, peut dclencher lapoptosedans certaines lignes dhpatome humain, telle que Hep3B.Par contre, la ligne HuH7 reste insensible laction pro-apoptotique de cette cytokine. Le but de ce travail a t dana-lyser les causes de la rsistance dHuH7 en comparaison avecHep3B.Mthodes : Les deux lignes ont t incubes avec lIFN Jrecombinant humain (100 UI/mL) de 1 48 heures Lapoptosea t mise en vidence morphologiquement (DAPI, cytomtriede flux) et biochimiquement (expression des caspases 1, 3, 8,des protines pro et anti-apoptotiques, tude des mitochon-dries). Ont galement t analyses : (1) lexpression de STAT1(Signal Transducer and Activator of Transcription1), protinede transduction de lIFN J, par Western-blot ; (2) lactivit deliaison des protines nuclaires la squence GAS (Interferon-Gamma Activated Sequence), principale squence nuclotidi-que active par lIFN J, par retard sur gel et par mesure de latransactivation laide dune transfection transitoire dun plas-mide rapporteur ; (3) lexpression diNOS, une protine GAS-dpendante, par la quantification de ses ARNm et ltude deson action pro ou anti-apoptotique en cocultivant Hep3B etHuH7 en prsence dIFN J.Rsultats : Lapoptose tait importante dans Hep3B maisinexistante dans HuH7. Dans les deux lignes, seule lactivitde la caspase 1 tait augmente ; lexpression des protines proou anti-apoptotiques ntait pas modifie et le DYM des poresmitochondriaux non altr. Sous leffet de lIFN J, STAT1 aug-mentait dans les deux lignes, et restait trs lev dans HuH7jusqu 48 heures Pour HuH7, les protines nuclaires provo-quaient un retard sur gel de la squence nuclotidique GASplus important que celles de Hep3B. A ltat basal, lactivit detransactivation de la squence GAS tait plus leve dansHuH7 que dans Hep3B. Sous leffet de lIFN J, cette activitnaugmentait que pour HuH7 et persistait dans cette lignejusqu 30 heures. Aprs IFN J, les ARNm et la protine iNOSntaient plus exprims dans Hep3B mais augmentaient forte-ment dans HuH7. De plus, en co-culture, la prsence de HuH7inhibait nettement lapoptose induite dans Hep3B par lIFN J.Conclusion : La diffrence de comportement de la squenceGAS dans chaque ligne ainsi que la disparition de iNOS dansHep3B et sa surexpression dans HuH7 suggre que cette pro-tine jouerait un rle dterminant dans la sensibilit ou la rsis-tance de ces deux lignes lapoptose induite par lIFN J. Ladiminution de lapoptose observe dans la ligne Hep3B lorsde la coculture avec HuH7 soulve lhypothse dune actionanti-apoptotique du monoxyde dazote.

    CA24LA STATO-HPATITE EST ASSOCIE UNE SUREXPRES-SION DE SREBP-1 AU COURS DU SYNDROME DE LIPO-DYSTROPHIE CHEZ LES MALADES INFECTS PAR LE VIH

    M Lemoine (1, 2), V Barbu (2), JP Bastard (2, 6),D Wendum (4), M Maachi (6), F Paye (5), R Poupon (1, 2),PM Girard (3), C Housset (2, 6), J Capeau (2, 6), L Serfaty(1, 2)

    Le syndrome de lipodystrophie est frquemment observ chezles malades infects par le VIH et traits par antirtroviraux. Enraison de lassociation une insulinorsistance, les maladeslipodystrophiques ont thoriquement un risque de dvelopperdes lsions de stato-hpatite. Les PPAR et SREBP-1, facteurstranscriptionnnels impliqus dans le mtabolisme glucido-lipi-dique, sont supposs jouer un rle dans la statose. Chez lani-mal, un traitement par linhibiteur de protase ritonavir induitune augmentation de lexpression intra-hpatique de SREBP-1et une statose. Nous avons donc tudi latteinte hpatique etlexpression de PPARD, PPARJ1 et PPAJ2 et SREBP-1 chezdes malades VIH+ lipodystrophiques.Mthodes : Trois groupes de malades ont t tudis ;Groupe 1 : 9 malades VIH+, lipodystrophiques (ge moyen43 ans, 8 hommes CD4 355, IMC 23) sous antirtroviraux(incluant ritonavir chez 5, nelfinavir chez 3), consommationdalcool < 20 g/j, non infects par le VHB ou VHC, ayant euune PBH pour cytolyse ; Groupe 2 : 9 malades ayant uneNASH, apparis sur lge et le BMI avec le groupe 1 (gemoyen 43 ans, 5 hommes, IMC 24) ; Groupe 3 : 10 contrlessans statose ayant eu une chirurgie hpatique (ge moyen59 ans, 8 hommes, IMC 23,6). Les niveaux sriques de glu-cose, insuline, leptine et adiponectine ont t mesurs jeunchez tous les malades. Lexpression intra-hpatique des PPARset de SREBP-1 a t quantifie par RT-PCR en temps rel.Rsultats : Les malades VIH et NASH avaient des niveauxdinsuline circulante significativement plus levs que les con-trles (respectivement 6,9 et 15,7 vs 2,8 mUI/L, P < 0,05) etdes niveaux dadiponectine plus bas (5,2 et 6,4 vs 12 Pg/mL,P < 0,05). Seuls les malades NASH avaient des niveaux deleptine plus levs. Parmi les malades VIH, lanalyse histolo-gique montrait dans 4/9 cas des lsions de stato-hpatite,toujours associe une fibrose portale. Lexpressionintra-hpatique de SREBP-1 tait significativement augmentechez les malades VIH par rapport aux NASH et aux contrles(mdianes 90 vs 50 et 104 cp/Pg dARN 18s, P < 0,05). Lesmalades VIH avec statose avaient une expression deSREBP-1 significativement plus leve que ceux sans statose(mdianes 175 vs 85 104 cop/Pg RNA, P < 0,05). Les niveauxdexpression de PPARD, PPARJ1 et PPARJ2 ntaient passignificativement diffrents dans les trois groupes.Conclusion : Chez les malades infects par le VIH etlipodystrophiques : 1) les lsions de stato-hpatite sontfrquentes ; 2) il existe une surexpression intra-hpatique deSREBP-1 par rapport aux malades NASH et aux contrlessans statose ; 3) cette surexpression de SREBP-1 est asso-cie la statose ; 4) lexpression des PPARs nest pas signi-ficativement module. Ces rsultats suggrent que SREBP-1pourrait tre impliqu dans la pathognie des lsions destato-hpatite chez les malades VIH+ lipodystrophiques.

    U481 Facult de mdecine X Bichat, 75870 Paris Cedex 18.

    (1) Service dhpatologie, (2) INSERM U402, (3) Service demaladies infectieuses, (4) Service danatomo-pathologie,(5) Service de chirurgie digestive, Hpital Saint-Antoine,(6) Service de biochimie, Hpital Tenon, Paris.

Recommended

View more >